lundi 28 mars 2016

Perpétuité des contradictions

Bonjour !

Ce matin, jour férié aidant, j'ai écouté Le Grand Direct d'Europe 1 et le débat très intéressant sur la perpétuité réelle pour les terroristes. Je dois dire que je trouve qu'il y a quelque chose d'hypocrisie là-dedans, quelque chose d'un peu "faites ce que je dis et pas ce que je fais" ; nous proposons une peine qui, selon un monsieur invité l'autre matin sur Europe 1 et dont j'ai oublié le nom, est contraire aux Droits de l'Homme, ces mêmes Droits dont nous nous targuons d'être le pays garant et défenseur. Je trouve ça un peu cocasse, quand même. D'autant plus qu'un auditeur a argumenté en disant que ces terroristes n'étant plus des humains, étant des animaux, on pouvait les condamner à mort. D'une part les humains sont des animaux, d'autre part c'est un peu facile de se dédouaner en décrétant que l'ennemi n'est plus humain, pour ne pas avoir à porter le poids d'une culpabilité ou d'une contradiction.

Le gros quiproquo autour de ce débat c'est qu'un condamné ne sort pas automatiquement après sa peine de sûreté : il est vu par des médecins, des psychologues, c'est le juge qui décide... dire que nos terroristes auront une peine de sûreté de vingt-deux ans (ou trente si on l'augmente) ça ne veut pas dire qu'ils seront dehors dans vingt-deux ans. Et quand bien même ! Personne ne peut garantir de ce que sera une personne dans vingt-deux ans ; je ne peux pas dire comment sera ma soeur dans vingt-deux ans, je ne peux pas dire comment seront mes amis dans vingt-deux ans ni même si nous serons encore amis. Un auditeur disait que quand ils sortiraient ils recommenceraient. Bien sûr ! La prison ce n'est pas magique, on n'a pas appelé un druide pour qu'il marque des runes sur le sol en faisant une danse pour sceller le tout, sinon il n'y aurait pas autant de récidive. La prison ne suffit pas, il faut quelque chose autour, annexe, une prise en charge de déradicalisation de ces terroristes. S'ils ont fait le chemin dans un sens ils peuvent le faire dans l'autre. C'est une première chose. La deuxième c'est que, moi je veux bien qu'on les mette en prison, mais il ne faut pas oublier qu'ils vont radicaliser leurs petits camarades et que plus ils y seront longtemps, plus ils risquent de radicaliser de monde.

Là aussi il y a eu une mécompréhension parmi certains auditeurs qui disaient qu'ils allaient de "radicaliser entre eux" mais que ce n'était pas grave parce qu'ils n'allaient "pas sortir". Mais c'est erroné. Les djihadistes ne se radicalisent pas entre eux : ils radicalisent les autres prisonniers qui, eux, sont ici pour de petites peines et vont sortir avec une idée en tête : poser une bombe. Et donc, pour un djihadiste enfermé, dix nouveaux sortent. Une auditrice disait que les prisons étaient des passoires mais pas dans le sens où le disait un auditeur, pas "parce qu'ils sortent comme ils veulent" (c'est vrai, tous les jours aux infos on nous parle d'un prisonnier évadé !) mais parce que dans certaines prisons les prisonniers peuvent se faire fournir des téléphones. Imaginez le djihadiste qui a radicalisé d'autres prisonniers qui, eux, sortent, et, grâce à ses contacts à l'extérieur et son téléphone, peut les aider à monter un attentat. Super utile la prison. Et si c'est pour mettre tous les djihadistes ensemble je ne suis pas sûre que ça soit mieux, on prend le risque qu'ils copinent entre eux. Donc il faut les isoler.

L'un des arguments du monsieur de droite était de dire que ça aurait un effet d'empêchement, que les personnes prendraient peur, ne voudraient pas risquer la prison à vie. Laissez-moi rire ! Les personnes qui posent des bombes sont radicalisées, on leur a retourné le cerveau, tout comme les enfants que Daech entraîne en Syrie. Je ne pense pas que des personnes embrigadées, qui n'ont pas peur de mourir, craignent réellement de crever en prison... Le monsieur a répondu que, on l'avait bien vu, des djihadistes pouvaient ne pas se faire sauter, renoncer au dernier moment. Oui, pour aller se planquer en Belgique et programmer un autre attentat : ça fait moins de victimes que s'il avait fait exploser sa propre ceinture, c'est vrai ! Et nous voilà parti sur la question de la peine de mort... nous, pays des Droits de l'Homme ? C'est sûr que renier nos principes, nos valeurs, pour s'abaisser à leur niveau c'est tellement mieux... Et si on l'applique seulement pour les terroristes, qu'est-ce qui nous garanti que, dans les prochaines années, on ne voudra pas l'étendre ? Pourquoi pas Guantánamo tant qu'on y est ? Ni la peine de mort, ni la perpétuité réelle ne sont des solutions.

