lundi 17 octobre 2016

La construction de cet Autre ennemi

Bonjour !

Ce soir j'ai entendu Philippe de Villiers, monsieur que je ne connaissais pas, dire de grosses bêtises pendant la promo de son livre sur Europe 1. Cependant je ne souhaite pas me concentrer sur la reprise de tout ce qu'il a dit – d'autres le feront bien mieux que moi – toutefois j'ai remarqué une constante dans ses arguments : il construit l'Autre. Il construit une image de "l'ennemi", une image d'attardé, une image de sauvage, de barbare face à la civilisation que nous représentons (le "nous" étant adaptable à chaque pays, forcément, ce qui fait de son argumentaire un très bon kit de la xénophobie : y'a plus qu'à tout assembler, c'est magique !). Je suis très remontée. D'autant que les journalistes y sont quand même allé mollo (d'un autre côté l'autre il arrêtait pas de parler), et que je ne peux pas gueuler parce que je me suis fait arracher des dents (du coup je suis frustrée) (c'est moi la sauvage xD). Bref. La construction de l'ennemi, donc.

Notre prof de Médiévale nous a dit que, au Moyen Âge, on ne prend pas la plume pour aucune raison, parce que le papier ça coûte cher, donc quiconque écrit quelque chose a un but très précis. Je crois que finalement ça n'a beaucoup changé aujourd'hui... On n'écrit pas si on n'a rien à dire, si l'on n'a pas un objectif précis, qu'il soit introspectif ou pas. Et ce monsieur construit l'image de l'ennemi. Et moi j'ai envie de la déconstruire (parce que je me crois plus maligne que tout le monde ;P), ce que j'ai déjà un peu fait dans mon message sur Hellocoton que certains ont dû voir :)

En gros, il y avait deux groupes d'imaginaires de l'ennemi : la violence et l'attardement.

D'abord (enfin, je ne me souviens plus de l'ordre, donc ça sera mon "d'abord") il a dit que le djihad était une conquête, et que les musulmans voulaient conquérir le monde par la violence (en citant des passages du Coran en plus, il n'est pas gêné !). Alors bon... déjà le djihad, à la base, c'est aussi un combat contre soi-même et une conquête de soi-même et, ensuite, les chrétiens aussi, contrairement à ce que semble croire ce monsieur, ont voulu conquérir le monde par la violence : décision de Charlemagne de faire des conversions forcées et de détruire des lieux sacrés des païens, croisades, Inquisition, révocation de l'Édit de Nantes par Louis XIV (liste non exhaustive). On continue : il a dit qu'en France on étourdit les animaux avant de les tuer et que donc, eux qui les égorgent, sont, de manière sous-entendue (ce serait con de se prendre un procès pour diffamation au passage), des sauvages (sauf qu'il a oublié que bien souvent l'étourdissement rate, mais ça doit être un détail : ce sont les intentions qui comptent, comme on dit). Dans le même ordre d'idée il a avancé l'exemple que, en France, on ne bat pas les femmes. Ah ? Ah bon ? Ah... Pourtant il me semblait bien que l'on était à une mort de femme battue par son conjoint toutes les quatre-vingt-dix secondes. Du coup il y a deux solutions : soit il ne sait pas ce qu'il dit, soit seuls les musulmans battent leur compagne en France. Je vous laisse juge.

Si on suit ce qu'il dit, les musulmans sont violents, barbares, sauvages, incontrôlables, dégénérés. Mais, en plus, attardés. Attardés parce qu'ils ne tuent pas les animaux de manière civilisée et puis attardés, surtout, parce que, "en France on ne porte pas des vêtements du VIIème siècle". Ah (bis). Il se trouve que pour les besoins d'un cours j'ai commencé la lecture de Une histoire politique du pantalon par Christine Bard : les Gaulois portaient des braies, les Mérovingiens et les Carolingiens des pantalons, que le pantalon existait même sous les Romains et les Grecs mais qu'ils n'aimaient pas en porter car c'est un vêtement fermé. On ne porte pas des vêtements du VIIème siècle, en France ? ah bon ? ;P (c'est moche de dire des bêtises, et c'est encore plus moche de les faire croire à des gens).

