dimanche 14 février 2016

Voir du racisme partout

Bonjour !

Aujourd'hui sur un forum il y avait une discussion autour de la limite entre humour et méchanceté. En utilisant des exemples pour développer ma pensée j'ai été amenée à dire ceci : "Vérino a publié une vidéo à propos du monsieur de la famille Kardashian qui a décidé de changer de sexe (j'ai oublié son nom, désolée)" et je me suis retrouvée à devoir justifier de la non discrimination de ma phrase. Je ne comprends pas, et je l'ai dit sur le forum, où est la maladresse. Les personnes qui changent de sexe, si elles ne changent pas leur sexe social/psychologique changent leur sexe biologique. Il n'y a pas d'insulte ou de jugement négatif, de désapprobation, dans ce que je dis. Et ça m'a refait penser à un article que j'ai lu il y a plusieurs jours sur Hellocoton (et que je ne suis pas parvenue à retrouver dans mon fil d'actualité donc que celle qui se reconnait lève la main :P) (edit : tout est bien qui fini bien, c'est un article de Azranail) à propos du racisme que l'on a tendance à voir partout.

Je suis dans les premières à publier un article quand je repère une phrase discriminante, que ça soit sur la couleur de peau, le handicap, la religion, ou sur des questions de féminisme (comme avec "C'est du gâchis que tu sois gay", "C'est bien une réflexion que peut avoir un Noir",  discrimination invisible"Tu ne fais pas de snowboard quand tu as un problème à la jambe", et autre "Je suis bonne qu'aux sports de fille") (cette phrase prend des allures de justification, haha xD). Mais, franchement, parfois, vraiment, il faut arrêter deux minutes et poser son fondement sur un tabouret pour réfléchir un peu. Comme avec cette histoire de liquide vaisselle avec des propos misogyne dessus. Ce n'était pas fait pour être misogyne ; c'était une manœuvre marketing pour vendre ; c'était une tentative d'humour noir ratée ; c'était du mauvais goût. Je ne nie pas que les publicités peuvent être misogynes – j'ai déjà écrit des articles à ce propos, comme avec le fer à repasser et, en ce moment, si vous avez de la chance, vous pouvez tomber sur une pub vantant un mascara, pub dans laquelle le mannequin se touche les seins et les hanches, ce qui n'a clairement rien à voir avec les yeux – mais, parfois, il faut reconnaître une tentative d'humour ratée.

Il faut reconnaître, aussi, quand une phrase ne fait que citer des faits. En l’occurrence, dans ma périphrase, je cite des faits : un homme faisant partie d'une famille célèbre décidant de changer de sexe (biologique). Point. Il n'y a pas basculement comme quand ma mère commence par dire "en Afrique, tu peux attendre longtemps avant que le bus démarre" ce qui est un fait (qui est lié au fait que dans certains pays d'Afrique, comme je l'ai entendu dans un reportage des Carnets du Monde, ils ne comptent pas le temps comme nous mais en instants, même si ça a tendance à disparaître avec la mondialisation) mais qui termine en en concluant que, culturellement – voire génétiquement ! –tous les Noirs sont lents, que c'est la déduction logique. Et là il y a basculement d'un fait vers une conclusion raciste. Nulle part, dans ma phrase, il n'y a ce moment de basculement.

Je ne sais pas d'où vient cette propension à voir le racisme partout. Peut-être que c'est le climat général qui voudrait que si l'on n'est pas parfaitement politiquement correct on se fait taper sur les doigts voire pire. Je ne sais pas. Evidemment qu'il y a du racisme dans nos sociétés, suffit d'écouter les phrases des enfants comme "X est Noir mais je vais l'inviter quand même" qui traduisent les messages subliminaux que l'on envoie. Mais je crois qu'il faut savoir garder la tête froide pour ne pas s'en prendre à des cibles qui n'en sont pas pendant que les discriminations, et les discriminants, eux, continuent de subsister parce qu'on ne voit pas les stéréotypes et le jeu sur l'imaginaire collectif quand on dit des choses comme "je mange comme un gros" ou "ça fait pédé". C'est contre ce genre de choses qu'il faut se battre, pas contre des tentatives d'humour ratées, les humoristes qui sortent du politiquement correct, et les phrases qui énoncent simplement des faits sans basculer.

Qu'en pensez-vous ?

Source photo

Rendez-vous sur Hellocoton !

