jeudi 22 octobre 2015

La nullipare qui voulait le rester


Bonjour !

Aujourd'hui j'ai mangé avec une amie et, au détour de la conversation, comme l'occasion se présentait, je lui ai parlé de l'article de Lina que j'ai lu hier. Mon amie était d'accord pour dire que les phrases rapportées dans cet article sont de stupides survivances du rôle que l'on donnait à la femme dans la société aux XIX et XXème siècles : procréer. En revanche, quand je lui ai dit qu'une autre amie m'avait répondu que "j'étais encore jeune" (autrement dit que je pourrais changer d'avis) quand je lui ai dit que je ne voulais pas d'enfants, elle était d'accord avec elle. Comme quoi, les survivances sont plus tenaces qu'on ne le croit.

Je ne veux pas d'enfants. Je n'en ai jamais voulu. Je n'ai jamais dit "mes enfants s'appelleront comme ça et comme ça" quand j'étais petite, ou alors je ne m'en souviens pas, ce qui revient un peu au même, au final. Je ne m'imagine jamais mère. Tante, éventuellement. Mais pas mère. Même pas mère adoptive et, d'ailleurs, quand j'envisage l'adoption (oui, j'aime bien imaginer différents scénari d'avenirs, chacun ses manies xD) je ne la vois pas comme un moyen pour moi d'avoir un enfant, mais un moyen pour l'enfant d'avoir un parent. Je ne sais pas si je suis claire mais disons que je la vois plus comme... une action humanitaire pour donner un parent à un orphelin, et pas pour correspondre et assouvir un quelconque désir d'enfant. Je ne m'imagine pas mère, je ne veux pas être mère, la simple idée d'être enceinte me... répugne. Je sais que je viens certainement de m'attirer les foudres de quelques personnes en disant ça, et pourtant c'est bien le mot le plus proche. Je ne veux pas d'enfants. Je ne le raisonne même pas en disant "on vit dans un monde pourri, on ne sait pas comment l'avenir sera" : c'est juste que je n'en veux pas. J'aime bien les enfants (de deux à huit ans), je m'entends bien avec eux ; je ne veux pas grandir, je suis une grande enfant dans l'âme, mais je n'en veux pas. C'est même pas que je ne veux pas être mère, c'est que je veux ne pas être mère. C'est une différence subtile mais importante, je crois.

Et toutes ces phrases ; celles que rapporte Lina, celles que j'entends, je pense, sont des survivances de ce passé dans lequel les femmes doivent avoir des enfants, ne se définissent que par leur rôle dans la société, où les jeunes filles ne deviennent femmes qu'une fois mariées, où on leur apprend la cuisine, la couture, et à garder un ménage, où l'Eglise compte sur elles pour toucher les enfants, où ce sont elles qui éduquent les enfants, des femmes au foyer. Ce passé où une femme sans enfants, célibataire, est mal vue, rejetée et marginalisée. Ce XIXème où, si la folie de l'homme vient de l'extérieur, de l'ivresse par exemple, celle de la femme vient de l'intérieur, de son cerveau défectueux, et où il faut lui éviter les facteurs aggravant comme... la lecture.

Mon amie s'est défendue de cette survivance en disant que c'était humain de vouloir des enfants. Donc je ne suis pas humaine ? Je sais qu'elle ne l'a pas dit dans ce sens-là : elle voulait inclure les hommes. Oui mais. Si un homme dit qu'il ne veut pas d'enfants on lui demandera certainement pourquoi, mais il n'y aura pas toute la pression sociale qu'il y a pour les femmes, en partie parce qu'eux peuvent avoir des enfants tout au long de leur vie, au contraire des femmes qui ont une date de péremption (j'ai failli mettre les guillemets puis je me suis dit qu'en fait non).