En fait, ici, on est typiquement dans une construction de l'imaginaire autour de l'ennemi, dans la mise en place des peurs, des murs entre les gens. On est typiquement en train de dire : nous sommes civilisés, nous sommes justes, nous sommes attaqués par des barbares. Les Grecs faisaient pareil. En archéologie on voit actuellement comment les Grecs buvaient et mangeaient. La prof nous a dit que les Grecs dévaluaient les barbares parce qu'ils buvaient du vin pur alors qu'eux le diluaient avec le l'eau, que les barbares se gavaient alors qu'eux mangeaient avec parcimonie et frugalité (en même temps vu ce qui poussait chez eux ils n'avaient pas vraiment le choix). On n'a rien inventé et on est typiquement là-dedans : cet étranger qui ne mange pas de porc n'est pas intégré, il doit vivre à la française, c'est un barbare, il faut le convertir à une certaine vision de la vie. On ne pourra jamais s'entendre avec lui ; il est trop différent, trop bête, en retard. Attardé.

Comme une dame est actuellement (21h17) en train de le dire : "eux et nous".

Alors je vais avancer d'autres arguments, en puisant aussi dans le Coran, histoire d'être à armes égales dans cette guéguerre un peu bête qui consiste à sélectionner les passages qui nous arrangent. Marie m'a laissé un commentaire il y a quelques jours sur mon article L'islam, le christianisme, et la république, en me disant ceci (je me permets de citer parce que c'est un commentaire à la vue de tous et pas un mail privé) : "[...] il est recommandé notamment de se soumettre aux lois de cette société [non musulmane] dans la mesure où ces lois ne sont pas contraires aux préceptes de l'Islam [...] dans un sens beaucoup plus large qu'on a du mal à se représenter dans l'état de droit que nos générations (la tienne et la mienne) ont toujours connu en France. Ça concernerait des lois véritablement injustes, comme les mesures anti-juives de Vichy, par exemple. Ou bien des lois qui obligeraient les gens à renier leur religion, comme sous l'Inquisition, ou dans la Rome antique où les Chrétiens étaient torturés à mort pour avoir refusé d'offrir des libations aux Dieux officiels [...]".

Combien de femmes et d'hommes musulmans s'habillent "à l'Occidentale" ? Et puis d'abord quel est le problème de s'habiller différemment ? On ne parle pas d'assimilation, de renier complètement ses origines, sa culture, on parle d'intégration. Ça n'a rien à voir.

On est dans la construction d'un univers mental, d'un ennemi. On a fait pareil pendant les deux Guerres Mondiales : attention aux Allemands qui coupent les mains ! Il y avait tout un imaginaire autour des mains coupées, vraiment. Barbarisation, animalisation. Classique. Et tellement dangereux.

Parce que, finalement, le pire ce n'est pas ce que dit ou écrit ce monsieur. Le pire c'est que des gens vont l'écouter, vont le lire, et vont le croire. Oui, après tout, qui n'a jamais vu une personne d'origine arabe en djellaba dans la rue ? Après de tels propos on peut être tenté de ne voir que ça, de se dire qu'il y en a de plus en plus... en un sens c'est peut-être vrai : ma mère dit que, il y a dix ans, il n'y avait pas autant de mères voilées qui venaient chercher les enfants à son école. La faute à qui ? Aux imams qui tiennent des propos un peu limites ? Ou aux raisons politiques qui font que ces propos limites sont entendus ? Ou un peu des deux ? (édit. 18/10/2016 : je me suis rendue compte que je n'avais pas été assez précise et que ça pouvait être mal interprété : je n'ai rien contre le voile, mais ici ça s'accompagne d'une espèce de communautarisme puisque quand des mères ont appris qu'une autre mère était mariée à un Français "pure souche" si je puis dire, elles ont apparemment arrêté de lui parler).

Bref. On est ici typiquement dans la construction de l'image de l'ennemi, dans la proposition d'un paradigme de césure (eux et nous ; eux les barbares, nous les civilisés qui buvons du vin (vin qui vient d'Asie soit dit en passant) et mangeons du porc)), qui se construit totalement dans la mauvaise foi et dans la mauvaise foi la plus totale.

Non, tous les musulmans de France et d'ailleurs ne sont pas radicalisés, non tous les musulmans de France et d'ailleurs ne sont pas des sauvages, des barbares, ne battent pas leur compagne, ne portent pas des djellabas, ne veulent pas convertir le monde entier.

Qu'en pensez-vous ?

Source photo – AFP

Rendez-vous sur Hellocoton !

17 commentaires:

  1. *Doucement* J'ai la réponse argumentée et la réponse feignasse, tu prends laquelle?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'arrive pas à croire que tu me poses encore la question ;)
      Argumentée, mais si tu n'as pas le temps la feignasse m'ira très bien quand même ! :)

      Supprimer
  2. 1/2
    Je poserai la question à vie.

