mercredi 24 août 2016

L'islam, le christianisme, et la république


Bonjour !

On a beaucoup entendu, dans les divers débats des derniers mois, certaines personnes déclarer l'islam non compatible avec la république. Je ne savais jamais vraiment quoi dire (oui, parce que je réponds à ma radio quand elle parle, mais je ne sais pas pourquoi elle n'a pas l'air de m'entendre xD) et puis il y a quelques semaines j'y repensais et j'ai trouvé ce que je voulais répondre (mais évidemment, en plein été et a fortiori en année olympique il n'y a plus de débats sur ces sujets et moi je me retrouve dans la panade pour trouver comment commencer mes articles :P). Je veux répondre que l'islam n'est effectivement pas compatible avec la république mais pas parce qu'il a prétendument deux milles ans de retard (par rapport à qui, d'abord ?), qu'il vient d'une autre partie du monde ou parce que de lui sont nés divers groupes terroristes. Il n'est pas compatible parce qu'il est une religion.

J'ai conscience que commencer mon article de cette manière me place d'un point de vue anti-religions voir même pire ; anti-islam, et je m'en excuse car ce n'est absolument pas mon point de vue, je ne cherche pas à démontrer qu'il faille annihiler les religions ou l'islam en particulier et j'espère vous le prouver en terminant mon article :)

Une religion est, en quelque sorte, un pôle de pouvoir qui prétend organiser la société et lui édicter des règles et des normes (dans le christianisme par exemple on a pendant longtemps réprimé l'homosexualité, des papes se sont dressés contre les moyens de contraception, etc.). Or une république (laïque dans notre cas) est un pôle de pouvoir qui prétend organiser la société, lui édicter des règles et des normes sans l'aide ni l'appui d'une religion quelle qu'elle soit, de manière complètement indépendante. Et c'est là que ça coince, parce qu'une même personne peut dépendre en tant que citoyen d'une république mais, en même temps, en tant que croyant, d'une religion.

Gloups.

Ça ne concerne pas seulement l'islam. Alors, histoire d'étaler un peu ma science et de rappeler à toutes les personnes qui ont l'air de dire que le christianisme est davantage compatible avec notre république à cause ou grâce à notre Histoire judéo-chrétienne je vais re-sortir mes cours d'Histoire. Comme vous le savez nous avons longtemps été sous le régime de la monarchie (Charlemagne a été couronné empereur en 800, pour vous donner une idée, mais les monarchies étaient là depuis encore plus longtemps). Une monarchie liée au christianisme puisque le roi ou l'empereur était roi ou empereur de droit divin (mais ce n'a pas été le cas partout en Europe). Alors, quand est venue la république, l'Église l'avait un peu mauvaise (c'est pas peu dire) et une grande majorité des chrétiens était à droite pour ne pas dire monarchiste. Il y a eu tout un tas de conflits, de polémiques, comme la question de quand faire sonner les cloches (est-ce qu'on peut les faire sonner pour des fêtes républicaines ?). Il y a même eu, si je me souviens bien, un président (Mac Mahon je crois mais c'est à vérifier) qui a élargi le mandat de président à sept ans afin de se donner le temps de trouver un roi. Si si si ma bonne dame. Et puis je vais même vous dire... vous savez pourquoi on a institué l'école des filles ? Eh bien moins parce qu'il fallait les instruire que parce qu'on devait les extirper des griffes de l'Église qui s'occupait alors de leur éducation. Alors ? Il est compatible avec la république, le christianisme ? :P

Je ne parlerais pas de la république romaine car c'est un peu différent et que je ne me souviens pas de tout ce qu'on a dit en cours mais, en gros, les consuls et globalement les grandes familles essayaient et parvenaient à se mettre sous la protection des dieux, se donnaient une origine mythique et se liaient à des divinités. Le christianisme, qui ne reconnaît qu'un seul dieu, posait donc un léger problème (également sous l'empire puisque l'empereur devait être vénéré comme un dieu et que les chrétiens ne voulaient pas, forcément). Donc là non plus ce n'était pas vraiment compatible. Et pourtant ça fait partie de notre Histoire judéo-chrétienne que certains se plaisent à rappeler ! ;)

