mercredi 20 décembre 2017

Le racisme et la polémique



Bonjour !

Je suis tout à la fois catastrophée, désespérée, stupéfaite, ébahie, et saisie de la plus grande surprise et d'un effarement certain. Dans une même journée j'ai appris l'existence d'une polémique autour d'un déguisement d'Antoine Griezmann et d'une phrase de notre Miss France qualifiant la chevelure de celle qui la précédait de "crinière de lionne". Le problème ? Le déguisement comme le qualificatif seraient racistes... Je suis sidérée. Alors je me suis mise à la recherche d'un truc à en sortir, autre que "oh mon Dieu c'est raciste" (puisque je ne le pense pas) ou que "mais ce n'est pas si grave" ; un truc qui, au mieux, donnerait à réfléchir, au pire ne m'attirerait pas les foudres des personnes en désaccord. Alors voilà, au lieu de vous partager ma sidération je vais vous partager mes réflexions.

D'abord, bon, il faut dire que la polémique autour des propos de Miss France n'est pas – au contraire de celle visant Antoine Griezmann – complètement à côté de la plaque. "Crinière de lionne" pose problème parce que les lionnes n'ont pas de crinière. Du coup dire "crinière de lionne", à mon sens, insiste sur le sexe de l'ancienne Miss, insiste sur sa personne et pas sur ses cheveux. Or, l'animalisation des femmes noires est régulière comme le rappelait Aloha Tallulah dans l'un de ces articles il y a quelques mois – ce qui me fait dire que si Miss France s'était arrêtée à "crinière" ou avait dit "crinière de lion" ça serait mieux passé. Néanmoins cependant toutefois (ça fait longtemps que j'ai pas dit ça !) la seule mention de "crinière" semble poser problème. Ah... ben je vois pas pourquoi, ou plutôt... ! Je vois pourquoi (animalisation) mais je ne suis pas d'accord. Je ne suis pas d'accord déjà sur l'emploi de "animalisation" qui est péjoratif, or notre langue regorge de comparaisons animales qui peuvent être mélioratives.

Si je vous dis que vous avez une mémoire de poisson rouge, effectivement, ce n'est pas très sympa ; mais si je vous dis que vous avez une mémoire d'éléphant, là, par contre, ça va vous flatter, et vous n'allez, normalement, pas me répondre "c'est honteux ! tu m'animalises". Ensuite, qu'est-ce qu'une crinière ? Une crinière c'est un attribut mâle de pouvoir, le gloire, de force : la crinière c'est l'image même du lion. Et une crinière c'est beau, c'est noble. Il n'y a pas de péjoration dans la comparaison à une crinière. Vous pourriez me dire "oui mais tous les trucs racistes sont pas péjoratifs, par exemple quand on dit que les Noirs courent vite". Certes. Mais je pense que... comment dire... la crinière ça ne rentre pas là-dedans, la crinière correspond davantage aux comparaisons animalières comme la "mémoire d'éléphant".

Vous savez... parmi les trucs que j'écris il y a des histoires juste comme ça, pour me vider la tête. J'y ai comparé, à plusieurs reprise et dans un contexte particulier (mon héroïne se bat pour sa survie voyez-vous (c'est cliché, je sais)), la chevelure de mon personnage à une crinière. Pas pour la réduire à l'état de bête idiote exclue de l'humanité, mais pour mettre en avant sa force à ce moment, sa volonté, sa détermination, pour exprimer son état d'esprit : l'instinct qui va faire qu'elle va sauver sa peau, voilà. Très souvent, quand je vois des femmes dans la rue avec une chevelure comme ça, très épaisse, flamboyante, que la femme soit noire ou pas, je me fais la réflexion qu'on dirait une crinière. Pas pour déshumaniser mais parce qu'une crinière c'est l'attribut noble du lion, c'est au lion ce que la couronne est aux rois. Point final.

Je ne pensais pas en écrire autant sur Miss France ! Bon. Le cas Antoine Griezmann est un peu différent. On a lu et entendu que lui est raciste, que pas lui mais ce qu'il a fait, que les spectacles des États-Unis, que la peau noire n'est pas un déguisement, et cætera, et cætera, et cætera. Et j'aimerais bien que des fois on arrête de faire des polémiques pour rien. Je ne crois pas, dans le fond, qu'Antoine Griezmann ait fait une chose intrinsèquement raciste.

Il y a deux choses : premièrement les spectacles d'il y a quelques décennies aux États-Unis visaient à se moquer des Noirs, à les tourner en ridicule, et ce n'est pas ce que fait Antoine Griezmann ; ensuite, et peut-être que vous allez me dire que j'exagère mais je suis prête à l'entendre, il ne s'est pas déguisé en "homme noir" : il s'est déguisé en joueur de basket qui, coup du sort (on ne choisit pas sa couleur de peau) se trouve être noir. Ce que je veux dire et avant que vous me tombiez dessus c'est que... si je me déguise en Chat Botté (celui de Shrek évidemment ! :P) je ne me déguise pas en chat : je me déguise en Chat Botté. Ce qui n'a rien à voir. Le Chat Botté est un chat, oui, mais c'est un chat particulier, c'est son personnage que je joue, et pas celui d'un chat d'une manière générale, ce qui signifie au final qu'il n'y a pas d'essentialisation. Vous me suivez ? Donc ce n'est pas raciste (et qu'on ne me dise pas que je ne peux pas m'exprimer sur le racisme parce que je suis blanche parce que ça va m'agacer, je vous le dis tout de suite (mais je suis quand même prête à discuter dans le calme (je sais me contrôler quand même !))) (et puis il faut aussi rappeler qu'Antoine Griezmann a expliqué avoir fait ça comme un hommage, or l'intention est importante, quand on fait quelque chose).

