vendredi 2 octobre 2015

À sens unique

Bonjour !

Depuis une semaine je vivote, mes pensées tournent en boucle, et tout à commencé avec quelque chose qui n'avait aucun rapport (c'est le moment pour vous de fuir en courant si vous ne voulez pas avoir besoin d'antidépresseurs dans les prochaines minutes :P). En fait il y a une semaine j'ai décidé d'abandonner l'idée d'aller courir. Sauf que ça n'a pas été aussi simple. Parce que je suis compliquée. Donc j'ai passé vingt minutes à hésiter. Mais pas à hésiter type "j'y vais... j'y vais pas ?" plus du type : si j'y vais comme je suis pas motivée ça va juste être ridicule, catastrophique, de la torture, mais si j'y vais pas je vais me détester de ne pas avoir tenu ma résolution. Ça n'a pas loupé. Je crois que c'est à cause de ça que depuis une semaine je tourne en boucle : j'ai pas d'amis, j'en n'ai jamais eu, le tout assorti de tout un tas de preuves de plus ou moins bonne foi (je vous ai déjà parlé de mon gouffre, ben j'y suis pas mais presque). Enfin bref. Si je fais cet article c'est pas pour vous exposer toutes mes pensées parce que sinon l'on n'aurait pas fini, mais parce que derrière il y a une vraie réflexion, un peu plus productive que des pseudos-preuves.

En fait, j'ai un peu l'impression que toutes mes relations amicales, se font à sens unique. C'est moi qui contacte mes anciens camarades et amis de collège et de lycée pour leur demander comment ils vont, ce qu'ils font, parce que ça m'intéresse, qu'on a emprunté le même chemin pendant plusieurs mois et que je veux savoir lesquels ils ont suivi ensuite. Mais eux ne me contactent jamais. À un moment un ami de collège le faisait plus ou moins régulièrement à coup de "cc sa va" mais, quand je lui demandais ce qu'il y avait de neuf, ou ce qu'il faisait, il répondait qu'il s'ennuyait, donc ça ne compte pas (je ne suis pas un bouchon d'évier, je suis une personne). Vous pourriez être tentés de me dire que si je mets des choses sur Facebook c'est sûr que mes amis n'ont pas besoin de me parler pour savoir ce qu'il se passe dans ma vie. Mais je ne mets rien sur Facebook. Ma photo de profil c'est un bébé lion, c'est vous dire.

Et puis je fête les anniversaires. Je ne les oublis pas. Et je n'ai pas besoin de Facebook pour m'en souvenir. Je regarde la date une fois si j'ai un doute et après je me souviens. Mes amis ne me fêtent jamais mon anniversaire. Vous vous souvenez, j'avais dit dans un article que je m'attendais à ce qu'ils ne m'envoient aucun SMS ? Pari gagné. Ce qui ne m'a pas empêché d'espérer lamentablement. En soi ce qui me gêne ce n'est pas qu'ils ne me le fêtent pas puisque pour moi c'est un jour comme les autres, mais qu'ils oublient la date. Parce que pour volontairement ne pas le fêter il faut connaître la date. Le pire ça a été une amie qui me l'a souhaité "en retard". Je déteste qu'on dise "joyeux anniversaire en retard". Tu oublis, c'est pas grave : tu t'excuses et on passe à autre chose ou tu la ferme, mais le "en retard" ça me tue, surtout quand le retard est de plus d'un mois... Le sujet est revenu dans la semaine. Une autre amie était surprise quand j'ai dit que pour moi c'était un jour comme les autres. Elle a dit "mais c'est le jour où tout le monde pense à toi !". Hrm. Oui. Mais c'est bien sûr. Là comme ça c'est pas flagrant, tu vois. Je sais qu'elle n'a pas dit ça à mal, qu'elle n'a pas réfléchi, et sur le moment j'en ai ris sincèrement, mais, franchement, après coup, ça m'a achevé. Cela dit je crois que ça m'a fait comprendre pourquoi pour moi c'est un jour comme les autres. J'ai toujours considéré que ça n'avait pas d'intérêt, qu'il n'y a rien de spécial ce jour-là. Je crois que la raison c'est parce qu'on ne me le fête pas (à part mes parents et ma soeur évidemment). Du coup, si les autres n'y vois pas d'intérêt, pourquoi est-ce que moi j'en verrai ?