Maintenant, on se rend bien compte que nos gouvernements n'ont plus vraiment de problèmes avec le christianisme ou l'Église, parce qu'il y a eu un temps d'adaptation, des accords, des lois, etc. L'islam en France n'a pas eu le même temps et n'a pas été aidé, il faut bien le dire, par le terrorisme. Mais ça ne veut pas dire qu'une adaptation n'est pas possible, n'est pas faisable, et ne se fera jamais. Ça ne veut pas dire qu'il faille interdire la pratique de l'islam en France (surtout que la loi sur la laïcité de 1905 s'y opposera de toute façon). Le christianisme a pu s'adapter, l'islam le pourra aussi. Mais c'est sûr que si on continue à répéter que ce n'est pas compatible avec des arguments discriminants derrière on n'y arrivera pas.

Je crois que, de par leur nature respective, religions et républiques ne sont effectivement pas compatibles puisque ce sont deux entités qui prétendent organiser la société et la contrôler. Mais je pense que les religions sont capables d'évoluer et de s'adapter au sein d'une république même si, de manière disons "brute" ce n'est à première vue pas compatible.

Voilà ! :)
J'espère avoir réussi à dépasser le côté un peu "extrême" de l'introduction de mon article ! :)

Qu'en pensez-vous ?

Source photo

Rendez-vous sur Hellocoton !

18 commentaires:

  1. Version courte: j'en pense que tout ce qui a trait à une supériorité quelconque d'une religion sur une autre relève du chauvinisme pur et simple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Français, enfin en tout cas ceux qui sont audibles, sont quand même pas mal chauvins... politiques, journalistes pendant les épreuves sportives...

      Supprimer
    2. +1.
      Je peux que confirmer.
      A raison sur certaines choses, enfin avec de grosses circonstances atténuantes, mais un fait reste un fait. :)

      Supprimer
  2. Hasard du claendrier, je viens également de publier un article sur le sujet. Alors beaucoup plus cynique hein, mais l'idée de fond reste malgré tout la même. Je suis parvenue à la même conclusion. Comme quoi ... Nous devrions parler à notre radio ensemble ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je vais aller le lire alors ;)
      Radio ?
      Je vois que ton article est sur le burkini :) J'ai décidé de ne pas faire un article spécial pour ça, quoi que ma décision n'est pas encore tout à fait arrêtée.

      Supprimer
  3. Hello !
    Je trouve que ton article est particulièrement inspirant.
    Je me place d'un point de vue de croyante, et je suis d'accord : il est compliqué de se sentir croyant, de tenter de pratiquer sa religion au maximum et d'adhérer à 100% aux valeurs de la république.
    La clé, selon moi, c'est l'évolution, l'adaptation, le compromis et surtout de la réflexion afin de cohabiter le mieux possible avec tout le monde (croyants d'une autre religion & non-croyants ).
    Ton post me fait réfléchir, même si je pense qu'il faudrait pondre une thèse pour faire le tour de la question (et encore !!!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, c'est gentil ! :) J'espère faire aussi bien avec le suivant !
      C'est intéressant ce côté "adhérer à 100%" ! Tu as un exemple précis ?
      Oui, effectivement on pourrait pondre au moins une thèse ! Mais je n'ai pas les connaissances et je perdrais la moitié de mes lecteurs passés les 2000 premiers mots x)

      Supprimer
  4. Effectivement, on peut penser qu'il risque d'y avoir des incompatiblités, mais bon, le catholicisme a fini par se fondre à peu près dans le décor...(à peu près^^) Il est vrai que la diminution du nombre de croyants et de pratiquants a aidé aussi, ce serait surement une autre paire de manche si les religions avaient davantage de fidèles prêts à les soutenir. Le point de vue est intéressant en tout cas. Je pense que du coup c'est important de différencier les religions en tant qu'institutions (or l'islam a pas vraiment de clergé donc ça rend les choses plus compliquées), et les croyances des individus, plus ou moins pratiquants

