mercredi 23 août 2017

Le périple, ou la recherche d'un Service Civique

Bonjour !

Je pourrais vous parler de mon bénévolat aux mondiaux de lutte mais comme je n'ai pour le moment fait qu'un seul jour et que je n'ai pas le droit de publier de photos (ni même vraiment d'en prendre à vrai dire) ça attendra un peu. Et puis, quand même, faut bien dire : j'aime bien râler, alors si je dois choisir entre un article où je vous raconte une expérience comme les blogueuses lifestyle et un article où je râle, eh bien je choisis l'article où je râle xD Bon ceci dit je ne vais pas faire que râler, j'ai quand même de vraies interrogations derrière (enfin je crois).

Je ne suis pas contente. Pas contente du tout, même. Comme vous savez peut-être (je vous en parlais là) j'ai décidé de chercher un Service Civique pour la rentrée. Et je me retrouve confrontée à un problème que je n'avais pas vraiment prévu : la distance. La plupart des missions auxquelles je candidate apprécient le fait que j'aie déjà un peu d'expérience en radio mais, à chaque fois, la première question c'est "je vois que vous êtes loin, comment vous allez faire ?". Comment ça "comment je vais faire" ? Étant donné que je ne vais pas faire sept heures de train par jour pour un Service Civique je vais déménager : que veux-tu que je fasse d'autre, au juste ? Alors j'ai bien compris qu'ils voulaient s'assurer que j'ai remarqué la distance et que j'aie une solution au problème, et ça se comprend : ils n'ont pas envie de me dire oui pour que je me désiste au dernier moment en disant que je n'ai pas trouvé de toit à me mettre sur la tête, mais il faudrait songer à tourner la question autrement, dans ce cas...

En fait, j'ai vraiment du mal à comprendre que la distance soit un critère dans le sens où, a priori, si je candidate, c'est que j'ai pris en compte cet élément et que je pense être capable de le gérer. Une dame me fait remarquer qu'avec un Service Civique on ne gagne pas grand-chose : certes, mais si je candidate c'est que j'ai confiance en le fait que je vais pouvoir déménager. J'ai tenté de la rassurer tant bien que mal mais je pense qu'elle s'était déjà fait une idée sur la question. D'un autre côté ça se comprend car elle m'a dit qu'ils avaient déjà eu des problèmes avec des personnes vivant moins loin que moi. Pour une autre mission j'ai cru marcher sur la tête. J'avais eu un entretien téléphonique (pendant lequel on n'avait pas su répondre à ma seule question concernant leur annonce, d'ailleurs) et le monsieur me dit qu'il faudrait vraiment que je me déplace pour que je puisse voir les studios, la ville, etc. Je comprends qu'il préfère que je puisse dire si oui ou non la région me plaît, mais croit-il vraiment que je vais faire plus de dix heures de train dans la journée (sans compter le prix du billet) pour à peine une heure d'entretien ? Ensuite, il me propose une autre ville de rencontre, un peu plus proche. Mais ne voulait-il pas me rencontrer pour qu'on voie les studios ? Et en fait ce n'est même pas le problème : ça me fait toujours dix heures de train au bas mot dans la journée pour une heure d'entretien. Je veux bien le faire, mais il faut me payer plus que 470€ par mois. Autant me dire tout de suite que vous ne voulez pas de moi, au lieu de me faire passer pour celle qui ne fait pas les efforts parce qu'elle ne veut (peut ?!) pas se déplacer.

J'en discutais tout à l'heure avec une amie qui m'a dit qu'elle a eu le même problème quand elle a candidaté pour un Service Civique relativement loin, dans une branche très différente de la mienne. Du coup je me pose des questions. On nous rabâche qu'il faut être flexibles et mobiles et quand on est mobile on nous demande pourquoi et on nous le reproche. J'ai du mal à saisir... Une collègue des mondiaux me disait que c'était vraiment bizarre de trier les gens sur ce critère-là alors que s'ils cherchent des gens c'est qu'ils en ont besoin. Mais en fait ils ont tellement de candidats dans leur région (un des Services Civique où j'ai candidaté avait, à ce qu'ils m'ont dit, une quinzaine de candidats et seulement trois personnes venant d'une autre région) qu'ils peuvent se permettre ce genre de choses. Mais évidemment ! si on est refusé dans les autres régions à cause de la distance, on se rabat sur la nôtre, et c'est sans doute ce qu'il va m'arriver si les deux dernières missions pour lesquelles j'attends encore des entretiens me refoulent à cause du kilométrage.