Je n'ai pas seulement cité Lina quand je lui parlais. J'ai cité deux autres blogueuses qui avaient dit dans un article ou un commentaire qu'elles ne voulaient pas d'enfants mais que leur entourage continuait de les enquiquiner. Mon amie m'a dit que je lisais beaucoup de blogs de femmes qui ne voulaient pas d'enfants. Dans le métro j'ai pensé que... je lis beaucoup de blogs de femmes. Tout court. Je veux dire... Certes, en France il y a encore plus de deux enfants par femme, mais plein de femmes ne font pas d'enfants. Sa remarque m'a fait penser à quelque chose du genre "ben dit donc, tu lis beaucoup de blogs de personnes homosexuelles" : de personnes minoritaires : de personnes marginales. Mais je me demande si les femmes qui ne veulent pas d'enfants sont minoritaires de beaucoup... Je ne lis pas "beaucoup de blogs de femmes qui ne veulent pas d'enfants". Je lis beaucoup de blogs de femmes. Ça ne veut pas non plus dire qu'aucune femme ne veut des enfants, ça veut simplement dire que l'on ne sépare pas les femmes qui n'en veulent pas des femmes qui en veulent.

Il y a autre chose à laquelle j'ai réfléchi dans le métro. Cette histoire de genre humain pour lequel il serait naturel de vouloir des enfants. On disait avant que c'était le rôle de la femme d'avoir des enfants et on la définissait comme épouse, et comme mère. Et je pense que l'on est tous d'accord (je sais bien que non mais l'espoir fait vivre !) pour dire que c'est un peu n'importe quoi, et mon amie fait partie de ses personnes. Mais en disant que je vais avoir envie, plus tard, d'avoir des enfants parce que les humains doivent avoir envie d'enfant est-ce qu'on ne fait pas la même chose ? Est-ce que l'on ne commence pas à donner un devoir de reproduction aux humains ? On ne règle pas le problème de la définition d'individus par la production d'enfants : on l'élargit à tous les individus, joignant les hommes aux femmes. Mais il existe des hommes qui ne veulent pas d'enfant. Et je doute que mon amie leur dirait "mais tu vas voir, tu vas changer d'avis !".

Peut-être, oui, qu'il y a des personnes qui changent d'avis. Mais pas moi. Je suis nullipare (en même temps à dix-neuf ans c'est plutôt rassurant ! xD) et je souhaite le rester. Et entendre que je verrai, que je suis encore jeune, que "j'étais comme toi avant", que je vais changer d'avis, ça me désole. C'est même pas que ça m'énerve, c'est que ça me désole, ça me dépite.

Mon amie m'a dit que, effectivement, si elle tombait enceinte fortuitement et qu'elle n'avait pas la situation stable pour le garder elle avorterait, mais que sinon elle le garderait. Alors quoi ? Une femme, dès qu'elle a une situation stable, doit se mettre à produire des enfants ? Mon amie m'a dit "mais imagine t'avortes et tu regrettes plus tard de l'avoir fait, tu te demandes "et si je l'avais pas fait ?"". De mieux en mieux. Donc. Si je suis bien : je tombe enceinte, je ne veux pas d'enfants mais je dois garder le gosse au cas où plus tard j'ai envie d'un gosse ? Euh... Oui ? C'est un peu absurde quand même. Pauvre enfant, je vais le mettre où pendant tout ce temps ? Je le stocke dans ma cave ? Va élever un gosse que t'as pas désiré, toi. Bonne chance et mon courage : j'aimerai bien voir ce que le psy dira quand il sera adulte ! C'est absurde.

Et si c'est absurde c'est parce que l'on est encore dans l'idée qu'une femme doit avoir un enfant. Un enfant assez rapidement (dès la relation et la situation stables). Les mentalités n'ont pas tant changé que ça : la femme doit procréer. Si toutes ces phrases sont absurdes, c'est parce qu'elles essayent de rattacher à une société moderne dans laquelle les usines à enfants peuvent décider de ne plus en produire (ma formulation est un peu barbare) la vieille image de la femme dans la conscience collective qui est de donner des enfants, d'assurer l'avenir. Et ces phrases essayent de les rattacher en faisant des compromis sur d'autres critères, comme quand on dit à Lina que ce n'est pas grave si elle n'a pas une situation stable, ou qu'elle peut prendre un mec juste pour lui faire un enfant, ou quand on me demande ce que je vais faire si j'avorte et que plusieurs années plus tard je veux un enfant. C'est absurde. Ça l'est parce que ça cherche à tous prix une solution pour que la femme, cette terre nourricière (j'ai lu la métaphore dans un bouquin), produise.

