vendredi 6 janvier 2017

Écriture : le cas de la phrase trop longue

Bonjour !

Je crois bien que je n'ai jamais écrit d'article sur l'écriture... J'ai écrit sur le blogging, sur le fait d'écrire pour soi, sur la différence entre ce que l'on croit dire et ce que l'on dit (j'en ai même fait deux !), mais jamais sur le processus d'écriture et les problèmes des jeunes écrivains. En même temps il faut dire que les sujets sont toujours les mêmes : diversifier son vocabulaire, affronter la page blanche, faire relire, etc., etc., etc. Mais là j'ai décidé de sortir de mon silence et de m'élever contre une critique qui revient souvent et qui pourtant est idiote ou du moins tombe juste à côté du vrai problème. Le cas de la phrase trop longue.

Le monde entier semble décidé à tout mettre en place pour nous empêcher de faire des phrases longues. Des profs qui nous supplient, désespérés (j'exagère, j'avoue :P), de ne pas faire des phrases de cinq lignes, jusqu'aux membres de forum, pourtant jeunes écrivains eux-mêmes, qui nous demandent de couper des phrases en deux, en passant par les bêta-lecteurs. Sauf que moi, vous voyez, je suis une adepte de la phrase longue, parce que dans une phrase longue on peut jouer avec le rythme et puis on peut aussi jouer avec le rythme des phrases qui environnent notre phrase longue. Vous voyez ? Et l'écriture c'est aussi un jeu sur le rythme. Notre langue est formidable, pourquoi se priver ?

Une phrase n'est jamais trop longue : elle est ressentie trop longue. Ce n'est pas pareil. Et si elle est ressentie trop longue c'est parce que le lecteur perd le fil, ne comprend plus, ne sait plus ce qu'il lit et que son attention se délite un peu plus à chaque mot supplémentaire n'étant désespérément pas suivi d'un point salvateur. Et si le lecteur perd le fil ce n'est pas parce qu'il est idiot mais simplement parce que l'auteur a mal fait son taf et a mal balisé sa phrase, l'a mal ponctuée.

Je suis inscrite sur le forum Jeunes Écrivains et, justement, aujourd'hui, une commentatrice a demandé à un membre qui avait sollicité un avis sur un extrait de couper en deux sa première phrase. Il faut dire qu'effectivement elle avait un petit problème, cette phrase. Mais un petit problème qui nécessitait une solution bien moins violente, radicale et traumatisante qu'une amputation de quelques mots, une solution magique, merveilleuse, extraordinairement adaptée : le point-virgule. Si si, je vous jure ! Le point-virgule ! Extraordinaire création de la langue écrite que cette chimère hybridée d'un point et d'une virgule, source de respiration et de sens. Et qui n'ampute pas la phrase de son intégrité physique. Ni stylistique d'ailleurs car, bien souvent, quand on remplace une virgule par un point-virgule on ne fait que rattraper la bourde écrite et accorder l'écrit à la respiration imaginée à l'oral.

Et quand ce n'est pas la faute de l'auteur, c'est celle du lecteur. J'avoue avoir été parfois perdue au parcours d'une phrase longue de Victor Hugo, mais c'est difficile d'imputer ça à sa faute à lui (sans blague ! :P). Parfois c'est vrai, on pense à autre chose pendant qu'on lit, ou on lit sans trop faire attention, et on ne comprend pas. Mais bien souvent c'est la faute de l'auteur, quand même.

Tout ça pour dire que, non, il n'y a pas de phrase "trop longue". Une phrase ressentie comme trop longue par le lecteur est simplement mal ponctuée. Mais ce n'est pas la taille de la phrase en elle-même qui pose problème.

Conclusion : la bonne longueur c'est quand les pieds touchent bien par terre.

Source photo – thi loan tran

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires:

  1. Navré, j'étais pris ailleurs. Non. Tu n'as pas de phrase trop longue, en effet.
    Tu as le cas de phrases mal ponctuées, tu l'as cernée.
    Tu as le cas où le locuteur pense être clair, mais ne l'est pas.
    Et c'est là que l'intérêt des phrases courtes se fait jour.
    A l'instar du poids des mots, du choc des photos de paris-match, ce qui frappe, ce sont des notions courtes, pas des démonstrations « longues » où, à force d'accumuler des arguments, tu peux perdre ton lectorat.
    Regarde la phrase précédente : elle est déjà trop « longue », car plusieurs notions-clefs y sont survolées, pas développées.
    Il n'y a pas de miracles.
    Pourquoi selon toi le FN perce-t-il autant ?
    Nous sommes des animaux sociaux simples : l'on intègre de façon unanime que des notions claires, rapides, et nettes. Question d'efficacité.

    L'écriture est tout autant un jeu de rythme qu'un jeu de concepts transmis/partagés, je ne t'apprends rien. In fine, ce qui importe est le message que tu délivres. Ce qui nous amène à ton point suivant : ton interlocuteur va effectivement perdre le fil si trop d'éléments sont développés de front, je suis un pro du fait, je peux perdre quelqu'un aisément dans le domaine.;)

    Exactement, pour la perte de fil. Précisément, mais pas seulement : tu parlais de rythme : si tu casses celui de la lecture, alors l'impression est justifiée. Ici, trois volets :
    a) Passé un stade, ce n'est plus seulement une question de ponctuation.
    b) Dans la même veine : si tu ne peux pas résumer ta pensée, c'est que cette dernière est mal construite.
    c) Une personne lambda aura tendance à confondre brièveté et rudesse, et longueur avec atermoiement. A toi de rectifier le tir en tant que responsable de tes écrits, point.