J'ajouterais, et c'est la seule chose qui n'a pas été dite dans le débat d'Europe 1, au risque de m'attirer les foudres de certain d'entre vous, que, quelques part, ces djihadistes, pour une bonne partie d'entre eux, sont aussi des victimes. Je ne dis pas qu'ils n'ont pas appuyé sur la gâchette de la kalachnikov ou sur le détonateur de leurs explosifs. Je dis qu'ils se sont fait retourner l'esprit par les recruteurs et autres têtes pensantes de Daech et que, s'ils sont coupables, peut-être ne sont-ils pas totalement responsables (jetez-moi des pierres si vous voulez, je n'en démordrai pas ! :P).

Augmenter la peine de sûreté à trente ans je suis plutôt pour, ce qui permettrait d'utiliser ce temps pour faire un vrai travail de déradicalisation et de les aider à se réinsérer (oui, parce que le monsieur de droite disait qu'on ne pouvait quand même pas les faire sortir vu qu'ils auraient passé tellement de temps en prison qu'ils ne seraient plus adapté à la société ! Tu parles d'un argument, toi !). On est face à une guerre des esprits, à des manipulateurs qui radicalisent des Français, des Belges, des Canadiens et j'en passe. Et ces personnes, qui sont aussi des victimes, on va les abandonner ? Ce n'est pas quand je vois des terroristes que je me dis que j'ai raison d'être pessimiste (ou réaliste) sur la nature humaine, c'est quand j'entends des âneries. Quand j'entends que l'on se dédouane de proposer la peine de mort en disant que ces terroristes ne sont plus humains. Quand j'entends que, ayant passé plusieurs décennies derrière les barreaux, ils ne seront plus adaptés à la société, alors autant les garder jusqu'à leur mort.

Quand j'entends, aussi, comme ce matin avec mon père, qu'ils sont musulmans. Musulmans ? Qui a vu un musulman tenir une kalachnikov ? Pas moi en tout cas. Ils ne sont pas plus musulmans que moi : ils sont islamistes. Ce n'est pas pareil. Musulmans extrémistes si vous voulez, mais pas musulmans tout court. En disant ça on tombe exactement dans ce que les terroristes veulent. Cette guerre des consciences que l'on est en train de perdre, ça, ça m'agace. Me dire qu'on revient sur nos valeurs et nos principes comme ça, en un claquement de doigts, ça me désespère. La France a déjà été condamnée cinq fois parce qu'elle s'occupe mal de ses enfants autistes mais on ne s'en vante pas, on se fait tout petit (on devrait beaucoup plus en parler d'ailleurs). Tout comme on ne s'occupe pas vraiment des migrants. Mais là on fait contre tout ce que l'on dit aux autres pays qu'il faut faire et on le clame haut et fort...

Que pensez-vous de tout ça ?
Surtout si vous n'êtes pas d'accord avec moi dites-le, j'adore le débat ! :)


Rendez-vous sur Hellocoton !

9 commentaires:

  1. Ton article est très intéressant.
    Mes enfants m'ont demandé pourquoi ils font ça les terroristes ?? Hum... pas facile d'expliquer... Mais leur ai expliqué que c'est par vengeance, ils ont soufferts parce que tel pays leur a fait du mal. Et parce qu'ils veulent semer la terreur, la peur extrême pour que nous ne faisons plus confiance à personne, s'enfermant chez soi. Lorsque je lis ton article, c'est tellement énorme : c'est l'humain qui doit changer pour que le monde soit meilleur....

    RépondreSupprimer
  2. Je te rejoins totalement sur le fait que la perpétuité ou la peine de mort ne sont en aucuns cas des "solutions" justifiables. Personne n'est immuable et tout être humain change avec le temps, il faut juste faire en sorte que l'évolution aille dans le bon sens (ce qui est loin aisé c'est certain). Accepter et vouloir la perpétuité c'est choisir l'option de facilité. Enfermer les gens ne changera rien, c'est les mentalités qu'il faut regarder, chercher à comprendre, aider ceux qui risqueraient de tomber dans ce même extrémisme. Tout le monde à droit à une seconde chance, du moment que la personne à réellement reconnues ses tords et à pris conscience de la gravité de ses actes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait ! Il faut agir sur les mentalités ! Mais certains politiciens préfèrent profiter de la situation pour parler du soit-disant laxisme du système carcéral...

