mardi 16 février 2016

L'étoile dans un carré

Bonjour !

Pour votre plus grand plaisir (pas le mien en tout cas) (héhé :P) voici le retour de la question existentielle (parce que c'est bien connu, si je ne publie pas sur un sujet de société ou d'actualité je publie sur une question existentielle, ou comment passer d'un extrême à l'autre sans penser à s'arrêter au milieu) ! Je ne m'excuserai pas parce que c'est mon blog et que j'y écris ce que je veux mais, sincèrement, je me retiens très fort parce que je me dis que ce genre d'article n'est quand même pas le plus intéressant qui soit. Enfin bref. Le fait est que c'est un peu le bordel dans mon petit esprit qui pense trop (beaucoup trop, à peu près tout le temps, parfois c'est embêtant).

Je crois il me semble j'ai la nette impression que je suis en conflit plus ou moins conscient avec moi-même (toi l'Inconscient, si tu me lis, sache que tu nous enquiquine tous !) ; ce n'est pas nouveau, dans la société, il y a des cases, des jolies cases toutes faites, des stéréotypes et des modèles de vie répandus en partie par les films et autres séries télé, par les publicités ; il y a les personnes qui rentrent dedans et s'y trouvent à leur place, et il y a celles qui doivent se créer la leur parce que ça ne passe pas, il y a un truc qui coince. Et moi, je suis une étoile (oui, je me compare à une étoile, ce qui constitue une raison suffisante pour aller voir un psy xD) devant tout pleins de trous carrés. Et c'est là que ça coince.

Moi je m'en contrefiche pas mal, je m'assume, une amie m'a d'ailleurs dit "mais t'assumes tout, toi" ; oui, j'assume tout, j'assume ce que je suis, qui je suis, ce que j'aime, mon caractère de merde, mes problèmes pour communiquer avec l'Autre, avec la personne normale, de ne pas faire confiance aux gens quels qu'ils soient, bref, tout va bien, je suis une étoile qui ne veut pas rentrer dans la case carrée. Sauf que ce n'est pas ce que la société et a fortiori mes parents attendent de moi. Ma mère me qualifie de bizarre et dit qu'il y a quelque chose qui ne va pas. Alors premièrement ce qui est bizarre, de mon point de vue, ce sont les autres (y a-t-il vraiment des personnes qui n'aiment pas débattre ? elle balance une anecdote personnelle comme ça, elle ?) et deuxièmement, la chose qui ne va pas, c'est de chercher à me voir comme je ne suis pas et pas à me voir sans préjugés ni souhaits. C'est ce que je pense mais, malheureusement, c'est la théorie.

En pratique je me suis rendue compte que si je me mêle des conversations qui parfois ne me concernent pas c'est parce que j'ai envie d'appartenir à un groupe (c'est triste, pitoyable, minable, je sais, ne me le dites pas xD) alors même que je suis solitaire et que je n'aime pas avoir plus de quatre personnes autour de moi (qui a dit asociale ?). En pratique je sens que les autres attendent quelque chose de moi, j'ai cette impression, je veux correspondre au modèle idéaliste, utopique, irréaliste, plus qu'improbable impossible, des séries télé. Et comme ce n'est pas moi, comme ce n'est pas ma façon de réfléchir, de penser, de réagir, comme je ne suis pas dans l'empathie improductive mais dans la recherche de solutions, forcément, ça ne passe pas, il y a conflit, comme si un volcan au milieu d'une chaîne de montagne affrontait avec une coulée de lave une avalanche (comme c'est poétique). Et mon problème c'est que je ne parviens absolument pas à trouver la clé qui va me permettre de laisser tomber totalement, y compris dans mon inconscient, cette idée stupide, idiote, imbécile, bête comme tout, de vouloir correspondre aux cases.

Je suis une étoile qui veut rentrer dans un carré tout en assumant s'en éloigner.
Ce qui pose problème.
Indéniablement.

Du coup, vous, pour vous défaire de ces cases idiotes, décider de les ignorer, vous avez fait comment ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

19 commentaires:

