mercredi 2 août 2017

Pourquoi parle-t-on de nos corps ?

Bonjour !

Question hautement intéressante du corps qui a secoué (ébranlé ? chatouillé ?) quelques blogs ces derniers jours. Entre autres et d'abord le dix-neuf Juillet avec un billet de Delphine du blog Les Jolis Slims, puis un article de Caroline (Pensées by Caro), le tout sur fond de critique du body positivisme sur lequel je ne m'étendrai pas car c'est un fourre-tout innervé de plusieurs courants hétérogènes. Cependant il y avait dans ces articles des choses qui m'ont interpellée et qui m'ont forcée à sortir de la léthargie dans laquelle je m'étais plongée ces derniers jours (pour ne pas dire ces dernières semaines) et dont je ne sortais que pour manger, me poussant à la réflexion qu'un paresseux est sans doute plus actif que moi à l'heure actuelle. Ces remarques c'est d'abord Delphine qui pose la question de savoir pourquoi il faut sans cesse en revenir au corps ; et Caroline qui voudrait que l'on ne mette plus l'accent sur la beauté et déclare que la beauté comme sujet de société ne l'intéresse pas (c'est bien dommage, parce qu'il y en a, des choses à dire !).

Alors, vaillante et pleine d'énergie (à pas bouger de mon lit ou de mon canapé je peux en revendiquer, de l'énergie, vous pensez !), j'ai bouleversé mon programme de la journée à base de championnats du monde de beach volley ; j'ai rallumé mon PC de cours, j'ai rouvert mon cours d'Histoire de l'art sur le corps ; je me suis emparée de Comment le voile est devenu musulman ? de Bruno Nassim Aboudrard dont je vous ai déjà parlé ; et j'ai cherché frénétiquement entre les pages du catalogue de l'exposition Chamanes et divinités de l'Équateur précolombien (dont je vous ai parlé ici) ; j'ai demandé à Google la première "Vénus" préhistorique et le tout m'a pris un match de volley complet : ô frustration conflictuelle avec la jouissance d'écrire un article complet, documenté, et à peu près pensé (j'ai même pris des notes pour rien oublier !).

Commençons. Pourquoi parle-t-on de nos corps ? Déjà, pour l'utilisation que nous en faisons, qu'elle soit consciente ou non. Notre corps nous sert à communiquer. Que ce soit par la danse, notre communication corporelle (croiser les bras, ce genre de choses), nos vêtements, ou même nos tatouages. De nombreuses civilisations ont utilisé le tatouage dans leurs sociétés de manière bien plus fondamentale que nous ne le faisons aujourd'hui. C'est notamment le cas des peuples de l'Équateur précolombien qui, par exemple, à la suite d'un rite d'initiation, marquent le corps comme mise en évidence du nouveau statut. Cette marque prend la forme d'un tatouage, de scarifications, ou d'une nouvelle coupe de cheveux ; elle permet de "reconnaître l'individu en tant que membre adulte du groupe social". Le tatouage avait des motivations d'ordres esthétiques et sociales. Il pouvait servir à marquer l'appartenance ethnique, le rang, la hiérarchie, ou conférer des honneurs pour un événement spécial (dans le cadre de la guerre par exemple). Le tatoué ou le scarifié devait endurer la douleur et ainsi être purifié et protégé contre les maladies. Le tatouage avait une importance telle que seuls des experts tatouaient et que "ne pas se faire tatouer était un déshonneur, et comportait le risque de se placer en dehors de la société".

