mercredi 25 juillet 2018

Non, je ne ferai pas "attention"

Bonjour !

Panne d'électricité. Le monsieur envoyé habituellement par l'agence immobilière vient. On détermine quel appareil a déclenché la coupure. Comme c'est de ma faute, la facture est pour moi. Soit. J'ai pas de monnaie, pouvez-vous repasser dans la journée ? Non, mais laissez tomber, ça m'a pris cinq minutes, je m'arrangerais avec l'agence. Super. Quinze minutes plus tard je découvre un SMS pour lequel je n'ai pas entendu mon téléphone sonner et qui dit en substance : "je vous ai offert la gratuité pour mettre rendu coupable d'avoir aperçu votre poitrine quand vous vous êtes penchée" et qui ajoute un peu plus loin "faites attention lorsque vous accueillez des étrangers". Hrm.

Comme à midi je mangeais avec des collègues, j'en ai parlé, mais je dois dire que le réécrire me fait un drôle d'effet. Entre culpabilité, absurdité et agacement. Quand j'ai lu le message, je me suis sentie mal à l'aise, coupable, vraiment mal, et puis ensuite je me suis dit que quand même c'était gonflé ! D'où c'est à moi de me sentir mal ? D'où c'est à moi de "faire attention" ? Si je suis violée par un étranger que je fais entrer chez moi parce qu'il a aperçu un bout de sein ou un carré de lingerie ça sera de ma faute ? Ça, c'est un peu fort, quand même !

Il était question qu'il revienne l'après-midi pour un autre problème, j'ai décommandé pour une vraie raison, il a voulu s'assurer que je n'étais pas mal à l'aise : je ne le suis pas, ce qui me pose problème c'est qu'on sous-entende que c'est de ma faute si jamais quelqu'un me viole. Il a dit être désolé de m'avoir vexée. Je ne suis pas "vexée". Ça va plus loin que ça : je suis agacée. Un viol n'est jamais de la responsabilité de la victime, qui n'a pas à se sentir coupable. D'ailleurs, le vêtement n'a rien à voir avec ça.

Sur Arte il y a quelques temps j'ai regardé le journal du midi. Ils parlaient d'une exposition qui a eu lieu en Allemagne je crois et qui montrait les tenues portées par des femmes (et des filles) le jour où elles ont été violées. On découvre évidemment des pantalons couvrants et des T-shirt tout ce qu'il y a de plus normaux... (oui, je sais, on dirait que j'écris qu'un T-shirt échancré n'est pas normal, vous me pardonnerez :P). Il y a aussi cette vidéo d'une New-Yorkaise qui marche dans la rue pendant dix heures avec un pantalon noir et un T-shirt noir pas du tout décolleté et qui se prend des remarques par pelletées.

Il me semble aussi avoir entendu une fois (mais c'était il y a plusieurs années, donc je ne sais plus dans quel cadre j'ai entendu ça ni dans quelle mesure c'était sérieux) que des chercheurs avaient interrogé des violeurs emprisonnés pour leur demander comment ils choisissaient leur victime et qu'en fait la question n'était pas du tout si le vêtement couvrait leur corps ou pas mais si la femme possédait quelque chose pour se défendre (par exemple un parapluie).

Le vêtement n'a donc, s'il fallait une preuve, rien à voir dans une agression. D'ailleurs j'ajouterais que les seules fois où j'ai été abordée dans la rue je portais des jupes longues et pas de décolleté.

Il me paraît important de désacraliser cette partie du corps. Les hommes ont la même, elle a juste moins de graisse et est symboliquement moins chargée. D'ailleurs, savez-vous pourquoi les hommes ont des tétons qui ne leur servent à rien (sauf au plaisir sexuel) ? Mère Nature mettant au point cette partie du corps avant de savoir si elle doit faire un garçon ou une fille (donc avant la formation des organes génitaux déterminés), elle serait bien embêtée si, devant faire une fille, elle avait oublié les tétons... donc elle les fait avant ! Donc ceux des hommes ne sont pas foncièrement différents de ceux des femmes, c'est juste que ceux des femmes accomplissent leur rôle, voilà.