À un moment je pensais que c'était peut-être parce que je suis née en été, qu'en été les gens partent en vacances... mais même pas. Mon amie fête son anniversaire en été et en a un à fêter dans le même mois que moi, mon autre amie début Septembre mais les cours n'avaient pas encore repris à ce moment-là. Non, c'est juste que je ne suis pas la fille à laquelle on pense. Voilà.

Il y a quelques mois ma mère m'a dit que des amis on les voyait en dehors des cours, pas que sur le campus. Euh... moui, encore faudrait-il qu'ils me contactent pour qu'on sorte ? Un exemple tout con. Hier. La première amie dont j'ai parlé dans cet article avait pris un flyer d'une espèce de labyrinthe que tu fais avec des amis et duquel tu sors en répondant à des énigmes. Il y a plusieurs thèmes. Elle a dit avec quels amis elle le ferait en fonction du thème. Mais elle ne m'a pas proposé de venir. Même quand je lui ai dit que ça avait l'air sympa.

Alors voilà, c'est à sens unique. C'est moi qui vais demander des nouvelles à mes anciens camarades, moi qui propose à mes amies qu'on mange ensemble, je pense à fêter les anniversaires, je suis prête à faire des sacrifices, je suis gentille de nature, mais en retour rien ne vient. Jamais. Ce matin je me suis dit que ça serait peut-être bien que j'arrête de les contacter. S'ils veulent qu'on mange ensemble ils n'ont qu'à me demander. S'ils s'intéressent vraiment à ce que je deviens et ne répondent pas "et toi ?" par automatisme ils n'ont qu'à me contacter. Ils ne vont pas me faire croire que c'est dur dans le monde d'aujourd'hui... Seulement voilà, après m'être dit tout ça je me suis dit que je voudrais bien savoir ce qu'est devenu un camarade de lycée. Je sais, c'est ridicule, j'ai la force mentale d'une huître (et c'est insulter les huîtres, heureusement qu'elles ne lisent pas le français) (enfin j'espère).

Je sais que c'est de ma faute (au moins en partie), je suis plutôt distante, assez solitaire de nature, pas à l'aise quand il y a plus de cinq ou six personnes autour de moi _ je me mets en mode spectateur et je regarde, je participe peu _ je ne me confie pas, je ne vais pas me prendre des cuites à trois heures du matin, je suis raisonnable et je me couche tôt en semaine (mon Dieu, le jour où je me déciderai à appeler un psy il va bien se marrer avec moi !), mais d'un autre côté n'est-on pas censé prendre les gens comme ils sont ou pas les prendre du tout ? Je veux dire... j'ai des défauts (à ce niveau-là on peut parler de handicap social plus que de défauts d'ailleurs), mais j'ai aussi des qualités... Donc je crois que je vais m'efforcer de ne rien demander à personne. S'ils veulent manger avec moi, ils me demandent... Je risque de ne pas manger avec eux souvent, du coup x) Tant pis. J'ai jamais eu de chance en amitié de toute façon.

Source photo
Site du photographe

Rendez-vous sur Hellocoton !

21 commentaires:

  1. J'ai en moi cette réflexion depuis plusieurs années. Avec le temps, on accepte.

    C'est très rare que je vienne aux nouvelles, comme ça ça permet de voir ceux qui remarquent l'absence. J'ai pris cette décision dès le collège. De plus, cela permet de voir le vrai visage des gens. Et je comprends ce côté "on me propose pas de sortir", parce que tout comme toi, j'ai toujours été un peu en dehors de ma génération, la fille en décalage et mise un peu sur le côté. Et puis, lorsque je propose une sortie, il y a toujours un "mais" ou une excuse pourrie donc depuis quelques mois j'essaie de ne plus trop prendre les devants de ce côté là non plus. Ceux qui veulent vraiment me voir me le demanderont, et tant pis si je passe bien trop de temps seule. Ca va pas m'empecher de vivre. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Passer du temps seule ne va pas m'empêcher de vivre non plus, je suis plutôt une solitaire dans l'âme de toute façon... il faut juste que j'accepte que je n'aurais jamais de relation amicales comme dans les séries télé. Quant aux relations amoureuses... considérant qu'on tombe souvent amoureux des personnes présentes dans notre entourage et que je n'ai aucun garçon parmi mes amis, la question est vite réglée x'D
      Ceux qui veulent vraiment me parler le feront... il va falloir que je me retienne de demander des nouvelles, je suis tellement curieuse et intéressée... ! x'D

      Supprimer
    2. Il faut pas croire que les amis et amours sont comme à la télé, et savoir s'en reculer. Je l'ai appris au fil des années car quand j'étais "jeune", j'idéalisais un peu les relations, me disant que moi aussi j'aurais une super bande d'ami et un super mec trop romantique.. mais ça, c'est que dans les films ;)
      Pour les mecs, je compatis. Il suffit d'attendre la rencontre..
      S'ils ne te portent pas plus d'intéret c'est destructeur pour toi plus qu'autre chose.. Car tu fais des efforts et tu n'as pas le retour. Prends toi pas la tête.