Voilà.
Des idées, des avis, des arguments et contre-arguments ? Je prends tout ! :D
Autrement dit : qu'en pensez-vous ? D'autres futures vieilles filles dans l'assistance ?

Je suis contente d'avoir écrit cet article et de renouer avec mes articles habituels !


Rendez-vous sur Hellocoton !

18 commentaires:

  1. HAAAAAA FEMINISTEEEEEE FEMINISSSSTEEE :-D :-D. Je t'applaudis, je lance des confettis :-D.
    Pourquoi tu t'attirerai les foudres des gens ? ^^ J'aimerai un enfant de moi (phrase très française) (la chaire de ma chaire quoi !) et pourtant je ne me vois pas enceinte ^^. Et je me vois adopter ^^.

    Je suis complètement d'accord avec tes arguments, on parle d'un enfant et les discours du type "oui mais si tu en veux un plus tard ?" sont ridicules. Un enfant non-désiré ne sera jamais heureux et toi non plus. Parent malheureux = enfant malheureux CQFD. Et c'est vrai que hélas, l'argument de la procréation est encore de mise.
    Alors que tu savais qu'il y avait des espèces homosexuelles dans la nature ? :-D Tout ça pour dire que cet arguments est ridicule.

    J'avais déjà parlé du fait qu'on me faisait des remarques parce que je ne voulais qu'un enfant ^^. Je conclurai simplement par : personne n'est à ta place, personne n'a à décider pour toi et tu as raison de ne pas gâcher ta vie avec ce que tu ne veux pas !

    Je crois que c'est LE commentaire le plus long que j'ai rédigé sur ton blog xD. Bonne soirée :-).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce que dire que l'idée d'être enceinte me répugne c'est quand même pas très très comme qui dirait politiquement correct x) Grand dieu ! Je suis une femme : je chie des confettis et j'aime les enfants ! (ça me fait penser qu'avec mon amie on était aux toilettes une fois, et qu'il y avait une crotte flottante dans l'un des WC et qu'elle avait dit "une fille quand même" : ben quoi ? Les filles aussi elles peuvent faire caca dans les lieux publics (moi jamais) (enfin bref)).

      L'enfant non désiré ne sera jamais heureux et moi non plus mais, surtout, on n'a pas un ovule pour toute une vie donc si je veux des enfants plusieurs années après avoir avorté je pourrais en faire un si je ne suis pas trop vieille !
      J'ai parlé des homosexuels pour bien mettre en avant le côté minorité :)

      En fait le problème c'est pas qu'elles me disent que je peux toujours changer d'avis, c'est qu'elles me disent "tu VAS changer d'avis".

      Supprimer
    2. Mais c'est connu les filles pètent des arc-en-ciel et ne font jamais la grosse commission ;-).
      Je trouve que c'est quand même systématiquement le: "tu peux toujours changer d'avis." Et si ce n'était pas le cas ?

      Supprimer
  2. Le désir d'enfant est très personnel, mais je suis plutôt de l'avis que ce désir peut évoluer avec le temps. Le souci avec une femme, c'est qu'il y a naturellement une limite d'âge pour procréer, rendant la réalisation de ce désir limité dans le temps, et ainsi augmentant le risque de regrets... Donc j'aurai tendance à dire que oui, à 19 ans, tu es "encore" jeune pour dire que tu ne veux pas d'enfants du tout.
    Cette histoire de désir d'enfant peut être appliqué sur pas mal de désirs profonds, comme ceux de voyager, de carrière, de rencontres... Je suis d'avis qu'on ne sait pas ce que réserve l'avenir, et dire "jamais dire jamais" permet de laisser la place à l'imprévu, ce qui l'expérience de vivre plus intéressante ! Mais attention, je ne dis pas que tu vas changer, mais qu'il est possible que tu changes, car en effet, je te souhaite de vivre encore longtemps... ;)
    Par contre, j'entends tout à fait ta description de donner à des orphelins la possibilité d'avoir un/des parents, ça me semble être un argument finalement assez valable pour adopter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'avais peut évoluer, même si ma non envie n'est pas raisonnée, elle est sentimentale, viscérale, je ne veux pas d'enfants. C'est comme si on disait à une femme qui a toujours voulu des enfants, qui le ressens au fond d'elle-même et qui se langui du moment où ça arrivera qu'elle n'est pas obligée d'en avoir et que si ça se trouve elle va changer d'avis.
      Que je change d'avis est de l'ordre des possibles des embranchements de la vie, mais, comme je le disais, je sens que je ne changerai pas d'avis. Au contraire du mariage où, par exemple, même si je ne veux pas me marier parce que je trouve ça bête, si vraiment le gars ça lui tient à coeur je pourrais changer d'avis,éventuellement, mais les enfants non.
      En fait je me dit qu'il y a tellement d'enfants dans le monde qui n'ont pas de parents, que faire des enfants c'est un peu... pas égoïste mais disons un peu absurde.