11 commentaires:

  1. Merci pour le clin d'oeil ;-)

    Les gens voient le mal partout... s'ils ont besoin que les autres justifient leur paroles, c'est parce que eux pensent mal ou voient direct le mal partout... c'est au choix...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que certaines personnes sont vraiment touchées et à fleurs de peau sur certains sujets (c'était visiblement le cas de la personne qui m'a reproché ma phrase, elle s'est très vite emportée) et du coup quand elles pensent repérer une maladresse, ou avoir un doute sur les pensées que cachent la personne, ils bondissent sans réfléchir.

      Supprimer
  2. M E R C I pour cet article. Je croyais être la seule à ne pas voir de misogynie sur l'étiquette de ces produits ménagers (qui perso m'ont fait sourire parce qu'il m'arrive d'être une grosse beauf mais là n'est pas la question). Il faut franchement qu'on arrête de voir de la discrimination là où il y en a pas, ça donne du crédit à ceux qui discriminent vraiment, qui peuvent maintenant se fendre de "vous voyez le mal partout, jeu sui totalemen inossan voyon" qui, malheureusement, arrive à convaincre ceux qui ont justement du mal à voir la limite.

    C'est comme quand ils ont interdit la diffusion du film Intouchables aux Etats-Unis parce qu'il véhiculerait soit-disant la vision de l'homme noir bouffon qui ne sert qu'à assister l'homme blanc. Faut quand même le chercher loin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D E R I E N pour cet article :P

      Oui ! Ils ont reproché au film d'être cliché mais c'est tiré d'une histoire vraie et pas à la même époque que la nôtre ! Et puis ils craignent pour l'image du Noir bouffon mais les flics tuent des Noirs à tour de bras (je sais, j'exagère). Je pense qu'en fait, quelque part, s'attaquer aux petites choses comme Intouchable, ma phrase, les liquides vaisselles, c'est se détourner des vrais sujets, des vraies pubs misogynes, des vraies insultes...

      Supprimer
    2. Bof, à mon avis tout ça vient surtout de gens qui ne comprennent rien au sujet mais qui critiquent ces prétendues discriminations pour jouer à l'intelligent...

      Supprimer
    3. Je sais pas. La fille sur le forum avait l'air d'être vraiment remontée, apparemment c'était un sujet qui la touchait particulièrement, donc ça peut jouer aussi... Mais quand je parlais de détourner des vrais sujets je voulais dire inconsciemment : comme ça on a l'impression de lutter contre les préjugés alors qu'en réalité il y en a tout un paquet qui attendent derrière.

      Supprimer
  3. Je suis assez d'accord avec cet article. Je suis évidemment contre toute forme de racisme, xénophobie antisémitisme, et j'en passe. Je pense aussi qu'il est fondamental de dénoncer toute forme de racisme ordinaire, quand on demande à une jeune femme noire de quelle origine elle est juste à cause de sa couleur de peau, quand on fait des blagues entre potes sur le noir ou l'arabe du coin et j'en passe. On ne peut pas banaliser le racisme et en meme temps, on ne peut pas toujours, tout le temps, dans toute circonstance crier au racisme, à la discrimination. J'ai beaucoup de mal avec la victimisation. Des fois, souvent cela est justifié de dénoncer le racisme alors que des fois, ça ne l'est pas, et du coup on décridibilise pour moi tout cette lutte contre le racisme en, en faisant trop et mal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais pas pensé au côté décrédibilisation mais c'est assez vrai... c'est comme l'histoire de la suppression du "mademoiselle", ça a attiré la raillerie, on le ressort tout le temps, et pendant ce temps-là 90% des victimes de viol ne portent pas plainte ; cherchez l'erreur.

      Supprimer
  4. Je pense la même chose que toi !
    Sable

    RépondreSupprimer
  5. Question : pourquoi est-ce raciste de demander à une jeune femme de couleur de quelle origine elle est? La question peut être simplement de la curiosité d'en apprendre plus sur son pays d'origine, non? (je suis une femme noire)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la question peut être de la curiosité mais, bien souvent, on demande l'origine de la personne à cause de sa couleur de peau (alors qu'un Blanc en France peut être d'origine étrangère). Le problème c'est que l'on part du principe que si la personne est Noire alors c'est forcément qu'elle n'est pas Française. Alors qu'il y a des personnes Noires en Europe depuis le Moyen Âge et que donc la personne est peut-être en France depuis des générations et des générations. Partir du principe qu'une personne a une origine simplement parce qu'elle est Noire c'est un problème dans le sens où ça sous-entend qu'un Noir ne peut pas être vraiment Français, qu'il a toujours une origine, alors qu'on ne se demande pas si un Blanc est "bien Français" ou s'il a émigré de Russie ou d'Afrique du Sud (par exemple).

      Supprimer

Un petit mot ? :)