vendredi 8 janvier 2016

A un bras de distance

Bonjour !

Ce matin j'ai allumé ma radio pour la première fois depuis plusieurs jours et je n'aurais pas dû. Non. Parce que je suis tombée sur la revue de presse de Natacha Poloni qui rapportait les propos de madame le maire de Cologne : pour éviter d'être agressée, une femme doit se tenir à un bras de distance des personnes en qui elle n'a pas confiance et se déplacer en groupe pour pouvoir se défendre. Comment vous dire... moi qui cherchait quelque chose à me mettre sous la dent pour écrire un article je suis servie.

Certes, ne pas suivre n'importe qui, des inconnus, comme ça, au milieu de la fête, oui, d'accord, ça relève de la prudence, de la logique, du bon sens, appelez ça comme vous voulez. Mais passé cet état de fait on passe dans la culpabilisation de la victime. C'est bien connu : si une femme se fait violer c'est qu'elle portait une jupe trop courte, était aguicheuse, et puis de toute façon si elle a, pour reprendre les propos attribués à un policier, "ressenti du plaisir au moins une seconde" on ne peut pas appeler ça un viol. Comme le disait Israël Nisand dans une émission d'Europe1 à laquelle il était invité et que j'ai déjà relayée sur ma page Hellocoton, c'est un peu "rentrez vos poules, je sors mon coq".

Je trouve que ce sont des propos vraiment dangereux. Comment voulez-vous qu'après ça les victimes de viol portent plainte ? Comment voulez-vous que les garçons comprennent ce qu'est le viol, pourquoi, non, "si la meuf elle veut pas" un pote ne peut pas "la tenir", pour reprendre la question d'un jeune dans un collège où s'est rendu Israël Nisand ? Le pire c'est que cette histoire de se protéger en se tenant à un bras de distance c'est une femme qui l'a dite. Je sais bien que toutes les femmes ne sont pas féministes, je l'ai dit dans un précédent article mais, le problème c'est que, si c'est dit par une femme, les hommes vont s'en servir pour dire "regardez ! c'est une femme qui a dit que les femmes devaient se protéger, du coup c'est pas de ma faute, cette fille-là était trop faible c'est tout, elle avait qu'à sortir avec des amis !". Vous me direz, ça ne sera pas pire que ce milliardaire accusé de viol qui se défend en disant qu'il a "trébuché" et est acquitté...

On ne cesse de répéter que les femmes victimes de viol ont honte, se sentent coupables, on ne cesse de leur répéter qu'il faut porter plainte, qu'il faut dénoncer les violeurs, et là, tout à coup, une drôle de bonne-femme a la bonne idée de dire que les femmes doivent se tenir écartées de tout le monde, se déplacer en groupe pour se défendre, sous-entendant au passage que c'est de la faute des femmes si elles sont victimes. Ce n'est pas du tout le genre de propos qui sape le moral de celles qui hésitaient à porter plainte ou étaient sur le point de le faire. Quand est-ce que l'on va finir par comprendre que ce n'est pas de la faute des femmes ? Ça a même été prouvé !

Vous vous souvenez de cette New-yorkaise qui, vêtue d'un pantalon et d'un T-shirt non décolleté noirs avait marché pendant dix heures dans la ville, filmée par la caméra de la personne devant elle, et qui a été victime de harcèlement, de "eh mademoiselle" et autres ? Pourtant elle était en pantalon, sans décolleté, en noir pas spécialement moulant donc bien loin de montrer ses formes de manière provocante. Quand est-ce que l'on va comprendre que les femmes sont de complètes victimes et que ce n'est absolument pas de leur faute si elles sont violées, frappées, harcelées ?

Ajoutez à ça des vidéos de canular pas drôle ou, pire, comme celle de Kayehhey sur la première fois (malheureusement supprimée depuis mais critiquée sur le blog Poulet Rotique) il y a quelques temps et vous obtenez le redoutable cocktail composé de domination masculine apprise aux jeunes garçons par le porno et l'éducation générale qui demande aux filles de "faire attention" mais ne dit jamais aux garçons qu'on ne peut pas se permettre n'importe quoi, et de soumission féminine obtenue parce qu'une jeune femme, mère donc normalement pas vierge et qui doit savoir ce qu'elle dit, a déclaré que, quand même, c'est mieux de demander à son mec ce qu'il préfère au niveau de l'épilation, et obtenue, aussi, à grands renforts de "tenez-vous à un bras des personnes et déplacez-vous en groupe". Donc, non contents de culpabiliser les femmes, on déculpabilise les hommes, on n'apprend pas aux jeunes ce qu'est le viol (parce que oui "un pote peut la tenir" mais c'est un viol) et, du coup, on se retrouve avec des condamnations de femmes battues qui ont tué leur bourreau. C'est tout juste si bientôt on ne va pas acquitter les violeurs et mettre en prison les victimes !