Je ne sais pas s'il y a quelque chose à faire pour sensibiliser les organismes à ça (je ne suis pas vraiment favorable au tout-réglementé) mais je pense qu'il faut trouver une solution parce que ce n'est pas une situation satisfaisante. Découvrir une autre région, se déplacer, c'est super enrichissant, mais si on nous empêche de le faire on ne le fera plus et on ira nous le reprocher. Je pense aussi qu'il y a un problème entre ce qui est présenté et la réalité du terrain. On présente le Service Civique comme quelque chose d'ouvert à tous, pour lequel on n'a pas besoin de beaucoup d'expérience (et encore moins de diplôme, d'ailleurs je pense qu'ils n'ont pas le droit de prendre ça en compte), qui permet d'apprendre, mais, sur la réalité du terrain, les associations sont débordées, parfois en train de remonter la pente et de sortir la tête de l'eau et, dans les faits, elles n'ont pas le temps de former des gens et prennent ceux qui maîtrisent déjà la question. Bien sûr, je sais que c'est le jeu du marché de l'emploi : le plus qualifié gagne, un Service Civique n'est pas une formation, il faut quand même que la machine tourne...

Que fait-on si aucun Service Civique dans notre région ne correspond à nos ambitions, nos envies, nos projets ? On doit s'empêcher de candidater hors des frontières du département sous prétexte que c'est loin ? Mais enfin on n'a pas un pays aussi grand que les États-Unis quand même... !

Je m'interroge vraiment sur l'importance que l'on accorde à la mobilité. On ne peut pas à la fois nous dire "bougez !" et à la fois nous dire "mais pourquoi faire autant de kilomètres? comment vous allez faire ?". C'est ridicule. Et ça m'agace.

Qu'en pensez-vous ? Avez-vous fait un Service Civique ? Comment s'est passé la recherche ?

Source photo – Agence service civique / François Guenet

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires:

  1. Je suis tout à fait d'accord avec toi. Je pense qu'ils culpabilisent un peu de payer si peu les jeunes dans les services civiques en leur demandant beaucoup de sacrifices à côtés... mais tu as raison, changer de ville, c'est super et ça rend l'expérience encore plus intéressante!
    Les recruteurs sont toujours un peu frileux car ils ne veulent pas faire de mauvais choix... quand tu cherches du job c'est pareil...
    Courage, il faut persister et les mettre en confiance :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, effectivement, je pense qu'ils culpabilisent un peu, d'ailleurs la dame m'a dit plusieurs fois "mais vous savez, vous avez pas grand-chose pour vivre" etc.
      Oui, sauf qu'à force de craindre le mauvais choix on ne fait pas de choix du tout... Un collègue des mondiaux est aussi recruteur dans sa branche et il est favorable au "coup de pocker" dans le sens où si un candidat a un CV qui paraît un peu trop rempli pour son niveau théorique mais qu'il dit la vérité (parce qu'à côté de ses études il a fait autre chose par exemple) eh bien il gagne un bon élément, mais si le gars a menti il perd 2h. Je pense que plus de recruteurs devraient prendre un risque (après j'en sais rien, les réalités du marché de l'emploi ne le permettent peut-être pas).

      Supprimer
  2. Je pense que c'est juste parce qu'ils doivent souvent s'être fait planter à la dernière minute. C'est moins "rassurant" de miser sur quelqu'un qui va venir de loin que de quelqu'un déjà sur place. Pas de mistère.
    Après pour le mec qui insistait pour te voir... là je pense plutôt à un coup de foudre téléphonique :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement je pense que c'est possible qu'ils se soient fait planté à la dernière minute, parce qu'on ne candidate jamais pour un seul Service Civique donc si plusieurs nous choisissent il faut forcément qu'on dise non à une partie d'entre eux. Surtout que là avec la sortie des vacances ils cravachent pour trouver quelqu'un à la rentrée et presque toutes les réponses vont tomber en même temps.
      Haha peut-être ! Ça et le gars de mon Airbnb qui m'a mise mal à l'aise en me sortant "vous êtes très jolie mademoiselle"... je suis servie x'D

      Supprimer
  3. Je comprends ton désarroi. Je me suis retrouvée dans la même situation face à des demandes de bénévolat et de formation.
    Je suis actuellement en service civique, mais je n'ai rien cherché, on est directement venu me trouver. Il faut dire aussi que j'habite une petite ville, donc les jeunes souhaitant faire un service civique ne doivent pas être si nombreux que ça.
    Je trouve l'expérience agréable, c'est une bonne occasion d'enrichir ses compétences (mais aussi celles des autres en leur transmettant ce que tu sais) ainsi que son CV.
    Bonne recherche pour ton service civique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve ça fou quand même...
      En tout cas c'est super qu'on soit venu te chercher, mais ça montre aussi qu'ils préfèrent aller chercher des gens à proximité que répondre aux candidatures qu'ils reçoivent d'ailleurs et je trouve ça triste en un sens...
      C'est un Service Civique dans quelle branche ? (si c'est pas indiscret ?).
      Merci ! :)

      Supprimer
    2. Oui c'est fou. Après moi ils n'avaient pas eu de candidature... En tous cas pas qui les intéressaient.
      Je m'occupe de la documentation (numérique et papier). Je sors de Lettres et d'Arts, alors mon profil les a attiré

      Supprimer
    3. Ah, d'accord, donc c'est un peu différent.
      Ça a l'air assez intéressant ! :)

      Supprimer

Un petit mot ? :)