jeudi 3 septembre 2015

Aylan Kurdi, le symbole d'une guerre qu'on ne veut pas voir

Bonjour !

J'ignore si mon titre est tout à fait juste, mais c'est le premier qui m'est venu quand j'ai commencé à réfléchir à la situation. J'avais vu un article sur ce petit garçon, que j'avais survolé. Et puis ce soir j'ai vu la photo. Je me suis dit "ah, quand même..." et puis j'ai réfléchi. On se soulève, on s'indigne, on dit : "plus jamais ça" ; on dit : "si ça ne fait pas réagir l'Europe où va le monde" ; on dit : "c'est horrible". Mais On oublie que cette guerre qui pousse ces personnes à s'enfuir a commencé il y a plusieurs années. Et qu'on ne fait rien.

Depuis au moins quatre ans maintenant, chaque semaine, on nous raconte comment un bateau italien a secouru une chaloupe de migrants. Comment plusieurs centaines de personnes sont mortes noyées. Comment des familles ont fuis leur foyer pour échapper à la guerre, aux bombardements, à l'EI. Et depuis au moins quatre ans maintenant, on ne fait rien. On ferme les yeux. On laisse l'Italie se dépatouiller avec les réfugiés qui débarquent sur ses côtes chaque jour. On écoute d'une oreille distraite les discours du Pape sur le sujet. Je crois que cette guerre on ne veut pas la voir. On ne veut pas en parler. De toute façon la France est au maximum des soldats qu'elle peut envoyer, c'est un journaliste qui avait dit ça dans une émission il me semble. Parce que mine de rien on est déjà au Mali et en Centrafrique.

Je trouve ça dingue qu'il faille la photo du cadavre d'un gosse le nez dans l'eau pour que l'on décide de se bouger. Pour que l'émotion parcoure les rangs. Mais j'ai une question : est-ce que vous ne pensez pas que si on avait agi plus tôt cet enfant serait peut-être encore en vie ? On dit "plus jamais ça" parce qu'un enfant né pendant la guerre est mort. Mais des enfants, des enfants syriens, des enfants qui prennent des embarcations étriquées et précaires avec leur famille, des enfants qui traversent la Méditerranée et qui meurent, il y en a tous les jours. Tous les jours depuis au moins quatre ans. Des enfants d'Orient, des enfants d'Afrique, des adultes aussi, beaucoup d'adultes. Beaucoup de morts.

Mais nous fonctionnons par symboles, par icônes, par représentations. La solidarité se fait sentir quand une photo de ce père syrien vendant des stylos à la sauvette au Liban est relayée sur Twitter, permettant de lui rapporter un petit pécule de cent-quatre-vingt mille dollars. La solidarité se fait sentir quand une étudiante en médecine poste sur le même réseau social cette photo d'un petit garçon faisant ses devoirs accroupi sur le trottoir parce qu'il n'a pas le choix. Un tour du monde plus tard le voilà qui reçoit en cadeau une bourse d'étude. Mais ces mêmes personnes on les voit beaucoup moins donner à Médecins Sans Frontières, dernière ONG en Syrie, et beaucoup moins cliquer sur le bouton "faire un don" ou "parrainer un enfant" des sites des associations qui s'occupent des enfants. Parce qu'il nous faut des symboles. Ce qui m'étonne c'est que ces symboles ne servent pas souvent à s'occuper de la généralité.

Cet élan qui suit cette photo me laisse assez perplexe. Parce que ça fait plusieurs années que des barques s'échouent sur nos rivages, que des cadavres coulent au fond de la mer, et qu'on ne fait rien. Et puis ça sera comme pour tout. Comme pour le lion Cecil. On va en parler une semaine, peut-être deux, et puis ça va se tarir. On nous montrera encore les images des réfugiés qui tentent de monter dans les trains en Hongrie, quelques barques secourues, et puis voilà. On va faire genre on s'active de nous-mêmes alors qu'il aura fallu qu'Angela Merkel nous tape sur les doigts dans un discours, et que la photo d'un petit garçon mort noyé fasse le tour du monde.