Mais surtout, le truc qui me paraît vraiment intéressant, c'est que, en fait, là où Antoine Griezmann a fait une erreur ce n'est pas tant en se déguisant qu'en publiant une photo de ce déguisement. Ce que je veux dire c'est que cette photo a un double contexte qui semble avoir été complètement oublié par la plupart des récepteurs. Un : le contexte de présentation de la photo légendée "80's Party" qui induit que la chose caricaturée n'est pas l'homme noir (comme je le disais plus haut) mais une personne, un représentant d'une époque ; deux : le contexte dans lequel la photo est prise : une soirée déguisée à thème. Je n'ai pas fait beaucoup de soirées déguisées dans ma vie (aucune en fait) mais il me semble que le propre de ces soirées c'est aussi d'exagérer les déguisements comme on pourrait exagéré un maquillage. Comme dans la pub de Cetelem vous voyez ? Quand il y a des faux sosie d'Elvis, de Marilyn Monroe, etc. Et puis, surtout, le propre d'une soirée déguisée, d'une soirée tout court peut-être, c'est d'être privée, et c'est là qu'est tout le problème.

Un déguisement comme celui-là, une blague d'humour noir ou graveleuse, ne peut se faire, je pense, que dans un contexte de confiance (réciproque). Quand je tente l'humour noir je ne le fais pas avec des gens que je ne connais pas et qui ne me connaissent pas : je le fais en présence d'amis qui savent que je ne suis pas raciste/homophobe/etc. et qui savent que c'est de l'humour. Je ne vais pas publier une blague un peu limite sur les réseaux sociaux (déjà parce que j'ai pas de réseaux sociaux ou que je ne publie pas dessus, ensuite parce que l'humour à l'écrit c'est pas simple, et enfin parce que je ne sais pas qui est mon public).

Quand vous allez voir une pièce de théâtre un peu dérangeante, ou un spectacle d'humour noir, vous savez ce que vous allez voir, en principe vous savez que la personne n'est pas raciste mais dénonce le racisme, et, surtout, vous faites la démarche de vous-même, volontairement, en achetant un billet d'abord puis en vous rendant dans la salle ensuite. Or, ce tweet d'Antoine Griezmann, met dans le public un déguisement qui a été fait dans un contexte privé, pour des amis, des proches, dans une relation de confiance mutuelle, des gens que l'on connaît et qui nous connaissent. Dès que l'on publie sur les réseaux sociaux tout le monde a accès. Et on ne connaît pas l'histoire des gens, leur sensibilité, qui va faire qu'ils vont se vexer pour quelque chose, être blessés, là où des amis rient avec nous.

Je ne pense pas que le déguisement d'Antoine Griezmann soit raciste. Je pense qu'il l'est devenu à partir du moment où il a été perçu comme tel par une partie du public.

Là où il peut y avoir un problème majeur et très sérieux, c'est qu'à force de crier au loup sans le moindre recul pour tout et n'importe quoi, le jour où on criera au racisme pour un vrai propos raciste, un truc un peu insidieux et suintant, personne n'y prêtera vraiment attention parce qu'on en aura marre d'avoir eu des polémiques tous les trois jours (Macron, Griezmann et Miss France ça commence à faire beaucoup en peu de temps, quand même !). Et, aussi, je ne pense pas que ça soit en s'insurgeant sans recul que l'on combat le racisme...

Qu'en pensez-vous ?
Je pense que je ne me suis pas fait que des amis avec cet article ! x)

Source capture d'écran – Twitter/@AntoGriezmann

27 commentaires:

  1. Non, je trouve que tu as raison. On fait vraiment des polémiques pour pas grand chose, ça vire à la paranoïa. Je ne vois pas de racisme là-dedans. Il faut arrêter de crier au loup à tout bout de champ.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que le mot paranoïa qualifie très bien tout ça !

      Supprimer
  2. J'ai pas le temps de commenter plus mais : OH PUNAISE JE SUIS TELLEMENT D'ACCORD AVEC TOi !!!!!! Haaaaa, ça fait du bien ! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha ! Dommage que t'ais pas le temps de commenter plus ! ;)

      Supprimer
  3. C'est la première fois que je poste sur ton blog mais j'aime énormément tes articles. Tu apportes une réflexion super fluide et limpide ce qui donne envie de te lire d'avantage et de réfléchir avec toi.
    Je pense que tu as raison, c'est une question de point de vu. J'ajouterai même (mais c'est un article dans un petit livre que j'ai lu) que s'il y a autant de polémique ne servant à rien qu'à faire réagir les foules c'est un énorme problème de société. Qui ne date pas d'hier. J'ai vraiment l'impression que la société s'essouffle, qu'elle rentre dans une banalité insipide et que, pour contrer cette banalité synonyme de mort, elle a essaie de réagir face à de faux problèmes qui ne fait pas avancer le débat.
    Voilà, mon commentaire est un peu maladroit je suis désolée ><