Communiquer en ornant notre corps, utiliser notre corps, ce n'est pas nouveau. Notre corps nous sert, à travers la mode, qu'elle soit alternative ou traditionnelle, à montrer qui nous sommes, notre caractère, et à nous présenter au monde. Nous nous présentons et nous jugeons (à divers degrés) les autres sur la présentation qu'ils font. La vue est le premier sens avec lequel nous appréhendons le monde (avec l'ouïe pour la voix). Pourquoi un bébé (humain, chien, chat, que sais-je) est-il mignon ? Pour qu'on ait envie de s'occuper de lui et qu'il puisse survivre : la beauté est utile. Nous parlons de nos corps parce qu'ils nous sont utiles à communiquer, à sociabiliser, et donc, à survivre (en plus de tous les avantages et inconvénients biologiques) (même si je vous accorde que c'est plus facile de survivre en ville que dans la savane, mais il y a quand même une dimension de "survie sociale"). Quelqu'un en surpoids paraîtra plus facilement fainéant tandis que quelqu'un de fin paraîtra plus tonique, que quelqu'un de grand aura plus facilement une augmentation... C'est inconscient (la plupart du temps), mais nous percevons le corps. Nous parlons de nos corps et montrons et représentons nos corps depuis le début de l'humanité. Je vous ai dit que j'ai recherché la première "Vénus" : c'est la Vénus de Hohle Fels qui date d'il y a au minimum trente-cinq-mille ans. Il s'agit de la première représentation humaine connue. Aux prémices de l'art : un corps, déjà.

Nous parlons de nos corps parce que nous n'avons jamais parlé que de ça. Nous parlons de l'esthétique de nos corps parce que nous n'avons jamais été préoccupé que par ça (j'exagère : on pensait à faire de l'alcool aussi :P (National Geographic, Février 2017)).

Quand j'ai lu l'article de Delphine je lui ai répondu en commentaire et s'en est suivie une discussion très intéressante mais au final il y a un angle qui ne m'était même pas venu à l'esprit. C'est quand je suis allée au musée des Beaux-Arts de ma ville et que je me suis retrouvée face à un marbre d'une femme sans tête, que mes yeux se sont posés sur le cartel, que j'ai compris ce qu'il manquait dans ma réponse : l'Histoire de l'art. Il était écrit sur ce cartel qu'à partir de la Renaissance on avait fait de l'idéalisation du corps une obligation.

Alors, certes, le nu n'est pas le corps (le nu ne représente pas le handicap, la vieillesse, la laideur). Le nu, c'est l'idéalisation, ce sont les connaissances presque médicales des peintres mises au service de l'idéal. On a cherché l'idéalisation et le prétexte. Les peintres ne pouvaient pas représenter du nu sans prétexte (qu'il soit historique ou mythologique). La Rolla de Gervex a été, en 1878, retirée de l'exposition parce qu'elle a fait scandale : ce n'est pas un nu, c'est un déshabillé, c'est la consommation charnelle, ce n'est pas moral. Alors le nu n'est certes pas le corps. Mais il présente un corps idéal. Et quand Courbet peint Les Baigneuses, n'est-ce pas un scandale qui lui tombe sur le coin de la figure ? Ne lui reproche-t-on pas l'enlaidissement du corps féminin ? Et voilà son tableau refusé au Salon de 1853 (je vous ai parlé déjà du Salon sur cet article).

La beauté est une construction entre le réel et l'artificiel, la beauté évolue toujours, on peut même faire une Histoire du corps et de la beauté et je vous renvoie notamment à Pascal Ory qui a écrit un livre sur le bronzage. C'est intéressant, le bronzage. Au début, pour être beau, il fallait être blanc en comparaison des paysans qui travaillaient sans cesse dans les champs. Et puis sont venus en je ne sais quelle année (années 1960 ?) les congés payés. Avec les congés payés on a eu un renversement paradigmique en ce sens que le référent n'était plus le paysan mais l'employé qui ne partait jamais en vacances : il fallait être en bonne santé et le montrer et pour le montrer il fallait bronzer. Alors la beauté est changeante, mouvante en fonction des cultures, des époques, des régions du monde... Mais la beauté est quand même un sujet de société.