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, effectivement, le fait qu'il y ait moins de croyants qu'à un moment a aidé. Mais justement, c'était tout l'enjeu ! Je m'explique : au moment où on a institué l'école pour les filles les femmes, qui avait eu leur éducation dans l'Eglise, étaient beaucoup plus croyantes que les hommes, et elles instruisaient leurs enfants sur la religion. L'Eglise était contente, l'Etat un peu moins. Donc a mis les filles dans les écoles. La baisse de la pratique religieuse est due précisément à l'intention du gouvernement à un certain moment (entre autres certainement, évidemment). L'autre jour je lisais les résultats d'un sondage sur la croyance dans les pays et dans des pays où la religion est plutôt liée à l'Etat comme le Maroc ou l'Algérie il y avait énormément de personnes (de l'ordre des 90% et plus) de personnes qui croyaient en Dieu alors qu'en France, république laïque qui ne fait pas la promotion de la religion on était plutôt vers les 40.

      Supprimer
    2. Belle tentative, mais beaucoup de lacunes dans l'analyse. En particulier sur les structures idéologiques.
      Vous reprochez à l'Eglise catholique son enseignement sur la foi, pourquoi ne pas reprocher à la république son enseignement républicain ? En quoi la république est-elle un idéale ? Un élu n'est par définition pas responsable de ses actes, puisqu'il a été élu, s'il fait des erreurs, les gens avaient qu'à ne pas l'élire.
      Le christianisme dans sa structure, contrairement à l'islam, réclame une foi volontaire, et si vous n'ignorez point la tendance humaine à croire non ce qui est vrai mais ce qui lui est plaisant (donc pas forcément juste), vous comprenez que la pédagogie, les ordres, sont indispensables. Islam veut dire soumission, il n'y a pas le côté "volontaire", et un Imam peut s'autoproclamer Imam.
      Si vous étudiez les mystères de la théologie chrétienne, vous comprendrez (ou pas) que Dieu ayant crée l'Homme à son image, il à nécessairement sa volonté propre de croire ou ne pas croire, de faire le bien ou de ne pas le faire. Qu'est-ce que Dieu si ce n'est la Volonté, le Principe non soumis aux effets seconds ? Ce n'est que lorsque l'Homme CHOISI de remettre sa volonté à Dieu par la foi et l'abandon de l'égo donc, qu'il devient Esprit-Saint, fils de Dieu, car en s'y remettant, il devient principe sans effet second, Dieu qui se recrée lui-même. Il n'a que faire d'une soumission irraisonnée, et l'Islam est incompatible avec cette conception mathématique du divin et de la création.
      La République soutient l'individualisme, la mise en avant de l'égo, le tout-relatif, le chaos, et si les gens ne croient plus, c'est pas défaut et non par choix réel puisque la foi n'est pas donné de naissance mais nécessite le cheminement et l'expérience. N'en déplaise.

      Supprimer
    3. Je ne reproche pas à l'Eglise son enseignement sur la foi, si je me suis mal exprimée je le regrette. Au contraire, il est plutôt rassurant à mon sens qu'une institution quelle qu'elle soit expliquer la croyance, afin d'éviter des incompréhensions de la part des croyants, et des déviances (on peut aussi en avoir la lecture du "troupeau de moutons" qui ne réfléchit pas, mais c'est un autre sujet).

      Je sais qu'un Imam peut s'autoproclamer Imam. Manebuleuse l'a rappelé : l'islam n'a pas de clergé à proprement parlé.

      On entre ici dans la théologie et ce n'est pas mon sujet. Mon sujet n'est pas religions incompatibles entre elles, ni même "l'islam est-il compatible avec Dieu ?". Mon sujet est : la compatibilité ou non des religions avec l'idée d'une république et ma réponse est non d'une manière brute compte tenu du fait que la république veut diriger un peuple et qu'une religion veut diriger ses croyants.

      Justement. Par défaut on ne croit pas, mais la république permet de choisir de croire ou de ne pas croire alors que, par exemple au temps de Louis XIV et notamment en 1685 avec la révocation de l'Edit de Nantes il n'y avait qu'un choix : le christianisme ou l'exil (quand pas la mort).

      Supprimer
    4. Je ne vois pas en quoi c'est mauvais que, par défaut, les gens ne croient pas... et surtout je ne vois que très mal le rapport avec le sujet de l'article...