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! :D C'est gentil ! J'essaye en tout cas ! :)
      Il ne faut jamais s'excuser de laisser un commentaire ! ;) D'autant plus que ce que tu dis est très intéressant ! C'est vrai que, autant de polémique, c'est assez problématique, d'autant plus que les journalistes ne les expliquent pas... tout ce que j'ai dit, normalement, ils sont capables de le voir aussi, de le dire, mais ils ne le font pas, ils se contentent de relayer les polémiques (aussi parce qu'ils sont piégés par leur système il faut dire) (et je les critique alors que je veux faire le même métier qu'eux xD). C'est encore plus dommage parce que ce sont à eux d'éclairer les choses, de prendre le temps...
      Je ne sais pas si l'on s'essouffle dans une banalité... peut-être que l'on a cette impression parce que chaque avancée technologique arrive alors qu'on savait qu'elle allait arriver, qu'on l'avait prévu, alors on n'est pas surpris, ça paraît normal... peut-être que la banalité vient de nous qui ne sommes pas capables de voir les choses merveilleuses !

      Supprimer
  4. J'avoue que je ne sais pas trop quoi penser de tout cela. D'un côté, je suis d'accord avec toi et je pense qu'une blackface dans le cadre d'un déguisement afin de représenter une personnalité qui a la peau noire, ce n'est pas la même chose que "se déguiser en africain", en se peignant la peau et en portant du léopard. De plus, j'ai du mal à comprendre quand, aux Etats-Unis, on taxe de raciste quelqu'un qui se fait des tresses (car "les noirs font ces coiffures pour protéger leur cheveux, ce n'est pas une mode fashion que les blancs peuvent récupérer quand ça les arrangent"), ou lorsque Katy Perry porte une robe de Geisha lors d'un concert. De mon point de vue, aller dire, en 2017, que quelqu'un n'a pas le droit de se coiffer/maquiller/habiller comme il le veut car il n'a pas la bonne couleur de peau, c'est plutôt un retour en arrière! Je pense que ça serait bien plus chouette qu'on puisse s'inspirer les uns des autres. Cependant, j'essaie malgré tout de respecter et de comprendre pourquoi certaines personnes se sentent offensées par ces comportements, parce que je n'ai personnellement jamais souffert de racisme et peut-être que je n'ai pas toutes les clés en main pour appréhender le problème. J'en avais un peu parler avec une amie d'origine africaine et elle ne se sentait personnellement pas choquée (pour l'histoire des tresses en tout cas), et je pense que certaines choses qui passent (pour l'instant) en Europe, ne passent pas aux Etats-Unis :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon Dieu... cette histoire de coiffure est vraie ? On marche sur la tête ! Mais ce sont les États-Unis, donc ça s'inscrit aussi dans une histoire raciale particulière (et Trump) alors je pense que ça relève d'un communautarisme qui se veut protecteur (mais qui est, comme tu le soulignes, conte-productif et combat la violence par la violence). Je trouve ça assez ahurissant qu'on accuse Katy Perry de racisme et "d'appropriation culturelle" pour ça... le monde, l'Histoire, s'est toujours fait d'appropriations culturelles... en Histoire on appelle ça l'acculturation... c'est un phénomène naturel et plutôt positif... à dire que les Blancs ne peuvent pas se coiffer comme les Noirs ils maintiennent la ségrégation (ne serait-ce que symbolique). C'est ridicule !

      Bien sûr, il faut quand même essayer de comprendre les tenants et les aboutissants ! Tu vois, avant de lire l'article d'Aloha Tallulah je n'avais pas vu le problème de l'animalisation des femmes noires, et je le reconnais dans l'article : "lionne", ici, est problématique. Mais il ne faut pas oublier non plus que, même si les personnes noires ont en commun leur couleur de peau ce sont surtout des individus, donc avec des sensibilités différentes (comme les Blancs, et comme tout le monde !) et donc ce qui sera mal pris par l'un ne touchera pas l'autre. On peut transposer ça aux féministes : je suis féministe, je le dis, mais certaines féministes ont des revendications que je trouve ridicules ! Avant d'être une femme je suis un individu avec une sensibilité propre !

      On ne peut pas comparer Europe et États-Unis dans la mesure où d'une part l'Europe n'est pas un pays, si elle a des similitudes contextuelles (vive la montée de l'extrême droite) et une Histoire commune (des guerres qui durent depuis le XVIIème siècles), elle est quand même composée de pléthores de pays différents, aux cultures différentes, etc. Il y a (au moins !) deux Europe : l'Europe de l'Est et l'Europe de l'Ouest. Mais aussi celle du Nord et celle du Sud, et on pourrait sans doute affiner encore, je ne m'y connais ni assez bien en relations internationales ni en géographie pour le faire.
      Ensuite France (le pays que je connais le mieux) et États-Unis n'ont pas du tout les mêmes Histoire (déjà y'a un pays qui est né de la colonisation, quand même) et encore moins la même Histoire en ce qui concerne la ségrégation, le racisme, etc. Donc évidemment que ce qui passe dans un pays peut ne pas passer dans l'autre.