      Supprimer
    3. Sauf que ce qui est dans les séries télé c'est l'imaginaire collectif, ce n'est pas "que" dans les séries dans le sens où c'est aussi ce que les gens attendent de toi (une bande d'amis super soudés qui se disputent presque jamais et font des soirées), donc il y a une espèce de pression sociale derrière.
      Je me prends pas la tête haha x)

      Supprimer
  2. Coucou Mel ! Je passe assez souvent sur ton blog et là j'ai vu ça... C'est tellement dommage que tu sois confrontée à ce genre de comportements.
    J'ai moi même passé beaucoup de temps à essayer de recontacter les gens sans retour ! Mais j'ai appris que la patience et le hasard font naître les belles amitiés ! Et qu'il ne faut pas attendre trop des autres. Donc tu as tout à fait raison de dire stop aux relances inutiles je suis de tout coeur avec toî !
    À très bientôt,
    Pense à toi avant de penser aux autres. Ce n'est pas interdit de s'accorder du temps à soi sans personne autour. Essaie de prendre ça comme un roman d'éducation, tu vas finalement y trouver du bon et ça te fera grandir.
    Bon weekend,
    Xxx
    Jade

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas tellement que c'est inutile, ils me répondent, mais le lendemain c'est fini... si je les supprimais de Facebook je ne suis même pas sûre qu'ils se rendraient compte de quelque chose x'D
      La patience je sais faire, le hasard je n'y crois plus trop...
      C'est gentil d'être avec moi, ça sera pas de trop ! :P
      Du temps à moi sans personne autour j'en ai plein ! Ma mère pense que c'est même trop x) Moi ça me gêne pas... Il faut juste pas que je m'accroche à des standards de la société en matière de sociabilité (comme c'est bien dit).

      Bon week-end à toi aussi :D

      Supprimer
  3. J'ai l'impression de me reconnaitre dans ce que tu dis des fois. Pour moi c'est un peu la même chose ( bien que paradoxalement je sois "populaire" °^°, mais c'est probablement le fait que je "représente" juste quelque chose, du fait que je ne déballe pas ma vie à tout le monde, je ne suis pas la fille à laquelle on pense. Je suis juste une image. //PAN// ). Mais est-ce vraiment un mal au final ? oui et non probablement. Comme tu le dis, il y a aussi un peu de ta faute dans la situation. Même si tu ne t'ouvres pas, tu peu quand même être sociable, une sorte de construction de masque ? Dit comme ça, ça fait hypocrite, mais dans le fond ça reste humain car tout le monde fait ça. Je sais pas si j'arrive à me faire comprendre ? Au final tu n'as pas à changer ta personne hein, juste à rendre l'image plus attrayante.

    Ensuite parler de chance en amitié, je ne suis pas d'accord. C'est pas quelque chose qui se fait au petit bonheur la chance, avec la roue de la fortune. C'est quelque chose qui se construit. Avant, j'avais pas de "chance" comme toi, jusqu'au moment où je me suis dit, qu'il faudrait que je sois un peu plus " socialement acceptable ". Ça peut te paraitre bête comme concept. Mais ça ne veut pas dire que j'ai changé ma personne : Je me couche tôt, je fais mes devoirs, je ne vais pas en soirée, je collectionne des choses étranges, je n'aime pas la grande foule... Et pourtant j'ai une vie sociale. Pas grande, mais présente.

    Je ne sais plus qui disait : il y a plusieurs sortes d'amis. Ceux que tu vois et que tu ne verras plus, et ceux que tu aimeras pour toujours. Mais tout est bon ( dans le cochon //AVION// ).

    En fait mon commentaire il sert à rien c: Mais voilà.
    Sinon j'aime ton image d'illustration.
    j'aime le livre que tu lis actuellement. Beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas rendre l'image attrayante, je ne sais pas jouer, enfin... je peu être rigolote, un peu fofolle, mais pas quand y'a 50 personnes que je connais pas autour de moi. Je dis des conneries en petit comité, pas avec 7 personnes que je connais pas...
      Je sais que toutes les sortes d'amis sont bonnes, et je passe du bon temps avec mes amis, hein, je dis pas que je me fais chier x) (sinon j'aurais arrêté de leur parler depuis longtemps), on rigole bien, quand même.

