jeudi 11 juin 2015

Peut-être pas si bien que ça

Bonjour ! :)

Comme vous l'avez peut-être vu sur Hellocoton, hier je suis allée regarder dans mes statistiques les recherches qui ont mené à mon blog et j'ai trouvé ça : "nos cuissent se touchent presque quand on est normal ?" (oui, bon, on repassera sur l'orthographe, façon c'est prouvé : les Français sont nuls). Et ça m'a fait repenser à cette étude dont on a parlé ces derniers jours sur le fait que les jeunes ne se sentent pas si mal que ça dans leur peau. Avec de telles recherches permettez-moi d'en douter.

Je sais que, si ça se trouve, ce n'est même pas une ado qui a écrit ça (même si j'en doute) et qu'une personne n'est pas représentative des milliers de jeunes en France. Mais ce qui m'a interpellé dans cette recherche c'est la notion de normalité. Du coup je suis allée regarder d'un peu plus près les statistiques du sondage et je ne suis pas aussi enthousiaste que les média sur les résultats. Si 69% des filles de quinze à dix-huit ans disent aimer leur corps, 55% affirment qu'être mince est essentiel, et une sur deux qu'il est important de ne pas avoir de kilos en trop pour être bien dans sa tête et dans son corps. Et, surtout, 22% disent qu'elles sont obsédées par leur poids. Pas qu'elles font attention à ce qu'elles mangent, à leurs dépenses physiques, mais qu'elles sont dans l'obsession. Et puisque l'addition de soixante-dix, cinquante-cinq, et vingt-deux, ne font pas cent, il y a forcément des filles que l'on retrouve dans au moins deux pourcentages. Alors, du coup, oui, 69% des filles interrogées aiment leur corps, mais combien parmi elles affirment qu'être mince est essentiel et combien sont obsédées par leur poids ? Le truc qui me fait le plus "rire" c'est que, si 55% des filles estiment qu'être mince est essentiel, une sur quatre pense qu'elle a le rapport poids/taille idéal. Donc 25%. Donc (je suis nulle en math mais quand même xD) la moitié des 55% n'estiment pas avoir un rapport poids/taille idéal. Donc c'est autant de filles qui peuvent ou pourront se sentir oppressées par l'image d'elles qu'elles renvoient aux autres. D'autant plus que 95% des filles ont intégré que les média imposent une certaine image du corps. Alors non, je ne suis pas plus enthousiaste que ça...

Et puis, je ne voudrais pas casser l'ambiance, mais se féliciter des presque soixante-dix pour cent des filles qui aiment leur corps c'est oublier les trente pour cent qui ne s'aiment pas. Comme les presque vingt pour cent de garçons dans le même cas. Mais aussi les sept jeunes sur dix qui se voient maigres, les garçons plus que les filles (pas très surprenant puisque, au contraire des filles, leur idéal n'est pas la minceur mais les muscles). C'est oublier aussi les presque vint pour cent de jeunes déclarant aller mal qui se sont déjà scarifiés. Et c'est oublier les jeunes qui vont aller interroger Google pour savoir s'ils sont normaux. Bien sûr, se dire que la majorité des jeunes s'aiment ça rassure, on se dit qu'on n'a pas trop loupé le coche, que notre société n'a pas trop bousillé leurs esprits. Mais en réalité ce n'est pas si réussi que ça. On voit bien qu'il y a encore trop de jeunes qui disent qu'être mince est essentiel et sont obsédées par leur corps. Certes, être mince est important pour être en bonne santé mais... par exemple je ne suis pas mince, j'ai un IMC sous 25 mais je ne suis pas mince. J'aimerai maigrir mais si je n'y parviens pas ça ne sera pas la fin du monde. C'est important, pas essentiel. Le terme "essentiel" est un terme fort, comme "obsédé".

C'est peut-être moi qui suis trop pessimiste et qui veut voir le mal partout, mais pour moi les résultats de cette étude ne sont pas si positifs que ça. Surtout quand je vois les recherches qui mènent à mon blog. 

Qu'en pensez-vous ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

5 commentaires:

  1. C'est vrai que ce n'est pas très positif tout cela, je trouve ça moche que notre société soit tellement basée sur l'apparence ( car les gens s'en foutent parfois de mettre leur santé en péril du moment qu'ils puissent entrer dans les cases d'une illusoire perfection) Sinon ça me rappelle une anecdote du lycée, une prof nous disait que quelqu'un de normalement constitué devait avoir les genoux qui se touchent ... étant trop menue j'ai dû tricher quand elle nous a fait faire le test, à savoir qu'elle m'avait déjà sorti devant la classe entière qu'il allait falloir que je mange vu la finesse de mes bras. (J'aurais pû me rabaisser à son niveau en critiquant ses 1m48, mais bon c'est pas dans mon tempérament d'attaquer sur le physique) Quand j'y repense je me souviens pourquoi je la détestait autant, une vraie teigne. L'adolescence n'est déjà pas un âge simple alors si même les adultes font des remarques stupides, bonjour les soucis de confiance en soi ! Comme nous disait un autre prof on peut faire le même poids qu'une autre personne et avoir pourtant une silhouette tout à fait différente selon notre ossature, etc Perso je commence tout juste à m'accepter, justement car j'ai pris un peu de poids, à la base je n'étais pas complexée par tout cela, ce sont les remarques des autres qui au fil du temps m'avaient fait sentir en dehors des normes débiles. En clair je me suis pourri la vie durant quasi dix ans pour des bêtises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que c'est déjà assez dur comme ça de se comparer aux autres, aux images dont on nous bombarde, alors si en plus les adultes en rajoutent une couche... en plus, dire qu'une personne "normalement constituée" doit être comme ça ou comme ça c'est un peu stupide : tout est une question de morphologie, d'ossature, et de nature. J'ai plutôt une nature pour être toute mince, donc forcément quand je mange "trop" ça se voit tout de suite...

      Supprimer
  2. C'est effectivement totalement idiot, comme tu dis c'est aussi une question de morphologie et de nature, etc D'ailleurs, souvent, si on compare deux personnes du même poids on peut constater qu'elles n'auront pas forcément la même morphologie. Pour le reste, tant que ça ne met pas la santé en danger, ça n'a pas grande importance qu'on soit mince ou pas ...et c'est clair que ça en aurait encore moins si on n'était pas bombardés par toutes ces images qui ne font qu'alimenter les complexes :-/

    RépondreSupprimer
  3. Oui c'est dommage pour certaines c'est une obsession, le problème ce sont les magazines qui renvoie de la perfection aux jeunes filles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas que les magazines mais aussi les séries télé (qui en plus nous montre des couples parfaits, ce qui n'arrange rien à la pression sociale qu'on met sur le célibataire derrière), les pubs, les magasins de prêt-à-porter (quand on voit que le 42 ou le 44 sont classés en "grandes tailles"), et toute la société en générale.

      Supprimer

Un petit mot ? :)