      Supprimer
  5. Je pense que ce qui est à saisir dans cette polémique, c'est que ça dépasse de loin le fait que lui soit raciste ou non. Nos actes ne sont jamais complètement séparés de leur contexte historique, de toute la connotation qu'elles portent. On peut faire des gaffes sans le savoir, et sans être raciste convaincu, c'est évident. Mais se déguiser en noir et le poster sur les réseaux sociaux, ça reste une gaffe, une bêtise. On peut y réfléchir, se remettre en cause, se pencher sur l'histoire de la blackface, c'est la solution la plus sage... Ensuite que la polémique enfle, que les médias en fassent leurs choux gras, on sait qu'ils se précipitent sur tout ce qu'ils trouvent ! Mais ça ne nous dédouane pas de nous demander comment on peut essayer d'éviter ces gestes en tant que blanc. Même si ça ne blesse pas toutes les personnes noires... Car notre geste "innocent" vient s'ajouter au dessus d'une pile d'expériences douloureuses

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, penchons-nous sur l'histoire de la blackface : il s'agissait de moquer les Noirs, de les dénigrer : ce n'est pas ce que fait Antoine Griezmann donc son geste ne s'inscrit tout simplement pas dans l'histoire de la blackface telle qu'elle était pratiquée dans les spectacles aux États-Unis. Simplement, une photo comme ça, quand on décide de la prendre sans la légende d'une part, et parce qu'elle est mise dans le domaine public, peut être mal interprétée et mal comprise parce que destinée à l'origine au privé, et non au public.

      Mais, bien sûr, on peut se remettre en cause, et c'est même souhaitable ! Mais il faut aussi savoir, à mon sens, faire la part des choses.

      Supprimer
  6. J'ajouterais que c'est facile aussi de crier à la paranoïa lorsqu'on est pas concerné :s donc dans ces cas là, même si spontanément je peux trouver parfois que c'est exagéré, j'essaie de garder du recul et de la retenue, et d'aller chercher en profondeur les raisons, de m'en entretenir avec des personnes directement concernées etc. Il y a pas mal de blogs intéressants tenus par des femmes noires qui peuvent nous éclairer sur ces aspects (par exemple le blog Les bavardages de Kiyémis, ou celui de Mrs Roots)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est facile de crier à la paranoïa quand on n'est pas concerné, je te l'accorde. Bien sûr, le fait que je ne sois pas noire fait que je passe à côté de beaucoup de choses (comme l'animalisation pointée par Aloha Tallulah et dont je ne m'étais que vaguement rendue compte avant son article, et tu vois, je le reconnais sans mal !). Simplement... comment dire... déjà dire que je suis en tors parce que Blanche ça me pose problème. Oui, je suis Blanche, mais je suis aussi une citoyenne, donc j'ai le droit de donner mon avis sur un truc qui se passe dans mon pays... Et ensuite, justement, quand on est extrêmement touché par une situation il est possible que, du fait de cette émotion, on ne puisse plus faire la part des choses parce que le truc visé s'ajoute à plein d'autres trucs, c'est la goutte d'eau, et on ne peut plus prendre de recul, du fait de l'émotion. L'émotion c'est bien aussi, c'est super et il en faut, bien sûr, mais parfois cette sensibilité sur un sujet fait que les émotions vont être exacerbées et que l'on va manquer de recul et de capacités pour faire la part des choses, ça arrive à tout le monde !

      Je vais passer voir ces blogs, je ne les connaissais pas :)

      Supprimer
    2. Je suis allée jeter un oeil à ces blogs. Évidemment un coup d'oeil si rapide ne me suffit pas à les connaître ! Cependant, en allant dans les rubriques "à propos" quelque chose me frappe : ce sont des femmes engagées (et c'est très bien !) mais du coup la question de l'engagement se pose et je vais reprendre l'exemple du féminisme que je prenais plus haut dans une réponse à un autre commentaire : il y a plusieurs courants dans le féminisme et toutes les féministes ne sont pas d'accord ! De même dans la question de la condition noire il y a des divergences. Divergences par exemple sur la question de la non-mixité dont on a entendu parler cet été à l'occasion d'un festival engagé, non-mixte. La Licra, elle, n'était pas d'accord avec cette pratique, et pourtant l'objectif général est le même : la fin du racisme.
      Loin de moi l'idée de vouloir dévaloriser la parole de ces femmes parce qu'elles sont engagées et donc forcément extrémistes et qu'elles exagèrent, ce n'est pas ce que je dis, mais je dis que dans la question de l'engagement il faut s'intéresser au "d'où tu parles ?", quelle histoire t'as menée là, pourquoi prends-tu la parole, etc. Ces femmes ont l'air de soulever des questions intéressantes, mais les divergences sont possibles.

      Supprimer
  7. Hm. Je suis plutôt d'accord concernant la polémique Miss France. La phrase ne m'a pas semblé dérangeante du tout et je pense que l'erreur lion/lionne au niveau de la crinière était plus une erreur de language qu'autre chose (sur le coup, j'avais même oublié qu'une lionne n'a pas de crinière avant de te lire aha).