      Supprimer
  3. Je pense qu'il y a deux niveaux de terroristes: ceux qui sont intiment convaincus de la cause, au premier degré, et les dirigeants qui sont plus en recherche de pouvoir et d'argent (quel que soit le motif pour y arriver). Et la menace de prison n'a pas le même impact entre ces deux types... Les premiers seront prêts à tout pour leur cause, les seconds pour garder du pouvoir... A partir de là, on peut étudier comment les punir. Mais de là à parler de peine de mort ou de perpétuité, c'est finalement le comble, car c'est utiliser des moyens que j'estime inhumains contre des personnes à qui on reprocherait la même chose!! Car en effet, qui sait ce que l'avenir nous réserve?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que les dirigeants dont tu parles on ne cherchera même pas à les mettre en prison mais plutôt à leur envoyer une bombe sur la tête ou à les tuer au cours de fusillades comme pour Ben Laden, donc perpétuité réelle ou pas, pour eux, ça ne changera pas grand-chose. Par contre, s'il y a effectivement le côté pouvoir/politique je pense qu'ils croient quand même aux idéaux qu'ils transmettent aux recrutés qui recrutent eux-mêmes des petits jeunes perdus de 15 ans dans les cités...

      Supprimer
  4. Hum je suis parfaitement d'accord avec ton propos sauf sur un seul mot qui me gêne: Islamiste. Je n'aime pas ce mot, je trouve selon moi qu'il participe à l'amalgame justement. Quand un crime est commis par un chrétien l'on parle d'intégriste, pourquoi ne pas employer le même terme en ce qui concerne les actes commis par des terroristes musulmans?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ce que je fais ! "Islamiste" = intégriste, extrémiste. "Islamiste" n'est pas un synonyme de "islamique" ! "Islamiste" est bel est bien un mot pour qualifier l'extrémisme ;)

      Supprimer
  5. Nan mais je sais tu vois. Je sais ce qu'il veut dire, ce qu'il signifie hein^^. J'connais la distinction entre islamiste /ique. Mais je parlais en général, parceque c'est le mot en lui même que j'aime pas. Sa racine étymologique si tu préfères. Il n'aide pas à faire la part des choses, il crée de la confusion (la preuve même toi t'as cru que je mélangeais :D ). Ça serait plus simple et plus sain d'employer directement intégriste. Ca enlève de fait toute dimension religieuse à leurs actes. Et quand je dis "On" je parle de toi certes, mais aussi des médias et même de moi-même vu qu'il m'arrive également de l'utiliser.
    J'espère que j'ai été plus clair dans mon explication aha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha désolée pour le cours de vocabulaire alors, mais il fallait être plus clair aussi, quelle idée :P
      Oui je crois que tu as été plus clair mais je crois que je ne suis pas d'accord. Parce que le mot "intégriste" (je suis même allée vérifier sur le site du CNRTL) est un mot de toute façon relié à la foi et à la religion. Mais aussi parce que de toute manière, même si l'on essaye de nier leur côté religieux eux-mêmes continueront de l'employer quand ils revendiqueront un attentat, dans leurs vidéos et messages de propagandes... et puis je crois aussi que l'on ne peut pas sciemment décider de ne pas dire qu'ils se battent au nom d'une religion parce que c'est flouer et déformer ce qu'ils sont et ce qu'ils font. Les journalistes déforment déjà assez les informations (notamment les propos des interviews et montent de la mayonnaise avec que dalle : cf l'affaire de la giffle de Joey Starr) pour pas qu'on ait besoin qu'ils modifient et manipulent encore plus l'information. Je ne crois pas que c'est en cachant le fait qu'ils se battent pour la religion que l'on va régler le problème. Bien au contraire ! Les journalistes, de par leur position, ont justement l'opportunité de dire que ce n'est pas ça la religion, de parler des dérives, de faire des documentaires, etc. S'ils se taisent complètement à ce sujet alors ils laissent toute la place libre aux terroristes pour leur propagande et ça c'est très très très mauvais.

      Supprimer

Un petit mot ? :)