mercredi 30 mars 2016

Ode à la solitude

Bonjour !

Hier midi et aujourd'hui, à la fac, j'ai mangé toute seule. Pas parce que mes amies n'étaient pas là, pas parce qu'elles ne mangeaient pas à la même heure, pas parce qu'on s'est disputées, mais parce que j'avais envie et même mieux : j'avais besoin. Je ne sais pas comment j'ai fait pour tenir depuis Septembre sans instant de solitude dans ma journée. Je le sais que j'ai besoin d'être seule, même si c'est mal vu, même si une de mes amies, quand je suis arrivée pour le cours après l'heure du repas, m'a demandé sur un ton qui se voulait amusé mais qui a sonné à mes oreilles un peu comme si elle s'attendait à pouvoir placer un "je te l'avais bien dit" si c'était bien de manger toute seule sous un arbre.

Ce midi je n'ai pas vu une pauvre fille misérablement seule assise sur un banc à mâchonner distraitement dans la tristesse un sandwich sans saveur, à regarder avec envie ces gens passer autour d'elle qui savaient qui retrouver, avec qui partager un instant. J'ai vu une jeune femme qui mangeait seule parce qu'elle en avait fait le choix, parce qu'elle en ressentait le besoin. J'ai vu une jeune femme qui réfléchissait radio branchée sur les oreilles, qui décompressait tranquillement de sa matinée et se préparait pour son après-midi. J'ai vu une fille qui avait incroyablement besoin de se retrouver avec elle-même parce que rester avec des gens, même des amies, demande un effort constant de compréhension de ce qui est dit, de réflexion sur ce qu'il faut répondre, parce que le contact humain ne va pas de soi (je parle de moi à la troisième personne, je tourne mal !)

J'ai vu tout ça et pourtant, moi, quand je croise quelqu'un d'autre qui mange tout seul je me dis "oh le pauvre" comme si c'était une tare parce que j'ai eu la bonne idée d'intégrer les codes auxquels on veut me faire plier. Pourtant la solitude est loin d'être une tare, elle est nécessaire, et je me dis depuis plusieurs semaine que, quand je ferai Compostelle (parce que je le ferai forcément un jour, du moins je me le souhaite) je le ferai seule (ou avec un chien pour unique compagnon) parce que marcher, marcher seul, permet de réfléchir, de se retrouver, de penser.

L'autre jour, c'était vendredi je crois, j'écoutais Europe1 en attendant que le prof arrive dans la salle et ils parlaient d'une étude récente qui dit que plus on est intelligent moins on reste souvent et longtemps avec ses amis parce que l'on a moins besoin des autres. Et je crois (en toute humilité, cela va sans dire, haha ;P) qu'il y a un peu de ça chez moi, en plus de mon anormalité notable _ et ça ne m'étonnerait d'ailleurs pas que les deux soient liées.

Quoi qu'il en soit la solitude n'est pas une tare, ni son besoin une maladie, et elle ne justifie pas un "ah bon ?" presque condescendant (oserais-je dire que j'ai cru entendre du mépris ?) (je ne suis absolument pas parano xD) de ma mère quand je lui ai annoncé que j'avais besoin de manger seule ce midi (annonce avec une arrière-pensée vu tous les reproches qu'ils me font).

La solitude est utile, la solitude est nécessaire, la solitude n'est pas effrayante, elle est belle et elle permet de se retrouver avec soi-même. J'aime être seule, j'aime penser, j'aime réfléchir, j'aime aller au cinéma seule, aux expositions seule, me promener seule. Aller à une exposition avec quelqu'un qui avance plus vite que vous et qui vous spoile tout ce qui se dit avant même que vous ne lisiez les panneaux (on peut parler de ce que l'on voit, mais pas spoiler) je n'appelle pas ça passer un bon moment et partager avec quelqu'un, j'appelle ça du gâchis.

La solitude est nécessaire, même aux personnes qui n'aiment pas être seules. Moi j'ai besoin davantage que beaucoup d'autres d'être seule mais ce n'est pas une raison pour me regarder comme une bizarrerie parce que, à mes yeux, c'est vous qui êtes étranges à tout faire tout le temps ensembles, à ne pas pouvoir vous lâcher ;)

Si la Solitude était une personne elle serait triste de la manière dont beaucoup la traitent et la dédaignent (voilà que je fais dans le sentimental maintenant ! xD).

Voilà. C'est tout.