    Posons les choses : Philippe de Villiers est un ex-énarque, et son père a émargé à L'OAS...
    Il est beaucoup trop fin politique pour ne pas mesurer les conséquences de ses paroles, tu mesures bien les tiennes. Donc réfléchissons : oui, il construit un ennemi en jouant sur les peurs et le racisme ordinaire, inconscient, qui pousse à la mesure face à l'inconnu : « l'autre ». De Villiers est également un ex-souverainiste qui avait la sympathie des sangs-bleus de tout poils. La petite dame n'était là que pour la réplique, il n'y avait aucun débat, d'où les questions des journalistes, à vue de nez, d'après ta description.

    Mon opinion : discours électoraliste, très ciblé. Reste à savoir pour qui il émarge, il est officiellement retiré des affaires politiques depuis 2007-2010, le petit gars.
    Macron ? La droite ?

    Du calme.:)
    Ex-énarque, bis. A mon avis, il le sait parfaitement, l'hameçon est beaucoup trop gros.
    Pour le Djihad, il a parfaitement raison, et nous sommes en état de guerre ouverte contre Daech/l'E.I, mais il faut se souvenir que beaucoup de musulmans ne prennent PLUS le coran au pied de la lettre, utilisant les enseignements du livre pour contextualiser en l'appliquant au monde actuel. Et heureusement.
    Tu te souviens de mon laïus sur une guerre de ressources ? L'on est en plein dedans, ne t'en déplaise...
    Quand tu vois le staff technique et « administratif » de Daech, ses élites, ça laisse rêveur.
    Ils n'ont pas réellement le profil « bon musulman », si tu vois ce que je veux dire. Un ex-garde du corps de Saddam, plusieurs intégristes… Bref, les gendres idéaux, en gros. ^^
    Nous sommes en guerre, en effet : et il suffit de voir l'impact qu'a eu l'appel au rassemblement sous une même bannière du califat autoproclamé de L'E.I.
    Si la réalité était telle que la décrit ce cher Philippe, je pense que nous aurions quoi, 1,3 milliard de bons musulmans à dire « Allah ackbar ! » (Soit 23.5 % de la population mondiale ?:P)
    Au lieu de ça ? Sur le terrain, à Mossoul, au Kurdistan Irakien, tu as une levée de bouclier et une offensive terrestre majeure également MUSULMANE pour neutraliser ce fameux Califat.
    Visiblement, la guerre sainte est définitivement passée de mode il y a quelque temps…
    Inutile de prévenir Philippe : en levant cet épouvantail, il ne fait qu'attiser le racisme et il le sait parfaitement : il ne prend aucun risque. Ses chances d'être une cible potentielle des extrémistes de tout bord est proche de zéro, ce n'est PLUS un personnage public.
    Niveau violences sexuelles/conjugales, on peut parler de ses fils, Laurent, qui aurait été violé par son propre frère, Guillaume ; et je le mets au défi de constater que les musulmans font pire. Cela s'est réglé par l'abandon des poursuites. A mon humble avis, tu AS EU quelque chose, mais il y a eu lavage de linge sale en famille, et dans l'intimité, rien d'autre...
    Disons aussi que mon retour de vacances a été surprenant et intéressant, dans le domaine…

    *Amusé* L'on ne prône pas non plus la royauté ou le souverainisme, SURTOUT quand on n'a pas les moyens de l'assumer : je sais de quoi je parle, je suis Corso-Breton, on a survolé le sujet !:P

    « L'ennemi est con ! Il croit que c'est nous, l'ennemi !!! »
    Bon, blague mise à part : ils n'ont pas notre culture ni notre civilisation, ça remonte effectivement aux grecs, notamment pour des raisons pratiques, durant longtemps : il fallait distinguer ceux qui pouvaient voter et les autres, hein. :D
    Rien à voir avec un problème de retard, comme de culture : à soixante-dix ans de distance, les différences seraient risibles. L'on tuait allègrement les cochons dans les arrières-cours dans les années cinquante, et l'on est en train de parler de religions qui frôlent le double millénaire, donc qu'on arrête de nous les briser. De Villiers ne peut que le savoir. Le discours est beaucoup trop gros.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le djihad est une conquête, mais il sous-entend que tous les musulmans veulent nous conquérir et il laisse sciemment de côté la conquête personnelle qu'est le djihad. Je ne lui nie absolument pas son intelligence : il sait parfaitement ce qu'il fait, ça ne fait aucun doute !

      Qu'il ne sache, ça ne fait aucun doute, mais du coup il maîtrise d'autant mieux son discours. Assez gros pour que des gens le crois, mais pas assez pour se prendre un procès...