  1. De mon côté j'ai cherché à identifier les cases dans lesquelles je cherchais-pascherchais (moi aussi je voulais appartenir au groupe sans vraiment le vouloir) et à trouver la case qui correspondait le mieux à ma forme.
    Cette prise de recul m'a fait un bien fou. J'ai pris conscience de ce qu'était chacun "des autres", de ce que j'étais moi, de mon propre équilibre et de ce qu'on attendait de moi et que je ne voulais pas.
    Autrement dit, c'est la piste que je te conseille : plutôt que de rester concentrer sur le combat qui se mène chez toi, regarde peut-être en dehors de toi de façon à mieux définir ton équilibre psychique, psychologique, …, et tout le tintouin. Sans tabou, sans langue de bois vis à vis de toi-même, en toute honnêteté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que je sais, je veux rentrer dans la case "hypra sociable, grand groupe d'amis, celle à qui on pense, etc." alors que je suis le contraire, je suis distante, limite je fuis, j'ai besoin de rester seules longtemps (et en ce moment à la fac je suis tout le temps avec une ou deux personnes : le bon sens voudrait que j'explique que j'ai besoin d'être toute seule, mais par peur d'être ainsi rejetée je ne dis rien = retour au combat intérieur). J'ai besoin de penser, de débattre, et pas de discussions "lambada, de tous les jours, de la pluie et du beau temps" mais là encore je n'ai pas ça... Qui veut faire quelque chose trouve un moyen, qui veut ne rien faire trouve une excuse, comme dit le proverbe. Donc je sais que retrouver un équilibre ne tient qu'à moi, mais ça implique de gagner le combat contre moi-même, et comme je suis de constitution faible c'est pas gagné... j'ai ma semaine de vacances pour me préparer au retour des cours, sachant que j'ai pas mal d'exposé en groupes à faire ça va être sportif x)

      Supprimer
    2. Ce que je veux dire par définir ta case c'est non pas analyser les symptômes qui te disent que tu n'es pas à ta place (contre-volonté, fuite, décalage…) mais la source de tout ça, l'explication qui te montrera que non, tu n'es pas disfonctionnante, que c'est normal parce que tu es comme ça. Est-ce que tu vois ce que je veux dire ?
      Ainsi ce ne sera plus tes réactions et celles des autres (genre tes parents…) qui t'expliqueront, mais tu pourras mieux t'analyser toi-même de l'intérieur.
      Je n'ai pas envie de te parler de moi, donc je ne vais te donner des exemples personnels, et puis je ne suis pas psychologue, donc je ne vais pas te faire le moindre diagnostique, mais ce que tu décris me fait beaucoup penser aux questions que je me suis posées il n'y a pas si longtemps. Alors oui, ton sujet existentiel m'intéresse ! J'attendais cet article avec impatience ^^

      Supprimer
    3. Oui, je crois que je vois... tu veux dire comme les expériences de vie, le caractère naturel, ce genre de choses ? Si c'est ça je crois que j'ai trouvé une partie de la réponse : ça demande confirmation d'un spécialiste mais je pense que je suis une personne à raisonnement global...
      Impatience, tant que ça ? :)

      Supprimer
    4. Je crois que la notion de raisonnement global (neuro-droitier contre cerveaux gauches) était plus des notions de "coach de vie", manager et autres que de la psychologie à proprement parler. Enfin, par là je ne dis pas du tout que ce n'est pas intéressant, juste que je me demandais si tu avais une référence scientifique qui en parle ?

      Je ne parle pas vraiment des expériences de vie ni d'un quelconque caractère, non je ne crois pas (à moins que je ne comprends pas non de quoi tu parles ^^) mais plutôt d'un équilibre qui t'est intrinsèque. Dans le genre : c'est normal, c'est tes gênes qui disent que tu fonctionnes comme ça.

      Oui-oui, impatiente, sans chercher à en faire trop.

      Supprimer
    5. Oui j'en ai une, j'ai le petit bouquin d'une psychologue dans mon sac à main ^^'

      D'où la référence à la nature : on ne peut pas vraiment changer la nature ;)

      Supprimer
    6. Dans ce cas, je t'encourage vivement à aller dans cette voie. Quand je me suis posée des questions équivalentes, j'ai été voir un psychologue qui a validé ce dont je me doutais mais SURTOUT qui m'a mis sur une piste encore plus intéressante. Ca m'a beaucoup aidé à avancer. En fait : j'ai fait un bon de géant :-)

      Supprimer
  2. J'aurai pu écrire cet article tellement je m'y retrouve! Travaillant de chez moi, je me réjouis d'être seule toute la journée, j'ai découvert que finalement j'étais plus introvertie alors que je me suis toujours vue comme extravertie (en groupe, je ne peux pas m'empêcher de tenter de monopoliser l'attention!)... Et cette envie de parler de la pluie et du beau temps au lieu de débattre me dépasse complètement, j'aurai plus tendance à vouloir aller au fond des choses...
    Enfin bref, tout ça pour dire qu'en effet, trouver sa vraie nature, l'assumer entièrement sans crainte est un bel objectif de vie et je te souhaite de l'atteindre avec sérénité!
    Sinon merci pour ton message concernant mon commentaire passé en spam sur un de tes articles de l'année dernière!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand je suis toute seule chez moi, comme toi, j'apprécie énormément !
      C'est gentil :)
      De rien ! Je devrais jeter un coup d'oeil aux spams plus souvent !

