mercredi 14 octobre 2015

Le truc qui cloche

Bonjour !

Ceux qui me suivent depuis un moment savent que je suis hors normes (autant prendre le terme mélioratif au passage) même si je sais que si Charlie me lit elle s'apprête déjà à me dire qu'elle n'est pas d'accord avec moi :P Oui mais. Aujourd'hui j'ai une preuve. Si. Parce que je suis tombée par hasard sur un livre à Nature&Découverte, sur un type de personnes, et la liste des caractéristiques à la fin ben... ça collait. La grande majorité des caractéristiques. Ce livre, il parle des personnes à "raisonnement global". Avant de tomber sur ce livre je ne savais même pas que ça existait.

Concrètement, pour moi, ça ne va pas changer grand chose, peut-être améliorer ma communication avec les autres, mais c'est surtout que j'aurais quelque chose à répondre quand on me dira que je suis "bizarre" ou que mes parents diront qu'il y a quelque chose qui ne va pas chez moi et que j'ai besoin d'un psy. J'ai pas besoin d'un psy (enfin, tout le monde a besoin d'un psy mais vous m'avez comprise) ; j'ai besoin de mettre le doigt sur le truc qui cloche.

En gros, dans la liste à la fin du livre, ils disent que les personnes à "raisonnement global" ne prennent pas en compte les éléments de manière séquentielle (je ne sais pas ce que ça veut dire xD), ont une forte capacité de raisonnement et de résolution des problèmes (je ne trouve pas particulièrement, m'enfin), lisent régulièrement (ça oui !), ont un vocabulaire étendu et on m'a déjà fait remarqué que je sortais des mots "intelligents" ou que le vocabulaires dans mes textes était assez large, sont hypersensibles voire susceptibles ; le deuxième non, le premier je ne trouve pas, mais je crois que je ne saisis pas trop le sens de "hypersensible" parce que pour moi c'est pleurer pour rien (pardon pour les hypersensibles xD). Il parait que les personnes qui raisonnent globalement sont plus sensibles aux sons et aux odeurs mais... bof... (en gros jusque-là c'est à ce demander pourquoi je pense faire partie de ces gens vu que je démonte tout xD). Par contre la grande ouverture d'esprit, la grande curiosité, et aimer débattre et échanger des idées, ça j'ai ! Aussi le besoin de mener de front plusieurs projets (le Projet Recueil, Histoire à 1000 mains, ce blog, mon second roman _ qui patine dès le premier chapitre d'ailleurs _, une autre histoire quand je m'ennuie en cours, mes cours, et cette émission de radio que j'essaye de lancer : ça va aller, je crois :P). C'est vrai aussi que je m'entends mieux avec des personnes plus âgées, ou en tout cas je préfère parler avec des adultes, et, plus jeune, je ne voulais pas être à la "table des enfants". La persévérance ça colle, mais pas le sens de l'humour particulier (je comprends les blagues où y'a rien à comprendre), comme les idées pas possible à réaliser, je vois pas trop... par contre le grand sens moral j'ai, mais l'incompréhension devant les personnes dont je me sens différente... bof (heureusement que la liste s'arrête là parce ce paragraphe devient vraiment un peu long et que les grands gourous de la blogosphère ils ont dit qu'il fallait faire de petits paragraphes) (ça se voit qu'ils lisent pas mon blog) (c'est une erreur ;P).

C'est pas que je veuille me mettre une étiquette, mais c'est toujours plus facile de mettre des mots sur les choses. Par exemple du jour où j'ai su que j'avais des "compulsions alimentaires" elles ont été moins fortes voire ont quasiment disparues. Et je ne pense pas que le "raisonnement global" réponde à la question "qui" mais à la question "ce que". Parce que "qui" c'est pour définir la personne, l'individu, mais même si je suis effectivement une personne à raisonnement global, je reste un individu, donc je pense que c'est mieux de dire "ce que je suis" plutôt que "qui je suis".

Je pense que c'est possible que je me trompe... ça fait plusieurs années que je cherche. Je ne m'en rends pas malade non plus, mais, quand ma grand-mère est morte il y a quelques années et que je n'ai pas pleuré (ou plus précisément que je me suis forcée à ne pas pleurer parce que je n'aime pas ça, quitte à paraître froide) mes parents m'ont dit pour la première fois que je n'étais "pas normale" et moi je voulais mettre une vraie définition, plus ou moins consciemment. L'autisme ne collait pas, la surdouance non plus... cette histoire de "raisonnement global" c'est le premier truc qui colle vraiment. J'ai commencé à lire le livre, et la plupart des trucs c'est moi, c'est ça... du coup je ne pense pas que cette fois je me trompe. Mais j'ai quand même hésité à l'acheter. Je me disais que ça collait mais que ça ne pouvait pas être ça (même moi je ne peux pas vous expliquer le cheminement tout à fait logique de ma pensée xD). Mais au final je crois que c'est ça. Mais en même temps j'ai un peu peur que si je règle mon "problème" je n'arrive plus à écrire aussi bien et j'aime vraiment écrire...