      Supprimer
  3. Cet article m'interpelle. Ta pensée est bien expliquée mais il y a quelque chose qui me chagrine : à part le passage où tu parles de ta jeunesse, je n'ai pas l'impression que tu réfléchisses profondément aux différentes étapes qui font qu'une femme est prête ou non à avoir un enfant.

    Sans mâcher mes mots, j'ai cru, en début de lecture, à un article immature sur la jeune fille qui trouve que la maternité c'est écoeurant pour soi - rassure toi, ce n'est aucunement le cas. Mais je pense que c'est un sujet difficile à aborder sans avoir fait soi-même l'expérience de la maternité, car il y a tellement de facteurs, de paramètres, de circonstances, qui font qu'une femme, qu'une adolescente, va se dire "je vais garder ce bébé" ou "je veux avoir un enfant".
    Cela dépend de la sensibilité de chacune, de sa relation à soi et aux autres, de sa situation... En clair j'estime qu'on ne peut pas défendre plus ou moins certains comportements, car il y en a autant que de femmes !

    Bref, je suis un peu déçue par le fond de cet article, qui manque selon moi, clairement d'indulgence et d'observation envers les gens qui t'entourent, quels qu'ils soient. N'oublie pas qu'il est inutile d'en faire une montagne, surtout pour des choses qui ne sont pas impactantes directement pour toi, et que se mettre à la place des gens, sans aucune arrière pensée, est parfois très enrichissant.

    Je terminerai en disant que dans ce cas, il n'y a pas La Femme, l'entité, il y a les femmes, et ce sont des personnes toutes singulières.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr qu'il y a beaucoup de paramètres, mais ça ne change pas mon sentiment profond sur la question.
      Evidemment, on ne peut pas dire "c'est mieux d'avoir des enfants" ou "c'est mieux de ne pas en avoir". Et d'ailleurs ce n'est pas le sujet. Je ne dis pas qu'aucune femme doit vouloir des enfants, je dis que j'aimerais bien que l'on respecte mon choix et qu'on ne me dise pas "tu VAS changer d'avis" comme si une femme, jeune, moins jeune, était censée vouloir des enfants.

      Je ne comprends pas ce que tu veux dire par "se mettre à la place des gens" ? En tout cas je ne comprends pas ce que ça vient faire là. J'accepte tout à fait que mon amie veuille des enfants, c'est mignon les enfants, on doit certainement en apprendre beaucoup sur soi quand on en a, et puis quand on aime quelqu'un et que cette personne nous aime, certainement qu'on ressent encore plus ce désir, voire ce besoin d'enfant. Si mon amie veut des enfants c'est son choix, je le respecte, et je ne dis pas que toutes les femmes doivent arrêter de faire des enfants parce que les enfants sont des monstres qui ne doivent plus voir le jour, qu'ils sont horribles, et que les femmes enceintes sont immondes. Ce n'est pas mon propos. Mon propos c'est que, comme je respecte le choix et le désir de mon amie d'avoir des enfants, j'aimerais qu'elle respecte le mien de ne pas en avoir et ne me dise pas que je VAIS changer d'avis. Je ne lui dis pas, moi, qu'elle peut changer d'avis, et encore moins qu'elle VAS changer d'avis. Elle m'a dit "on verra, dans 10 ou 20 ans" comme si c'était une certitude, ma destinée. Mais ce n'est pas parce que je suis une femme, ou même une humaine, que ma destinée est d'avoir un enfant.