      Supprimer
  3. Je me reconnais beaucoup dans ta façon de voir les choses !
    http://sable.skyrock.com/3240647733-Lana-Del-Rey.html
    http://sable.skyrock.com/3264047778-Mon-prof-d-anglais-a-l-epoque-m-a-presente-des-livres-de-Jack-Kerouac.html

    Ma famille me considère également comme "bizarre", "différente" depuis longtemps...ce qui fait toujours plaisir...
    Sans vouloir jouer les psychologues de comptoir : ne serais-tu pas une personne à Haut Potentiel (c'est à dire avec un QI supérieur à la moyenne) ?
    L'expression de "l'étoile" me fait penser à cette réplique du film "Vilaine" : "Mélanie avait compris que l'on ne pouvait pas être rond dans un monde carré".
    Une partie de moi apprécie la compagnie des gens, mais une autre partie aime être seule (pour lire, réfléchir, etc.); et à la suite de beaucoup de déboires et déceptions, je suis devenue très distante : ce qui n'aide pas pour se faire de nouvelles relations ! Je n'ai pas beaucoup d'estime pour le genre humain, que je trouve "particulier". J'aurais pourtant donné n'importe quoi pour le monde soit différent...
    Je te fais de gros bisous, bonnes vacances !
    Sable

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si je suis à Haut Potentiel... j'ai cru comprendre que "raisonnement global" et "haut potentiel" voulaient dire la même chose, mais je ne crois pas être surdouée...
      C'est vrai qu'être distant n'aide pas à créer des relations ! Mais quand on a des relations on est déçu, bonjour le cercle vicieux !

      Supprimer
  4. C'est encore mouhaaaa ^.^

    Alors, alors, voilà une question existentielle qui me parle. (Je t'avais dit que j'aimais débattre, il doit bien exister des tas de personnes comme ça sur cette terre)
    Sinon pour faire bête et bateau : penses-tu que ça te rendrais heureuse de te forcer à rentrer dans un carré ? De te forcer un peu à agir d'une façon qui ne t'es pas propre ?
    Je sais ce que c'est de se sentir à l'écart, si différent qu'on se demande parfois comment serait notre vie si on était comme tous ces carrés ? Mais le fait est que l'on est différent. Une étoile ne se sentira jamais bien dans un trou carré, et quitte à se sentir seule, jugée, à l'ouest ou autre, au moins elle sera confortable dans son trou étoile.
    Le raisonnement est à prendre dans l'autre sens. Pourquoi les carrés ne t'apprécieraient-ils pas comme tu es ? Pourquoi ne pourrais tu pas cohabiter avec eux, tout en restant toi-même ? (Un peu à l'image des héros d'aujourd'hui un peu "anti-héro" comme le Docteur House que l'on aime avec son sale caractère, son côté anti-social sans aucun tact et empathie mais qui reste un être humain avec un petit coeur tout mou) Je ne sais pas si c'est le meilleur exemple mais à partir du moment ou tu t'assumes complètement (et c'est un très bon point !) je ne vois pas pourquoi tu te compliques d'avantage l'existence ?
    Ta mère ne devrais pas faire ce genre de remarque d'ailleurs, c'est peut être une chouette maman - j'en sais rien - mais c'est vexant, blessant (selon le caractère) et ça peut se faire se questionner pour un rien.
    A mon sens tu finira par résoudre ce problème au fil du temps, quand les gens te décevrons, quand tu en aura marre de te remettre en question pour les autres ou quand tu sera fatiguer d'envier les carrés (même en étant fière d'être une étoile c'est possible ^^) et que tu t'épanouira d'avantage en tant que petite chose bizarre et dérangeante. Peut être qu'il te faut rencontrer d'autres étoiles égarées, ça aide aussi ;-)
    A moins que je sois à l'ouest et que je n'ai pas compris le sens profond de ta question existentielle ?
    Non parce qu'être fière d'être différent tout en louchant sur la norme - même si ça paraît contradictoire - c'est possible. Et je ne dis pas que ça ne m'est jamais arrivé. J'aime bien m'imaginer parfois dans une dimension parallèle avec un autre caractère, d'autres goûts, etc... je pense trop moi aussi @_@

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que ton "encore moi" veut pas dire que tu m'as laissé un autre commentaire aujourd'hui parce que j'en ai reçu qu'un !

