lundi 28 septembre 2015

Qu'est-ce que la richesse ?

Bonjour !

Ce soir j'ai lu l'article de Gladys Wood dans lequel elle revient sur ceux d'autres blogueuses qui se déclaraient riches et ça m'a fait comprendre ce sentiment un peu mitigé que j'ai éprouvé à la sortie de la lecture de l'un de ces articles. D'un côté, oui, c'est vrai, nous avons de la chance d'avoir des biens matériels, d'être nés dans nos pays occidentaux plutôt bien pourvus, mais, de l'autre, ces articles m'ont laissé un peu... ils ne m'ont pas donné d'électrochoc, ils ne m'ont pas émue ou réveillée comme ont pu le faire le film Sur le Chemin de l'Ecole il y a deux ans ou Le Grand Jour mercredi dernier.

C'est vrai, nous sommes nés dans des pays riches, nous avons des écrans, plein d'écrans, que nous trimbalons avec nous, des casques pour écouter de la musique, de l'électricité pour nous éclairer quand tout le monde n'en a pas, de l'eau courante, des voitures, des trains, des bus, des livres, beaucoup de livres, une connexion internet... mais nous ne sommes pas riches. Je veux dire... Le problème de ces articles, pour moi, outre l'étalage de biens matériels sur lequel je vais revenir, c'est qu'ils tendent à considérer la richesse comme quelque chose d'universel. Or je ne pense pas que la richesse le soit, et c'est à ça que j'ai pensé en lisant les premières lignes de Gladys Wood. Pour les immigrés Syriens _ c'est l'exemple que je donnais dans le commentaire que je lui ai laissé _ nous sommes riches, il y a du travail, nos pays ont de l'argent. Mais nous avons beaucoup de chômeurs. Un autre exemple qui peut-être est plus explicite : nos retraités vivent avec difficulté, quand même, alors que quand ils s'expatrient au Portugal ou au Sénégal ils vivent bien. Pourtant l'argent qu'ils reçoivent chaque mois de l'État n'a pas changé, c'est toujours la même somme. Donc la richesse est relative, elle dépend d'où vous vous trouvez. On ne peut pas affirmer que "nous sommes riches" parce que nous avons un ordinateur et une tablette.

La deuxième chose, qui pour le coup est plus une question de "morale" que de choix des termes, c'est l'étalage. Dans ces articles (j'en ai lu un et ai survolé l'autre) je n'ai vu qu'une énumération de biens matériels, de biens technologiques _ et au fond c'est la définition de la richesse : posséder _ mais pas de mention de la famille, des amis, des relations humaines. J'ai vu une liste. Une liste de choses allant du matelas pour dormir au nouveau téléphone portable. Une liste de choses que l'on achète et que tout le monde ne peut pas s'acheter. À tel point qu'au début je croyais que c'était de l'ironie, au moins en partie, et que l'on allait revenir sur ces choses plus... essentielles, disons, qu'un téléphone portable.

Arrivée à la fin de cette liste je me suis dit "c'est vrai". Et je suis passée à autre chose. Ça m'a laissé un goût... indéfinissable, mais loin de la prise de conscience. Plus du genre "j'ai des choses, oui, et alors ?". En fait je crois que cette impression étrange c'est l'impression d'avoir lu une leçon de morale. Je sais bien que ces articles se voulaient optimistes, positivistes, sur le ton du "tu vois, ne te plains pas, nous sommes riches". Mais moi j'y ai vu une leçon de morale. Quelque chose qui tendrait à dire "arrêtes de te plaindre, on a des choses, d'autres n'en ont pas". Comme quand mes parents me disaient "les petits enfants en Afrique ils aimeraient bien manger ton assiette" quand, petite, je refusais de manger. Comme je le disais à Gladys Wood je n'ai vu dans ces articles aucunes mentions de dons offerts à des associations. Pourtant si tu es riche, que tu es conscient que d'autres n'ont pas ta chance, tu peux te permettre d'envoyer un peu d'argent à Médecin Sans Frontières ou n'importe quelle autre ONG humanitaire. C'est ce qui me mitige encore plus. Une liste de biens matériels, un constat, un rappel que nous avons de la chance comme pour nous aider à vivre mieux, mais rien pour aider les autres à vivre mieux. Moins une morale pour dire "aidez les autres" qu'une morale pour nous permettre de continuer de vivre sans nous préoccuper des autres.

