vendredi 16 février 2018

La pétition qui plaidait la censure

Bonjour !

Je suis très remontée ! Un jour j'ai signé une pétition sur Change.org, du coup je reçois régulièrement des mails de nouvelles pétitions. Et celle que j'ai reçu aujourd'hui me révolte. Cette pétition demande à ce que les Victoires de la musique d'Orelsan lui soient retirées. Le problème ce n'est pas ça. Le problème c'est une phrase à la fin de l'argumentaire.

"[...] cet individu qui devrait être tout simplement censuré."

On peut ne pas aimer Orelsan. On peut ne pas accepter l'argumentaire selon lequel ses chansons sont de la fiction et ne disent pas ce qu'il pense réellement. On peut même, à la rigueur, rester figé sur de vieilles chansons et demander l'annulation de récompenses données pour un album dans lequel lesdites chansons ne sont même pas. On peut ne pas aimer le rap. Ou préférer les rappeurs plus poétiques. On peut ne pas aimer Orelsan. Mais on ne peut pas parler de censure.

Nous sommes en France : on ne censure pas. La loi encadre la liberté d'expression, empêche la diffamation, le négationnisme, le racisme, l'appel à la haine, l'incitation au crime, l'apologie du terrorisme et de crimes de guerre. En gros ça s'arrête là. En France, on ne censure pas. On ne peut pas censurer Orelsan, même si on ne l'aime pas, à partir du moment où il n'a pas enfreint la loi.

À partir du moment où l'on propose la censure la discussion est close. À partir du moment où l'on parle de censure la porte est ouverte à toutes les fenêtres. D'autant lorsque l'on parle d'un artiste. On peut ne pas être d'accord avec l'appellation d'artiste, il n'en demeure pas moins qu'Orelsan a ce titre de par l'activité qui le fait vivre.

Si on commence à censurer un rappeur, qui sera le prochain ? Ou la prochaine ? Chilla ? parce que dans Si j'étais un homme elle dit "si je te mets une laisse, seras-tu ma chienne ?" alors que l'on comprend qu'elle dénonce en fait les choses ? Jérémy Ferrari parce que, à la lecture de ses sketchs, on pourrait s'étouffer deux ou trois fois et peu importe l'interprétation scénique ? peu importe que l'on comprenne qu'il ne se moque pas des Noirs mais du racisme ? qu'il ne se moque pas de son public mais rit avec lui ? Qui sera le prochain ? Si l'on commence à censurer quand et où va-t-on s'arrêter ?

Vous allez me dire "et Dieudonné ?". Mais Dieudonné a enfreint la loi. Elle est ici la limite. C'est la seule et unique limite : la loi. Si on en met une autre où la met-on ? Quand est-ce que ça s'arrête ?

On peut débattre des heures sur Orelsan, tourner en boucle s'il le faut, on peut s'engueuler, se jeter des noms d'oiseaux, mais on ne peut pas parler de censure. On peut débattre des heures sur Orelsan, mais la discussion s'arrête quand on parle de censure.

Qu'en pensez-vous ? Que pensez-vous de la censure ? (oui bon, question naïve et mignonne xD)

Source photo – Lionel Rieder 

8 commentaires:

  1. Tiens, je suis curieuse. Qu'a fait Dieudonné qui enfreindrait la loi ? (c'est une vraie question, je ne sais pas !)
    En tout cas, j'imagine qu'il n'a pas enfreint la loi trente fois non plus, donc je trouve la censure assez violente dans son cas. "Certains" mettent vraiment beaucoup d'énergie pour le faire taire.

    Parler de censure, c'est aller loin, effectivement.

    Orelsan ne me plaît pas. Je dirai même qu'il me débecte et l'argument fictionnel me dérange assez : il semble tout de même adhérer au point de vue de ses "personnages". Enfin, c'est mon avis.

    Faut-il le faire taire ? Ou faut-il se servir de lui pour éduquer ? ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A ce que j'ai compris dans son spectable il va trop loin, ça dépasse l'humour et ça va à l'antisémitisme.
      Si je tue une seule personne je n'ai enfreint la loi qu'une fois : je ne mérite pas 20 ans de prison ? Il faut que je tue 30 personne pour 20 ans de prison ?
      Il a enfreint la loi autant de fois qu'il a joué son spectacle puisque c'est le contenu de ce spectacle qui est incriminé.
      Après, que les passions de déchaînent autour de lui et qu'on s'écharpe pour savoir si la justice a eu raison ou pas c'est une autre question, je pense.