    Concernant Griezmann, je ne suis pas entièrement d'accord. C'est bien beau de dire qu'il a voulu se déguiser en basketteur noir plutôt qu'en personne noire, mais si un jour je décide de me déguiser en basketteuse blanche je ne vais pas aller me maquiller la peau en blanc (et je précise que je suis noire). La différence ici est un résultat de la société raciste dans laquelle nous vivons où les personnes blanches sont considérées comme des personnes et les personnes noires comme des personnes noires. Si c'était un hommage, il aurait très bien pu enfiler la tenue, mettre la perruque, et aller à sa fête. L'hommage aurait été le même ; la tenue est en elle-même assez kitsch et parlante.

    Non seulement par son histoire mais aussi à cause de ça, le blackface est selon moi invariablement raciste. Et je ne pense pas que cette polémique soit de la paranoïa. En quelques sortes, je pense que c'était nécessaire, car le blackface est assez peu connu en France. On n'apprend pas l'histoire du blackface ni pourquoi est-ce qu'il pourrait offenser certaines personnes. J'ai appris moi-même trop tardivement que c'était quelque chose qui existait, en grande partie parce que ça me semble être du bon sens que ce n'est pas une chose à faire. Mais clairement, pour certaines personnes ce n'est pas le cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois ce que tu veux dire, et du coup, avec ton ressenti, je comprends mieux le problème du maquillage alors que pour moi ça faisait juste partie de la "panoplie" si on peut dire...

      Effectivement le blackface est assez peu connu, et ça peut être une bonne occasion d'en parler, mais d'un autre côté la volonté qu'il y a derrière est complètement différente de la volonté d'Antoine Griezmann, et je pense que c'est important !

      Surtout, comme je le disais, au-delà de savoir si c'est raciste ou pas, le problème c'est qu'il a passé dans le public un truc privé, entre potes. C'était un truc un peu potache, un truc à la con avec les potes, voilà, comme une blague d'humour noir que je ferais avec des amis et pas à l'extérieur et qui pourrais vexer des homosexuels ou des Noirs, ou autre, qui ne me connaissent pas, et qui ne font pas partie du contexte particulier.

      Supprimer
    2. Je pense que c'est là que nos avis diffèrent, en fait ! Je ne pense pas que la volonté de Griezmann soit si importante au final :/ Dans le cadre du racisme, qui est quelque chose de si institutionnel et d'ancré dans les comportements, dire "C'est ok, ce n'était pas son intention" aide très peu. Le nombre de remarques racistes du quotidien, de comportements racistes, etc. qui ne sont jamais vraiment construits avec une intention raciste... Si on prenait à chaque fois en compte les intentions, les choses ne changeraient pas. C'est aussi plutôt minimisant vis-à-vis des personnes blessées et systématiquement opprimées (c'est assez parlant que quand les personnes noires se plaignent du racisme on leur dit qu'elles exagèrent ou qu'elles imaginent des choses en s'opprimant elles-mêmes...)

      Bien sûr, je ne pense pas que mettre les gens au pilori pour quelque chose comme ça soit non plus une bonne chose justement parce que le racisme fait partie de nos sociétés et que qu'on le veuille où non, nous le sommes tous un peu. Je pense qu'il est important pour tous de reconnaître sa propre part de racisme avec calme et ouverture d'esprit, sans se sentir attaqué, et d'être vigilant quant à ses paroles et à ses actions. Voilà tout.

      Quant au fait qu'il ait fait passer dans la sphère publique quelque chose de privé, personnellement je ne vois pas en quoi ça le défend ? Ce genre de blague.... mouais. Même dans le cadre privé, pour moi une blague à caractère raciste/homophobe/etc. c'est pas terrible. Des blagues sur des personnes subissant déjà une oppression institutionnalisée, ouais moyen quoi.

      Supprimer
    3. Mon commentaire est trop long je vais couper en deux :


      Mais la volonté est importante, à mon sens ! Et en fait je ne pense pas que nos avis soient si éloignés que ça dans la mesure où je dis à la fin de l'article que ce qu'à fait Griezmann n'est pas intrinsèquement raciste mais qu'il le devient car il a été interprété comme tel (donc = ressenti des personnes blessées qui compte) et s'il a été interprété comme tel c'est parce que c'est un acte privé qui a été passé dans le public alors qu'il n'aurait pas dû.



      Évidemment qu'il y a plein de racisme involontaire et qu'il faut le combattre, mais on ne combat pas de la même manière du racisme involontaire et du racisme volontaire !



      Je nuancerais en disant que nous avons tous des préjugés mais que nous ne sommes pas tous racistes dans la mesure où l'application du racisme c'est aussi la discrimination, or tout le monde ne discrimine pas. Pour ne pas discriminer il faut effectivement comme tu le dis se rendre compte de ses propres préjugés !



      Comme je le disais en réponse à Mathilde dans le commentaire à la suite du tien quand on fait une blague raciste/homophobe/sexiste on ne se moque pas des Noirs, des homosexuels, etc. mais des mécanismes du racisme, de l'homophobie, et du sexisme. On ne renforce pas le "système oppresseur" on le combat ! Jérémy Ferrari ne se moque pas des Noirs, il se moque du racisme. Quand je fais une blague avec des amis (ce qui est quand même relativement rare) je le fais avec des amis qui savent que je critique bel et bien le mécanisme et pas les personnes que je semble viser au premier abord, je le fais avec des personnes dont je sais qu'elles ne vont pas mal interpréter les choses.