      Non, ça ne me rendrais pas heureuse (raison pour laquelle en Seconde j'ai préféré être seule que mal accompagnée :P).
      Puis en plus les étoiles elles peuvent être filantes et elles volent alors que les carrés ça volent pas ! (argument choc !).
      Si, c'est aussi comme ça que je vois les choses : les carrés devraient m'accepter, mais j'ai l'impression que ce n'est pas en très bonne voie, en même temps comme je suis assez distante ça n'aide pas.
      C'est surtout agaçant parce que maintenant je m'y attends tout le temps x)
      Non tu n'as pas du tout à l'Ouest, tu es pile au bon endroit ;)

      Supprimer
  5. Pour ma part je trouve que les articles relevant d’une question existentielle de celui qui l’écrit sont des plus intéressants. La vie ne va pas de soit, d’où la nécessité de la psychologie, la psychanalyse et l’intérêt de tels articles. Au moins les tournures sont généralement plus simples, sincères et il est du coup plus facile de s’y retrouver, de s’identifier. C’est vraiment des articles qui font du bien, on se sent « moins seul » après coup ;).
    Si ça peut te rassurer tout comme toi mon cerveau est un vrai foutoir, je pense de trop, les neurones en feux ! Mais j’y travaille et j’ai peut être même trouvé LA solution (en tout cas qui fonctionne dans mon cas) : lire les principes du bouddhisme, notamment sur l’esprit perturbé, le détachement au mental, la vie dans l’instant qui est. C’est devenu ma petite thérapie au quotidien et je peux le dire, ça aide, il m’arrive à nouveau de m’endormir sereinement !
    Maintenant, peut être la partie la plus intéressante pour toi de mon commentaire c’est que je vais essayer de répondre à ta question posée à la fin. Je crois que ton problème à en lire cet article c’est « d’accepter ». On peut très bien assumer être différent, le dire haut et fort sans pour autant l’avoir accepté intérieurement. En t’acceptant telle que tu es, en te faisant confiance les autres t’accepteront et tu n’auras plus l’impression qu’ils attendent quelque chose de toi. C’est une idée, je ne peux pas t’assurer la validité de mon raisonnement, je ne suis qu’une simple chimiste après tout ;).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être que je devrais essayer le bouddhisme ! Mais je suis en retard (énormément) sur mes National Geographic donc je vais peut-être pas me rajouter de la lecture tout de suite, haha !
      Non je trouve que ton raisonnement est tout à fait juste et que c'est tout à fait ça ! Si je lorgne encore sur la "normalité" c'est que mon inconscient a décidé de ne pas accepter qui je suis, je crois.

      Supprimer
  6. C'est normal de vouloir être comme tout le monde, je te rappelle que l'être humain est un être social ! haha
    Tu verras, tu rencontreras des gens comme toi avec le temps... ou pas et ils t'accepteront quand même.
    Ne laisse pas ta maman détruire ce que tu es et je pense qu'inconsciemment elle participe au fait que tu veuilles rentrer dans des cases.
    Et en fait, ça m'étonnerait pas qu'il existe déjà des gens autour de toi qui t'accepte comme tu es mais que tu ne les vois pas.
    Avec le temps tu évolueras et je dirai que tu ne pourras pas entrer dans les cases, dans le sens où tu es toi et tu es assez intelligente pour savoir qu'être autre que toi tu feras plus de mal qu'autre chose. Et puis crois-tu vraiment que les autres sont dans des cases ? ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais moi je ne suis pas sociable et j'emmerde la race humaine ! Je veux être un tigre ! (je suis folle).
      Je crois aussi, parce que le noyau familial et amical sont les premiers dans lesquels on veut rentrer, en partie parce que la société exacerbe l'importance de la famille (on en parle des pubs d'insecticides qui se terminent pas "protégez votre famille" ?).
      Eh bien... Oui ! Je crois qu'une bonne part de la population fait partie de cases, au final, voire plusieurs.

      Supprimer
    2. Tous les Humains, au sens ancestral du mot, ont besoin de se sentir faire partie du groupe, c'est un réflexe de survie. Ca n'a rien de pitoyable :o)Et au final avec l'âge on évolue et on trouve sa propre case à soi même si elle a la forme d'une étoile. Vivre sa vie à soi c'est trouver sa "case" même si au final elle ressemble un peu à celle des autres la case c'est normal il n'y a pas tant de formes de cases que ça :o)

      Supprimer
    3. Je sais bien que c'est un réflexe de survie, j'ai même vu un documentaire là-dessus ! Le problème c'est quand je dis que je ne suis pas sociable c'est que j'ai du mal à faire confiance, et j'ai besoin de moments dans la journée où être seule, et je suis très mal à l'aise quand je suis dans un groupe de plus de 4 ou 5 personnes (alors que d'autres sont très à l'aise avec 10 congénères et s'arrêtent tous les 200m pour dire bonjour à quelqu'un). Humaine ou pas, c'est un fait, je ne suis pas sociable, moins sociable que la moyenne.

      Supprimer

Un petit mot ? :)