      D'autres artistes ont utilisé l'argument fictionnel, comme Sardou si je ne me trompe pas. C'est un argument qui me paraît entendable, après faut voir si c'est une excuse ou la vérité.

      C'est toute la question ! Et je pense qu'il vaut mieux se servir de lui pour éduquer !

      Supprimer
  2. Dieudonné fait lui aussi du "fictionnel". En fait, j'ai du mal à comprendre pourquoi ses propos jugés antisémites enfreignent la loi, et ceux d'Oreslan, jugés féminicides, ne le font pas.
    => Après, j'ai pas tout écouté dans les détails, c'est pour l'exemple.

    Mais si tu as raison, si tu enfreins la loi une fois, tu mérites la peine associée à cette infraction. C'est juste que je ne sais pas quelle peine existe pour ce genre de méfaits, et si elle est à vie, ou non.

    Pourquoi accepte-t-on qu'Orelsan reçoive des récompenses sur de nouveaux albums en partant du principe qu'il a pu changer, et pourquoi on n'accorderait pas ça à Dieudonné (bon, il ne cherche pas à arrêter de parler des juifs, de ce que je sais, mais si c'était le cas, ça ne changerait rien, on ne l'autoriserait pas à reprendre la parole), ou encore à Cantat qui a purgé sa peine.

    On veut censurer Cantat parce qu'il a tué quelqu'un, ce qui est très grave. Il a commis, justement, un féminicide. Mais ça reste compliqué de vouloir lui interdire de reprendre la parole en public.
    Et ce qui m'énerve, c'est que d'autres artistes ont tué des femmes ou des hommes, et qu'eux, on les laisse passer. Bref, je m'égare.

    Mais c'est vraiment complexe, la censure et l'interdiction dans le milieu artistique, et c'est un peu au cas par cas. Ca soulève de nombreuses questions. Pour l'heure, je suis plutôt d'accord avec toi : ne censurons pas, mais éduquons grâce à ce que nous voyons et entendons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois ce que tu veux dire. Mais en fait la différence c'est la loi. C'est-à-dire que l'antisémitisme est condamné, mais ce que dit Orelsan ne l'est pas. Il peut le devenir s'il encourage au féminide, au viol, etc. parce que ça deviendrait dans ce cas un appel au meurtre/au crime et ça, c'est condamné.

      A vrai dire je ne sais pas non plus. Après, comme c'est un artiste, il y a aussi les questions d'image : une salle ou une ville qui accueille une personne influente/connue controversée s'attire les foudres de ceux qui le combattent. Je pense que ça entre aussi en ligne de compte quelque part.

      J'ai l'impression que dans tes exemples tout se mélange. Les récompenses d'Orelsan sont pour le meilleur album de musique urbaine, le meilleur clip, et je ne sais plus quoi. Il n'y a pas de chanson incriminées dedans, et puis "le meilleur clip" fait pas gaffe aux paroles je pense.
      Dieudonné c'est un spectacle entier qui a été attaqué, et je ne pense pas qu'il en ait écrit un autre depuis. S'il le faisait il faudrait alors l'écouter avant de décider de le faire jouer ou pas sur scène mais se couperait à la question du droit la question de l'image que je disais un peu plus haut : un théâtre qui l'accueillerait serait mal vu.
      Après la question de Cantat n'a à mon sens absolument rien à voir. Ses chansons ne sont pas incriminées (donc ce n'est pas l'artiste qui a été déchu) : il a tué quelqu'un : c'est l'homme qui est allé en prison. La question n'est donc pas de savoir s'il a changé ou s'il chante du fictionnel ou appelle à la haine ou quoi : la question n'est pas sur son oeuvre : elle est sur son passé. La question ce n'est pas "écrit-il vraiment du fictionnel ?" la question c'est "la société (les médias, les salles de concerts, les producteurs de disques, etc.) peut-il le laisser reprendre une vie normale maintenant qu'il a purgé sa peine ?". La question est d'ordre moral-légale et pas artistique-légale donc ça n'a pas grand-chose à voir. Il n'est pas controversé pour les mêmes raisons qu'Orelsan.

      C'est un peu au cas par cas parce que précisément les enjeux ne sont pas les mêmes d'un artiste à l'autre. Cantat et Dieudonné étaient (sont) des personnes très connues, avec potentiellement une forte puissance d'influence. De plus les enjeux correspondent aussi aux enjeux actuels (montée de la droite pour Dieudonné, libération de la parole des femmes dans l'espace public et donc des violences faites aux femmes pour Cantat) donc coup le retentissement est encore supérieur. Il faudrait voir, pour les autres artistes qui ont, de manière avérée, tué quelqu'un, le contexte du meurtre. Comme ce sont des personnes influentes et connues on retombe sur la question de l'image.