      Ici, même si le déguisement de Griezmann s'éloigne de la blague d'humour noir il suit un peu le même principe. C'est un truc potache entre potes, entre POTES (à défaut de pouvoir mettre en gras) donc dans une relation de confiance avec des gens qui ne vont pas le sortir du contexte et mal interpréter. Parce que la photo a été mise dans le public elle s'est adressée à des personnes hors du contexte et hors du cercle de confiance, de ce fait l'impact, le ressenti, la... réception n'est pas du tout la même ! Dire qu'elle a été mise dans un contexte public auquel elle n'était pas destinée défend Griezmann dans la mesure où ce qui est drôle pour un cercle d'amis ne l'est pas forcément avec des inconnus où il n'y a pas de confiance...

      Supprimer

    4. Je vais m'illustrer avec un exemple. Il y a quelques années passait à la télé une émission du nom de On n'demande qu'à en rire. Dans cette émission il y avait Jérémy Ferrari, qui y allait franchement avec un fort humour noir. Et les gens riaient, parce que ça façon de jouer fait que, et parce qu'on comprenait très bien que c'était de l'humour. Ça passait crème. Un jour, un autre humoriste candidat de l'émission, qui en était à un nombre de passages assez conséquent (et qui était donc connu et apprécié du public !) mais qui ne nous avait pas habitué à ce type d'humour noir a fait un sketch assez corsé. Personne n'a rit, je crois même me souvenir qu'il a été buzzé. Pourquoi ? Parce que, comme l'ont très justement fait remarquer les juges, il ne nous avait pas habitué à ça, donc c'était un OVNI, son passage, on ne savait pas, nous public, comment se placer par rapport à ça comme c'était la première fois qu'il faisait un truc comme ça. Pourtant c'était un sketch qui, dans la bouche d'un autre, aurait sans doute pu faire beaucoup rire. Mais il n'a pas marché parce que le public n'avait pas le lien de confiance avec l'humoriste, pas un lien de confiance de ce genre, et qu'on ne savait pas où il voulait aller.

      C'est un peu la même chose avec Griezmann. Il n'a pas un lien de confiance de ce genre avec le public, il ne peut donc pas mettre dans le domaine public un déguisement de ce genre parce que ça ne peut que être mal interprété. Par contre, avec ses amis (y compris ses amis noirs sans aucun doute !) ça passe crème parce qu'ils se connaissent et qu'ils peuvent rire ensemble d'une même chose...

      Je ne sais pas si je suis plus claire ?

      Supprimer
    5. Il y a également un autre paramètre qu'à mon sens il faut voir et que je n'ai fait qu'évoquer, brosser à peine, dans l'article.

      Je ne cesse de prendre la comparaison avec des spectacles d'humour, pourtant cette comparaison a des limites. Comme je le disais dans l'article quand tu vas voir un spectacle (concert, théâtre, opéra, one (wo)man show, que sais-je...) TU fais la démarche : tu achètes le billet, tu vas dans la salle. Tu es donc prédisposée à passer du bon temps, à rire dans le cadre d'un spectacle humoristique, et tu sais ce que tu vas voir (tu as éventuellement lu des critiques, ou vu la bande annonce du film, de la pièce, entende des interview d'acteurs, ou décidé de retourner voir cet humoriste dont tu t'étais rendue au spectacle précédent). Tu sais où tu mets les pieds et du y met sciemment et consciemment les pieds. C'est public, ce qui va être dit ou chanter pendant ce spectacle, et en même temps c'est presque privé car circonscrit a une salle de concert, une salle de cinéma, etc.

      Or, dans le cadre d'un réseau social c'est différent et Twitter n'échappe pas à la règle. Tu ne cherches pas à voir les tweet de la personne (à moins d'aller directement sur son compte) : les tweet apparaissent dans ton fil d'actu. Tu vas me dire "oui, mais pour ça faut s'être volontairement abonné" certes, mais tu ne choisis pas quand la personne va tweeter et surtout ce qu'elle va tweeter. Donc le tweet te tombe dessus un peu comme ça, s'impose à toi, et tu ne fais pas vraiment la démarche volontaire de le lire, même si tu t'es abonnée. Parce qu'une fois abonnée tu ne fais plus rien (alors qu'une fois que t'as acheté un billet pour un spectacle il faut encore que tu te rendes dans la salle). Donc en plus, là où le réseau social ajoute au problème privé/public c'est qu'il impose son contenu à l'utilisateur. Du coup la prédisposition, l'état d'esprit, n'est pas du tout le même.

      On en revient ensuite à la question du lien de confiance, du contrat tacite presque : les utilisateurs du compte d'Antoine Griezmann ne sont pas habitués à ce genre de farce (enfin je ne suis pas sur Twitter donc je sais pas comment Griezmann tweet) et donc sont d'autant plus surpris au final. Ils suivent un footeux pour le foot (et voir sa vie privée, aussi peut-être) pas pour le voir se déguiser. On pose donc la question du partage de sa vie privée sur internet et de ce que l'on peut ou pas partager compte tenu des attentes et de l'état d'esprit du public.

      Les réseaux sociaux ajoutent donc un paramètre à la question privé/public.