Donc parce que c'est important de le marteler, chaque fois que j'aurais l'occasion de dire que, non, ce n'est pas de la faute des femmes mais de celles des hommes éduqués n'importe comment depuis plusieurs siècles et qui pensent que la femme on peut la "frapper" pendant l'acte sexuel parce que "ça la calme" (je cite les propos d'un jeune homme de vingt-deux ans qui avait un petit frère dans le collège où une amie travaillait), je le dirais, et j'encouragerai les victimes à aller voir la police. Evidemment que tous les hommes ne sont pas irrespectueux, ne sont pas violents, ne violent pas, ne frappent pas, mais il y en a beaucoup trop pour que ce soit vivable. Et beaucoup trop, aussi, de misogynie (mal) dissimulée.

Au lieu de s'en prendre à une marque de liquide vaisselle qui a tenté l'humour noir et s'est rétamée en beauté parce que c'était juste de mauvais goût (et pourtant j'adore l'humour noir), et si on parlait plutôt du fait que, sur des forums de jeunes ados, des filles se voient répondre de "pincer le nez et avaler" quand elles disent qu'elles n'aiment pas trop le sperme et de "faire plaisir" à leur mec quand elles disent qu'elles ont un peu peur de tenter la sodomie ? Parce que les féministes des années 1970 qui se sont battues pour "mon corps m'appartient" doivent être en train de se dire qu'on est vraiment dans la merde.

Je suis désolée d'avoir écrit autant, haha ! :P Au début je voulais juste parler de la culpabilisation des victimes, et au final j'ai un peu quitté le chemin, mais c'est pas plus mal ! Au fond toutes les questions sexuelles sont assez liées entre elles donc c'était la suite logique.

Qu'en pensez-vous ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

11 commentaires:

  1. Le viol, c'est quand même le crime par excellence où la victime serait (soit disant) en tort ... Si je mets le feu à quelqu'un, on va pas juste dire "c'était de sa faute, il n'avait qu'à porter des vêtements ignifugés et avoir un extincteur et être près d'une fontaine d'eau".

    Puis c'est pas comme s'ils existaient des femmes en burqa qui se sont fait violer, ou des hommes aussi ...

    Les hommes sont rapides à dire "pas tous les hommes ...", mais ce qu'on veut dire, c'est pas tous les hommes, c'est trop d'entre eux, parfois sans même qu'eux ne s'en rendent compte.

    Le consentement n'est jamais quelque chose d'expliqué au final, pourtant c'est pas bien difficile. J'aimais bien la vidéo qui compare le consentement à une tasse de thé, c'est simple et efficace !

    Et à chaque fois qu'on essaie de sensibiliser à ce sujet, il y en a toujours pour dire "oui, mais les fausses accusations ..."
    Ah bah tiens, il peut y avoir des fausses accusations de vols, etc., ça veut pas dire qu'on va arrêter de prendre la cause au sérieux hein.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que l'argument "pas tous les hommes" pour minimiser est l'un des pires. Tous les gens de cette planète ne sont pas des tueurs en série, est-ce une raison pour ne pas réprimer le meurtre ? C'est aussi un moyen de fermer les yeux sur ce qu'il se passe et le patriarcat.

      Il y a des pays, notamment l'Espagne il me semble, où l'éducation sexuelle commence à l'école primaire, voire même en maternelle, en commençant par "ton corps t'appartient". Je pense que l'on devrait faire pareil.
      Je ne connais pas cette vidéo mais je vais chercher ^^'

      Tout à fait ! Encore un moyen de fermer les yeux et de se dédouaner, mais également une marque de l'image des femmes : manipulatrice et menteuse, une espèce de sirène, de harpie ou de Gorgonne, de monstre terrifiant, de sorcière, qui utiliserait son corps pour obtenir quelque chose. Il n'en était pas autrement pendant la Première Guerre Mondiale ! D'abord les femmes violées étaient plaintes et on leur pardonnait les avortements et infanticides parce qu'elles sauvaient le sang français de la souillure allemande mais, ensuite, on les a accusé de vouloir cacher des relations adultères !

      Supprimer
  2. C'est plus simple de dire que tu as tout dit dans ton article. Ce n'est pas un sujet facile à aborder de manière générale et particulièrement pour ma part.