Edit : dans les commentaires, Laeticia (que je remercie au passage !) m'a parlé d'une conférence de Susan Cain, je l'ai écouté et j'ai décidé de vous la mettre. Elle est en anglais mais la vidéo est sous-titrée !


Et vous, quel est votre rapport à la solitude ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

22 commentaires:

  1. J'ai aussi besoin de moments de solitude, ça m'aide à garder un certain équilibre. Je pense que dès lors qu'elle est choisie, et non subie, il est plus simple de l'apprivoiser à cette solitude qui semble effrayer tant de monde.
    C'est vrai que souvent, les autres ont du mal à comprendre qu'on puisse aimer et ressentir le besoin d'être seule... Mais ma foi, on fonctionne tous différemment ;)

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup avoir mon moment à moi, mon espace à moi, j'aime être seule, en plus je suis de nature casanière. J'ai dompté ma solitude, il y a tellement milles choses à faire et à découvrir, je ne m'ennuie pas. Dans un couple, j'aime sentir la présence de l'autre sans forcément que l'on fasse des choses ensembles.

    RépondreSupprimer
  3. Je me suis rendue compte assez récemment mon besoin de solitude, surtout lors d'évènements de groupe, ça me permet de me recentrer sur moi-même. Il semblerait que ce soit la manière de fonctionner des introvertis d'après la vidéo TED de Susan Cain : le pouvoir des introvertis (que je te recommande!)
    C'est une chose de le réaliser, c'est une autre de faire en sorte de créer ces opportunités! Pour certains, c'est aller fumer une cigarette à l'écart, pour moi, c'est quand je suis aux toilettes qui marche le mieux ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Je vais aller jeter un œil à cette vidéo !

      Supprimer
  4. Coucou :)
    Le TED de Susan Cain est un de mes préférés ! J'approuve totalement. C'est marrant parce que tu vois, quand j'étais au lycée c'était "la honte" d'être seul. Soit on avait pas d'ami soit on était bizarre à rester seul. Là, à la fac, vue que les cours sont pas forcément les mêmes pour tout le monde il y a parfois des moments où on reste seul. Dans ma fac en tout cas c'est très très souvent que je vois des personnes seules et je ne pense plus du tout comme au lycée. Je me dis que c'est très bien, et qu'on peut enfin rester seul sans qu'on nous embête sur ce sujet là !
    Pour ma part j'aime avoir mes moments avec moi même et je manque pas d'occasion de passer des heures en librairie ou à la médiathèque sans personne pour me dire qu'il faut rentrer ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'année dernière j'avais moins de cours en commun avec mes camarades donc j'étais plus souvent seule mais là j'ai tous les cours avec quelqu'un, sauf celui où je vais en auditeur libre (le mot classe pour dire que tu squattes là où tu devrais pas être xD) donc c'est plus difficile d'être toute seule "naturellement".

      Supprimer
  5. [ Bon, j'ai fais buggué le système. Apparemment on ne peut pas te laisser un commentaire de plus de 4096 caractères... radins !
    Du coupe bah... je t'envoie ça en deux bouts. Pas trop le choix. ]