      En fait, je crois que tu te méprends sur le fond de mon article : je ne dis pas que vouloir des enfants c'est affreux, que c'est antiféministes, que c'est plonger la femme dans un passé vieillot, que c'est la réduire à son sexe, ce n'est pas mon propos. Le fond de mon article c'est : je crois qu'il est temps, maintenant, d'accepter, réellement, que certaines femmes ou jeunes femmes ne veuillent pas d'enfants. Tu vois, tu me demandes de me mettre à la place des autres, mais les autres se mettent-ils à ma place quand ils m'affirment sans flancher que je VAIS changer d'avis ? Je ne pense pas. Ils calquent leur propre désir d'enfant sur moi en se disant que les enfants c'est tellement merveilleux que je vais forcément en vouloir. Alors que moi, je crois, je respecte leur désir, ou plutôt je suis sûre, et je ne les juge pas. Je ne vais pas rompre tout lien amical avec mon amie parce qu'elle veut des enfants. Et, encore une fois, le fond de mon article, ce n'est pas qu'une bonne féministe doit ne pas vouloir d'enfant, le fond de l'article c'est qu'il est temps que l'on accepte qu'une femme, ou jeune femme, ne veuille pas d'enfants.

      Supprimer
    2. [Je continue, mon commentaire était trop long.]

      Ensuite, je n'en fais pas une montagne : j'explique. J'explique pourquoi, selon moi, certaines personnes ne respectent toujours pas le non désir d'une femme, ou jeune femme, de ne pas avoir d'enfants, j'explique, à l'éclairage de mes cours d'Histoire, d'où je pense que cela vient. Mais je ne vais pas me rendre malade de la situation, je ne vais pas me suicider demain parce qu'une personne m'aura dit que je VAIS vouloir des enfants.

      Je sais, qu'il y a les femmes et que la femme n'existe pas, notre prof nous l'a assez répété pour que ça rentre dans ma caboche, et c'est justement ça le truc : il n'y a pas LA femme, il y a DES femmes, des femmes avec des désirs, des envies, des goûts et des couleurs et que donc certaines femmes veulent des enfants et d'autres non. Et, en gros, c'est ce que j'ai dit dans l'article quand j'ai dit ceci : "ça veut simplement dire que l'on ne sépare pas les femmes qui n'en veulent pas des femmes qui en veulent" : on ne les séparent pas parce qu'il y a des femmes et que l'on ne peut pas dire qu'un groupe de femme représente mieux les femmes qu'un autre et qu'une femme qui veut des enfants est autant femme qu'une femme qui n'en veut pas.

      Voilà, j'espère avoir éclairé mon article et mieux expliqué ce que j'y disais !

      Supprimer
  4. *Fière d'être une source d'image*

    Sinon, je sis complètement d'accord avec toi !
    Je ne vois pas pourquoi la femme n'aurait pas le droit de s'émanciper ! Girl Power !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais peur que tu me demandes de l'enlever ^^'

      Je n'avais pas imaginer le non désir d'enfant comme une émancipation, mais maintenant que tu le dis il y a un peu de ça. Mais j'imagine que des femmes dans les siècles précédents ne voulaient pas d'enfant mais que, socialement, elles ne pouvaient pas le dire. Donc ce serait plutôt le dire, peut-être, qui se rapproche de l'émancipation.