Le plus grand risque de cet article c'est que, tout en reprochant une leçon de morale, j'en fasse une, et j'espère vraiment que ça ne sera pas pris comme ça, parce que ce n'est pas ce que je veux. Je veux simplement dire que, même si j'ai compris le but de ces articles, qu'ils étaient faits pour nous faire relativiser sur notre situation, ce n'est pas ce que j'ai ressenti. Ce que j'ai ressenti était plus proche du malaise que de l'optimisme.

Je ne crois pas que nous soyons riches parce que nous avons des écrans, d'autant plus que les ordinateurs sont de moins en moins chers parce que nous progressons dans les savoirs technologiques et parce que, ne nous mentons pas, des petits enfants travaillent pour nous (d'ailleurs ça me fait penser à H&M qui fait trimer des gens au Bangladesh mais met des panneaux dans ses magasins pour recycler et soutenir l'Unicef, ironie bonjour !). Je crois que nous sommes riches de nos amis, de notre familles, de nos relations sociales _ même si ce n'est pas le sens premier et admis de la richesse. Nous sommes riches de nos expériences, de notre vécu, de notre savoir. Nous sommes riches de notre personnalité, du pouvoir que nous avons, dans une certaine mesure, de pouvoir décider de notre futur, et de notre liberté. Je ne dis pas que quelqu'un qui gagne cinq à six mille euros par mois (selon un sondage dont j'ai entendu parler il y a plusieurs mois) n'est pas riche. Je dis que nous ne devrions pas en faire le critère principal de la richesse. D'autant plus s'il n'y a rien derrière, si ça ne consiste qu'en une liste.

Vous allez me dire qu'il y avait quelque chose derrière, puisque ça devait nous permettre de relativiser sur nos problèmes mais, vous voyez, ce n'est pas ce que j'ai retenu de ces articles. J'ai retenu une liste de choses.

Nous ne sommes pas riches.
Parce que la richesse est relative.

Qu'en pensez-vous ?
(Je sais qu'on peut ne pas être d'accord avec moi mais les personnes qui ne sont pas d'accord ne se manifestent jamais, ou trop rarement, alors montrez-vous !) (Mince, alors ! :P)


Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires:

  1. Ouiii je pense tout comme toi, la richesse est relative.
    En ce qui me concerne, pour moi la vraie richesse n'est pas matérielle. J'ai grandi dans des terres agricoles, travailler à la sueur de notre front, je n'ai manqué de rien, le plus important c'est toujours d'avoir le ventre bien rempli et être bonne santé, c'est que disent toujours mes parents (car eux ils ont grandi dans la pauvreté !!), et le reste, ce n'est pas important.
    Et lorsque j 'ai été au plus bas (pas d'argent, pas de chez moi) et lorsque j'entends mes filles me dirent "Je t'aime", je me sens si Riche :)
    Oui la france est riche pour les autres, mais tout dépend pour qui, moi si je voyage à Taiwan, je me sentirais si riche car tout n'est pas chère là-bas. Et lorsque je vois qu'en France que pour les restos du coeur, ce sont maintenant les pauvres qui donnent au plus pauvre, où que le chômage est en hausse en France, les retraités en difficulté... oui effectivement la richesse est relative !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que si ce sont les pauvres qui donnent aux pauvres c'est parce que quand on n'a pas d'argent on se rend compte que l'argent ne compte pas. Ca me fait penser à la vidéo d'un type qui s'était déguisé en SDF. Il s'est mis dans la rue, tout seul, en disant qu'il voulait de l'argent pour s'acheter de la drogue, etc. Plusieurs personnes se sont arrêtées. Ensuite il a dit qu'il voulait de l'argent pour sa fille malade. Dans le même temps personne ne s'est arrêté. Sauf une femme. Une SDF elle aussi qui lui a dit qu'elle lui donnait tout l'argent qu'elle avait réussi à faire dans la journée, qu'il en avait plus besoin qu'elle. Et puis elle est partie. Alors le monsieur l'a rattrapé, lui a expliqué, l'a prise dans ses bras et lui a donné de l'argent qu'il avait dans son porte-feuille. Je crois que les pauvres donnent aux plus pauvres parce qu'ils savent que l'argent ce n'est pas l'essentiel et que les personnes qui ont de l'argent ont tendance à l'oublier.

      Supprimer
  2. Tu connais mon avis sur le sujet !
    Tres bon billet : merci ! Et rassure toi, il ne sonne pas moralisateur !

    RépondreSupprimer

Un petit mot ? :)