      Si ton commentaire il sert d'abord !
      Je la tire de National Geographic donc c'est pas très difficile de mal choisir ;)
      Tu l'as déjà lu ? Tu me racontes pas la fin, hein ?! :P

      Supprimer
    2. C'est vrai qu'une amitié se construit, mais pour la rencontre de base il faut de la chance quand même... je veux dire... il faut le facteur chance pour que la personne qui te demande de se ranger avec elle le jour de la rentrée au collège ait une personnalité qui correspond à la tienne. Mais après bien sûr il faut apprendre à se connaître ^^

      Supprimer
  4. Je suis née le 30 juin donc je connais ça ... il faut que tu essaies de passer outre car c'est ce qui te rendra plus forte. Courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais bien, et chaque année je sais que je ne recevrai aucun message, mais quand même, je regarde mon téléphone une ou deux fois dans la journée, histoire de pas avoir à dire le lendemain "pardon de répondre que maintenant" si jamais j'ai une bonne surprise x)

      Supprimer
  5. Je pense que tu as raison, ne les contacte plus (même si ce n'est pas simple, j'en conviens).

    J'ai eu la même réflexion sur mes amies parce que je ne les vois pas tant que ça. Alors que pourtant je suis rentrée... ^^ Je pense qu'au final on n'a peu d'amis un ou deux ^^. Peut-être que tu n'as pas encore rencontré les tiens ^^. Essaye de faire des choses qui te plaisent à toi ^^. C'est ce que je fais moi ^^. Bisous ! ^^ PS : Oui on doit t'accepter comme tu es et tu n'as pas à être un mouton et à te comporter comme tes connaissances. Et je suis comme toi, je ne me confie pas comme ça ^^.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être que je n'ai pas encore rencontré les miens... je ne sais pas. Je fais des choses qui me plait mais... en fait quand je parle de sacrifices je parle pas de trucs très problématiques non plus, je veux dire... manger au RU parce que mon amie préfère alors que je préfère les sandwichs, manger avec cette amie au RU alors que j'aimerai bien manger toute seule parce que sinon cette amie mange toute seule et elle n'aime pas ça, inviter cette amie à manger avec mon autre amie et moi alors que j'aurais voulu que l'on soit que toute les deux... des trucs comme ça, qui ne vont pas vraiment me tuer. Venir à la fac exprès pour manger avec une amie qui était toute seule, qui m'a dit "faudra que je te rende la pareille" alors que je sais très bien qu'elle ne le fera jamais... des trucs qui ne vont pas me tuer, des trucs gentils parce que je suis gentille et pas parce que j'attends quelque chose... et tout ça ne m'empêche pas de penser à moi quand même ^^

      Supprimer
  6. Je me retrouve dans tes lignes car je suis de nature solitaire, réservée et j'ai dû mal à aller vers les gens. Mais la vie a fait que j'ai eu de 3 bons amis, un ou deux, des amis qui viennent et repartent, ou que l'on ait coupé les ponts de façon silencieuse, naturellement car nos chemins se séparent... Je dis qu'il n'y a pas de hasard, nous attirons les personnes qui sont dans le même état d'esprit que nous, où qui va nous apporter quelque chose...

    RépondreSupprimer
  7. Ton texte me parle énormément, j'ai aussi connu ça avec certains "amis", j'étais toujours celle qui venait aux nouvelles (mais celle qu'on savait appeller à l'aide quand il y avait besoin) Si tu cherchais "bonne poire" dans le dico, je suis sûre qu'à la définition il y aurait eu marqué : Lina xD
    Maintenant, ça fait un petit bout de temps que je ne me prends plus la tête pour les gens qui ne se soucient pas de moi, et je me dis que mes vrais amis savent me trouver. Cela ne sert à rien de courir après les gens. Surtout ceux qui semblent se ficher totalement de nous. En amitié comme en amour, il faut que ça
    aille dans les deux sens, c'est un peu "donnant-donnant". Je pense que quand on apprécie quelqu'un, c'est tout naturellement qu'on s'intéresse à ce qu'il fait, ce qu'il devient, etc Après le positif dans tout ça, c'est qu'on peut faire de nouvelles rencontres (et donc se lier d'amitié) tout au long de notre vie. Peut-être n'as-tu pas encore trouvé les amis qui te correspondent vraiment. Mais quoi qu'il en soit, ne change pas pour les autres, garde ta personnalité, on est tous différents et tu finiras par rencontrer les bonnes personnes :)

