mardi 13 décembre 2016

Le regard qui compte

Bonjour !

Je viens encore vous embêter avec des considérations sur le regard des autres... En fait, ma soeur a tendance à beaucoup commenter la manière dont je m'habille, et pas pour dire de jolies choses. Plutôt pour dire que ça va pas, et que pourquoi j'ai mis mon pantalon si haut (cette fois-là je l'ai mis à la taille, c'est pas de ma faute si j'ai un petit buste et de grandes jambes ! xD), et pourquoi ci, et pourquoi ça. Et ce soir encore.

Bon.

Il se pourrait que je l'ai un peu cherché. Comprenez : j'ai mis un pantalon noir bouffant avec des derbies à talon. Oui, j'ai osé. Oui, vous allez me dire que ça ne va pas, que pourquoi, que ce sont deux styles différents, que c'est pas possible, que c'est ridicule... et c'est là que le bât blesse. Je veux dire, évidemment, vous avez le droit de ne pas aimer, et vous avez le droit de me le dire, mais entre le dire et en faire des caisses ; entre le dire et utiliser l'argument du "on te rend service"... Ce début d'article sonne un peu entre la justification et le règlement de comptes mais, au fond, ce que je veux dire c'est que, moi, je ne trouve pas ça ridicule. Moi, j'aime bien. Et que, finalement, le regard qui compte, c'est le mien.

Darkrevette (coucou ! :P) (si vous ne la connaissez pas elle tient un blog mode alternative) vous le dira sans doute mieux que moi qui, mis à part un pantalon bouffant de temps en temps garde un look très classique : ce qui compte c'est que celui qui porte les vêtements se trouve beau, belle, s'aime et ait confiance en lui ou en elle accoutré(e) de cette manière. Certainement que, dans ma promo, parmi les gens que j'ai croisés aujourd'hui, certains – la majorité peut-être même ! – se sont dit "oh non, franchement, c'est affreux" et m'ont regardé de bas en haut avec mépris. Certainement que vous aussi, parfois, vous entrez dans un magasin de vêtement et vous avez la vendeuse en face de vous qui vous lance un petit regard de pitié : "la pauvre, comment elle s'habille...". Ma réponse tient en deux mots : et alors ?

Je vais vous dire : je suis dévastée que les chaussettes de l'équipe de foot nationale de Croatie ne soient pas disponibles parce que je les aurais bien mise par-dessus mes collants bordeaux avec ma robe en laine blanc crème. Si. Oui, je sais, c'est improbable et ridicule, il y a plus de trois couleurs, c'est affligeant de mauvais goût. Mais moi ça m'amuse. Et est-ce que finalement le nœud du problème n'est pas là : s'amuser.

J'avais envie de dire "évidemment je n'irais pas comme ça en entretien d'embauche" mais à la limite... est-ce que le recruteur ne serait pas "content" de m'avoir moi et pas une moi cachée derrière un tailleur ? Toutes proportions gardées évidemment : pour un entretien d'embauche il faut quand même se "faire beau" mais est-ce que l'on ne peut pas se "faire beau" en gardant un style particulier, une touche personnelle, même si c'est juste une couleur de lacets ? (A vrai dire je n'en sais rien, je n'ai jamais été en entretien d'embauche).

Le regard qui compte c'est le nôtre, non ? Que je sache mon corps m'appartient, non ? Si j'ai envie, je peux mettre des collants rayés vert et blanc, une robe rouge, des chaussures violettes et un bonnet jaune, n'est-ce pas ? C'est moi qui vais manipuler ce corps, c'est donc à mois de trancher entre la mode et le fait de se sentir à l'aise. C'est à moi de trancher entre ce qui est portable et ce qui ne l'est pas. Mon corps n'est la propriété de personne d'autre que moi ; de même votre corps vous appartient. Vais-je interpeller une fille de ma promo que je trouve vulgaire et lui apprendre à s'habiller ? Non. Parce que si elle se sent belle et à l'aise comme ça, si ça correspond à son caractère, alors je n'ai pas mon mot à dire, en réalité.

C'est là que j'en arrive à un deuxième point. Autre la notion de propriété du corps il y a la notion de d'emploi du corps. Un corps peut être un moyen d'expression. Par les piercing, les tatouages ou... les vêtements. Vous savez, je suis en fac d'Histoire et nous apprenons quatre périodes (Antiquité, Moyen Âge, époque Moderne, époque Contemporaine). Eh bien je peux vous assurer que les profs de chacune de ces périodes ont un style différent et que, rien qu'à ce style, on pourrait deviner quelle époque ils enseignent. Vraiment. De même qu'on peut le repérer parmi les élèves (même si c'est un peu plus compliqué comme certains sont là un peu par défaut). Pourquoi ? Parce que le corps est un moyen d'expression, les vêtements portent un message qui ne sera pas le même en fonction du caractère de la personne. Moi, j'ai envie de m'amuser. Moi, je trouve qu'un pantalon bouffant et des derbies à talon c'est pas si terrible. Je ne dirais pas que c'est le summum de la mode mais c'est pas si terrible, j'aime bien, je trouve ça assez rigolo, et j'ai envie.

N'est-ce pas là la clef ? Parce que finalement, si l'on s'habille comme on veut, comme on a envie, comme on se sent à l'aise et comme on se trouve joli, alors on s'épargne les pensées parasites. Les pensées qui te font douter, qui t'empêchent de te concentrer, les pensées qui te renvoient au regard des autres. Si toi-même tu ne portes pas des vêtements que tu aimes et dans lesquels tu te sens bien, alors comment peux-tu avoir confiance en toi ? Les vêtements envoient un message mais ils protègent aussi, ils font le lien entre vous et le monde, quelque part, je crois. Ils sont la première chose que les autres voient et à ce titre je trouve que c'est mieux s'ils vous plaisent. Aujourd'hui je n'avais pas envie de porter mes converses orange, j'avais envie de porter des richelieu à talon. Oui, avec un pantalon bouffant. Et donc ?