    Tant que je tiens ma motivation on va faire double commentaire ! (oui j'ai laissé traîner des mots sur Hellocoton, si jamais tu les retrouve tu me fais signe ;-P)
    J'ai regardé la vidéo entièrement, c'est même passé vite. J'ai beaucoup aimé d'ailleurs. Comme je le disais j'aime la partie ou elle explique qu'il n'y a pas de "case" introverti (vs) extraverti et que - étant des êtres de nuances - nous pouvions très bien nous trouver entre les deux. J'imagine que notre rationalisation nous pousse à choisir un camp, et puis c'est difficile de s'auto "définir" en se plaçant en entre deux - surtout si ça se répète pour différentes choses - mais qui suis-je bon sang à la fin ?!! x'D *Non je ne suis pas skizo*
    Bref, du coup d'un point de vue personnel j'ai l'impression parfois d'être un peu les deux. Surement en majorité introvertie mais j'ai le sentiment que c'est beaucoup lié à la peur de l'inconnu aussi dans mon cas car quand je suis dans mon élément je peux facilement passer pour extravertie. J'utilise le mot "passer" parce que dans mon comportement c'est surement l'impression que je donne mais pas forcément comme ça que je ressens les choses. T'as dût déjà te retrouver dans ce genre de situation ou un groupe de personne avec qui tu es parle de choses "géniales" qu'ils ont tous l'air de bien connaître, d'adorer, etc... et que, soit de 1. tu ne connais pas du tout, soit de 2. (le plus souvent dans mon cas) tu connais mais tu as envie d'hurler "NON MAIS CE TRUC DÉBILE SÉRIEUX ?! VOUS ETES FOURNIT AVEC OU SANS CERVELLE ?!" C'est pas méchant, mais c'est récurrent. J'ai l'impression de vivre dans un monde remplit de moutons et de débilités et l'impression d'être la seule à m'en rendre compte aussi. Un peu comme si tout le monde était branché à la même grosse machine centrale et que ma prise à moi avait oublié d'être branchée. Je suis là, mais je me sens extérieur. (Et dans ces moments là je me réfugie dans mon esprit xD)
    Y'a pas longtemps d'ailleurs, j'étais chez les parents de monsieur, avec monsieur bien sur. Ils étaient sur un truc de paperasse à faire et moi avec le chat sur les genoux. Au début j'essayais quand même d'être "là" même si je ne participais pas à ce qui se passait mais à force j'ai décroché malgré moi. J'avais les yeux braqué sur la télé mais je ne la regardais pas non plus, j'étais repartie dans mon monde. Et d'un coup y'a une voix qui me sort de mon nid xD C'était beau papa qui disait "nan elle s'en fout" mdr. Il rigolait en disant ça mais apparemment on m'avait parlé et je n'avais pas tilté.
    Mais ça m'arrive souvent, sauf que d'habitude je me fais pas prendre. Je m'évade dans ma tête et c'est comme si j'étais plus là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu tes mots sur Hellocoton :)
      *Je te fais signe*

      Je vois ce que tu veux dire ! Je ne crois pas que ce genre de cas me soit arrivé, mais parfois, mes parents surtout (pour ne rien changer xD) me font remarquer que je réponds à côté de la plaque, et que je ne pense pas logiquement (c'est juste que ma logique n'est pas palpable par le commun des mortels). Et des fois j'ai vraiment l'impression que les autres sont étranges, mais comme j'ai fini par m'habituer/accepter/me résigner je n'ai pas vraiment d'exemples précis
      Partir les yeux dans le vague ça m'arrivait assez souvent avant, maintenant moins j'ai l'impression, ou alors assez souvent mais moins longtemps alors je ne m'en rends plus trop compte. Mais tu sais apparemment c'est un symptôme du raisonnement global donc peut-être que tu devrais creuser cette piste !

      Supprimer
    2. Lol, ta famille connaît ton blog ? Parce qu'ils en prennent pour leur grade x'D (Pas une critique, je pourrais en faire autant et même plus sur la mienne)

      A cause de toi j'ai passé tout mon samedi après midi à lire sur les "neuro-droitiers" et raisonnement global que je ne connais pas du tout. C'est effrayant à dire mais j'ai eu l'impression parfois qu'on décrivait ma personnalité / façon de fonctionner. Vouloir mener plusieurs projets à la fois, la 'désorganisation', tout faire à la dernière minute ou finalement vouloir faire tellement de chose qu'on finit par ne rien faire du tout et engendrer de la frustration et du manque de confiance en soi (se trouver nulle, incapable) tout ça c'est TOUTE ma vie x'D
      Le fait d'être créative, intuitive et émotive... enfin l'émotion c'est aussi ma cyclothymie, elle est souvent exacerbée et difficile à garder en contrôle dans certaines situation. Mais enfin bref, je ne connaissais pas du tout ces études et ces différentes manières de 'penser' - même si je connaissais le principe : hémisphère droit et gauche et leurs caractéristiques (en ayant conscience de bien plus avoir développer le droit xD) - et du coup c'est une évidence ! C'est pour ça que j'entends souvent dire à mon sujet (notamment Monsieur Krevette) "t'as une logique bizarre" ou des choses comme "tu te complique les choses à les faire comme ceci, ou comme cela", et c'est vrai que j'ai toujours tendance à surprendre les autres dans mon organisation et ma façon de gérer mon temps.
      Mais encore une fois, ma cyclothymie à aussi un impact sur tout ça chez moi donc...
      je dois être un mélange de ces deux choses, ce qui fait de moi un être très très mal fichu x'D Au secours !
      Mais merci du coup de m'avoir fait m'interroger là dessus, c'est super intéressant ! Du coup tu es de ce pourcentage minoritaire à utiliser son cerveau différemment aussi ? ^^

      Supprimer
    3. Non, connaît pas mon blog (enfin j'espère !). En même temps ça serait moins drôle si je disais à quel point elle est formidable x) puis bon, ça va, y'a pire comme famille.