      Supprimer
  3. Oui, mes exemples mélangent tout ! Je n'ai pas cet automatisme que tu as (et que je jalouse !) d'être très pointilleux sur les situations et ce que ça signifie lorsqu'on va au fond du truc ... Mea culpa !

    Ils n'ont qu'une chose en commun : on cherche à censurer les personnes, pour leurs actes publics ou "privés".

    Je n'avais pas pensé à la question de l'image des lieux de représentation, mais effectivement, c'est politique. Les enjeux sont importants.

    Ca me taraude, cette histoire de Dieudonné. Jusque là, je n'y avais jamais vraiment prêté attention mais du coup je cherche. C'est intéressant, c'est un exemple qui est complexe et en apprend beaucoup. Je n'ai pas trouvé quels propos exacts avaient été jugés ?

    Pour en revenir à Orelsan, effectivement, les récompenses qu'on lui a donné ne portent pas sur les textes en eux-même. Donc ... C'est une question de "faire la part des choses". Rien n'est tout noir ou tout blanc, et une partie de l'oeuvre peut-être très bien (comme les clips) et l'autre tordue.

    Tout varie aussi selon les enjeux sociétaux et politiques actuels.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'as pas à faire de mea culpa ! (ni à me jalouser haha ! :P) Mais je ne sais pas si c'est être pointilleux... je pense que c'est... je sais pas en fait. C'est juste que précisément c'est complexe, donc c'est important de pas s'emporter et de bien voir chaque situation pour comprendre le fonctionnement du cas par cas, même si je ne prétends pas avoir des analyses super poussées non plus !

      Moi non plus je ne sais pas quels propos exacts ont été jugés !

      J'ai écouté cet album d'Orelsan, il y a des passages très bien et pas tout à fait faux, je trouve. Après faut voir aussi que les personnes sont complexes, je veux dire... comme tu dis tout n'est pas tout blanc ou tout noir dans une oeuvre mais aussi dans une personne. Une personne peut être sexiste et en même temps anti-raciste par exemple !

      Supprimer
  4. Hello Melgane !

    Ca me fait plaisir de passer par ici et de te lire !

    Ton article m'a fortement intrigué. D'une part car j'aime bien Orelsan et je ne crois pas qu'il soit coupable de quoi que ce soit au travers de ces chansons si ce n'est dénoncer d'une façon sarcastique les déboires de notre société actuelle. De quoi est-il rendu coupable très exactement par le biais de cette pétition ? (curieuse je suis ^^) Et d'autre part car j'admire cette façon que tu as de parler des sujets d'actualité avec autant d'argumentaire et de culture.


    Pour en revenir au fond de ton article, je te rejoins sur tous les points. Chaque personne devrait être libre de s'exprimer sans craindre la censure dans la mesure ou cela reste dans l'ordre de l'entendable ou qu'il s'agit véritablement de second voire de troisième degré. Même s'il est vrai que sur certains sujets, je reste très froide, ça ne me fait pas rire et ce n'est pas non plus le genre d'humour que j'apprécie. Cependant, je reste silencieuse car chacun à le droit de s'exprimer comme il l'entend. Ce qui ne signifie pas pour autant que je cautionne et que je suis d'accord avec ce qui est dit autour de moi.

    Quand des amis fond des blagues racistes par exemple, je ne rigole pas et j'irais même jusqu'à dire que ça m'énerve. Car je sais que beaucoup se cachent derrière l'humour pour dire ce qu'ils pensent vraiment sans jamais répondre véritablement de leurs actes et surtout de leurs paroles. Il y a des mots dans certaines situations que je trouve outrageant. Des personnes qui dépassent toutes les limites sans bien se rendre compte de ce qu'ils font. Sortir une énormité et placer un "je rigole" pour se déculpabiliser juste après... ça ne dupe personne. En tout cas certainement pas moi. Je fais malheureusement partie de ces personnes avec qui on ne peut pas rire de tout. Néanmoins, j'accepte le fait que nos points de vues, humour et avis divergent. Et j'espère de tout cœur que l'ouverture d'esprit qui fait défaut à certains saura s'élargir dans les années à venir.