La clef, c'est de ne pas se focaliser sur les autres, mais sur soi. Oui, c'est égoïste, mais l'égoïsme est aussi nécessaire. S'il m'arrive de me faire des réflexions sur la manière dont les autres s'habillent, de trouver certaines choses improbables, je ne le dis pas, je ne me moque pas méchamment, parce qu'au fond, ce qui compte, ce n'est pas le regard que je porte sur cette tenue mais le regard que celui qui porte cette tenue porte sur lui (vous suivez toujours ? :P).

Conclusion : la beauté est dans les yeux de celui qui regarde.

Qu'en pensez-vous ?
Vous savez, vous avez le droit de me dire que la manière dont je me suis habillée aujourd'hui était impossible, je me vexerai pas x)

Source photo – Melissa Pitzalis

P.-S. : je sais, ma conclusion est cucul x)

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. J'en pense que cet article et très intéressant et que je partage ton point de vue :P
    Personnellement, la façon dont tu t'étais habillée ne me choque pas. L'important c'est que tu t'y sentais bien et que ça te plaisait !
    Fut une époque (vers 14ans) où j'ai testé pas mal de trucs vestimentairement parlant, je m'en fichais, et il y a eu quelques remarques assez blessantes. Ce que je trouvais joli ne l'était pas forcément au yeux des autres. Certes. Mais j'aurai aimé qu'ils aient l'intelligence/le tact de garder leur opinion pour eux (cela dit, les ados sont rarement tendres entre eux)
    L'autre fois j'ai croisé une lycéenne aux cheveux verts et au style vestimentaire bien affirmé, certains la regardaient bizarrement, mais perso j'ai adoré, si elle ne le fait pas maintenant, alors quand ? (Parce que selon la carrière qu'on embrasse, on ne peut pas forcément se permettre d'être "originale") La seule fois où j'ai un peu tiqué, c'est quand j'ai vu une fille en jogging rose pétant lors d'un forum de l'emploi... J'étais plutôt surprise en fait, car on va dire que ça n'est pas courant, mais ma foi, pourquoi pas si ça lui faisait plaisir ^^ Au moins elle se démarquait de tous les autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'intelligence de garder leur opinion pour eux, ou le tact de la partager sans animosité !
      C'est sûr que certains travails ne permettent pas d'être original,ne serait-ce que parce qu'il y a un uniforme ou qu'il faut faire bien pour le client (on imagine mal une personne au look alternatif être vendeuse à H&M xD).
      C'est sûr qu'un jogging rose pétant à un forum de l'emploi ce n'est pas très courant... mais peut-être que justement c'est la chose qui lui a fait trouver un job ou qui lui a permis de se démarquer d'autres prétendants !

      Supprimer
  2. Coucou xP
    Oh ben là tu ne vas pas me demander d'être en désaccord hein ? Lol.
    Moi je pense que c'est même important (pour le bien de l'esprit, de soi) de ne pas se contraindre à cause du regard des autres. Je pense que dans le fond c'est nocif, même si on essaye de se convaincre du contraire. Comme tu le dis, le vêtement est la première chose qu'on donne à montrer de soi, c'est une façon de s'exprimer sans avoir à dire un mot. Une manière de déjà se "présenter" au reste du monde. Moi en tout cas j'ai toujours vu les choses de cette manière et c'est justement ce qui me motive dans mes looks alternatifs. Je ne suis pas toi, je ne suis pas elle, je ne suis pas eux : je suis moi et moi seule. Unique. Avec mes qualités, mes défauts, mes hobbys, mes peurs, mes goûts. Et j'aime que mon "moi intérieur" puisse transparaître à l'extérieur. Je me sens très mal si je dois me fondre dans la masse xD (Et pourtant je n'aime pas attirer l'attention) Mais c'est comme si on étouffait mon "âme" pour caricaturer.
    Je n'ai jamais compris de toute manière l'importance que les gens pouvaient accorder au regard des autres, qui comprend au moins de moitié de total inconnus. Je veux dire, ces gens sont personne pour nous ? Pourquoi vouloir leur plaire ou du moins ne pas déplaire ? Et même pour les proches. Si ils sont gêné par votre apparence ben ils n'ont qu'a aller voir ailleurs. Il faut savoir s'entourer de bonnes personnes et pas juste s'entourer par peur de la solitude.
    Enfin bref x)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, non x)
      Je crois que si beaucoup de personnes portent attention au regard des autres c'est parce que la différence est souvent rejetée, en terme de différence physique, morale, religieuse, philosophique, etc. S'habiller différemment, "bizarrement", et assumer, c'est être en rupture avec le monde et ses codes généraux. Et comme nous sommes des animaux sociaux nous avons besoin d'être dans un groupe. Sauf que ce que les gens n'ont pas compris c'est qu'il n'y a pas un groupe ; il y a DES groupes. Comme ils n'ont pas compris, ils cherchent à entrer et demeurer dans le "groupe modèle", le "groupe par défaut", celui qu'on trouve d'une manière générale... alors que comme tu dis, la plupart des gens qui nous voient sont des inconnus, que l'on ne croisera plus jamais ou pas pendant très longtemps.

      Supprimer

Un petit mot ? :)