lundi 9 mai 2016

Élire les minorités

Bonjour !

Ce matin sur Europe1 il y avait un débat autour du nouveau maire de Londres, musulman, déclenché par le fait que BFMTV ait annoncé sa victoire à coup de "un musulman élu maire de Londres" avant même d'annoncer son nom, ce que je trouve au mieux maladroit et au pire insultant. Quoi qu'il en soit il y avait cette question "est-ce que la religion des candidats vous intéresse ?" et ces réponses. Ces réponses de personnes qui disent que oui, maintenant ils vont faire attention ; la réponse de ce monsieur qui dit qu'il ne voterait pas pour un musulman parce qu'il ne veut pas voir appliquer le Coran (je ris) ; la réponse d'une jeune femme de mon âge qui disait que ça n'a aucune importance que le nouveau maire de Londres soit musulman ou pas. Mais au final il n'y avait qu'un seul vrai sujet : et nous, alors ?

Parce qu'en vrai, du maire de Londres, on s'en fiche pas mal ; ça ne va pas influencer notre vie. Ce qui est intéressant dans cette élection c'est qu'elle nous renvoie à nous, à l'élection qui se déroulera dans un an, à la question de savoir si nous aussi nous sommes capables de voter pour un musulman et je dois dire je ne suis pas d'accord avec la jeune femme de dix-neuf ans qui a appelé parce que, premièrement, c'est la première fois que ça arrive dans notre région du monde donc c'est important et deuxièmement ça montre que, même dans ce climat de risques de radicalisation, de méfiance qui peut aller jusqu'à la peur, on est encore capables de se raisonner et de faire la part des choses entre l'extrémisme et la pratique modérée d'une religion. Un des débatteurs disait que Sadiq Khan n'avait pas été élu parce qu'il était musulman et c'est vrai : il a été élu en dépit de sa religion, il a été élu "quand même" j'ai envie de dire, malgré ce climat un peu spécial. Et donc je trouve ça bien et je trouve ça important de le mentionner. En revanche, effectivement, pour élire quelqu'un, sa religion, son ethnie, son orientation sexuelle et tout le reste on s'en fiche et c'est ce que j'avais envie de dire. J'avais envie d'élargir le débat aux minorités.

Je me souviens – et je crois que je l'avais déjà raconté ici ou sur le blog précédent – qu'il y a trois-quatre ans, quand j'étais en Première, notre prof d'Histoire nous avait fait faire un sondage parfaitement anonyme avec des propositions auxquelles on devait répondre si l'on était "pas du tout d'accord", "plutôt pas d'accord", "plutôt d'accord" etc. jusqu'à "tout à fait d'accord". Les entrées étaient pour savoir si ça nous dérangerait d'avoir un président : Noir, homosexuel, femme, juif, musulman, d'origine arabe ou issu de l'immigration je crois. La semaine suivante il nous a montré les résultats. Malheureusement j'ai perdu le mail dans lequel il nous les avait transmit, mais je me souviens très bien avoir été choquée par les réponses. Mes chers camarades étaient, pour chacune des entrées, "d'accord" ou "tout à fait d'accord" à au moins 20% il me semble. Avoir un président juif les dérangeait. Avoir une femme les dérangeait. Avoir un homosexuel les dérangeait, et je crois même que c'était l'une des réponses les plus élevées !

Alors évidemment, une classe d'une vingtaine de lycéens n'est pas représentative de toute une génération et encore moins de tout un pays, mais on était quand même dans un lycée assez mélangé en terme de milieu social ou du moins d'ethnies. Ce sont des personnes qui ont mon âge, qui vont donc voter encore longtemps. Ils ne voteront donc jamais pour Fleur Pellerin, Christiane Taubira, Rachida Dati, Rama Yade, Manuel Valls, et bien d'autres qui n'ont pas la bonne couleur de peau, qui ne sont pas nés dans le bon pays ou qui n'ont pas les bons chromosomes. On peut se dire que c'était il y a quelques années, qu'ils ont certainement changé d'avis depuis, mais je ne suis pas certaine...

Ce matin sur France 4 il y avait une espèce de pub pour la grande enquête Génération What et je suis allée répondre aux quelques cent quarante-trois questions (oui, madame ! :P). Il y avait une question pour savoir si voir une fille voilée dans la rue ou au travail nous choquait (sans parler du voile intégral mais bien du voile tout court). J'ai répondu non mais ai été très surprise de constater je faisais seulement partie des 47% de personnes ayant répondu, les 53% restant s'étant déclarés choqués (sur 115 320 répondants)*. Avec le résultat (au moment où j'écris l'article) des étudiants seulement on tombe à moitié-moitié et avec les actifs à 39-61 en faveur des choqués. Les 16-17 ans sont choqués à 48% et, pour en revenir à mon propos, les 18-25 ans sont choqués à 52% (je voulais vous mettre le petit machin directement dans l'article pour que vous puissiez jouer avec les boutons mais Blogger boude, il veut pas parce qu'il dit que c'est pas https, donc à défaut vous avez tous les résultats ici et vous pouvez utiliser l'outil de recherche de votre navigateur pour trouver la bonne question en tapant "voile").