Qu'en pensez-vous ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

11 commentaires:

  1. C'est tragique. Et je pense que ce qui est le plus tragique, c'est que ces migrants qui pensent quitter l'horreur en venant en Europe ne savent même pas qu'ils rejoignent en réalité les pays responsables de cette atrocité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour la Syrie nous ne sommes pas vraiment responsables. En revanche pour la Libye oui, effectivement, c'est plongé dans le chaos par notre faute. Mais d'ailleurs, les migrants ne veulent pas spécialement venir en France. Davantage en Angleterre et, surtout, en Allemagne !

      Supprimer
  2. Oh mon dieu merci milles fois pour cet article, j'ai eu l'impression toute la journée d’être un gros extraterrestre ("sans cœur" comme on m'as dit lorsque j'ai tenu cette réflexion) à penser et dire exactement la même chose que toi, donc vraiment merci ces des coups de pieds dans la fourmilière tel que le tiens qui me fait dire "ouuf le monde n'est pas perdu"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que l'on peut avoir un coeur mais ne pas s'empêcher de réfléchir. C'est un peu ce que je disais dans mon article "je ne suis pas un monstre" il y a moins d'une semaine.

      Supprimer
  3. C'est le seul article sur le sujet que j'ai partagé, ta réflexion est très juste!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis très touchée que seul le mien ait trouvé grâce à tes yeux, haha ! :D

      Supprimer
  4. Bon comme d'habitude je suis d'accord avec ce que tu dis.
    Ou presque, le genre de personne que tu blâmes au niveau de la partie Twitter, je ne pense pas que cela soit très juste, car quand même ceux-sont des gens qui ont aidé une vie, même si ce n'est pas celle qui te semble la plus "importante " (note bien les guillemets ). Et bien sur on ne peut pas être partout... lls font des choix ( encore cette histoire de choix, ah làlà ... ) et surtout ils font ce qu'ils peuvent... Et puis s'ils ne se sentent pas concerné et qu'ils assument, c'est leur problème.
    Après il n'en reste que certains actes, oui, sont relativement hypocrites. Surtout ce soulèvement après la photo de ce petit garçon. je trouve hypocrite de la part de tout le monde de s'insurger de la sorte, alors que ce bazar existe depuis un petit moment déjà, et qu'avant ça, il n'y a pas eu grande protestation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas que je ne trouve pas cette vie importante, au contraire, et c'est très bien qu'ils aient aidé ces personnes, mais je me demande pourquoi spontanément ils donnent pour une personne, et pas à une association qui en sauvent des centaines. Je crois qu'on est plus dans la considération socio-psychologique que morale, en fait. Peut-être que c'est parce qu'ils ont vraiment l'impression d'aider concrètement quelqu'un alors que donner à une association donne un résultat plus flou.

      Supprimer
  5. toi aussi tu es tombée dans le piège... ils vivaient en Tuquie depuis un bon moment, sa sœur du Canada à lui avait payé le voyage en France pour qu'il vienne se refaire les dents, lui seul avait un gilet de sauvetage. du coup il a été reconduit en Turquie et avec tout ce battage à réussi à faire reposer sa famille en Syrie...pas très clair tout ça...et la fille qui a vendu la photo aux médias et encore pire que le père.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pas tout compris... en gros il venait en France pour ses dents et avec l'intérêt des média il a réussi à faire venir sa famille de Syrie jusqu'en Turquie ?
      C'est bien dommage que cette histoire ne soit pas ce que l'on veut nous faire croire... que ça soit un mensonge direct ou par omission. Ça me fait vaguement penser à l'affaire Léonarda. Je ne m'en souviens pas tellement mais ce n'était pas très net non plus je crois... Enfin... si au moins tout ça pouvait servir à ce qu'on aide les honnêtes (c'est le premier mot qui me vient) réfugiés de Syrie ça sera toujours ça de gagné... Et puis la fille qui a vendu la photo a peut-être reversé l'argent à des associations... au moins une partie, c'est ce que j'aurais fait.

      Supprimer
  6. J'ai mal pour cet enfant, pour sa famille mais on ferme les yeux sur tant de drames ... Je ne sais pas comment cela va se passer mais j'espère que l'on pourra les aider.

    RépondreSupprimer

Un petit mot ? :)