lundi 12 décembre 2016

Nous sommes un soleil, ou de notre difficulté à appréhender la différence

Bonjour !

Ce matin je repensais à la réaction de ma mère quand je dis que pour moi ce sont les autres qui sont bizarres. "Mais bien sûr !" qu'elle me lance avec des yeux que j'imagine levés au ciel et une pointe d'énervement. Et pourtant. Pourtant j'ai mis du temps avant de me rendre compte que tout le monde n'agissait pas comme moi, ne raisonnait pas de la même manière que moi et n'avait pas la même difficulté que moi face à la sociabilité. Pourtant, même encore aujourd'hui, il m'arrive de me dire que les autres sont vraiment étranges. Pourquoi ? Parce que je suis un soleil, et que vous aussi vous êtes un soleil : vous êtes l'étalon de l'humanité, vous êtes au centre de l'univers, vous êtes autocentré (pas dans le sens égoïste), et vous voyez le monde avec vos yeux et pas du point de vue des autres. Au final c'est ce qui fait que l'on appréhende mal la différence au premier abord.

Je voudrais filer ma métaphore avec le Soleil. Notre système solaire est hélio-centré, le Soleil a toute ses petites planètes qui gravitent autour de lui. Comme vous qui avez des amis, de la famille, des professeurs, des collègues, qui gravitent autour de vous. Le Soleil a un point de vue sur le système solaire qui n'est pas le même que celui de la Terre. Et le point de vue du Soleil sur l'interaction Terre-Lune est différent de celui qu'a la Terre sur cette interaction : le Soleil ne faisant pas partie de cette interaction il a un regard objectivé (et non objectif, j'insiste !) sur cette interaction. Si on lui demandait, il ne raconterait pas cette relation comme la Terre la raconterait. Vous voyez ce que je veux dire j'imagine. Nous sommes autocentré comme le système solaire est hélio-centré. Nous avons conscience de nous en tant qu'individu, en temps qu'existant dans le monde, en tant que nous (alors que par exemple les bébés au début ne font pas la différence entre ce qui est à eux ou non), et donc nous voyons le monde de notre point de vue.

"Je ne mange pas de pizza le matin et... non, non je crois que je ne connais personne qui en mange... tu es vraiment bizarre !" dit celui qui jamais n'a mangé de pizza le matin, jamais n'a entendu que quelqu'un le faisait, et qui n'a même pas songé, comme lui-même ne le faisait pas, que quelqu'un d'autre pût le faire. "Tu n'as jamais mangé de pizza le matin ? Vraiment ? Ben c'est bizarre, ça !" dit celui qui en mange de temps en temps, ou régulièrement, et qui trouve vraiment étrange qu'il existe des personnes qui ne l'aient jamais fait. Évidemment ! Puisque plus ou moins consciemment nous considérons que les autres agissent comme nous puisque nos agissements nous paraissent naturels, tout à fait dans la norme et tout a fait non exceptionnels. C'est en parlant de ça que j'ai commencé mon contrôle d'épistémologie d'ailleurs. En disant que finalement nous avions tendance à voir les autres de notre point de vue, à mal comprendre qu'ils agissent différemment de nous, et que cette tendance pouvait être retrouvée dans la manière de faire de l'Histoire, en se centrant sur notre pays ou notre continent, ce qui a donné lieu à des critiques (maintenant on parle de "provincialiser l'Europe", on fait de l'Histoire des vaincus, etc.).

Alors, quand il s'agit de manger de la pizza le matin ce n'est pas bien grave. Mais quand ça concerne des choses plus importantes, un rapport différent à l'argent, un rapport différent à la sociabilité, un rapport différent au bruit, au contact physique, etc., ça pose plus de problèmes. Et d'autant plus quand on parle de différences biologiques (je veux dire, vraiment biologiques, pas l'argument détourné pour le racisme, on s'entend). Un autiste Asperger par exemple peut avoir des difficultés à faire comprendre aux autres qu'il ne supporte pas le bruit. Ou un dépressif à faire comprendre ce qu'est la dépression, ce qu'il ressent. Et parce que l'on a du mal à appréhender la différence, à conceptualiser le fait que les autres puissent être différents de nous, étalons de l'humanité, alors on a peur. Est-ce dangereux ? Est-ce contagieux ? Lui, il est bizarre, tu crois qu'il va mettre en danger mon groupe ?

Ce qui est différent est étranger, ce qui est étranger est inconnu, ce qui est inconnu est potentiellement dangereux et ce qui est dangereux est potentiellement mortel. Ce qui est potentiellement mortel est à rejeter, ou a transformer de manière à ce qu'il ne soit plus différent et soit inclusible dans le groupe.

Du coup, au risque de passer pour une moralisatrice, je dirais que oui, vous êtes des soleils, mais que les autres aussi se considèrent comme des soleils. Et que, dans l'univers, il y a plein de soleils différents : des gros, des petits, des bleus, des rouges, des jaunes, des froids, des chauds, que tous les systèmes solaires vivent dans un même lieu mais que la Terre ne s'est pas arrêtée de tourner pour autant.

Voilà !

Qu'en pensez-vous ?

Source photo – Sanne's pics

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. *Sourire amusé* Bienvenue dans l'univers.
    Vivre, c'est accepter un système, ou le rejeter.
    C'est interagir avec, et modifier les orbites, pour mettre en abyme ta métaphore filée.
    Qui je fréquente? Pourquoi?
    Qui autoriserai-je dans ma sphère intime, mon propre système solaire, et pourquoi?

    Nous sommes tous de la poussière d'étoile.
    Il faut raison garder face à l'humain. De la poussière, ça reste de la poussière. :)
    Mais quand chaque poussière est unique, cela fait ce que nous connaissons sous le nom d'humanité.

    Si tu me demandes...

    Jolie plage. :)

    Sa beauté, comme sa force, a toujours été ses multiples différences: pas ses similitudes.
    Et si tu me demandes vraiment, je dirais que je préfère être une poussière qu'une étoile. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les différences sont belles mais il est aussi intéressant de mettre en avant les similitudes pour dire "nous sommes tous pareils, au fond" et éviter le complet rejet, je pense.

      Supprimer
  2. J'aime beaucoup cette image. Pas facile pour un soleil de comprendre qu'il n'est pas au centre de l'Univers, ou d'accepter que d'autres soleils ne perçoivent pas cet Univers partagé comme lui!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait ! Et pas facile pour un soleil de comprendre que ce qu'il voit comme une planète se voit comme un soleil !

      Supprimer

Un petit mot ? :)