C'est intéressant, je pense, parce qu'il n'y a pas seulement le "corps artistique" avec lequel je vous bassine depuis le début de cet article : il y a le "corps politique", aussi. Et le corps politique, comme sujet sociétal, eh bien c'est intéressant. Le premier exemple qui est venu à mon esprit est un sujet sur lequel j'ai écrit un article il y a quelques temps : le collant et la propriété du corps des femmes. Je ne vais pas tout répéter mais, en gros, le corps des femmes est politique dans la mesure où certaines féministes (avec lesquelles je ne suis pas en adéquation) partent du principe que plus on s'habille court, plus on est libre. Le corps des femmes est politique, et on l'a vu l'année dernière, avec l'histoire du burkini. Le corps, le cacher, le montrer, se dévoiler publiquement : c'est politique et je vous renvoie au livre de Bruno Nassim Aboudrar dont je ne vous parlerais jamais assez. Mais s'il me faut un exemple dans un autre thème que les femmes alors je choisirais le sport. Le corps sportif est politique. Paris veut profiter, par exemple, des Jeux Olympiques de 2024 pour mettre en avant le sport-santé. On va donc utiliser, si je ne m'abuse, l'image des athlètes pour promouvoir une politique de santé publique. Ils sont beaux les athlètes, ils sont musclés, et quand un geste technique est réussi, c'est beau à regarder (vive le saut à la perche !). On profite de corps présentés comme beaux (ceux des athlètes) ou pouvant représenter une certaine image de la beauté pour la mise en place d'une politique publique.

Je continue dans le sport. Les nazis. Je ne me souviens pas des détails, mais l'idéologie nazie mettait en avant le corps musclé (y compris pour les femmes). Pourquoi Hitler a monopolisé les Jeux Olympiques ? C'est politique. Le corps est politique et donc le corps, et la beauté si on quitte un peu le général pour le particulier, sont des sujets de société. On peut s'y intéresser ou pas, mais quoi qu'il en soit ce sont des sujets de société bien installés et indéniables.

Pourquoi parle-t-on de nos corps ? Pourquoi ne peut-on pas ne pas en parler ? Pourquoi fait-on une fixette dessus ? Mais parce que nous parlons de ça depuis des millénaires et que ces millénaires se comptent même en dizaines ! Nous parlons de nos corps parce que nous les traînons inlassablement avec nous et qu'ils contribuent grandement à l'image que les autres ont de nous (au moins dans les premiers temps). Nous parlons de nos corps parce qu'ils sont un moyen de contrôle, parce qu'ils sont politiques que ce soit du registre de la santé ou des discriminations (et d'autres encore) ; je pense aux (certaines ?) universités sud-africaines qui ont interdit les coiffures traditionnelles aux étudiantes noires parce que ça fait "négligé" (j'ai lu l'article en anglais pour un exposé, donc je ne suis pas bien sûre de la traduction, mais c'est l'idée). Les discriminations raciales ne considèrent pas seulement la couleur de peau, mais la couleur de peau revêt une importance non négligeable dans les discriminations raciales. Tout n'est qu'une question de corps.

Nous parlons de nos corps parce qu'ils font partie intégrante de nos vies, que nous cherchons à nous aimer (et nous aimons le beau) ou plutôt que nous cherchons à ne pas nous détester, à être bien dans nos bottes. D'ailleurs, même quand nous essayons de ne pas parler des corps et de la beauté, nous en parlons ! C'est ce paradoxe d'importance de la non-importance de la beauté dont je vous avais déjà parlé. Pour un micro-trottoir nous demandons aux jeunes interrogés leur type idéal. Nous, nous voulons qu'on nous réponde "un mec musclé" ou "une fille fine". Mais la question n'a pas été comprise comme ça et c'est un festival de "c'est l'intérieur qui compte". Pourtant, quand nous demandons l'importance de la beauté sur une échelle de un à dix c'est huit, neuf, et même un dix ! Et, quand nous demandons à une fille ce qu'elle regarde en premier chez un homme : le visage ! Oups.