      Supprimer
  5. Intéressant comme article car cet été je cherchais une babysitter pour la rentrée et j'étais tombée sur une jeune fille qui m'annonçait qu'elle était voilée. J'ai donc refusée parce que je trouvais que la religion n'était pas compatible à la république. Et je t'avoue que ça me dérangeait de ne pas pouvoir "comprendre" alors merci de ton article qui m'éclaire à ce sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c'est dommage de se priver d'une personne à cause de sa religion, non ? Ce n'est pas parce qu'elle porte un voile qu'elle va enseigner le Coran à tes enfants... enfin ce sont tes enfants, tu fais ce que tu veux, haha :) Mais c'est un sujet intéressant pour discuter en tout cas ! D'autant qu'on rentre dans un sujet bien concret !

      De rien :)

      Supprimer
  6. Pari tenu! Je te rejoins sur la fin de ton article, même si j'ai un peu de mal avec cette idée d'entité religieuse qui voudrait régir la société. C'était le cas pour l'Eglise, mais pour les Musulmans de France aujourd'hui ? Il n'y a pas de pouvoir religieux islamique en France. Je crois que ça se passe à un niveau plus individuel. Et franchement, j'ai l'impression qu'on fait beaucoup plus de bruit que nécessaire autour d'un faux problème. Des tas de Musulmans Français vivent leur Islam et leur "francitude" au jour le jour sans que cela ne leur pose problème, pacifiquement, sans enfreindre la loi, sans porter atteinte à qui que ce soit. Le problème vient généralement des bâtons qu'on leur met dans les roues sous toutes sortes de prétextes, avec l'appui des plus hautes sphères de l'état et des médias les plus en vue. Pour moi, dans mon quotidien, ma religion et ma nationalité sont deux choses qui me constituent et qui n'ont aucune raison d'être en conflit. Quant à ces fameuses valeurs dont on nous répète constamment qu'elles seraient incompatibles, c'est absolument faux. Les vraies valeurs de l'Islam sont des valeurs universelles. En réalité, ce sont les mêmes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que, présenté comme je le fais, ça fait très complotiste et grand gourou, mais dans le fond c'est ça : la religion, ou du moins son administration (du moins pour la religion chrétienne) organise la société : les écoles ont longtemps été tenues par des curés, c'est le curé qui dit qu'il faut faire si ou ça, etc.
      Non, il n'y pas de pouvoir musulman en France, mais la religion musulmane propose quand même une organisation des choses (après les autorités suivent ou pas : en France on ne suit pas, en Arabie Saoudite on suit avec une certaine lecture (et j'insiste sur la certaine lecture)).
      Comme toi je penses que l'écrasante majorité des musulmans vit très paisiblement (comme l'écrasante majorité des chrétiens et l'écrasante majorité des juifs, etc.) ! :)
      Attention, je ne dis pas que les valeurs d'une religion (quelle qu'elle soit) sont incompatibles ! Je ne parle pas des valeurs de vivre-ensemble ou quoi que ce soit. Je parle du "but" d'une religion, indépendamment de ce qu'elle dit. Une religion propose une organisation de la société et peut la régir. Mais je ne parle ici ni des valeurs musulmanes, ni des valeurs chrétiennes, ni des valeurs judaïques ou quoi que ce soit, et je sais bien que les valeurs musulmanes ne sont pas celles que brandissent les terroristes ! Je fais bien la distinction entre valeurs et "buts" (je sais que but n'est pas le mot exact) de la religion, quelle qu'elle soit :)