    Ton exemple est valable sur un cas particulier : mais encore une fois, gare au rythme, et garde à l'esprit que tout le monde n'a pas le même !
    En simple : plus une phrase sera courte, plus elle aura de chances de faire consensus, qu'elle soit juste ou PAS, ici, ce n'est pas le propos, ni le débat.;)

    Ce cher Vico. ^_^
    Écoute, auteur qui n'a plus rien à prouver, doublé d'un monstre sacré, MAIS parfois, ay que infusarselo, per momento, eh.

    En désaccord avec toi sur la réduction à une problématique de ponctuation, donc.
    Tu as aussi une question de longueur médiane, et ça, elle est fonction de chacun, et impossible à déterminer seul(e).:)

    Conclusion : La bonne longueur, c'est quand c'est pas la taille qui compte.
    Sans puissance de feu, la taille, c'est que dalle.  ==^_^==
    Je ne sais plus si j'avais répondu. C'est fait, dans le doute.
    @+ !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'excuse pas haha !

      Passé un stade ce n'est effectivement plus une question de ponctuation parce que certaines personnes sont fâchés avec la grammaire, mais c'est quand même un cas assez rare, enfin je pense... en tout cas mes profs ont plutôt tendance à nous reprocher de ne jamais mettre de virgule que d'agencer les mots n'importe comment.
      Bien sûr ! C'est à l'auteur de corriger si la phrase n'est pas comprise !

      Tout le monde n'a pas le même rythme et il ne s'agit pas d'imposer l'emploi de phrases longues aux personnes qui n'aiment pas ça. Mon propos est plutôt de dire qu'il ne faut pas empêcher les personnes qui aiment les phrases longues d'en faire (parce qu'en plus, si on les en empêche, ils ne s'amélioreront pas !).

      Haha ! Je me souviens que tu avais déjà parlé de la puissance de feu dans un autre commentaire !

      Supprimer

  2. J'en ai lu des livres et autres avec des phrases "longues", mais si le rythme et la structure sont maîtrisés, elles sont tout à fait plaisantes et compréhensibles ! Ca dépend en fait ... après réflexion ... avec certains auteurs ça me perdait complètement (style Butor dans "l'emploi du temps"), et d'autres (plutôt chez les romantiques et autres) pas du tout. Je pense que c'est le message que l'on veut faire passer qui rend les phrases longues plus ou moins faciles d’accès ^^ du moins j'ai l'impression ! (je suis loin d'être une spécialiste XD)

    J'aime beaucoup que tu écrives sur ce genre de questions, et ça change bien du sempiternel sujet de la page blanche =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi des auteurs m'ont un peu perdus avec leurs phrases un peu tortueuses, comme dans "L'Autre ville" de Michal Ajvaz (que j'avais présenté dans un "Au tour du monde" et qui est très bien même si difficile à suivre !). C'est vrai, je n'avais pas pensé à la difficulté liée au message ! (moi non plus je ne suis pas spécialiste, je te rassure ! xD)

      C'est gentil :) Peut-être que j'en ferais d'autres ^^'
      Effectivement ! En plus les conseils dans les articles qui traitent de ce sujet sont toujours les mêmes, c'est usant ! x)

      Supprimer
  3. Hey,
    J'opte pour le style de phrases courtes. Ça a plus d'impact surtout. :)

    http://shortrelationships.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben, après c'est à chacun de voir où il est le plus à l'aise et de faire en fonction aussi de ce qu'il pense servir son histoire. Je ne dis absolument pas que tout le monde doit passer à la phrase longue, je dis qu'il ne faut pas empêcher ceux qui en font d'en faire. Je préfère les phrases longues parce que je les trouve jolies et que je suis plus à l'aise dedans. Mais j'en fais aussi des courtes. Je joue sur le rythme et j'aime assez peu une succession de phrases courtes, je trouve que la lecture est trop hachée et pas très agréable. Mais encore une fois ça dépend de chacun et certains peuvent trouver que des phrases longues demandent trop de concentration et desservent le propos... en gros : chacun son style, mais n'empêchons pas ceux qui font des phrases longues d'en faire :)

      Supprimer
  4. Bonjour, je viens te remercier pour cet éloge de la phrase longue. Je suis tout à fait d'accord avec toi : j'aime ça et j'ai tendance à les utiliser plutôt naturellement malgré que l'on me reprenne sans cesse sur ce point. Je ne désespère pas et aie l'espoir de voir celles-ci revenir courante. Il est vrai que la littérature d'aujourd'hui privilégie la succession de points, mais n'oublions pas que les grands auteurs classiques ont souvent eu recours à des phrases de plusieurs lignes sans que cela ne gâche ni leur talent ni la compréhension du sens.
    Ton article m'a convaincu de persévérer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie de savoir que mon article t'a plu !
      Je pense effectivement que quand on emploi naturellement des phrases longues il faut persévérer pour s'améliorer dans leur emploi plutôt que d'abandonner... c'est l'histoire de la vie !

      Supprimer

Un petit mot ? :)