samedi 9 juin 2018

Le changement se fait dans la rue, pas sur internet

Bonjour !

En discutant avec Tinhy du blog Ta Pote Reloue suite à l'un de ses articles, j'ai eu comme une impression étrange. Ce n'était peut-être qu'une impression due à mon esprit très tatillon sur la question du juste-milieu et du militantisme (disons que chez moi la marge est faible entre le raisonnable et le déraisonnable dans une opinion) mais c'est quand même mon impression ; qui m'a amenée à une réflexion sur le statut de victime ou plutôt comment réagir face à ce qui peut nous faire ou non sentir victime.

L'on ne considère pas tous la même chose comme étant une agression. Comme on est sur le thème du féminisme et du "droit à la rue" je vais puiser mes exemples là-dedans : à l'image de beaucoup de femmes j'ai déjà eu droit à des réflexions tandis que je marchais, mais je ne les considère pas toutes comme des agressions. Certaines sont de simple "bonjour" qui agacent mais ne sont pas méchants, d'autres des compliments jetés à la volée, d'autres appuyés de regards qui m'ont mise vraiment mal à l'aise : voilà donc en gros les trois catégories que je distingue. À partir du moment où je passe du stade "agacée" pour le stade "mal à l'aise" on est dans l'agression. Du moins est-ce mon barème (et je le partage avec vous pour pouvoir comparer mais aussi parce que cela peut avoir son importance pour l'article). Donc, nous ne considérons pas tous la même chose comme étant une agression et nous n'avons pas tous peur de la même chose, et la peur elle-même peut être relativisée (sur la peur, je vous renvoie à mon article sur les marches exploratoires (sous-partie "mon sentiment de la ville a-t-il changé ?")).

Étant donné que nous ne sommes pas tous intimidés par les mêmes choses, et que nous n'avons pas tous le même caractère, évidemment, nous ne réagissons pas tous de la même manière à l'objet de notre sentiment d'intimidation. C'est pourtant sur cette réaction que je voudrais lancer une réflexion.

Au cours de la discussion que nous avons eu avec Tinhy, elle me disait que le thème du "manspreading" ou cette tendance des hommes a écarter ostensiblement les jambes lorsqu'ils sont assis dans les transports en commun avait été véritablement relayée à partir du moment où des photos avaient été publiées sur les réseaux sociaux montrant des hommes continuant d'écarter les jambes tandis qu'à côté d'eux se trouvaient une femme qui, elle, se faisait toute petite. Et elle me disait combien il n'était pas normal qu'ils ne se rendent pas compte, qu'ils n'aient pas conscience que ça dérange, et que ce n'était pas aux femmes de s'imposer mais à eux de faire attention.

Alors... bon déjà, argument qui va sans doute m'attirer des critiques mais ce n'est pas grave, nous avons beau être civilisés nous n'en restons pas moins des animaux, or, à ma connaissance, les plus forts ne courbent pas l'échine devant les plus petits. Nous avons un gros cerveau, certes, mais une partie de ce cerveau est reptilien et basique : il faut lui parler simplement (et donc oser se manifester (sans leur taper dessus, on est quand même civilisés)). Mais, surtout, avant que vous ne me lanciez de gros cailloux, le "vrai" argument c'est que : ils ne peuvent pas se rendre compte si on ne le leur dit pas.

Et je ne parle pas de leur dire sur les réseaux sociaux.

Voilà. Nous sommes au point de ma réflexion.

Cette impression étrange que j'ai eu au cours de ma discussion avec Tinhy c'est celle-là : l'image de femmes qui prennent bien soin de fermer leur clapet pour ensuite aller tout cracher sur les réseaux sociaux et l'Internet mondial (oui, je caricature). Or, nous sommes des animaux, pas des machines : nous sommes pourvus de moyens biologiques de communication. Moyens de communication qui fonctionnent bien mieux que toutes nos technologies...

Bien sûr, que les hommes ne se rendent pas compte, si on ne le leur dit pas. Le dire sur les réseaux sociaux, sur les blogs, sur des sites militants, c'est ne s'adresser à personne. C'est parler à tout le monde mais ne s'adresser à personne. Vous trouvez étonnant, vous, qu'ils continuent de ne pas se rendre compte ? Moi pas. De la même manière que l'on apprend mieux avec un professeur en face de soi qu'en lisant un livre, on comprend mieux une critique quand elle nous ait faite directement.

C'est un peu la même chose avec les réflexions dans la rue, dans le fond. Une fois un mec m'a jeté un compliment, en ajoutant derrière "Mademoiselle". J'étais agacée, j'ai ignoré et je n'ai pas répondu. Il a dit "ou Madame, c'est pas grave". Pour lui je ne répondais pas parce qu'il m'avait interpellée de la mauvaise manière, pas parce qu'il m'avait interpellée tout court. Je n'ai rien dit. Peut-être que, le soir, en rentrant chez lui, il a vu passer des articles de blog, des posts sur Facebook, ou des tweet dénonçant le harcèlement de rue. A-t-il compris ? A-t-il fait le lien avec ce qu'il m'avait dit le matin-même ? Je ne pense pas. Aurait-il mieux compris si je m'étais arrêtée pour lui expliquer le problème ? Je pense que oui.