Nous parlons de nos corps parce que nous les jugeons (le nôtre et ceux des autres), nous nous comparons. Nous parlons de nos corps parce que nous vivons avec, qu'ils sont artistiques et politiques. Et je pense que, dans une certaine mesure, tant que ça ne devient pas une obsession, il est sain de parler de nos corps, de leur beauté, de notre bienveillance à leur égard (dit la fille qui s'aime pas, ça frôle le foutage de gueule xD), de comment on les traite et, surtout, surtout, de comment on les représente et on se les représente ! Car la représentation de nos corps, de leur beauté, est un réel enjeux, que ce soit au travers de la publicité, des films, ou de tout support qui met en avant nos corps.

Bref. Voilà pourquoi nous parlons de nos corps. Je ne pense pas qu'il faille arrêter et d'ailleurs je ne pense même pas que nous puissions arrêter, dans la mesure où ça fait au bas mot trente-cinq-mille ans que l'on parle de nos corps et qu'on les représente.

Qu'en pensez-vous ? En avez-vous marre que l'on parle de nos corps ?

Source tableau – Jean-Léon Gérôme, Vente d'esclaves à Rome, 1866

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. Bonjour,
    Merci pour cet article qui remet les choses en perspectives. C'est très intéressant... Je suis d'accord avec la plupart de tes propos. Mais je pense qu'il y a quand même eu une évolution amorcée depuis plusieurs décennies...
    Comme pour la plupart des domaines, le corps est devenu un objet standardisé de consommation courante, en particulier le corps de la femme. C'est en arrivant à Paris que j'ai personnellement ressenti (non sans malaise) ce phénomène. Ce phénomène est aussi présent sur Internet et les réseaux sociaux... poussés à l'extrême, certains comportements confinent au "je m'affiche nu(e) donc je suis".

    Je pense d'ailleurs que c'est ce thème de la norme qui était pointé du doigt dans l'article de Pensée By Caro. Certes cette norme est relative. Mais les médias refusent de plus en plus cette relativité.. ou alors alors ils ont une définition très laxiste de la diversité.

    De plus le thème de la beauté est surreprésenté sur certains médias comme Youtube. Ce n'est pas non plus complètement un hasard vu que ce thème est très "vidéogénique".. Natoo a d'ailleurs fait une vidéo à ce sujet pour dénoncer qu'une seule Youtubeuse faisait partie du top 10 des Youtubeurs français les mieux payés et que c'était une Youtubeuse beauté.

    Désolée pour cette pensée un peu déstructurée...

    Bonne fin de journée
    Make Me Pretty

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien :) S'il remet les choses en perspective c'est parfait, c'est exactement ce que je voulais ! :D
      Je pense que c'est le genre de thème qui est toujours en évolution parce que l'on touche à l'intime.

      Oui, je vois ce que tu veux dire, et c'est vrai que j'ai un peu retiré de son contexte les propos de Caroline que j'aie cités. En fait, plutôt que de présenter des mannequins hors de la norme on élargit un peu la norme de manière à ce que les mannequns "rondes" soient rondes, aient quelques formes, mais ne soient jamais "grosses".

      Je ne sais pas si le fait que la seule youtubeuse du top soit du monde de la beauté est vraiment significatif. Parce qu'il faut voir que, je pense, à vue de nez, que la plupart des femmes qui font des vidéos (et qui ont une certaine audience) se sont tournées vers la beauté (même s'il y en a aussi pas mal en ASMR). On peut l'expliquer par le fait que les femmes se maquillent plus que les hommes mais aussi par le fait que ces vidéos fonctionnent et donc aient attirées de nouvelles filles un peu opportunistes. Du coup si la densité des femmes est plus forte en beauté c'est normal qu'elles aient plus de chance d'apparaître dans les mieux payés. Il faut aussi comparer les audiences et les années de commencement des chaînes. Il me paraît évident (mais si ça se trouve je me plante complètement) que, hors cas de célébrité fulgurante, quelqu'un qui ait commencé depuis plus longtemps ait plus d'audience et donc possiblement plus de revenus si elle a décidé de développer les partenariats.

      Ne t'inquiète pas haha ;P

      Bonne fin de journée à toi aussi :)

      Supprimer

Un petit mot ? :)