      Supprimer
  5. Alors déjà ça fait du bien de lire un article pas trop politiquement correct je t'avoue. Ensuite, je suis comme toi, là maintenant je ne veux pas d'enfants, je ne me vois pas du tout enceinte et je ne veux même pas imaginer la boucherie d'un accouchement. Je ne sais pas "à quoi ça sert" d'avoir un enfant, et c'est sérieux ce que je dis même si ça peut paraître naïf. Quel intérêt en fait ? C'est probablement curieux pour beaucoup de personnes mais je n'y vois aucun intérêt à part un éventuel égoïsme (et c'est pas forcément méchant de dire ça !!!) dans le sens où on veut voir grandir notre chair avec nos valeurs et qu'on veut que notre chair s'occupe de nous quand on est vieux, nous fasse des petits-enfants, etc. C'est vrai que dit comme ça on dirait que je stigmatise tous les parents mais détrompez vous, je vous admire, je ne pourrais jamais faire tout ce que vous faites, j'ai déjà du garder des enfants, c'est pas forcément de tout repos, alors à temps complet ^^ Bref, j'ai de la chance car personne ne me met la pression alors que je suis plus vieille que toi, probablement aussi parce que j'évolue dans un milieu où ce sont les gens avec enfants qui sont minoritaires (en fait je dois fréquenter des gens "anormaux" si j'ose dire). Par contre, malgré tout ce que j'ai dit, je ne peux pas être catégorique sur mon envie, j'avoue que je ne peux absolument pas savoir si dans 4 ans, si je suis posée, avec un copain depuis un moment, ça ne me viendrait pas à l'esprit... Comme quoi. Même avec des arguments un peu dégueulasses comme les miens, on peut se dire que... on sait pas dans l'absolu. Seul conseil que je pourrais te donner : vis, sois heureuse, suis tes envies et basta :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime écrire des articles pas politiquement correct, ça m'amuse assez x) (la fille qui cherche pas du tout à se faire virtuellement lapider sur place xD).

      C'est vrai que, de la manière dont tu le présentes, faire des enfants ça ne sert à rien (enfin si, à perpétuer la race Blanche face aux étrangers envahissant) (humour noir inside, pardon, j'ai pas pu m'en empêcher, "chaque occasion est la meilleure" xD).

      Comme je disais dans d'autres commentaires, que je change d'avis est de l'ordre des possibles et des embranchements du futur, parce que je ne crois pas au destin. Mais, comme je le disais aussi, je ne raisonne pas ma non envie, je ne dis pas "on vit dans un monde pourri, on connait pas l'avenir", etc. C'est juste "en moi", comme les femmes qui ressentent au fond d'elles mêmes qu'elles veulent des enfants, qu'elles en ont besoin. Donc je ne pense pas que je changerai d'avis.

      Je crois effectivement que, suivre ses envies, peut importe le domaine, c'est important !

      Supprimer
  6. Tu dois faire ce que tu as envie de faire et non pas pour faire plaisir aux autres. Un enfant c'est une lourde responsabilité.

    RépondreSupprimer
  7. Tiens, tiens une BD qui me dit quelque chose, très bien choisi pour ton article ^^

    C'est amusant, je crois que je n'ai pas souvent mit mon nez chez toi (oui je suis lente, et cyclique, et mal organisée, et flemmarde - bref, je cumule les qualités) mais je me souviens qu'en te lisant je me reconnaissais totalement. Pire ! Parfois j'avais l'impression d'être en train de penser dans ma tête... comment es tu entrée ?!!!
    Bah rebelote ! Encore une fois j'ai l'impression de me lire. (Non je sais, j'avais dit penser mais c'est pour éviter les répétitions)

    Il se trouve que - attention racontage de vie - j'ai maintenant 29 ans, je suis (hé zut :-P) mariée et (malheureusement... ou pas) j'ai aussi une situation stable. Mais plus que ça (et tu n'en parle pas dans ton article), je suis femme au foyer.
    Alors conclusion logique => je DOIS faire des enfants.
    Ce que je veux dire c'est que, en plus de tout ce que tu dis dans ton article et avec lequel je suis d'accord, il se trouve que si vous n'avez pas de carrière - c'est que vous avez forcément des enfants. Sinon vous êtes => une profiteuse, une flemmarde, une bonne à rien qui vit sur les revenue de quelqu'un, bref : un indésirable.
    Alors quand vous papotez au salon de coiffure par exemple et qu'on vous demande dans quoi vous bossez et que vous répondez "je ne travaille pas" - c'est déjà pas bien vu, même si vous êtes une femme. (Car autre point plus ou moins lié à cet article = les mentalités ont quand même évoluées, mais pas forcément en bien. Une femme doit aujourd'hui TOUT faire ! Etre carriériste en étant moins payée qu'un homme et la fermer, être une super maman, une épouse, entretenir la maison et tout ça en une seule et même vie) Donc bref, ensuite logiquement on me demande "des enfants ?" - ma réponse : "Non, et je n'en veux pas". Les regards de travers ne se font généralement pas attendre.
    Depuis que je vis en couple (c'est à dire bientôt 7 ans) je ne compte plus le nombre de fois où j'ai dût EXPLIQUER pourquoi je ne voulais pas d'enfant (et plusieurs fois aux même personnes) ni combien de fois on a essayé - en long, en large et en travers - de me convaincre que faire des enfants allait me changer la vie ! Je crois même que quand je dis que je suis végétarienne ça passe mieux XD