Comment est-ce que des jeunes de mon âge qui se disent choqués par le port du voile pourraient alors ne pas être dérangés par un président musulman ? Donc au final, cette classe d'une vingtaine d'élèves était plutôt représentative d'une espèce de tendance.

Donc en fait si, le fait que les Londoniens aient élu Sadiq Khan qui est musulman comme leur maire c'est important mais c'est surtout très intéressant parce que, encore une fois, ça nous renvoie à nous, ça nous interroge nous sur ce que l'on est prêt à faire ou pas ; est-ce que l'on est prêt à ne pas écouter les petites sirènes des préjugés et de la discrimination pour élire un monsieur ou une madame pour ses capacités et pas sur sa religion ou sur sa couleur de peau ? Et d'ailleurs, les Londoniens l'ont d'autant plus fait qu'un jeune homme qui revenait de Londres expliquait que, lors des débats avec son entourage là-bas, la question de sa religion ne venait pas, le duel entre les deux candidats se faisait plutôt autour de leur milieu social. De ce côté de la Manche on en parle parce que Sadiq Khan l'a mis en avant dans sa campagne, parce que c'est la première fois que ça arrive, mais aussi parce que ça nous interroge nous et d'autant plus quand on voit comment BFMTV en a parlé. Ce n'est pas "Sadiq Khan : premier musulman élu maire de Londres" comme on aurait pu dire "Micheline la fille de ma concierge : première femme élue à la tête de l'Etat" mais bien "un musulman". Il n'est pas nommé, ça reste un indéfini, on a mis sa religion en premier tant on a été interpellé et tant ça interroge la situation en France.

Et le fait qu'il y ait justement un débat autour de ça prouve que ça nous interroge, que ça nous interpelle, et fait émerger la question de savoir si l'on pourrait voir ça en France, si pour nous la religion d'un candidat est importante ou pas. Et j'ai presque envie d'aller jusqu'à dire que ça prouve que l'on n'est pas prêt dans le sens où, si on l'était, on en aurait évidemment parlé parce que c'est la première fois que ça arrive et que les premières fois sont toujours revêtues d'une importance symbolique, comme le premier président Noir, ou la première ministre femme, mais on n'en parlerait peut-être pas autant ou pas de cette manière et pas avec ce genre de débat ou peut-être avec une question moins tournée comme "la religion est-elle importante pour vous" que comme "et en France, c'est pour quand". Je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire...

Je repense à un article de DaintyCurls sur l'appropriation culturelle que j'ai lu l'autre jour. Tant que l'on n'acceptera pas l'héritage, dans ce cas, de la culture afro et donc la présence, réellement, culturellement, des personnes d'origine Africaine dans notre pays, comment voulez-vous que l'on surpasse le racisme et que l'on élise un président Noir ? Mais ça vaut pour toutes les minorités, je pense, auxquelles j'ajoute les femmes. En fait, je crois que le racisme latent qui se manifeste dans les exemples que cite DaintyCurls mais aussi dans les expressions telles que "ça fait pédé" ou "manger comme un gros" est un assez bon indicateur du fait que c'est pas demain la veille que l'on élira à un poste important une personne issue d'une minorité.

Qu'en pensez-vous ?

Source photo

*Au moment où j'ai écrit l'article 190 814 personnes ont répondu : 44% non choquées et 56% choquées.

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires:

  1. Très bon article ! :)
    Malheureusement triste constat...La réaction des médias français n'est pas étonnante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :)
      Non, elle n'est pas très étonnante, mais je pense qu'elle est en grande partie inconsciente !

      Supprimer
  2. Je suis tellement d'accord avec tout ce que tu dis et dénonces au travers de cet article. Je pense que globalement, il y a beaucoup d'intolérance, les gens semblent craindre la différence et de ce fait la rejettent. Les mentalités restent très fermées face à beaucoup trop de choses...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois effectivement qu'il y a de la crainte mais, comme je le disais que le dernier article de Ju du blog Beawriter le racisme est né quand on a commencé à se dire que nan, franchement, les petits enfants blancs ne pouvaient pas manger leur riz avec les doigts comme les enfants Noirs ou Asiatiques. Il y a beaucoup de dédain et de complexe de supériorité là-dedans, de "nous allons montrer au monde comment être". Et d'ailleurs la Révolution ne dit pas autre chose. A partir de 1789 on a eu une vraie volonté universaliste.