      Supprimer
    2. De Villiers a surtout eu un discours convenu, si je puis dire.
      Bien sûr, pour la subtilité.

      J'ai une citation pour toi: "Votre Altesse, comment appelle-t-on ça, quand un responsable gouvernemental vous ment effrontément? lui demanda le président avec un sourire ironique.
      - De la diplomatie."
      Tu peux appliquer à la politique.
      De Villiers ment. Le tout est de savoir pourquoi. Très simplement.
      J'aimerais savoir pour ma part pourquoi un politique retiré des affaires officiellement (même si politiquement il reste très introduit) a crû bon de remettre une couche...
      La VRAIE raison.

      :)


      Supprimer
    3. Ah ça je sais pas, faudrait lui demander... Marine Lepen présidente ? C'est une bonne raison...

      Supprimer
    4. Il a plutôt affiché sa sympathie pour Macron, dernièrement, si j'en crois l'actualité...

      Supprimer
    5. C'est surprenant, Macron n'a pas paru très à droite sur ce genre de questions... mais il peut afficher sa sympathie pour lui pour retenir les gens plus modérés de voter pour lui tout en ayant un discours anxiogène pour le FN... (non, je ne suis absolument pas complotiste et parano xD). Ou alors il rabat vraiment les votes pour Macron...

      Supprimer
    6. Macron n'est clairement pas ou plus de gauche, tout court. Il l'a dit lui-même, d'ailleurs.
      Et il est dans la course à la présidence, en tout cas il entretient le suspens là-dessus...
      Pas de Villiers.

      Supprimer
    7. Oui, je sais bien, mais ce que je veux dire c'est que les ides répandues par de Villiers sur l'immigration, l'islam, etc. sont très très très très très très très à droite et que sur ces sujets-là Macron n'a pas semblé si à droite que ça.

      Supprimer
  3. 2/2

    *Sighs* La guerre n'est pas bête, elle est nécessaire : tu veux que Daech gagne, que l'E.I s'étende ?
    Nous SOMMES en guerre, et cela fait partie du jeu d'utiliser des arguments nous arrangeant.
    Ce n'est que la résultante du volet de propagande, et toi-même, tu le fais ici... N'est-ce pas ? ;)
    Cela dit, tu as une marge entre cautionner un discours intégriste et mettre tout le monde dans le même panier : électoraliste, encore une fois. Mais je me demande pour QUI il bosse.
    Et non, ce n'est pas bébête, c'est au contraire très sérieux.:/

    Soyons clairs : la quasi-totalité des musulmans est COMME NOUS, mis à part des différences totalement mineures, et ne souhaite qu'une chose : vivre en paix, ce qui n'exclue pas d'essayer de convertir autrui à ses vues : c'est non seulement recommandé, mais est aussi un des piliers de l'Islam, je crois. Si, ils souhaitent donc convertir, mais pour l'écrasante majorité, au même titre que n'importe quelle personne d'une foi donnée souhaite en convertir une autre, en argumentant et échangeant, de son plein consentement, rien d'autre : de plus, laisser l'opportunité de conserver ta religion en échange d'une taxe est une notion inconnue pour le christianisme comme le judaïsme, de façon institutionnalisée, hein. C'est marche ou crève. Cela n'exclue aucunement un respect mutuel.
    Cela a été compris dès les croisades. Donc bon. Les exemples sont légions.
    Certains des meilleurs gardes du corps étaient des JANISSAIRES. La définition, c'est QUOI ?
    (Celle d'origine, non turque, mais valable aussi dans ce contexte ?)
    Tout ce qui est violence, attardement, exagération, racisme, _ et de part et d'autre, et perso, je suis catho_ n'est que légende urbaine _ et digne de la boue_ dans un contexte électoral.
    Seul compte le vote.
    Tout le reste n'est et ne sera que CENDRES.
    Le discours est ciblé pour refléter et conforter dans leurs convictions un certain nombre de personnes, de façon à orienter leur choix le moment venu. C'est tout ce que je vois.
    Rien à voir avec ce qu'en pense réellement De Villiers, d'ailleurs, que je n'apprécie pas du tout, à titre strictement personnel, d'ailleurs je me demande même pourquoi il s'exprime : il tient la politique pour un cloaque, ce sont SES termes.
    Tu as le coran à la bouche, mais le coran s'oppose à une autre religion, ici.
    On l'appelle la politique. L'on y récite très souvent aussi.;)
    Et les enjeux sont souvent les mêmes : pouvoir temporel.;)
    De Villiers a effectivement eu un discours raciste, bas de gamme, stupide : trop stupide.
    Beaucoup trop pour un énarque…
    Et désolé, il n'a pas grand-chose d'un Cincinnatus, je lui refuse totalement ça, avec quelques autres.
    (==^_^== inside.)
    J'ai appris à ne pas toujours me fier ni à ce que je voyais, ni à ce que j'écoutais, ni à ce qu'autrui disait penser. C'est AUSSI pour ça que je suis un cauchemar pour un raciste.:P
    Cela s'appelle la Liberté.
    Tu ne peux pas empêcher quelqu'un d'agir en idiot(e) s'il/si elle le désire réellement.
    Je ne compte plus les fois où j'ai joué les saumons dans le domaine…;) ''''-_-
    C'est l'une des faiblesses de notre système électoral, comme une de ses beauté aussi.
    Selon un certain Winston, c'était le pire des systèmes… A l'exclusion des autres.
    Je ne suis pas d'accord sur tout avec lui, mais la formule était délicieusement réaliste.