      Supprimer
    6. Avec ton exemple je vois mieux ce que tu veux dire quand tu parles de blague ! Et je suis d'accord qu'on ne va pas combattre du racisme volontaire du racisme involontaire, tant qu'on n'excuse pas du racisme involontaire parce qu'il est involontaire -- mais je pense qu'on est d'accord sur ça. Mais je reste tout de même de l'avis que le blackface n'est pas juste raciste parce que sorti de son contexte de confiance.

      Je vois aussi l'ouverture vers la question privé/public. Les gens qui suivent le compte de Griezmann le suivent pour le foot mais aussi pour sa "personne" je pense. Les réseaux sociaux ont cette tendance de donner l'impression d'être proche d'une personne ou de la connaître sans que ce ne soit vraiment le cas. Il y a donc eu aussi, mêlée à cette polémique, l'impression d'une trahison. Comment séparer la personne privée de la personne publique lorsque l'on est suivi par tant de gens ? Est-ce une nécessité ? Est-ce possible ? Que partager ? C'est une question vraiment intéressante ^.^

      Supprimer
    7. Le blackface tel que fait dans les spectacles aux États-Unis est raciste puisqu'il essentialise, qu'il montre un prototype de Noir devant correspondre à tous les Noirs et qu'il a pour but de se moquer des Noirs. C'est raciste, contexte de confiance ou pas. Mais, à mon sens, pour définir le blackface, prendre en compte la volonté derrière (moquer les Noirs) est importante. Donc, comme l'acte d'Antoine Griezmann n'est pas porteur de cette volonté de moquer toute une partie de la population ce n'est pas un blackface en temps que tel, mais un acte maladroit qui peut effectivement être confondu avec du blackface (et donc vexer des gens) mais qui n'en est pas et qui n'est pas raciste (même si y'a pas besoin qu'un acte soit raciste ou discriminant pour qu'on en soit vexé, et donc je ne suis pas en train de délégitimer le sentiment de vexation, simplement je le déplace en disant qu'il ne faut pas se sentir vexé pour du blackface puisque ce n'en ai pas, ce qui n'empêche pas de se sentir vexé parce que quelqu'un a cru que changer sa couleur de peau avec du maquillage allait passer hors du cercle de confiance) (j'ai l'impression de pas être claire du tout !)

      Effectivement, ils ont pu se sentir trahi parce qu'ils ne s'attendaient pas à ça de Griezmann qui est un garçon très gentil, sympathique, etc. et qui tout à coup fait un acte perçu comme raciste (j'insiste sur le "perçu comme"). Et du coup oui, c'est une question très intéressante parce que l'on voit que les gens veulent voir sa personne "sans filtre" et en même temps quand il montre un déguisement comme il le ferait avec des amis et donc un élément de qui il est "sans filtre" ça fait polémique, y compris sans doute au sein de ses fans ! Je crois que c'est parce qu'il y a beaucoup de projection, on aime ce que l'on imagine être de la personne, pas ce qu'elle est (étant entendu qu'on ne peut pas vraiment connaître quelqu'un par les réseaux sociaux, d'ailleurs peut-on vraiment connaître quelqu'un ?).

      Supprimer
  8. Salut!! Je dois dire que je ne partage pas vraiment ton avis, que ce soit sur l'affaire Griezmann ou sur le cas de Miss France. En ce qui concerne la blackface de Griezmann, je ne pense pas qu'il soit raciste, et je suis d'accord sur le fait que son geste n'est pas partis d'une mauvaise intention à la base. Pourtant ça n'exclu pas pas le fait que son déguisement est une blackface et que c'est donc un acte raciste, parce qu'il faut partir du principe (comme tu l'as dit) qu'une couleur de peau n'est pas un déguisement. Il aurait très bien pu se déguiser en harlem globetrotter sans se colorer la peaux, les gens auraient tout aussi bien comprit sa démarche de rendre hommage à ces joueurs. Je suis d'accord avec toi sur le fait que beaucoup d'entre nous sinon, tout le monde est amené à faire des blagues problématiques à caractère sexiste/raciste/etc dans le cadre privé. Mais je trouve ça choquant de le banaliser en faite : ça montre qu'on est tous acteurs d'un système oppresseur sans le savoir. On ne se rend pas forcement compte que l'on fait des blagues, on dit et fait des choses qui peuvent être blessant et méprisant pour certaine personnes (dans ce cas-ci les personnes noires). Je ne suis pas d'accord non plus sur le fait que tu dises que si on continu comme ça on finira par ne plus prendre en compte les réels actes racistes. Je pense qu'il n'y à pas forcément de hiérarchie dans le racisme, , de nos jours le racisme ce n'est plus seulement des agressions physiques ou verbale tel que "sale noir!" par exemple, c'est beaucoup plus complexe que cela et ça touche de nombreux, sinon tous, les aspects de la société puisque c'est systémique. Pour en finir sur Griezmann, comme quelqu'un la dit dans un précédant commentaire, je pense c'est trop facile de jouer la carte de la paranoïa, de dire qu'on à plus le droit de rien faire sans que ce soit raciste, etc. Attention je ne dit pas que tu n'as pas le droit de parler de racisme en étant blanche, c'est moi-même ce que je suis en train de faire! Mais tu ne peu pas minimiser la parole de personnes qui vivent des choses que toi tu ne vivras surement jamais ou que tu ne vis pas tout court. Je pense d’ailleurs que si la plupart des gens en on ras-le-bol des polémiques tel que celles-ci, c'est parce que les gens en général ne sont pas assez éduqués sur le racisme. Pour ce qui est du cas Miss France, je trouve ton avis intéressant, c'est vrais qu'à première vu le terme "crinière de lionne" n'a rien de péjoratif. Pourtant je pense que ça s'inscrit dans la mysoginoir, donc au final c'est péjoratif. Sinon je t'invite à regarder la vidéo d'Antastesia sur l'affaire Griezmann, je la trouve très intéressante. En attendant ta réponse : je te souhaite de passer de bonnes fêtes ;)! xx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour savoir si ce que fait Griezmann est une blackface il faudrait se mettre d'accord sur la définition dans le sens où... est-ce que l'on considère que la volonté qui accompagne le geste est significative ou pas ? Moi je considère que la volonté fait partie du geste et que donc ici ce n'est pas une vraie blackface dans la mesure où la volonté de Griezmann n'est pas celle des spectacles états-uniens. Si on considère que ce l'intention ne compte pas et que c'est juste le résultat final qu'il faut voir alors oui, c'est une blackface.