Voilà. Je vais m'arrêter là parce que sinon je vais tourner en rond et que, surtout, déjà que je ne poste pas beaucoup alors si en plus je me mets à ne faire que des articles sur des questions existentielles on n'est pas rendu x)

Enfin bref.


Rendez-vous sur Hellocoton !

22 commentaires:

  1. Tu as déjà fait le test pour savoir si tu es Haut Potentiel?
    L'intelligence globale c'est la façon de penser des personnes surdouées (ne te braque pas devant ce terme), l'intelligence séquentielle c'est celle qu'on nous apprend à l'école, au boulot, dans la société en général.
    Bon cheminent, c'est bien de se poser des questions :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'y ai pas pensé parce que les témoignages de personnes Haut Potentiel sur lesquels je suis tombée parlent de caractéristiques qui ne collent pas avec moi.
      Non, "surdoué" ça ne me braque pas ne t'en fais pas ! :) C'est juste que je ne crois pas que je le sois.

      Supprimer
    2. Je pensais à la même chose que Zèbre adulte : l'intelligence globale est le mode de pensée des personnes surdouées. J'ai aussi fait des recherches sur le sujet en cherchant ce que j'étais moi aussi, pourquoi je n'arrivais pas à bien communiquer avec mon entourage, à m'insérer dans la société…

      Je pense aussi avoir ce mode de pensée (encore plus fortement que toi à ce que tu dis !) et pourtant, je ne crois pas être surdouée. Je surveille ma fille, me disant que si je le suis, elle l'est peut-être et vu que nous nous ressemblons beaucoup au niveau du développement… De ce que j'ai vu d'elle jusque là, je ne crois pas qu'elle soit surdouée elle non plus ^^

      Du coup, je veux bien que tu reparles de ce genre de questions parce que ça m'intéresse !

      Qu'est-ce que nous sommes alors ?

      Et je comprends tout à fait la différence dont tu parles, entre le "qui" et le "ce que". Je suis d'accord avec toi.

      Supprimer
    3. Je crois que les surdoués sont des personnes à raisonnement global mais que toutes les personnes à raisonnement global ne sont pas surdouées. Parce que je crois que le taux de surdoués c'est 2%, alors que dans le bouquin il mettent que les personnes à raisonnement global sont entre 15 et 30%.

      C'est vrai qu'il y a pas mal de critères que je n'ai pas, mais d'autres développés dans le livre correspondent, comme l'imagination, le fait que quand je bloque sur un truc je pense à autre chose et ça se débloque, que je puisse faire plusieurs choses à la fois (par exemple pendant que mon ordi s'allume je vais aux toilettes, alors que d'autres personnes attendent que leur ordi soient allumé pour y aller). Que je m'intéresse à plein de choses, et aussi que j'ai l'impression de ne rien faire et que les autres font des trucs, aussi la bonne mémoire... enfin voilà... ^^'

      Je ne sais pas si j'aurais beaucoup de choses à dire sur le sujet. Déjà je vais finir la lecture du livre. C'est "Petit guide à l'usage des gens intelligents qui ne se trouvent pas très doués" de Béatrice Millêtre qui est psychologue et psychothérapeute.

      Nous sommes des personnes étranges (pour les autres parce que moi je me trouve parfaitement classique) qui ne raisonnons pas comme les autres (nous allons dominer le monde et réduire les "normaux" à l'esclavage, mwaaaahahaha) (pardon).

      Supprimer
  2. J'aime tes articles existentiels ^^. Et tu as bien anticipé ma réponse ce qui va m'amener au propos suivant : je ne suis pas pourquoi tu n'écrirais plus parce que tu n'as aucun problème à régler.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas ne plus écrire dont j'ai peur mais ne plus écrire aussi bien parce que je me nourris aussi de mes ressentis mine de rien... Ça fait un peu mythe de l'écrivain tourmenté, haha x'D
      Non, je n'ai pas de problème, d'où les guillemets. Pour moi j'ai des façons de réagir parfaitement normales, je suis comme les autres, ce sont les autres qui ne l'entendent pas de cette oreille ;P

      Supprimer
    2. Tu te nourriras toujours de ton quotidien :-). Et on n'arrête pas d'écrire comme ça.

      Supprimer
  3. Je pense qu'on peut paraitre "pas normale" aux yeux de certaines personnes, et totalement "normale" aux yeux d'autres gens... D'ailleurs, pourquoi ça ne serait pas les autres qui seraient bizarres ? La normalité c'est hyper flou comme concept.