    Cette femme est d'une bêtise sans nom, je me demande en fait si elle mesure réellement la porté et le sens de ses propos ou si c'est simplement de la stupidité ? Parce qu'on peut appliquer cette façon de voir au vol par exemple et dire "ne vous baladez pas avec votre téléphone portable dans la main, c'est de la provocation envers les voleurs, gardez-le dans votre poche et ne décrochez que si vous êtes entourée d'une vingtaine d'amis pour faire barrage." Est ce que c'est ça la liberté ? La vie ?
    Combien de fois j'ai entendu des hommes dire (et même parfois des femmes !) "Regarde comment elle est habillée celle-là, elle cherche à se faire violer ?!" Voilà où on en est. C'est carrément devenu logique et légitime de dire ça - et pire - de le penser ! Les gens ne se rendent pas compte qu'avec ce type de propos ils rendent légitime l'acte de viol et lui donne presque un côté "logique" pour être cruelle. Pourquoi tout le monde a-t-il la tête à l'envers ?
    Je devrais pouvoir sortir complètement nue dans la rue toute la journée et rentrer chez moi le soir sans m'être faite agresser. C'est ça le vrai raisonnement logique. Depuis quand un vêtement est une invitation au viol ? Depuis quand c'est à la victime de faire des efforts et non aux coupables d'être montrer du doigt ?
    Enfin bref, tout ça tu l'a déjà bien dit. Je vais finir par m'énerver toute seule devant mon écran xD

    Si on continue sur ce chemin on dira bientôt que c'est aussi de la faute des enfants si un pédophile s'en est pris à eux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien les sujets pas facile à aborder. Pour te dire, la première journée des droits des femmes où j'avais mon blog, j'ai pas pu résister, j'ai cité une blague de Jérémy Ferrari dont je ne me lasse pas : "quel est le meilleur moyen de faire rougir une femme ? Une gauche... et une droite !" C'est horrible mais je l'adore, c'est encore mieux de l'entendre dans un de ses sketch, mais je n'ai pas retrouvé la vidéo...
      Mais pourquoi c'est dur pour toi (si c'est pas indiscret, ma curiosité me tuera) ?

      Je trouve que c'est moins choquant/étonnant quand ce sont des hommes parce qu'ils sont élevés (par leur parent et la société en générale) d'une certaine manière qui fait que c'est moins surprenant même si on se rend compte de tout le chemin qu'il reste à faire, mais quand c'est une femme je trouve que ça revêt quelque chose de plus malsain encore.

      Pas mal la comparaison avec le pédophile, j'aurais dû y penser, c'est glauque comme il faut ! x)

      Supprimer
    2. Voui j'aime bien faire dans le glauque, l'extrême, tourner en ridicule en poussant une idée presque en dehors de ce qu'elle exprime à la base x) C'est amusant, c'est marquant et provocateur. (Ptdr j'aime les débats et j'ai l'air folle là non ?)

      Je suis d'accord, c'est pire d'entendre ça de la bouche d'une femme même si je ne le tolère pas venant d'un homme. Leurs chromosomes ne les excusent pas. La différence se fait dans le sens où une femme devrait (naturellement - comme les oiseaux qui reconnaissent la forme de leur prédateur dans le ciel dés la naissance) se sentir directement touchée et concerné par ce problème et réagir en conséquence, pas dans le sens inverse.
      Peut être bien que cette femme est née homme après tout ? On devrait approfondir cette piste xD

      Je ne crois pas connaître Jerémy Ferrari, en tout cas pas de nom. Et comment avait été reçu ton article du coup ? Lol.

      Bon j'ai remonté ton commentaire à l'envers pour répondre à cette partie qu'a la fin. (ou pas du tout :-P)
      Je suis aussi d'une curiosité maladive, depuis toute petite on me reproche de trop l'être, même si je ne comprends pas que ça puisse être un mal x)
      Enfin bref, oui c'est indiscret mais généralement je ne me ferme pas à des questions personnelles. Mais pour le coup je sors mon joker si ça ne te gêne pas ^^ Enfin faudrait pas que ça te tue non plus hein !

      Supprimer
    3. Je te comprends parfaitement, je suis pareille ! Quand quelqu'un lance un débat sur la laïcité et de comment il faut interdire le voile à l'université j'ai toujours envie de dire que, sinon, on peut aussi raser les lieux de cultes si la religion doit rester privée...

      Je ne le tolère pas venant d'un homme, mais ça ne me surprend pas non plus.
      Haha ! x) Avec le secret médical on irait pas loin !