      Je ne pense pas que le fait qu'on fasse des blagues racistes entre amis veuille dire qu'on est raciste et qu'on appuie un système oppresseur ! Au contraire ! On fait des blagues racistes pour se moquer du racisme ! pour se moquer de la mécanique du racisme ! Quand Jérémy Ferrari monte sur scène il ne se moque pas des Noirs, des Juifs, etc. mais bel et bien du racisme, de l'antisémitisme... ! on utilise le rire pour désamorcer et combattre le "système oppresseur" au contraire !

      Je n'ai pas dit qu'il y avait hiérarchie dans le racisme. C'est un contresens de dire ça. Dans la mesure où je dis que ces deux sources de polémiques ne sont simplement pas raciste alors il n'y a pas de hiérarchie dans le racisme. D'ailleurs je ne parle pas des insultes ou des coups quand je parle de choses "vraiment raciste" mais de "propos suintant" !

      J'évite effectivement d'utiliser l'argument du "on ne peut plus rien dire" étant donné que ça part du principe que "c'était mieux avant" et que, comme je le disais dans un article d'il y a quelques mois on peut difficilement comparer deux époques.
      Je ne minimise pas la parole (d'autant que je cite Aloha Tallulah, c'est donc bien que je prends en compte cette parole !) mais je signale mon désaccord analytique.

      J'en ai marre des polémiques et pourtant je suis éduquée sur le racisme, suffisamment pour être courant des termes comme "essentialisation", "ethnocentrisme"... je suis d'ailleurs aller voir l'exposition Nous et les autres à Paris il y a quelques mois !

      Je ne nie pas que le terme peut s'inscrire dans le "mysoginoir" (je rappelle encore une fois que je le reconnais même dans l'article en citant Aloha Tallulah !) mais seulement parce qu'il y a "lionne" et pas pour le terme de crinière. C'est là où je dis qu'il faut aussi faire la part des choses, ce qui n'est pas facile à faire quand on est particulièrement touché par un sujet (comme je le disais dans une réponse à un autre commentaire).

      Je te souhaite également de bonnes fêtes !

      Supprimer
    2. Et j'ajouterais en ce qui concerne la minimisation des propos que ce n'est pas parce que je ne suis pas d'accord que je minimise leurs propos. Seulement, à partir d'un moment où il y a un mouvement politique, religieux, ou social, il y a plusieurs courants de ce mouvements. Comme il y a plusieurs courants dans le féminisme il y a plusieurs courants dans la lutte contre le racisme.

      Supprimer
  9. Je découvre des polémiques super drôle dis donc !! x'D Ça n'était pas arrivé jusque dans ma bulle lol.
    Comme je ne connais pas les Miss (même visuellement) je ne dirais rien. Au moment de ma lecture de ton article la phrase en question ne m'a pas choqué en tout cas.
    Pour Griezman je suis morte de rire !! x'') Quand j'ai vu la photo je me suis d'bord dit "mais avec quoi il a coloré sa peau, c'est vachement réaliste !". Puis comme toi j'ai compris qu'il voulait représenter quelqu'un en particulier et je n'y ait rien vu de choquant. Mais bon, les gens aiment ramener leur fraise tout simplement. Quand tu mets des choses publiquement (sur la toile) c'est la déferlante quoi que tu fasse. C'est comme un jeu. Alors je veux bien comprendre le parallèle avec ce qui avait eu lieu aux US mais faut pas forcément voir le mal partout non plus ! Sinon on ne dit plus rien et on ne fait plus rien non plus. (y'a un film sur le racisme et les fameuses blackfaces si ça t'intéresse, c'est très drôle en plus. C'est "dear white people" si je ne me trompe pas)
    Enfin bref tout ça pour te décevoir encore une fois et être d'accord avec toi ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien que le titre du film laisse imaginer la ligne éditoriale.
      Et puis aussi le problème quand on compare avec ce qui se passait aux US c'est un peu la même chose qu'avec le déboulonnage des statues : on ne peut pas transposer un sujet à deux pays sans faire des adaptations car deux pays n'ont pas la même Histoire !

      Supprimer