mercredi 16 mars 2016

Une histoire de corps

Bonjour !


Hier j'ai entendu parler de cette pub pour de la lingerie "grande taille" interdite de diffusion sur deux chaînes aux Etats-Unis. L'une d'elle a expliqué que c'était de l'indécence et qu'ils avaient demandé une modification du montage car ce n'était pas montrable à une heure de grande écoute et ce alors qu'ils diffusent des pubs de lingerie avec des mannequins minces ; autrement dit c'est un prétexte pour ne pas avoir à dire qu'on ne veut pas montrer des femmes grosses et dénudées. Et pourtant c'est bien là qu'est le coeur du problème, et pas dans une prétendue apologie de l'obésité que serait la diffusion de cette pub.

Le problème c'est que l'on vit dans une société de la minceur, de la musculature même, avec ces challenges qui pullulent sur Instagram. Le problème c'est que cette publicité qui vante l'acceptation de son corps et une autre forme de beauté montre deux choses taboues : l'obésité et la nudité, les deux ayant trait au corps.

Vous avez surement remarqué que nous rejetons les gros, que nous ne voulons pas les voir. Ils se font insulter à l'école, ils obtiennent moins facilement un entretien d'embauche parce que leur image est liée à des valeurs négative de malbouffe en grande quantité (mauvais contrôle de soi) et de fainéantise, ce que montre bien d'ailleurs la formidable expression "manger comme un gros" qui veut bel et bien dire ce qu'elle semble vouloir dire. Nous envoyons des messages plus ou moins subliminaux à l'encontre des personnes en surpoids et la meilleure preuve de ça ce sont les propos des enfants. Je me souviens (je suis désolée pour les personnes qui me lisent régulièrement et doivent me voir venir à des kilomètres :P) d'avoir lu il y a quelques années une blogueuse qui disait que sa fille lui avait dit "maman, tu es grosse mais je t'aime quand même". C'est tout bête, mais ça montre bien que la gamine a reçu des signaux lui disant qu'être gros, dans notre société, est mal.

On ne veut pas voir les gros et on ne veut pas en parler non plus. Parmi les sujets de société souvent traités reviennent beaucoup la laïcité, la question de l'éducation, du rapport des jeunes à l'alcool, à la drogue, le racisme, l'intégration des étrangers... mais pas le taux d'obésité qui grimpe ou le fait que les marques blindent leurs magasins de taille 36-38 alors que la moyenne en France tourne autour de 42-44. On ne veut pas voir les personnes considérée comme en surpoids (quand on porte un 44 on n'est pas en surpoids) et on ne veut pas en entendre parler non plus. L'obésité, c'est tabou, et comme tout sujet tabou c'est délicat d'en parler.

Comme il est délicat de parler de nudité, et ça a presque toujours été le cas. Cette année j'ai des cours d'Histoire de l'Art contemporain autour de la question du corps et la nudité fait partie des sujets que l'on a traité. On demandait aux artistes (et ça bien jusqu'au XIXème si je ne me trompe pas) de faire d'une part un nu idéalisé et d'autre part de le justifier par des thèmes mythologiques et historiques. Sinon ça faisait scandale. Et je crois qu'ici on est un peu dans ce genre de cas. Dans les publicités la nudité apparaît avec une justification : marques de lingeries évidemment, de parfums car elles jouent sur l'attirance, la séduction, la relation amoureuse, qui passent aussi par le corps, et c'est à peu près tout. Je vois mal une pub pour une marque de lait, de jambon, de voiture, de stylo, de meuble, mettre des acteurs nus sans une tentative de justification dans la narration (par le naturisme par exemple), et ça tout simplement parce que la nudité est encore taboue. Et même dans les cas de publicités vantant de la lingerie ou un parfum on nous montre des femmes minces, correspondant plus ou moins aux critères de beauté actuels.

Du coup je comprends le mécanisme de refus de cette publicité parce qu'elle montre des femmes nues et à l'aise mais en plus des femmes rondes, des femmes en surpoids, des grosses. Et, tout ce qui touche au corps (et a fortiori je pense le corps des femmes) étant tabou, mettre ensemble ces deux sujets est vécu comme une provocation (et en un sens c'en est une). D'autant plus que, au contraire de certaines photos de campagnes de lingerie, les bourrelets de ces mannequins n'ont pas été retouchés : double scandale ! On nous montre des femmes rondes et nues sans les idéaliser.

Cependant, si je comprends, évidemment je ne suis pas d'accord et, moi, ces femmes, je les trouve belles ! Cela dit les commentaires et réactions pour dire "enfin de vraies femmes" sont exagérés : il n'y a pas de "vraie" femme, il n'y a que des femmes dans toute leur diversité et je ne crois pas qu'attaquer les minces pour défendre les plus rondes soit une manœuvre bien maligne parce que c'est faire aux minces exactement ce que la société fait aux rondes.

Qu'en pensez-vous ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. J'en ai aussi entendu parlé hier.
    Ce que je trouve scandaleux c'est de dire que ça ferait l'apologie de l'obésité et de s'en servir comme un des prétextes pour ne pas diffuser la pub. On peut parler de l'apologie de l'anorexie ? Non attends, j'y vais fort, disons "maigreur" ? (je suis bon prince) En quoi serais-ce MOINS pire que l'apologie de l'obésité pour commencer ? Pourquoi voir des femmes rondes enverrait un PLUS mauvais messages que des "os sur pattes" ?? Non mais c'est quand même dingue !
    Ça m'a énervé d'entendre ça hier. Perso quand je vois le corps des mannequins j'ai vraiment peur. Non seulement je pense que niveau santé elles ont du soucis à se faire mais ne serais-ce que visuellement, je n'y voit rien de beau. C'est même très laid. Je préfère de loin voir une femme avec des rondeurs. Je ne parle pas d'une personne qui tiendrait à peine sur ses jambes, on est d'accord, l'obésité est un réel danger pour la santé, autant que l'anorexie. Mais à une époque pas si lointaine, les standards de beautés étaient inversés et c'est les femmes pulpeuses qui affolaient la cours.
    L'excuse de la pudeur j'en parle même pas parce que c'est un mensonge tellement pas crédible quand on voit ce qui est diffusé à des heures de grande écoute régulièrement. Je suis même surprise qu'ils osent jouer là dessus.
    Bref... ne laissons pas la société, et les médias surtout, ancrer ces vilaines idées dans nos têtes. Nous dicter le beau ou le laid, le bien ou le mal, etc... chacun est comme il est, point. Il devrait y avoir de la place pour tout le monde sur cette planète.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ce que j'ai pensé ! On voit des minces (parfois qui le sont trop, notamment quand ils diffusent les images des fashion week et compagnie) partout mais pour eux ça n'a pas l'air d'être de l'apologie !
      A force de voir des femmes minces à moitié nues on n'a plus de pudeur avec elles, enfin plus trop, mais la question du corps et de l'image du corps, de sa représentation, reste quand même tabou et délicat.

      Supprimer

Un petit mot ? :)