Le changement, le vrai changement, il se fait au niveau des individus. Regarder la situation en macro ? Pour quoi faire ? L'être humain ne comprend pas le macro. Par contre il comprend le micro. Si vous êtes agressée dans le métro, et que vous criez "aidez-moi ! quelqu'un, aidez-moi !" personne ne vous aidera, parce que tous se diront que l'autre, à côté d'eux, va faire quelque chose. Et nous n'y pouvons rien, c'est la psychologie humaine, le cerveau humain est comme ça. Par contre, si vous regardez quelqu'un droit dans les yeux et que vous dites "s'il vous plaît, aidez-moi", vous maximisez vos chances d'être secourue, parce que la personne éprouvera davantage de culpabilité à ne pas vous aider, puisque vous vous êtes adressée directement à elle, particulièrement à elle, individu. La psychologie humaine est ainsi faite.

Le changement, il ne se fait pas d'un seul coup à l'échelle de sociétés entières : il commence par une mère qui explique à ses enfants la notion de consentement et de respect ; et il commence par une femme qui explique gentiment au monsieur écartant les jambes à côté d'elle qu'elle ne se sent pas à l'aise.

Vous savez, l'être humain à beau être un petit peu bête (dû à son cerveau, on n'y peut rien :P), il n'est généralement pas méchant. On ne met pas les gens mal à l'aise pour le plaisir de les mettre mal à l'aise. Tinhy me disait "je trouve cela toujours différent de demander à quelqu'un de bouger son sac pour pouvoir s'asseoir vs demander à un homme de serrer ses jambes pour avoir davantage de place. [...] je me vois beaucoup plus difficilement demander à un homme de serrer ses jambes". Sauf que l'on est pas obligée de formuler comme ça (ce qui peut effectivement être étrange). On peut dire "excusez-moi Monsieur, pourriez-vous pousser votre genou, s'il vous plaît ? je ne me sens pas à l'aise". On ne met pas les gens mal à l'aise pour le plaisir. Le monsieur, je pense, poussera sa jambe sans trop de problèmes. Surtout si vous dites "je ne me sens pas à l'aise" et pas "vous me gênez". Pourquoi ? Encore un coup du cerveau ! Une personne prendra moins mal un reproche si vous ne l'attaquez pas ! ("je ne comprends pas" vs "tu ne sais pas expliquer" – et pourtant il y a véritablement des gens qui ne savent pas expliquer !).

Le changement il commence là.

D'ailleurs, le changement, il commence en vous.
(Mon Dieu, on dirait une phrase tout droit sortie d'un bouquin de développement personnel ! xD)

S'il est important de reconnaître le statut de victime, il est aussi important de ne pas s'enfermer dedans. Or, à attendre que ça soit aux hommes de prendre conscience, que ça soit aux hommes de penser à, que ça soit aux hommes de faire si ou de faire ça, eh bien nous nous complaisons dans le statut de victime. "Je ne peux pas m'asseoir, il écarte les jambes, je me sens intimidée".

Certes, on ne réagit pas tous de la même manière face à un sentiment d'intimidation, et le changement ne peut parfois pas se faire du jour au lendemain, on peut avoir besoin d'aide (par exemple commencer par mettre des shorts ou des jupes seulement quand on sort en groupe, pour prendre confiance). Mais il faut aussi savoir se mettre un grand coup de pied dans le derrière. Je peux me plaindre qu'il y ait des hommes qui me fassent chier dans la rue, mais c'est aussi à moi de m'affirmer et de leur dire que là, ça ne me plaît pas. Et si toutes les femmes qu'ils abordent chaque jour le leur disent, peut-être qu'ils finiront par comprendre. Le changement, il commence là.

Il commence là et certainement pas sur les réseaux sociaux. Sur les blogs. Sur les sites féministes. Ou même dans les média. Le changement il commence dans la rue. Il commence dans la vraie vie, en face à face et pas par écrans interposés.

Je pense que mon avis ne sera pas populaire mais je m'en fiche, c'est le mien.

Qu'en pensez-vous ? C'est aux hommes de prendre conscience ou bien les femmes peuvent leur filer un petit coup de main ?

Source photo – barnyz

lundi 4 juin 2018

Vous avez dit "original" ?

Bible de Gutenberg
Bonjour !

Est arrivé dans ma boîte mail aujourd'hui le nouvel article d'Alois Glogar, journaliste et blogueur espagnol qui parle de photographie. Il s'intéressait dans son article à l'impossibilité de faire œuvre originale et j'ai trouvé ça très intéressant ! Ça vaut pour la photographie mais ça vaut aussi pour l'écriture, et c'est ce qui m'intéresse ici.