    Concernant Orelsan, c'est d'autant plus vrai que ce n'est pas qu'une petite phrase qu'il a sorti comme ça sans réfléchir pour faire rire la galerie et ne pas assumer ce qu'il pense vraiment, c'est un travail du mot. Un travail de fond. Un travail de dénonciation par le biais du sarcasme avec cette nonchalance qui le caractérise si bien et qui horripile parfois. Il sait ce qu'il fait et il en a le droit. Il faut rester ouvert d'esprit, savoir accepter les nuances, parvenir à comprendre que beaucoup d'artistes dise le noir pour dénoncer le blanc, le blanc pour dénoncer le noir.

    Et surtout, je ne vois pas ce qu'on reproche dans ses chansons ?

    J'espère que tu vas bien,
    Juliette





    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apparemment, la chanson visée c'est Saint Valentin, je crois. Elle est citée dans la pétition mais le seul truc que j'ai retenu c'est un truc du genre "j'aime pas les filles qui avalent, mais celles qui font un gargarisme" x) J'avoue, ça va un peu loin quand même...

      Je sais pas si y'a beaucoup de culture dans cet article mais merci du compliment même si en vrai la plupart du temps c'est des trucs que j'ai vu en cours ! (même si maintenant que j'ai plus cours je vais chercher des infos de moi-mêmes, mais bon, la plupart du temps c'est quand même mes cours donc j'en fais pas d'exprès donc je sais pas si je peux accepter le compliment !).

      L'humour est une question très particulière. Je pense que l'on a tous des sujets sur lesquels on n'est pas prêts à rire parce que ça nous bouleverse particulièrement (même si j'ai pas encore identifié les miens à vrai dire xD). Mais le tout c'est de quand même reconnaître que les personnes, même si elles ne nous font pas rire, ont construit leurs sketchs correctement et que ça reste une construction humoristique. Ce qui n'est parfois pas le cas... j'ai regardé y'a pas longtemps un truc du Montreux Comedy Festival, bien fichu d'habitude, et là y'a deux personnes qui font leurs revendications pour l'une féministe et pour l'autre sur l'Afrique. Alors c'était pertinent, rien à dire là-dessus, mais c'était pas drôle, à peine ponctué de quelques blagues histoires de... mais moi je vais pas réfléchir et rire après, je veux rire et après réfléchir ! Grrrrr. Bref, je m'égare, je sais même plus pourquoi j'ai sorti cet exemple (l'est temps d'aller dormir, ma fille xD). Bref, l'humour c'est très particulier, parce qu'en fait soit tu ris, soit tu ris pas, mais y'a pas vraiment de juste milieu.

      Ce que tu me dis là ce sont pas des gens qui font de l'humour, ce sont des gens qui utilisent l'humour comme prétexte pour se cacher, ça n'a rien à voir et ça se sent tout de suite quand on est dans une situation ! Je me souviens au lycée on était en groupe sur un banc, un mec enchaînait les blagues sur les Juifs type "qu'est-ce qu'un Juif sur un tas de cendre ? une photo de famille", des trucs mignons et on sentait qu'il disait ça vraiment juste pour le jeu de mot, l'image, voilà c'était pas méchant, c'était pour faire rire les copains, c'était mignon. Par contre un gars, sans doute qui voulait tirer la couverture à lui, a dit "pourquoi y'a pas d'Arabe dans Star Wars ? Parce que c'est le futur". Outre le fait que ça ne soit juste pas drôle et hors de sens, la manière dont il l'a dit ne m'a pas du tout amusée. Ce n'était pas de l'humour, ça se sentait. Donc pour moi ce que tu me dis ça se raccroche à ça en fait et c'est pas de l'humour. L'humour noir ne se moque pas des Noirs, il se moque du racisme, l'humour noir ne se moque pas du public, il rit avec eux et les fait rire ensemble pour les rapprocher. Ca c'est l'humour. Les gens qui balancent "je rigole" en fin de phrase parce qu'ils ont été mal reçu, parce qu'ils assument pas vraiment ce qu'ils pensent ou qu'ils sont pas sûrs de ce qu'ils pensent c'est pas de l'humour, faut pas tout mélanger, donc tu ne devrais pas le prendre comme un signe que tu ne peux pas rire de tout ! Tu ne peux juste pas rire aux blagues des gens qui utilisent un faux-humour comme prétexte de manière perfide.

      On lui reproche le fait d'être misogyne, on lui reproche Sale Pute, Saint-Valentin, ce genre de chansons... pourtant en tirant un peu on peut bien comprendre qu'il dénonce et à mon sens l'argumentaire de la fiction est entendable mais c'est un autre débat ! (dans lequel on peut se lancer !)

      Supprimer