      Je ne l'avais pas faite dans un article je crois, mais dans un message sur Hellocoton... je ne sais plus... en tout cas je n'ai pas été lapidée sur place, ni soutenue d'ailleurs... mais j'avais vraiment pas beaucoup d'abonnés en même temps... faudrait que je retente cette année pour voir (la meuf suicidaire xD).
      Tu vas aimer Jérémy Ferrari si tu aimes l'humour noir ! Pour te donner une idée le spectacle que je suis allée voir s'appelait Hallelujah bordel, et le nouveau Vends deux pièces à Beyrouth x'D

      Ce n'est pas un mal d'être trop curieuse, puis déjà rien que de dire "trop", c'est où qu'on met le curseur, en fait ?
      Non, ça ne me gêne pas, je ne vais pas succomber à une crise cardiaque due à une trop grande déception x) ;P

      Supprimer
  3. Je ne sais trop quoi commenter. Il y aurait tellement à dire sur le sujet, mais tu en as déjà dit beaucoup et je ne suis pas sûre d'avoir bien grand-chose à rajouter (et puis mon cerveau post-examens a un peu du mal, là ^^').
    Simplement... je l'ai vu dans cet article et, il me semble, dans celui que tu cites sur le canular téléphonique et... c'est bien mieux de dire "être violé(e)" que "se faire violer". Ça peut paraître tout bête, du chipotage, mais cette formulation est très dure à entendre ou à lire pour moi, et très certainement pour beaucoup d'autres. Parce que justement, nous n'avons rien "fait", rien initié - juste subi. Je ne peux pas parler pour les autres (bien que je ne pense pas que nous soyons très différent(e)s, à ce niveau-là), mais pour ma part, cette tournure de phrase est très culpabilisante ; et ce, même quand le contexte ne me concerne pas directement, parce que je me projette très facilement et je le prends aussi pour moi. À côté, "être violé(e)", c'est plus neutre, objectif, factuel.
    Et surtout, ne le prends pas mal, hein :) Tu ne l'utilises pas à tort et à travers, et pas pour rapporter tes propres réflexions qui plus est. Mais on l'entend vraiment partout, cette tournure de phrase...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon cerveau ante-examens fonctionne à peu près, faut dire que je révise pas beaucoup non plus, ou que je réfléchis tellement que je peux encore activer les rouages de mon cerveau x'D On verra à la fin, il m'en reste encore 4 à passer !
      Ça se tient, j'utilise les deux, ça dépend mais... en même temps j'ai quelques retenues. Je crois que "se faire violer" effectivement ça se rapproche de "se faire mal" quand on se cogne et donc du coup oui, ça revient à dire que c'est un peu de la faute de la victime mais, en même temps... quand on se cogne quelque part ce n'est pas vraiment notre faute (il peut faire un peu sombre, on est une proie facile pour ces pieds de meubles sadiques). Et je crois aussi que c'est notre langue qui est comme ça. Parce que par exemple on dit avoir X ans alors que les Anglais disent être X ans de vieillesse. Du coup je suis assez partagée. D'un côté les mots ne sont pas choisis au hasard, c'est comme "les droits de l'Homme", ça veut tout dire (on pourrait dire les droits humains) et la construction "se faire violer" est proche de "se faire mal". Mais en même temps on dit aussi "se faire attraper". Par exemple quand on joue à colin-maillard ou au loup (enfin les enfants parce que moi plus tellement haha :P) on dit "Machin m'a attrapé" mais aussi "je me suis faite attraper" et pourtant ce n'est pas de te faute si tu cours moins vite ou que t'es moins tacticien que ton camarade. Du coup je suis allée partagée.
      Dans l'article j'ai utilisé les deux, j'ai aussi dit "elles sont violées [...]" donc je l'utilise vraiment indépendamment l'une de l'autre. Mais effectivement c'est une réflexion qui mériterait d'être approfondie !

      Supprimer
  4. Article très intéressant, et je ne peux que te rejoindre sur ce que tu dis. C'est ahurissant de voir qu'aujourd'hui, certains tiennent des propos tels que frapper une femme pendant un acte sexuel, c'est normal pour la calmer.

    Dans une société où l'accès à l'éducation est une garantie, et dans une société où internet est omniprésent, c'est-à-dire où il y a un accès à une multitude d'informations, je trouve ça dingue qu'on puisse entendre encore des propos aussi extrêmes. Peut-être qu'internet n'est pas le bon exemple, et qu'il est malheureusement utilisé à mauvais escient : voyons simplement certains postes sur jeuxvideos.com qui donnent complètement la gerbe.

    Je trouve ça dramatique que jour après jour, de nouvelles paroles, de nouveaux actes entendus autour de nous, à la TV, ou que sais-je encore, nous rendent complètement dingue parce que sont misogynes. On avancera quand ? Je suis fatiguée de me dire qu'en 2016, on en est encore à ce stade.

    RépondreSupprimer
  5. Très réaliste ton article, tu as tout dit !

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour , article très pertinent je me suis permis de vous citer sur mon blog dans mon article . Bonne journée .

    RépondreSupprimer

Un petit mot ? :)