Est-ce grave si on aperçoit un bout de sein ? Un carré de lingerie ? La dentelle d'un soutien-gorge ? Il y a une collègue et amie qui a sa boîte de production de vidéos. Elle avait répondu à une commande et avait mis dans la vidéo un plan d'une femme dont on voyait les tétons au travers du T-shirt. La dame qui avait commandé la vidéo lui avait demandé de changer ça, en disant que ça la gênait, et aussi je crois que ça pouvait gêner la femme en question. Ma collègue lui a demandé si ça avait été différent si ça avait été un homme, je crois que la femme n'a pas répondu. D'ailleurs, si un homme au col en V s'était penché, est-ce que le monsieur qui est venu pour l'électricité aurait regardé ? Attention, je ne dis pas que ce monsieur, très gentil par ailleurs, est un pervers, un gros porc, etc. Je pose la question.

Toujours dans cette idée de désacraliser cette partie du corps je me souviens d'un collègue qui nous avait raconté une fois qu'une de ses amies, passablement féministe, ne voyait aucun problème à retirer son T-shirt en soirée lorsqu'elle avait trop chaud, à se mettre torse nu de la même manière que les hommes. Bien sûr, il ne s'agit pas de forcer toutes les femmes à faire pareil, d'ailleurs je pense que je ne pourrais pas le faire moi-même, mais il n'y a aucun problème à ce que cette fille le fasse. Ce n'est pas une partie du corps qui doit être taboue. D'ailleurs, dans la même veine, il me semble qu'à New-York les femmes ont le droit de se promener allant nus seins.

Vous allez me dire que je suis pleine de contradictions à dire que je ne pourrais pas me mettre torse nu en soirée et à revendiquer le fait que c'est pas grave si on entraperçoit un bout de sein. Certes, certes, on a tous nos contradictions. Je pense que le regard que l'on porte sur cette partie du corps doit profondément changer. Encore ce matin à la librairie je tombe sur une couverture où en premier plan se trouve une femme dont les longs cheveux noirs tombent devant elle. "Oh ! Un sein !" me dis-je sans être interloquée outre mesure que l'homme qui se tient derrière elle soit lui aussi torse nu.

Je crois que notre regard doit changer.
Et je crois qu'il faut arrêter de penser que c'est aux femmes de cacher leur corps.
Si une femme est victime de viol, ce n'est pas de sa faute. Même si elle portait une mini-jupe. Même si, au bord de son décolleté, le coupable a aperçu la dentelle d'un soutien-gorge ou pire, un sein !

Donc non, je ne vais pas passer mon temps à faire "attention". Maintenant oui, quand je sentirai qu'un regard sur moi est malveillant et que je me sentirai mal à l'aise, bien sûr mon attitude changera. Je ne vais pas non plus arrêter de mettre une brassière sous mes hauts transparents ou ceux dont la bretelle tombe sur mon bras au point de révéler un sein. Mais je ne vais pas non plus passer mon temps à me demander ce qu'il va se passer si je me penche, si je me baisse, si ceci ou si cela. Sinon, autant mettre un voile islamique et on en parle plus. (Ceci dit c'est radical). (Je précise que je n'ai rien contre le voile islamique du moment que c'est un choix) (on sait jamais, ça pourrait être mal interprété, mon histoire).

Qu'en pensez-vous ? Faites-vous attention (à ne pas vous faire violer) ?

Source photo ‒ Alexandre Falguière. La Danseuse (Cléo de Mérode), vers 1896. Modèle en plâtre moulé sur nature avec traces de mise aux points. Paris, musée d’Orsay.