    Sinon pour ce qui concerne l'hypersensibilité, globalement c'est avoir tous ses sens exacerbés. (pas pleurer H24, mon village serait déjà inondé par ma faute si tel était le cas x) )

    Au final, le problème ça reste davantage les étiquettes que les autres peuvent nous coller sitôt qu'on diffère d'eux, mais ça, c'est encore une autre histoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais quand une amie vous répète que vous êtes bizarre et vos parents "pas normale" bon ben... ça fait beaucoup de gens x) La normalité c'est la norme, les plus nombreux. En gros je suis une pauvre petite chose fragile au milieu d'une marée de gens aux pratiques étranges et incompréhensibles ! x)

      Haha, j'imagine bien les gars aller au travail en bateau x)

      Le problème c'est le mot "problème". Je n'ai de problème que pour les personnes qui ne sont pas comme moi. Si je rencontre une personne surdouée ou à raisonnement global on va certainement s'entendre super bien, débattre toute la journée, et il n'y aura pas d'incompréhension comme on raisonne pareil. C'est toujours la majorité qui décide de ce qui est un problème. Mais je n'ai pas de problème. La communication n'est pas simple, mais si chacun y met du sien on devrait tous en tirer des bénéfices !

      Supprimer
  4. Moi, je ne lis pas beaucoup et avec tes articles, j'apprends des choses :)
    Grâce à toi, je sais maintenant qu'il y a des personnes à "raisonnement globale".
    Le terme hypersensible, veut-il peut-être dire une forte sensibilité par rapport à l'évolution du monde, de l'environnement, et que le fait de voir le monde pas comme les autres, ça te rend susceptible et dans le bon sens puisque tu nous amènes à la réflexion car tu aimes débattre. Juste pour te dire que j'aime ce que tu écris et tes articles. C'est légitime de savoir, de chercher qui nous sommes parce que l'être humain a besoin d'appartenir à un groupe malgré tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie de servir à quelque chose :)

      Oui c'est vrai, nous sommes des animaux sociaux... malheureusement nous sommes aussi des animaux qui rejetons beaucoup les autres.

      Supprimer
  5. Tu es toi, avec tes caractéristiques propres. Parfois ça aide de mettre des mots sur nos forces/faiblesses, notre personnalité, ça nous aide à mieux nous situer dans le monde et par rapport aux autres.
    Je ne pense que le fait de régler tes problèmes t'amènera à moins bien écrire. Par contre je pense que ton style va changer, s'affiner ou partir dans un autre sens. Notre écriture évolue avec nous.
    Une réflexion intéressante Melgane.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que mon style ne partira pas trop loin, parce que je l'aime bien !

      Supprimer
  6. As-tu déjà entendu parler de l'adulte indigo ?
    • Une brune

    RépondreSupprimer
  7. Depuis que j'ai découvert ton blog, je lis chaque article avec plaisir et là tu viens de toucher à un truc qui m'a sacrément interpellé... Cette histoire de raisonnement global, je vais aller voir ça de plus près, car ça semble me correspondre pas mal. Par contre, de ce que j'ai pu en voir déjà, je pense que c'est justement une force qu'un "problème" pour ton écriture, et ressentir une sorte de sérénité à savoir mieux comment tu fonctionnes te permettra d'abattre certaines barrières que tu avais jusque là, qui sait?
    En tout cas, continue, il semble que ça porte ses fruits :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si c'est une force pour mon écriture, on verra bien ! Quant aux barrières je pense qu'il y a de grandes chances, car la psychothérapeute propose des solutions adaptées pour libérer le potentiel (ça me laisse imaginer que si j'applique tout bien comme il faut je passerai ma L2 avec 15 de moyenne, m'enfin, faut pas trop rêver non plus x'D).
      En tout cas, si tu penses en être, renseigne-toi, oui ! (on fondera un club comme ça :P).

      Supprimer
  8. Mais pourquoi veux-tu absolument te définir ? Tu es toi, c'est tout ! Si c'est pour expliquer à ta mère pourquoi ne ne ressemble pas à ce qu'elle voudrait que tu sois : Ok, mais tu perds ton temps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais pas... la question a été posée, donc j'essaye d'y répondre... même pour moi... par exemple hier ma mère a dit que je pensais bizarrement, que c'était pas normal, maintenant je m'en fiche, je sais pourquoi, et pour moi c'est sa façon de raisonner qui n'est pas normale.

      Supprimer
    2. Nos mères sont parfois désappointées quand on ne leur ressemble pas. Ça ne fait pas de toi quelqu'un de bizarre ou qui pense bizarrement...

      Supprimer
    3. Certes, mais les caractéristiques du bouquin correspondent... et il n'y a pas qu'avec ma mère que la communication est un peu laborieuse... maintenant je sais que même s'il s'avère que je raisonne effectivement globalement je ne peux pas me définir que par ça ^^

      Supprimer
  9. J'aime bien cet article, un peu introspectif. Je ne serais pas capable de faire ça sur mon blog, en tout cas pas pour l'instant, mais j'aime bien lire ce genre d'article. Et c'est un peu bateau, mais je m'y retrouve pas mal. Bien sûr, on se retrouve tous dans ce qu'on aimerait être, sans forcément se rendre compte de ce que nous sommes vraiment, parfois éloigné de notre idéal. Mais j'avais déjà entendu ce terme quelque part sans comprendre exactement à quoi il correspondait, et je l'aime bien...

    RépondreSupprimer

Un petit mot ? :)