    Fraternellement tien,
    Un égal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La guerre ne justifie pas de mettre dans le même sac tous les musulmans en disant qu'ils nous envahissent. Les islamistes ne sont pas plus musulmans que moi, dans le fond, j'en avais même fait un article... Oui, j'utilise des arguments qui vont dans le sens de ce que je pense, mais je ne dis pas que tous les musulmans sont modérés, je ne pars pas dans l'excès inverse. Je sais qu'il y a des musulmans qui, sans être radicalisés, ont une lecture très conservatrice, et je ne m'en cache pas. Le problème c'est n'est pas la propagande, elle sera de toute façon inévitable, mais qu'elle soit utilisée pour un mauvais message, un message abusif. Dire "les extrémistes veulent notre fin" ce n'est pas comme dire "les musulmans veulent notre fin".

      Mais en fait peu importe qu'il le pense vraiment ou qu'il abaisse son discours pour les besoins de ses objectifs : le problème c'est que des gens vont le croire.

      Pour Louis XIV la démocratie était la dictature du nombre... au fond lui aussi avait raison !

      Supprimer
    2. Le problème n'est pas tant l'islamisme que l'extrémisme: et ce dernier est tout autant apolitique que areligieux, c'est tout le truc.
      L'une des premières choses qui tombe en situation de conflit est la neutralité. :)
      Tu es à peu près aussi neutre que moi ou lui dans le domaine, d'ailleurs. ^^

      De Villiers dit ce qu'on souhaite l'entendre dire sur beaucoup de choses, malheureusement.
      En situation de conflit, la confiance est délétère, tu as un réflexe de repli sur soi, c'est humain et subtilement utilisé.

      J'aime assez Louis, mais soyons clairs: il avait une intelligence un peu trop robuste à mon goût, navré.
      Serviteur. ;)

      Supprimer
    3. De toute façon quelqu'un qui se dirait neutre ça reviendrait quasi à se dire objectif et comme l'objectivité n'existe pas...
      Je ne me prétends pas neutre :) (je fais mieux, je rétablie la vérité, moi, monsieur ! xD)

      Supprimer
  4. Non mais si tu commences à écouter des gens pareils t'as pas fini de t'énerver x') D'ailleurs ça ne m'inspire pas plus que cette petite phrase tu vois. Je ne trouve pas que les propos de ce monsieur méritent vraiment de s'y interroger et attarder, je n'y vois qu'un concentré de clichés et idées reçues.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha c'est certain ! Mais j'écoutais pas en plus au début, j'étais sur mon ordi tranquille, la mâchoire immobilisée, et mon cerveau qui écoutait tout seul sans me tenir informée m'a gentiment tapé sur l'épaule (il a sorti son bras par mon oreille héhé :P) quand j'ai entendu le mot "djihad" x) C'est pas ma faute, s'il m'avait pas sorti de ma concentration, j'aurais rien entendu du tout, donc faut dire ça à mon inconscient (qui est parfois un boulet mais faut pas trop de traiter parce qu'on sait pas comment il pourrait réagir).
      C'est vrai... et y'a d'autres propos de d'autres personnes pour qui je n'ai pas écrit d'article d'ailleurs. Mais là c'était tellement en tellement peu de temps que ma cocotte minute a explosé x'D

      Supprimer
  5. Coucou.
    Pour élever le débat, la vidéo.
    http://www.lemonde.fr/politique/video/2016/10/24/la-rhetorique-du-front-national-decryptee_5019561_823448.html
    Take care.:)

    RépondreSupprimer

Un petit mot ? :)