P.-S. : il semblerait qu'une partie de moi ne soit pas d'accord avec le fait de ne pas "faire attention" étant donné que j'y ai pensé en me penchant, à la nuit tombée, seule sur un balcon invisible des voisins, pour ramasser quelque chose... c'est pas gagné cette affaire... (et une contradiction, une !)

samedi 14 juillet 2018

Miraculous, les aventures de Ladybug et Chat Noir

 
Bonjour !

Non, je ne reviens pas pour vous parler de foot (ne me remerciez pas, ça me fait plaisir ;P), ni pour vous parler de violence et de mangas (et pourtant j'en ai un peu envie) ; je reviens pour vous parler d'une série d'animation. Et quelle série !... Un bijou ! une perle ! un trésor ! Une merveille ! (oui, rien que ça). D'ailleurs, il serait presque insultant de dire "dessin animé" : Miraculous est une série d'animation, sans aucun doute.

C'est assez rare que je vous parle cinéma ou série. La dernière fois je crois que c'était pour Ballerina, et encore ce n'était même pas pour vous parler du film en lui-même mais pour dire que l'héroïne n'avait rien d'une princesse Disney. Cette fois je n'ai pas d'angle de ce genre : je veux juste vous parler de Miraculous, parce que c'est la première fois, dans mon souvenir, que je suis si enthousiaste (au point d'acquérir une housse de couette, quand même xD).

Alors déjà, Miraculous, qu'est-ce que c'est ? C'est une série d'animation française (hip hip hip...!) mais pas seulement dont la première saison est sortie en 2015 (et je ne la découvre que maintenant, quelle tragédie...!). C'est l'histoire de Marinette, une fille comme les autres exceptée que c'est une super héroïne qui se transforme avec l'aide d'un kwami (une espèce de petite bestiole avec une énorme tête et un tout petit corps toute mignonne qui vole, peut traverser les objets...) pour pouvoir affronter les super vilains que crée Le Papillon en envoyant des akumas (des papillons pas gentils) posséder des gens qui ont des émotions négatives (colère, frustration, sentiment de rejet, etc.). Le Papillon est à la recherche du miraculous de Marinette (l'objet grâce auquel elle peut se transformer) et de celui de Chat Noir (le pourquoi, je ne vous le révèle pas, vous le découvrirez par vous-mêmes). Accessoirement, Marinette est amoureuse en secret d'Adrien, un garçon de sa classe qui se transforme en Chat Noir et qui aide Ladybug (Marinette, donc) à combattre les vilains. D'ailleurs, Adrien, lui, il est amoureux de Ladybug, sans savoir que c'est Marinette (histoire d'amour on ne peut plus frustrante, vous en conviendrez).

Là comme ça on dirait une série tout à fait classique, et en fait elle ne l'est pas du tout !

Le Papillon crée des super vilains à partir de gens comme les autres... ce qui est assez intéressant scénaristiquement. Les super vilains eux-mêmes sont assez originaux, d'ailleurs, et intéressants. Le duo Ladybug/Chat Noir fonctionne vraiment très bien. Quand Marinette devient Ladybug elle n'est plus maladroite et ne bégaye plus : elle a plus confiance en elle et elle déchire ! Adrien, lui, plutôt réservé dans la vraie vie, se lâche quand il est en Chat Noir, il est beaucoup plus... extraverti, exubérant presque, théâtral même !

Si je vous dis que j'aime tout dans cette série, vous allez peut-être vous dire que j'exagère. Et pourtant, j'aime tout !

D'abord, et c'est important, c'est très beau. Les graphismes et les images sont vraiment belles. C'est bien écrit, autant du point de vue du scénario que des dialogues. C'est bien réalisé, il n'y a pas de longueurs, tout se goupille bien et en même temps la trame de fond n'est pas lourde (mais elle est sérieuse). La morale non plus n'est pas lourde. Ce n'est ni sexiste ni féministe ; Marinette est une gamine normale. Ce n'est pas niais, même quand on parle de l'importance de la confiance, de l'amitié, etc. Les doublages sont géniaux, surtout Chat Noir. Et enfin (très important) l'histoire d'amour entre Marinette et Adrien n'est absolument pas culcul. Elle est frustrante, mais pas culcul.