      Je pense que je le suis, faudrait que je demande à un psy pour confirmer... mais quand je suis tombée sur un livre à Nature et Découverte et que j'ai lu les "critères" à la fin j'ai eu les larmes aux yeux tellement j'avais l'impression que c'était un peu moi quand même ! Si ça t'intéresse le bouquin c'est "Petit guide à l'usage des gens intelligents qui ne se trouvent pas très doués" de Béatrice Millêtre qui est docteur en psychologie et psychothérapeute :)

      Supprimer
    4. Pourquoi ça serait forcément ennuyeux qu'ils soient formidables lol. Les défauts sont plus intéressants alors ?

      Après d'un psy à l'autre le diagnostique peut varier aussi. Mais tu aurais moins l'impression de spéculer quoi. Ah, ah, j'adore le titre déjà !! Mais je comprends bien l'effet que ça peut faire de se reconnaître à la lecture de quelque chose ;-)

      Supprimer
    5. C'est juste que comme j'écris pas mal sur des sujets de société etc. et que surtout je pars de phrases que j'entends, s'ils étaient formidable ils diraient pas de telles conneries et moi je serais au chômage technique x) Puis je crois que s'étaler à quel point une famille ou une bande d'amis est formidable ça peut vite effectivement devenir ennuyeux. En tout cas moi je crois que ça m'ennuierait x)

      Supprimer
  6. [ Et la dernière petite partie ^^ ]

    Dans le fond, je pense être "handicapée" socialement. Je ne sais pas faire. Je veux dire, ça paraît évident pour la plus part des gens, y'a des "automatismes" de "savoir vivre" ou de je ne sais quoi que je n'arrive pas à mettre en pratique. (Ou je n'ai pas envie :-P) Dire "bonjour" quand on croise un vague voisin dans la rue ou un visage "pseudo" familier par exemple... bah ça m'arrache la gueule. J'utilise cette expression parce qu'on me l'a reproché sous cette forme. "Ça t'arracherais la gueule de dire bonjour ?!" Et bien oui. Je n'ai pas envie. Je veux être tranquille et ce n'est pas parce que je mets le nez dehors que j'ai envie de faire la causette, même pour un bonjour. On peut me parler de "politesse" ou d'éducation je m'en fiche et surtout je ne vois pas le rapport. Les "conventions" sociales ont tendances à m'exaspérer parfois. On fait tout un foin pour un rien.
    Et puis de manière générale, je n'aime pas les gens. C'est un fait. J'imagine que ça n'aide pas socialement mais là encore je n'y peux pas grand chose.
    Mais ce que tu dis dans ton article sur le fait de croiser quelqu'un qui mange seul en se disant "oh le pauvre" est tellement vrai ! Je m'en veux presque d'avoir le réflexe de penser ça mais c'est automatique. Alors que la personne - tout comme toi - a peut être simplement envie de manger seul tranquillement. Pourquoi ce serait mal ? (Je ne veux pas être conditionnée, méheuuuuuuuuu !!!! :'()

    Et au fait, Compostelle ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dire bonjour à un voisin j'ai chopé le truc ! Par contre faire la bise... j'aime pas. Je vois pas l'intérêt, je ne l'ai pas faite avant la Première, et maintenant je ne la fait plus (j'ai tenu deux ans, c'est pas si mal). Parfois mes amies veulent me la faire alors bon, je ne recule pas, mais je n'engage pas les choses... Par contre là où je bloque avec le "bonjour" c'est le matin quand je me lève. Longtemps mes parents m'ont reproché de ne pas le dire alors maintenant je le fais, je remplace par un "hello" faussement enjoué mais ça m'agace... quand je descend les escaliers je me prépare à le dire ! Le matin je veux pas qu'on m'emmerde, je veux qu'on me laisse réfléchir tranquillement à tous les trucs vitaux qui me passent par la tête et surtout pas qu'on me parle et surtout pas dire bonjour. C'est comme le soir, le "bonne nuit" "a demain" qui me tue. J'ai aussi zéro spontanéité ! L'autre jour le prof a demandé dans la classe qui voulait faire journaliste, un gars avec qui j'avais déjà parlé vite fait à levé la main. Comme je cherche quelqu'un pour l'émission radio l'année prochaine vu que la fille s'en va je suis allée le voir à la fin du cours. Et j'ai fait l'erreur de ne pas préparer à l'avance ce que j'allais dire du coup j'étais pas claire, j'ai bafouillé, c'était horrible. Je ne sais absolument pas être spontanée. Quand je dois téléphoner à quelqu'un, quand je dois aborder quelqu'un pour demander quelque chose ou lancer une discussion, je réfléchis à la manière dont je vais le faire, voire à la réponse que l'on va me faire et à ce que je vais dire ensuite après (je te laisse imaginer que je suis globalement un peu perdue quand ça ne sa passe pas comme prévu !) spontanéité ZERO ! xD
      Les gens m'agacent aussi x) C'est pour ça que si je ne suis pas assez seule je deviens hargneuse et j'insulte tout le monde dans ma tête même pour trois fois rien x)

