vendredi 25 septembre 2015

Au tour du monde

Bonjour !

Hier soir j'ai eu l'idée d'un article que je n'avais pas prévu d'écrire sur ce blog à la base parce que ce n'est pas trop le genre d'articles que je publie d'habitude mais plus ça allait et plus j'avais envie de le poster ici alors je vais le faire. En fait je me suis dit que ça serait peut-être une bonne idée de vous parler de choses que j'ai découvertes ou que l'on m'a faites découvrir et qui nous viennent de l'étranger. Des choses autour du monde pour que ça soit au tour du monde (oui, je me lance dans les jeux de mots, que voulez-vous, il faut bien se renouveler :P).

Je me dis que ça serait bien d'en faire une série mais il faudra que j'aie des choses à dire pour ça donc on va commencer avec un, ça se sera déjà pas mal, et on verra après ce que ça donne. Aujourd'hui je vais vous parler d'une exposition qui se tient en ce moment et jusqu'à fin Janvier 2016 à l'Institut du Monde Arabe, d'un film que je suis allée voir quand il est sorti il y a deux jours, et d'un groupe de musique dont j'ai entendu parler il y a quelques semaines :)

Les Mystères d'Osiris


Il y a quelques jours je suis allée à Paris pour aller voir l'exposition Osiris, du nom du dieu égyptien qui s'est fait découper en quatorze morceaux par son frère jaloux et rafistolé par sa sœur-épouse Isis. La plupart des objets présentés viennent des fouilles sous-marines de la ville engloutie de Thônis-Héraclion à quelques kilomètres au large d'Alexandrie et qui sont encore en cours. D'autres ont été prêtés par les musées du Caire et d'Alexandrie. Les plus vieux datent de la Basse époque _ en tout cas je n'ai vu aucune date allant au-delà de 650 avant notre ère environ.

L'exposition est centrée sur les Mystères d'Osiris qui est un rituel annuel que les prêtres réalisaient et qui consistait à reconstituer l'histoire de la mort et de la renaissance d'Osiris. En plus des informations écrites à côté des objets il y a un guide audio vraiment sympa et que vous pouvez écouter à votre rythme en tapant les numéros affichés au mur, donc vous ne serez pas obligés de vous presser pour suivre les explications de la gentille madame et du gentil monsieur dans vos oreilles. Il y a de tout : des statues, des monnaies, des naos, des objets rituels, le tout allant d'environ cinq mètres cinquante de haut à moins d'un centimètre.

Il y a cependant un bémol. Au niveau du numéro 11 il y a une espèce de renfoncement où sont exposés des objets derrière des vitres. Au centre de ce renfoncement il y a un Osiris allongé sur son lit mortuaire entouré de quatre faucons qui représentent les points cardinaux et surmonté d'un cinquième qui représente Isis. Le problème c'est que cette sculpture n'est pas éclairée et qu'elle est taillée dans... une pierre noire. Autrement dit on ne voit rien. Je n'ai vu aucune lampe au plafond ni sur les côtés qui auraient pu ne pas fonctionner donc a priori ça n'a pas été prévu.

Si vous voulez y aller je vous conseille de réserver une place avant parce que quand on arrive il y a deux files ; une pour les personnes sans tickets et une pour les personnes avec tickets qui va plus vite. A l'entrée ils passent votre sac dans un scanner comme à l'aéroport donc si jamais vous avez des choses étranges et dangereuses dans votre sac enlevez-les ^^'. Vous pouvez trouver plus d'infos sur le site de l'Institut du Monde Arabe !

Le Grand Jour


Quand j'étais à Paris je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer l'affiche du film qui m'a faite penser à celle du film Sur le Chemin de l'Ecole que j'avais adoré et j'ai pensé que ça pouvait être la suite. Eh bien non. Ça ne l'est pas (fichtre !) mais c'est bien le même réalisateur. En fait, si le premier film suivait des enfants sur le chemin de l'école (nooon ? sans blaaaague ?) celui-là suit quatre jeunes qui se préparent à passer une audition ou un concours qui changera leur vie s'ils le réussissent. D'abord il y a Albert, jeune Cubain qui veut gagner les Jeux Olympiques de boxe, puis une Indienne de seize ans qui veut devenir ingénieur et participe au concours du Super 30, une contorsionniste mongole de onze ans qui doit passer une audition, et enfin Tom, Ougandais, qui souhaite devenir Ranger. On les suit pendant leur préparation et leur concours, et à la fin il y a un bon dans le temps pour savoir ce qu'ils deviennent.

J'ai trouvé que c'était un film vraiment très touchant et qui devrait nous inspirer parce que finalement ces jeunes donnent tout ce qu'ils ont pour réaliser leurs rêves. Par contre je suis tombée sur une version doublée en français et je trouve que ça enlève de l'authenticité au documentaire donc si vous pouvez et si ça existe (j'imagine que oui) je pense que la version en sous-titrée est mieux. C'est le seul défaut que j'ai trouvé à ce film ! :)

Light in Babylone


Comme "jamais deux sans trois" et que je ne peux décemment pas écrire cet article sans parler des Carnets du Monde que je me tue à vous demander d'écouter depuis au moins deux ans, je vais vous parler de Light in Babylone. Mais, normalement, depuis le temps que je vous parle de l'émission des Carnets vous devriez avoir déjà écouté l'émission pendant laquelle ils ont parlé de ce groupe ;) Mais au cas où vous seriez quand même passé à côté, je vous mets l'Arbre à Palabres du 6 Septembre !




Vous pouvez retrouver d'autres vidéos sur leur page Youtube et plus d'infos sur leur site internet (en anglais).


Voilà ! :) J'espère que ça vous a plu, parce que moi en tout cas ça m'a plu de faire cet article ! Si vous voulez écouter d'autres musiques venues d'ailleurs vous pouvez aller voir l'article que j'avais spécialement fait ici :)

Source photo

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire

Un petit mot ? :)