      Supprimer
  7. Oui, je vois ce que tu veux dire. Toute religion comporte des règles pour organiser la vie quotidienne à un niveau individuel et éventuellement à un niveau sociétal plus large. Mais il me semble qu'il ne peut y avoir de projet sociétal qu'à partir du moment où cette religion fait consensus au sein d'une société, dans le cas contraire, la question n'a pas lieu de se poser. Dans l'historique de la naissance de l'Islam, on a deux périodes bien distinctes, avant et après l'Hégire. Avant l'Hégire, à la Mecque, la communauté musulmane naissante est minoritaire, mal perçue, et même persécutée par les polythéistes (il faut dire que la prospérité de la ville repose sur le culte des idoles) ; puis, elle émigre à Médine à la demande des habitants de cette localité qui l'accueillent et embrassent l'Islam. C'est seulement à ce moment-là qu'une organisation sociale se met en place et se développe. Ce sont deux situations bien différentes. Alors, pour les autres religions, je ne sais pas, mais pour l'Islam, il y a des règles concernant le fait de vivre en étant minoritaires dans une société non musulmane. Je ne vais pas aller rechercher les textes exacts, mais il est recommandé notamment de se soumettre aux lois de cette société dans la mesure où ces lois ne sont pas contraires aux préceptes de l'Islam, ce qui évidemment ne pose pas de problèmes pour les pays occidentaux de nos jours, qui garantissent la justice et la libre conscience. Certes, il y a des remous autour du voile, mais tout ça n'est pas bien sérieux et en réalité, la loi nous protège, en tout cas pour le moment, d'une interdiction pure et simple qui serait anticonstitutionnelle. Je pense qu'il faut comprendre cette idée de "lois contraires aux préceptes de l'Islam" dans un sens beaucoup plus large qu'on a du mal à se représenter dans l'état de droit que nos générations (la tienne et la mienne) ont toujours connu en France. Ça concernerait des lois véritablement injustes, comme les mesures anti-juives de Vichy, par exemple. Ou bien des lois qui obligeraient les gens à renier leur religion, comme sous l'Inquisition, ou dans la Rome antique où les Chrétiens étaient torturés à mort pour avoir refusé d'offrir des libations aux Dieux officiels. Ou dans la Russie soviétique, où je crois que les cultes étaient interdits (?). On parle là de résistance, et pas du tout de s'improviser les vengeurs masqués de je ne sais quoi. D'ailleurs la réponse des premiers Musulmans aux persécutions qu'ils subissaient à la Mecque a été la fuite. D'abord en Éthiopie, où ils se sont mis sous la protection du Négus, un roi chrétien, puis à Médine. Je m'étale un petit peu, je le sais :-)
    Finalement, peut-être qu'on cristallise tous les débats autour du voile (ce détail visible) parce que, en dépit des efforts de certains, il n'y a pas de contradiction plus profonde à trouver ?!
    Pour moi, le but, la finalité de la religion, c'est Dieu. L'organisation sociale qui pourrait résulter de cette religion ne serait qu'un moyen de faciliter cette "quête" de Dieu et ne serait envisageable qu'à partir du moment où cette religion ferait consensus dans cette société-là.
    Juste un petit mot encore au sujet de ta réponse, hier, sur l'article de ChrixR : ce que met en évidence ce documentaire est tout à fait exact. Personnellement, ça me révolte cette façon "d'oublier" le message d'origine. Le verset qui demande aux croyants (le mot est important, il ne s'adresse pas à tous les hommes) de préserver leur chasteté et de baisser leur regard précède celui qui demande aux croyantes (idem) de se voiler. Le fait qu'il le précède est significatif pour moi, parce qu'il donne un ordre de priorité. Et puis, les deux devraient clairement être indissociables.
    Enfin, entre les ayatollahs de la laïcité et les fanatiques qui trahissent les fondements mêmes de leur religion, on est pas rendus, hein !!! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il faut que la religion fasse consensus (les protestants n'ont jamais pu imposer leur mode de fonctionnement en France) ça ne fait aucun doute. Et effectivement, une "loi contraire aux préceptes de l'islam" je l'avais bien compris au sens large aussi, il faudrait quelque chose qui aille vraiment à contre-concourant... et en fait la loi sur l'interdiction du voile n'interdit même pas le voile, elle interdit de se dissimuler le visage entièrement (donc en théorie si je sors dans la rue avec un masque de clown ou des Anonyous je me fais arrêter). Par contre l'interdiction du voile à l'université serait déjà beaucoup plus problématique constitutionnellement !
      Ça c'est sûr, on n'est pas rendu ! Surtout avec cette tendance à dire que l'islam "a deux mille ans de retard" et à utiliser deux-trois versets sortis de leur contexte pour dire "regardez cette mauvaise religion"... pas aidé par les imams radicaux qui publient leurs prêches sur Youtube...

      Supprimer

Un petit mot ? :)