    Enfin bon, je ne comprends pas pourquoi non plus pourquoi le monde continue d'être aussi fermé sur ce sujet. Pourquoi quand je dis "je ne veux pas d'enfants" on me regarde avec de grands yeux, un peu comme si je venais de dire que je croyais toujours au père noël.
    Et même chose que toi, on m'a TOUJOURS répété 'moi aussi je disais ça à ton âge, tu verra tu changera d'avis". Et ben à presque 30 ans la réponse est toujours la même : NON !
    Et qui plus est, je ne me suis pas mariée sans y réfléchir, j'ai épousé un homme qui ne souhaite pas avoir d'enfants non plus. Parce que ça c'est tout aussi bête, on ne se marie pas pour "fonder une famille", on ne se marie pas pour faire plaisir aux traditions ou je ne sais trop quoi. On s'est marié pour nous, parce qu'on en avait envie et à notre façon d'ailleurs.

    Je pense que faire des enfants n'est pas une finalité en soit, ni pour l'homme ni pour la femme. Je ne respecte ceux qui décident d'en avoir mais ne comprends quand même pas que ça devienne limite leur but dans la vie, qu'ils se sentent "accomplit" comme j'ai déjà entendu dire.

    Bref, il se fait tard et avec les décalage horaire encore plus. Je ne sais plus trop ce que je raconte parce que je suis à moitié dans le cirage XD
    J'aimerais moi même faire des articles de ce genre parfois, j'ai tellement de choses à "sortir" mais je trouve ça difficile.
    Bravo en tout cas c'est toujours aussi bien écrit et agréable à lire.

    *dodo*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment je suis rentrée ? Haha ! Mais un magicien ne révèle jamais ses secret, enfin ! :D ;P

      C'est vrai, une femme doit tout faire, gérer sur tous les fronts... je ne sais pas si c'est mieux que de ne pas devoir travailler... Ça me rappelle un article que j'avais lu, sur lequel j'émettais des réserves, mais où une des remarques (sur laquelle je me disais "moui pourquoi pas") était que les gens ne nous voient pas comme des humains mais comme des "super héros", raison pour laquelle on devait pouvoir gérer foyer-enfants-travail et tout faire bien. J'ai toujours quelques réserves là-dessus mais pourquoi pas...

      Comment ?! Tu n't'es pas mariée pour fonder une famille ?! M-m-mais... ! C'est pas sérieux tout ça voyons ! Le mariage est fait pour que l'on fonde une famille sans commette de pécher, enfin ! x'D

      Je pense que la surprise est d'autant plus grande que, comme tu l'as dit, tu as presque trente ans, et que je crois bien que la moyenne d'âge des mères c'est 30 ans. Je suis allée vérifier. Premier résultat Google : Insee, âge moyen du premier enfant : 28 ans. Autrement dit tu es en retard, source d'incompréhension encore plus grande à mon avis. Parce que même si une femme peut avoir des enfants jusqu'à 40 ans, plus elle s'approche de cet âge et plus ça augmente les risques de trisomie 21 et autres malformations, donc il faut se dépêcher et 30 ans c'est déjà limite trop vieux.

      Sinon je suis ravie de savoir que mon article est agréable à lire même quand on est crevé et qu'il est minuit passé x)

      Supprimer
  8. Moi j'ai qu'une chose à répondre :
    http://www.demotivateur.fr/images-buzz/2965/11.jpg
    Parce que c'est rigolo c:

    RépondreSupprimer
  9. Je me dis que ce qui vaut (en partie) pour moi, peut valoir pour certaines autres : peut-être faut-il avoir aimé son enfance pour vouloir à son tour être parent ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je pense que ça peut rentrer en ligne de compte !

      Supprimer

Un petit mot ? :)