    RépondreSupprimer
  8. Je crois que malheureusement c'est la vie ... J'ai eu une période un peu comme toi, ras le bol des amis avec qui j'avais cette sensation que la relation ce faisait uniquement à sens unique. Du coup j'étais en train de me remettre sans cesse en question et puis avec le temps j'ai appris à relativiser. Depuis 2ans je suis à 900km de distance avec mes amis d'enfance je peux te dire que la sélection s'est vite faite toute seule, pour en arriver à un résultat affligeant: au final j'ai qu'une véritable amie (et encore qui sait ce que l'avenir nous prépare). On est jamais sur de rien, l'être humain change en permanence (nous avec). Par dégoût et par envie de ne plus me prendre la tête j'ai plus cherché à comprendre quoique ce soit; je vis désormais mes amitiés au jour le jour à fond, même si je sais que bien nombre d'entre elles s'effaceront aussi avec le temps. Les amis qui veulent prendre de mes nouvelles peuvent le faire, je répondrais toujours mais plus jamais je me sentirai coupable de ne pas faire le premier pas. Mieux vaut vivre ses relations dans le présent, même si parfois c'est dommage de voir s'effacer des relations du passé qui nous ont apportées beaucoup. Au point ou j'en suis maintenant je préfère privilégier uniquement la famille, les anciennes relations à double sens, et les amis actuels. C'est l'équilibre qui me convient, j'espère pour toi que tu trouvera le tien et je pense que ton idée de ne plus rien demander est la bonne. Ne t'encombre pas de relations inutiles, on est déjà bien chargée par la vie comme ça

    RépondreSupprimer
  9. Tu sais, j'ai eu beau me confier, prendre des cuites à 3 h du mat', etc...et avoir quand même eu l'impression (pas tout le temps, Dieu merci !) que le terme "Amitié" était bien galvaudé...
    Aujourd'hui, j'ai malheureusement moins d'amis que durant mon adolescence et la vingtaine. C'est la qualité qui compte, mais j'adorais passer du temps en groupe. J'avais des amis casaniers, d'autres à l'opposé, et j'appréciais les échanges que nous avions ensemble. Et maintenant, les amis qui vivent près de chez moi ne sont jamais disponibles : malades, sans argent, etc...J'en prends mon parti et vis mes relations au jour le jours, sans plus me prendre la tête car l'être humain est étrange et versatile...
    Sable

    RépondreSupprimer
  10. Ce soir, j'ai découvert ton blog et quelle joie de te lire et de ne plus se sentir comme quelqu'un à part... Je pense que l'on voit le monde comme des spectateurs et que nous ne sommes tout simplement pas fait pour jouer la comédie ^^
    Comme certains de tes lecteurs, j'ai appris à m'en foutre, et surtout à accepter la tristesse que sa m'apportait. Et le hasard m'a fait rencontrer 2 filles super qui partagent les mêmes valeurs et la même vision de l'amitié que la mienne :)
    • Une brune

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie que mon article ait servi à quelque chose !
      Je crois effectivement qu'il faut croire à la patience et au hasard ! :)

      Supprimer
  11. Sans l'aide de mon agenda électronique, impossible de mémoriser quelque date d'anniversaire que ce soit (en dehors de ma mère, mon frère et ma sœur) ! Même pas les copines qui sont nées quelques jours avant ou après moi... c'est dire... Mais je suis certaine qu'elles ont le même soutien technologique pour se souvenir du mien ;)

    Concernant tes "amies" et le manque de réciprocité, peut-être ne sont-elles que des fréquentations étudiantes avec lesquelles tu partages peu d'affinités en dehors des études ? Rejoindre une association qui te tienne à cœur et/ou pratiquer une activité, dans un club, te permettrait de rencontrer des gens plus proches de tes affinités et de personnalité... je crois...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais qu'aucun(e)s de mes ami(e)s n'ait de mémoire c'est un petit peu bizarre quand même...

      Je pense qu'il faudrait que j'essaye, manque plus qu'à trouver un truc à faire, et qui accepte l'arrivée des gens après Spetembre parce que par exemple je voulais essayer le kung fu, mais certains clubs ne prennent plus les inscriptions et préfèrent les personnes qui assistent aux cours dès le début.

      Supprimer

Un petit mot ? :)