      Supprimer
  3. Moi ce qui me gène dans tout ça c'est qu'on s'en fout. Tout comme j'étais gavée d'entendre répéter à tout va que les USA avaient élu un président noir. Mes fesses ! Il à joué sur sa couleur, s'est donné un air sympathique et presque victime "je suis une minorité" pour être élu. Est ce que c'est bon de jouer de son origine, de sa religion ou de son sexe pour obtenir des voies ? Est ce que l'on vote pour une apparence ou pour des réels projets. Obama par exemple n'est noir que de peau. Sa mère est blanche mais on évite d'en parler, on insiste toujours sur sa famille paternelle alors qu'a partir de 71 il n'est élevé que par sa famille maternelle et étudie aux états-unis. Il à suivit un modèle et un style de vie blanc, sinon il n'en serait surement pas là. Se cacher derrière sa couleur pour "vendre" je trouve ça nul.
    Alors oui, il est musulman, on à dit que ça à la télé et rien d'autre. Qu'est ce que j'ai appris d'autre sur ce maire Londonien ? Rien. Ses projets ? Son axe dans sa campagne électorale ? Rien. On s'est servit de lui pour surfer sur la vague "musulmane/terroriste" qui fait vendre et fait de l'audimat. Parce qu'on ne parle plus que de ça.
    Alors effectivement les esprits sont encore très fermés, les gens sont surtout hypocrites en se disant non racistes, non sexistes ou non homophobes alors que devant les urnes leur choix parle d'eux-même mais après tout : doit-on élire quelqu'un parce qu'il est gay ? Parce que c'est une femme ? Non. Arrêtons la poudre aux yeux et soyons honnêtes. Les politiciens pour la quasi totalité vous vous parler de vert pour ensuite faire du rouge. Ils vont faire des promesses qu'ils ne tiendront pas, ils vont faire très attention à leur image. (Ex. mister Sarkozy et sa chouette famille pendant les élections alors qu'une fois la couronne sur la tête madame se fait larguée comme une mal propre)La politique c'est du bluffe, les politiciens sont des carriéristes surpayés avant tout. Ils ont de l'égo, c'est pas des Bisounours qui sont là pour apporter amour et bonheur.
    Noirs, blancs, jaunes, musulmans, chrétiens, hommes, femmes, hétéros ou pas... se sont des êtres humains. Des gens qui pour beaucoup ont baigné dans un certain milieu, il ne sortent pas d'un HLM mal famé du 93.
    Bref, la politique ça m'a toujours beaucoup frustrée, je n'en espère rien. Et même si il m'ait déjà arrivé de me dire plusieurs fois "une femme au pouvoir il serait quand même temps !" ça ne veut pas dire que dans les faits ça changerait grand chose.

    Moi je ne voterais que pour Coluche xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il se cache derrière sa couleur comme d'autres utilisent le fait qu'ils viennent de milieux populaires : les politiques utilisent tout ce qu'ils peuvent. Maintenant, le fait qu'il soit Noir permet aussi un vrai argument de campagne : je connais le racisme donc je peux lutter plus facilement et trouver plus facilement des solutions. Je crois que ça va quand même globalement plus loin que "je suis Noir, votez pour moi !".
      Ou le paragraphe qui dérive des électeurs à une critique des élus x) Mais oui bien sûr tu as raison, même si j'imagine qu'il y a quand même quelques fruits pas pourris, enfin j'ose l'espérer ! Après, sur le racisme des électeurs, je crois qu'il y a aussi beaucoup de choses relevant de l'inconscient. Par exemple mon amie qui disait "manger comme un gros" ne voyait pas du tout le problème, ou cette autre qui a dit un camarade gay de la classe en Première que c'était du "gâchis qu['il] soit gay". Mais il y a aussi du conscient, comme ce monsieur qui dit qu'il ne veut pas voir appliquer le Coran (la bonne blague).
      Tu me tends une perche et tu me vois dans l'obligation de la saisir : oui, il est temps de voir une femme au pouvoir, et c'est pour ça que je voterai Marine Le Pen ! (ou Nadine Morano, l'un dans l'autre ça changera pas grand-chose, faut juste attendre la primaire !). Ca va changer beaucoup de choses ! Elle va foutre les Noirs et les Arabes dehors et nous on retrouvera du travail ! Youpi ! (Nan bon, quand même, au cas où c'était pas clair vu ce que je dis dans l'article : c'est ironique, évidemment, hrm hrm).

      Supprimer

Un petit mot ? :)