J'ai terminé les vingt-six épisodes de la saison 1 et les seize premiers de la saison 2 (j'en ai pas trouvé d'autres, et il est hors de question que je ne le regarde pas en français, je vais donc prendre mon mal en patience) en quatre jours. Je me suis couchée parfois à deux heures du matin, ce qui pour moi, qui suis une couche-tôt et qui ai besoin de neuf heures de sommeil, est une folie x)

La saison 1 est finalement assez linéaire, même si un sursaut à la fin permet de donner un coup de fouet et de tenir en halène dès le début de la saison 2 (où nous allons découvrir (pour ceux qui comme moi n'auront pas su deviner) qui est Le Papillon). On arrive d'ailleurs à un moment du scénario un peu tendu, où d'autres miraculous (donc d'autres pouvoirs donc d'autres super héros) vont être mis en circulation et donc où, du point de vue du scénario, soit on confirme que cette série (imaginée il y a dix ans par ses créateurs et qui est partie pour six saisons) est absolument génialissime, soit elle devient Power Ranger (si ça venait à être le cas, ma déception, ma tristesse, et ma frustration, seraient à la hauteur de mon amour démesuré et irraisonné pour cette série, au point où un akuma pourrait me transformer en super vilaine (hrm hrm)). Ceci dit, je pense que les scénaristes ont su montrer leur qualité d'écriture, et que donc cette qualité d'écriture restera jusqu'à la fin.

Il y a juste une chose que je regrette. Parfois il y a quelques petites incohérences. Par exemple monsieur le Maire qui dit qu'il ne connaît pas le rockeur Jagged Stones alors que, dans l'épisode précédent, ils font tous les deux partie du juré d'une émission télé. Dans un autre épisode, Ladybug dit à Chat Noir qu'elle va lui envoyer l'adresse d'Adrien, visé par le super vilain, alors que, dans l'épisode précédent encore, Chat Noir est allé chez Adrien. Dans la saison 2 aussi, il y en a une du même genre, quand Tikki et Plagg, les kwamis de Marinette et Adrien, découvrent qui sont Chat Noir et Ladybug et que, dans l'épisode d'après Tikki s'étonne de la sensibilité de Chat Noir. Sauf qu'elle sait que Chat Noir est Adrien, et qu'elle connaît Adrien puisqu'il est dans la classe de Marinette...

Ce ne sont pas des incohérences bien graves, et elles s'expliquent en partie à ce que, pour la saison 1, chaque épisode était écrit par des personnes différentes, mais c'est un peu dommage quand même. Après, la série vise avant tout les enfants (même si elle était aussi première en audience sur les 15-24 ans) qui ne peuvent pas forcément suivre toutes les semaines tous les épisodes.

À part ça tout est parfait ! La trame de fond est présente, mais n'est pas lourde. Et en même temps elle est assez présente pour qu'on y pense. Aussi elle ne se presse pas, c'est une trame posée, qui prend son temps mais qui est efficace. Par exemple le père d'Adrien va avoir quelques soupçons, mais ensuite on n'en parle plus pendant plusieurs épisodes jusqu'à ce que ça ressorte. Et c'est bien fait.



C'est une série toute mignonne, jolie, efficace, assez drôle, bien faite, bien pensée, bien écrite, que je vous encourage de tout mon petit cœur battant d'amour à regarder, même si mon article ne vibre pas trop de tout cet amour dégoulinant x)

Vous connaissiez ? Vous avez envie de regarder ? (dites-moi oui ça me fera plaisir. En plus c'est l'été, c'est une mignonne série de vacances (enfin, sauf si vous la terminez avant que les épisodes manquants soient disponibles, là c'est la porte ouverte à la frustration)).

Source photo ‒ Zag/Method/SAMG/TOEI/SKB/EBS