mardi 7 juillet 2015

Le gouffre

Bonjour :)

J'ai hésité avant d'écrire cet article. En fait j'y pense ponctuellement depuis quelques jours mais je me dis que non, que je n'aurais pas grand-chose à dire finalement, mais l'idée revient, alors j'ai fini par me dire que peut-être j'en avais besoin. Du coup voilà, je vais vous parler du gouffre dans ma tête. Ça ne va pas être très joyeux, je vous le dit tout de suite (surtout annoncé comme je l'ai fait xD, mais, au final, y'a pire et c'est pas si grave).

Je ne me plains pas, il y a pire ne serait-ce qu'avec les personnes borderlines, dépressives, ou en burn out, mais quand même c'est un peu gênant. Des fois il y a des périodes où je tombe dans une espèce de... cercle vicieux où tous mes souvenirs du collège et même parfois avant jusqu'à maintenant sont tournés de manière à me démontrer par A + B que je suis nulle, que je ne réussirai jamais, ou que je n'ai pas de vrais amis _ l'un rejoignant l'autre parfois (je suis tellement nulle que je n'ai pas de vrais amis, et je n'ai pas de vrais amis donc je suis nulle). Le tout à grand renfort d'une mauvaise foi démesurée, dont j'ai parfaitement conscience mais qui ne suffit pas à me sortir de mes mauvaises pensées. Je dirais que c'est un peu comme une migraine : tant que je ne fais pas ma nuit je suis plus ou moins dans cet état, tout au fond du gouffre ou tout au bord, avec seulement les talons sur le sol. Et ça arrive... n'importe quand. Généralement il faut un acte déclencheur : une dispute avec une amie, ou une amie qui était censée me rejoindre, vient avec d'autres amis avec lesquelles elle discute donc ne me vois pas, ou le fait que c'est toujours moi qui viens aux nouvelles, ou toute autre chose du même genre, plus ou moins valable et parfois qui n'a pas de rapport direct. Autant vous dire que j'appréhende un peu la période de mon anniversaire... Mais la plupart du temps, quand j'ai la première pensée qui me fait flancher, je me rattrape et je me raisonne. Quand je tombe vraiment c'est que je suis fatiguée ou que je commence à penser trop (heureusement y'a le Tour de France, donc je me mets devant et je ne pense à rien pendant quatre heures, haha :P).

Je crois que j'en avais plus souvent avant, maintenant c'est seulement des pensées un peu vicieuses que je rattrape, quand je suis toute seule à l'arrêt de bus et que je repense à quelque chose qui s'est passé dans la journée, même un truc qui n'a absolument aucune importance, qui ne m'a pas forcément vexée ou interpellée mais qui, tourné avec mauvaise foi, peut participer à me prouver par A + B que je n'ai pas vrais amis. C'est assez étrange comme sensation, parce que d'un côté je sais que c'est plein de mauvaise foi et que c'est complètement stupide, et d'un autre côté il y a tellement de "preuves" et de faits que dans ces moments-là je crois vraiment ces pensées... Et depuis quelques jours j'ai remarqué qu'elles viennent plus souvent même si le Tour de France les anesthésie (d'ailleurs je ne sais pas pourquoi je regarde : c'est Contador qui va gagner ! :D) (Booouuuuh elle encourage même pas les Français !). C'est peut-être pour ça que je veux écrire cet article d'ailleurs. J'ai aussi remarqué que, parfois, ça s'étend même au blog (avec encore plus de mauvaise foi, c'est tellement flagrant que s'en est déprimant).

Et là je me retrouve bien emmerdée parce que je ne sais pas quoi rajouter et encore moins comment finir l'article. Je pourrais peut-être faire comme dans les livres ou à la fin des contes, vous savez, avec un gros "fin" bien centré sur la page ? ;)


Rendez-vous sur Hellocoton !

9 commentaires:

  1. En quoi c'est de la mauvaise foi ?
    Ce que tu décris là (l'élément déclencheur), je connais souvent ça quand je suis dans mes périodes de bad.
    N'est-ce pas un manque d'estime de soi, la peur de ne pas compter qui déclenche tout ça au fond ?

    Tout plein de bisous même si ça ne te réconforte pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que tu as un peu raison sur le déclencheur, mais quand même, ça reste de la mauvaise foi. Là tout de suite j'ai pas d'exemples précis, il faudrait que je tombe pour te dire précisément, haha ^^' Mais je t'assure que quand j'y suis c'est de la mauvaise foi dans le sens où je sais très bien que mes amies sont des amies et que les "déclencheurs" elles ne font pas exprès (enfin j'espère, sinon je suis mal barrée xD).