      Quoi Compostelle ? Ben Compostelle... je le ferai un jour quand j'aurais le temps et un chien pour m'accompagner ^^'. Tu l'as fait, toi ?

      Supprimer
    2. Nan je demandais parce que j'étais pas sure de ce que ça voulait dire xD Mais dans le principe c'est aussi pour le côté religieux Compostelle ou juste pour te retrouver seule avec ton "toi" intérieur ? (Dans un sens méditatif si je puis dire) Juste que je ne suis absolument pas familière aux religions, même les "histoires" les plus connues ou évidentes sont parfois pour moi un gros point d'interrogation x')

      Le fait de dire bonjour le matin tu m'en avais parlé il me semble et je te comprends parfaitement. A ta place ça me saoulerait aussi. Idem, je ne disais pas bonne nuit à ma famille, sauf ma petite soeur qui insistait grandement pour ça ! (elle avait 6 ans, j'ai cédé xD) Aujourd'hui c'est différent avec mon mari, on se dit pas bonjour le matin mais le bonne nuit c'est un rituel devenu amusant parce qu'on à toute une liste de trucs à se dire avant de dormir ^^' *couple de dingue bonsoir* Puis mon mari c'est différent du reste de la planète, on à une proximité qui change beaucoup de choses, même si je reste ce que je suis.
      La bise ça me met parfois mal à l'aise, toi c'est quoi qui te gêne, juste le principe de le faire ?

      Ah oui je vois pour la spontanéité, ça doit être embêtant parfois.
      Par contre le coup du "quand je dois lancer une discussion, je réfléchis à la manière dont je vais le faire, voire à la réponse que l'on va me faire et à ce que je vais dire ensuite" c'est exactement pareil de mon côté xD Parfois même 1 journée à l'avance si je sais que je dois voir une personne en particulier. Et je suis capable de me faire tout un scénario de conversation en tête x'D Mais la plus part du temps, en fois sur place (dans le réel) ma gorge se serre et aucun mot ne sort. Je ne SAIS pas lancer une discution si en face de moi je connais trop peu la personne. (même si j'ai côtoyé régulièrement la dite personne d'ailleurs) Je bloque complètement. Je t'ai dit, je suis nul en socialisation x') Je me sens bête et démunie.
      Amen.

      Supprimer
    3. Je suis athée, donc je ne le ferai pas pour une question religieuse, juste pour moi-même :) J'ai pas fait le cathéchisme ni rien, et quand on a cours d'Histoire de l'art c'est une amie qui m'explique certains trucs x)

      Non, pas le principe c'est... je sais pas, je ressens pas le besoin de le faire, aussi des fois y'a des gens que je connais pas plus que ça qui me la font, je trouve ça bizarre... oui ça me met un peu mal à l'aise, d'autant plus que je n'aime pas trop le contact physique alors quand y'a 5 personnes qui me font la bise les unes après les autres j'ai l'impression que ça ne se terminera jamais, quand y'en a plus y'en a encore x)

      Pareil ! Une journée à la l'avance, voire plus dans certains cas ! Moi j'arrive à lancer une conversation, mais ça se voit dans mon ton que c'est pas naturel x)

      Supprimer
    4. Ton article est devenu un tchat x'D

      Oki c'était juste pour savoir, je suis une vilaine curieuse mouahaha. Et faire une randonnée ça reviendrait pas au même ? Je me dit que niveau paysage ça peut être mieux ^^

      Je suis pas très tactile non plus, d'ailleurs ça me perturbait trop quand j'avais mes séances de kiné. Je me disais que c'était un métier particulièrement étrange dans le fait de devoir toucher autant d'inconnus par jour... je ne pourrais pas xD
      Mais tu dis quand même bonjour ? Genre un "salut" verbale ? Une révérence ? *sort*

      Au moins t'arrives à lancer une conversation. Les TRÈS RARES (j'insiste hein, quasiment jamais) fois ou j'ai "réussi" à le faire ça ne devait pas sonner très naturel non plus je te rassure.