Nous sommes constamment influencés. Par absolument tout ce qui nous entoure. Ce que nous lisons, ce que nous entendons, ce que nous voyons... nous avons dans la tête les musiques, les livres qui nous ont plu, les photos, et, pour faire court : les créations des autres. Nous imitons, nous tâtonnons. Parfois, quand je me lance dans un texte, je me dis qu'il y a l'ambiance un peu glauque de ce manga que je voudrais reproduire, que je voudrais faire ressentir à mes (hypothétiques futurs) lecteurs. Une ambiance un peu lourde qui m'a bien plu, un peu suintante, et que je voudrais être capable de retrouver. Je suis influencée. D'ailleurs, c'est assez net : si je lis un même auteur pendant longtemps, je vais avoir tendance à le "copier", à retrouver des expressions, par exemple, et ça très naturellement, sans le chercher (c'est même plutôt que je cherche le contraire !). Du point de vue individuel nous ne pouvons donc pas vraiment faire œuvre originale. Mais nous ne le pouvons pas non plus du point de vue de l'humanité.

C'est un handicap que sans doute n'a pas la photographie, dans la mesure où l'on a commencé à écrire bien avant de prendre des photos. On a commencé à écrire il y a quoi...? Cinq mille ans ? En tout cas, il y a environ quatre mille ans, un illustre inconnu a rédigé pour la première fois le texte connu sous le nom de L'Épopée de Gilgamesh. C'est une grande aventure, c'est l'histoire d'un homme qui ne veut pas mourir, de dieux, d'une rivalité mais aussi d'une amitié. Et vous savez quoi ? À la fin il y a un déluge. Oui, madame ! un déluge ! Le même que dans la Bible. Bible qui a été rédigée... bien longtemps après ! Eh non, même la Bible n'est pas une œuvre originale ! À partir de là je ne vois pas bien comment nous, en l'an 2018, nous pouvons faire guère mieux.

Nous avons tout écrit. L'amour, la passion, l'homosexualité, la peur, la joie, le deuil, la guerre, la trahison, l'immortalité, la richesse, le déclassement social ou au contraire l'ascension... Tout ! Tout y est passé ! Comment voulez-vous que l'on invente quelque chose ? Alois Glogar cite André Gide, qui résume assez bien la situation : "Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer." C'est comme en musique. On va tabler sur deux-mille ans d'Histoire de la musique : avec seulement sept notes toutes les combinaisons ont largement eu le temps d'être faites. Vous ne croyez pas ?

Et pourtant on cherche l'originalité. D'ailleurs, il y a cette question des "clichés" qu'il faudrait éviter à tout prix, ou détourner absolument (mais même les manières de détourner les clichés sont limitées !). Mais s'ils sont devenus des clichés c'est que, quelque part, ça marche, non ?

Alors, évidemment, il ne s'agit pas de les enchaîner, mais un ou deux par-ci par-là, dans le fond, pourquoi pas, si c'est l'histoire que vous avez envie de raconter ?

C'est comme ça qu'Alois Glogar conclut d'ailleurs son article : peut-être que ne pas chercher à être original est le meilleur moyen de s'en approcher. Peut-être que la solution, l'une d'elles en tout cas, est de chercher d'abord à raconter ce que l'on a envie ou besoin de raconter, et de ne se poser des questions existentielles qu'après ?

Alois Glogar dit autre chose de très intéressant, c'est qu'on devrait au contraire assumer nos influences, pour pouvoir s'en servir et les transmettre correctement. Par exemple si je prends mon cas (celui que je connais le mieux, héhé :P) : je vais beaucoup chercher dans l'Histoire de France et d'ailleurs (en ce moment beaucoup l'Amérique latine précolombienne), mais j'ai aussi des influences dans les contes, les mythologies, et les mangas. Avec tout ça, il y a moyen que je fasse une soupe à peu près digeste (bien que, si je m'en tiens aux articles de conseils avec citations d'éditeurs je ne fasse rien comme il faut).

Et puis, surtout, comme tout a déjà été dit, et que même la Bible a plagié un autre texte, l'important est sans doute moins l'histoire elle-même que le regard porté dessus. Je suis absolument persuadée que, si on donnait le même scénario à plusieurs personnes et qu'on leur demandait d'écrire une histoire complète, ces histoires seraient à la fin semblables (forcément) mais aussi complètement différentes ! Et ça dans la mesure où l'angle ne serait pas le même, le point de vue du narrateur ne serait pas le même, la morale ne serait pas la même... C'est le regard unique, sinon original, de l'auteur qui fait l'originalité du texte et globalement de la création.

Qu'en pensez-vous ? En quête d'originalité ?

Source photo – NYC Wanderer