      Si, ça me réconforte un peu :D

      Supprimer
  2. Je suis là moi :D
    C'est normal de se poser ce genre de questions.. Enfin c'est peut-être pas normal mais ça m'arrive aussi ^^
    En lisant tes propos, je comprends que tu te sens "nulle" par rapport aux comportements des autres. Alors pourquoi ne te dis-tu pas que ce sont eux les nuls puisqu'ils vont à l'encontre de ce que tu désires et de ce que tu attends ? Ceux qui prétendent être tes vrais amis t'en donneront la preuve dans leurs gestes et non dans leurs paroles. Parfois, ce sont ceux auxquels on s'attend le moins qui au final là pour nous. Faut aussi savoir laisser faire le temps pour trouver ne serait-ce qu'une personne qui nous ressemble et nous comprend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hou oui tu es là ! :D
      Ravie de savoir que je ne suis pas seule (enfin je crois, parce que ce n'est pas très enviable comme sentiment).
      En même temps la télépathie ça n'existe pas encore, donc ils ne peuvent pas savoir ce que j'attends, et je ne suis pas vraiment du genre à m'épancher donc je suis un peu fautive. En rangeant ma chambre j'ai retrouvé un vieux cahier où je m'étais essayé au journal intime et j'ai trouvé ça ridicule. C'est vrai il faut attendre les gestes, et c'est vrai aussi que c'est ceux qu'on attend le moins parfois...
      C'est pas très facile de trouver quelqu'un qui nous ressemble... est-ce qu'on peut dire qu'on se ressemble ? Sauf si t'as pas envie de me ressembler, ce que je comprendrais tout à fait étant donné mon caractère, haha xP (ça fait un peu cours de récré en maternelle "tu t'appelles comment ? Tu veux être mon ami ? Viens on dit qu'on est ami !" xD

      Supprimer
  3. En pleine période de bas aussi. Ne reconnais tout à fait ce que tu dis : en temps normal, les pensées m'effleurent sans s'accrocher, mais quand ça va pas, c'est la cata ! Et j'ai beau savoir que tout cela n'est pas logique, rien n'y fait ! Mais c'est déjà super d'avoir trouvé avec le tour de France un moyen de détourner tes pensées négatives :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve aussi, ça permet de repousser en attendant de meilleurs jours ^^'
      C'est ça, moi aussi j'ai beau savoir que ce n'est pas logique, rien n'y fait !

      Supprimer
  4. Je comprends ce que tu endures, j'ai parfois moi-même des épisodes dépressifs... où je dénigre tout ce qui me touche.
    Enfin bon, j'ai pas encore trouvé la solution à ce genre de passage à vide... ^^

    RépondreSupprimer
  5. Pour traverser les mêmes choses je comprends tout à fait. Outre les "je suis nulle" et scénarios catastrophes que je m'imagine parfois, j'ai comme toi des périodes (genre là xD) ou je me sens effroyablement seule alors que, et c'est là tout le paradoxe, je suis bien entourée. Je pense que parfois, quand on manque d'estime de soi on recherche un peu trop à combler un vide affectif réel ou imaginaire, on en veut plus et rien n'est jamais assez. Au final, on est l'acteur premier de son bonheur et les autres sont des "bonus", bien qu'exprimé ainsi ça fasse bizarre.
    Par chance les mauvais moments où nous sommes remplis de doutes font souvent place à des jours meilleurs, il faut prendre son mal en patience et essayer de ce centrer un peu sur soi, faire des trucs qu'on aime, être positivement égoïste, etc Et bien que je ne te connaisse pas personnellement, je suis plus que certaine que tu es loin d'être nulle et destinée à ne rien réussir ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que tu as raison quand tu dis que nous sommes les acteurs principaux de notre bonheur ! :)
      Prendre son mal en patience c'est pas si facile. Parfois je me dis vaguement que si je cède aux pensées mauvaises et que je tombe pour de bon, au moins, ça sera fait, et je n'aurais plus qu'à remonter, mais en même temps remonter quand t'es tout au fond c'est pas facile...
      Haha c'est gentil ! J'espère que tu as raison !

      Supprimer

Un petit mot ? :)