      Supprimer
    5. Ça me gêne pas x) Un article ça peut servir à tout ! :)

      Sachant que Compostelle, en gros, traverse la France avec un gros bout de campagne en fonction des endroits où tu passes tu vois du paysage quand même ! National Geographic avait fait un reportage dessus : y'en a du paysage :) Puis une simple randonnée c'est pas pareil, là y'a un vrai but : arriver jusqu'à la cathédrale et puis je crois surtout que, même pour les athées, le fait que ça soit un pèlerinage peut influer, même inconsciemment dans le sens où c'est pas juste fait pour se balader mais d'office pour penser, se retrouver, alors qu'une randonnée c'est pour le paysage.

      Oui je dis quand même bonjour parce que j'ai pas envie que mes amis fassent comme mes parents et me le reprochent si je ne le fais pas, donc au cas où, je dis bonjour, vite fait, et puis on passe à autre chose x)

      On est vraiment des handicapées du social x)

      Supprimer
  7. Ah j'aimerais bien montrer cet article à certain de mes "amis". Comme toi j'ai besoin d'être seule ( très souvent même, je n'aime pas rester au milieu des gens. ). On trouve que je m'isole et que je ne fais pas d'effort, mais c'est faux : je fais les efforts que je peux faire. Des fois je peux rester 15h d'affilé avec des personnes, alors que 15 minutes un autre jour... ça va juste m'étouffer. Et puis ça va me rendre agressive.
    Ton article me fait penser à une discussion que j'ai eu avec un ami, qui avait bien vu que je préférait largement être seule qu'avec les "autres"... et c'était la seule personne depuis des lustres qui ne me jugeait pas du tout sur ça. J'avoue ça m'a totalement choqué °^° ... Genre, une personne qui comprend ? Wow. Weird.

    En attendant on est d'accord, se faire un musée/promenade/whatever avec une personne trop ou pas assez lente/ à notre rythme, c'est juste agaçant ( et stressant. ). '^'

    Faudrait peut-être qu'un jour le peuple accepte qu'il n'est pas que peuple, et qu'il y a des individus qui se plaisent à être solitaire, et le vivent parfaitement bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, les gens demandent des efforts, mais je crois qu'ils ne se rendent pas compte qu'on en fait déjà et que, surtout, leur demande est juste... stupide. Si on leur demandait de rester seul toute une journée, d'aller au cinéma seul, etc. à la fin de la journée ils n'en pourraient plus, ils seraient agacés, épuisés, stressés... parce que ça ne correspond pas à leurs souhaits et à leurs besoins.
      Par contre je ne sais pas si beaucoup de personnes me jugent là-dessus ou pas vu que la plupart du temps comme je suis vachement distante je ne crée pas de liens donc je ne remarque pas x'D

      Oooooh que oui c'est agaçant. Enfin... à la limite que la personne aille plus lentement ou plus vite c'est pas vraiment un problème _ si ça lui convient tant mieux, après tout on peut se retrouver à la sortie _ mais qu'elle fasse sans arrêt des aller-retour pour nous dire ce qu'il se passe après, nous expliquer les sculptures etc. alors qu'il y a des p*t**ns de panneaux qu'a priori tu es dans la capacité de lire... c'est épuisant, énervant, et effectivement stressant parce qu'on n'est plus maître de notre visite et de notre temps.

      Tout à fait ! Mais comme on vit dans une société très "inclusive" dans le sens où il y a un modèle à suivre et tout le monde doit s'inclure dedans, sinon c'est la merde.

      Supprimer
  8. Je me retrouve dans ton article car lorsque je suis seule, je ne me considère pas comme "une pauvre fille qui subit sa solitude" alors que quand je croise quelqu'un qui mange ou est assis dans une salle de cinéma tout seul, je ne peux m'empêcher de le plaindre. Or, on oublie qu'il est comme nous : si ça se trouve à l'instant où nous nous sommes croisés, il avait envie d'être seul. La solitude ne renvoie pas systématiquement à l'abandon. Bravo pour ton article ! Il est sincère et touchant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et si ça se trouve, pareil, il se dit qu'on n'a pas de chance d'être seule x)
      Ravi que tu n'es pas l'impression de t'être déplacée pour rien :P

      Supprimer

Un petit mot ? :)