lundi 8 juin 2015

Libre de nos choix

Bonjour !

Ce matin dans l'émission de Jean-Marc Morandini il y avait un débat autour de la fin de vie. J'ai commencé à cogiter mais trop tard pour appeler. Peu importe. Ce n'est pas vraiment le sujet de l'article de toute façon. L'un des débatteurs était un monsieur catholique qui soutenait que, non, notre vie de nous appartient pas et que nous ne pouvons pas décider quand nous devons mourir. L'un des auditeurs s'est un peu emporté en disant que ce monsieur ne voulait peut-être pas le dire, ou n'osait pas, mais qu'en gros sa pensée c'était quand même que notre vie appartient à Dieu. Et c'est là que j'ai commencé à cogiter.

Je suis athée, je n'ai jamais lu la Bible, je ne connais quasiment rien de cette religion. Pourtant il me semble que Dieu n'est pas quelqu'un de cruel et en tout cas ce n'est pas comme ça qu'on nous le vend et qu'on nous le présente. Or, il faut quand même être un peu cruel pour plonger quelqu'un dans un état végétatif et regarder sa famille se ronger les sangs, en perdre le sommeil de tristesse et d'inquiétude. Donc est-ce qu'on ne pourrait pas dire que le suicide assisté, au contraire de ce que pense ce monsieur, ne se fait pas contre Dieu ? Je regrette un peu de ne pas avoir pu appeler, j'aurais vraiment aimé avoir la réponse de ce monsieur, même si ça aurait été décaler un petit peu le débat.

Du coup, si notre vie ne nous appartient pas mais appartient à Dieu (ou toute autre force mystique) ça voudrait dire qu'il y a un destin et que, quoi qu'on fasse, le résultat sera toujours le même. Que nous sommes des marionnettes, des esclaves. C'est ce que je me demande quand je pense à l'inconscient. Dans quelle mesure nos choix sont-ils dirigés par notre inconscient ? Quand je commence à réfléchir j'imagine l'inconscient comme une espèce de grand méchant avec un rire de méchant qui s'amuse à nous manipuler quasiment à notre insu. Flippant. Mais j'aime bien l'idée, je trouve ça assez amusant. Et ça serait encore plus drôle si l'on mélangeait la puissance de l'inconscient et le destin. L'inconscient nous contrôle et est contrôlé par le destin. L'arroseur arrosé en somme :P

Autant l'idée d'un inconscient manipulateur m'amuse (c'est mon côté parano xD), autant je ne crois pas au destin. Je crois que nos choix peuvent influencer notre futur. Ça me fait penser à une série que je regardais quand j'étais plus jeune. Ça s'appelait Phil du Futur. Dans un épisode, Phil a une machine qui permet de voir l'avenir et son amie lui demande s'ils peuvent prévoir s'ils vont réussir ou pas leur examen parce qu'elle en a marre de réviser. La machine leur dit que oui. Du coup ils arrêtent de réviser... et ratent leur examen. Ils étaient à une branche de leur avenir avec deux choix (réviser ou pas) et en fonction du choix qu'ils ont fait leur avenir a été différent. Je crois que la vie c'est ça. Et que c'est nous qui prenons nos décisions et pas un dieu quelconque. Ça ne signifie pas qu'il n'y a pas de force supérieure, mais simplement qu'elle nous regarde sans nous influencer.

Je crois que notre vie et nos choix nous appartiennent, que nous sommes libre. Je trouve ça assez fou en fait de dire que notre vie ne nous appartient pas. Assez anxiogène. J'ai beau aimer les théories du complot que je trouve assez grisantes même si je n'y crois pas (j'ai un cerveau que j'utilise, quand même :P) je veux quand même croire que l'on est maître de nos propres choix, qu'il n'y a pas de destin ou qu'il nous appartient de le changer (ce qui revient à dire qu'il n'y en a pas, donc). Parce que si je suis monsieur le débatteur ça veut dire qu'il faut interdire le suicide. Ça veut dire aussi que toutes les personnes qui sont dans la merde ne doivent pas chercher à s'en sortir parce que, de toute façon, elles ne peuvent rien y faire. Je trouve ça assez dingue. En fait ça reviendrait un peu à dire ce que l'on pensait dans l'Ancien Régime : que nous avons chacun notre place et que nous ne pouvons pas en changer parce que c'est comme ça et puis c'est tout. Du coup, si notre vie ne nous appartient pas, que l'on ne peut pas atteindre nos rêves si le destin ne l'a pas prévu, est-ce que la vie vaut vraiment d'être vécue et est-ce qu'on ne ferait pas mieux d'engager les sept milliards de personnes sur cette Terre à se livrer à un gargantuesque suicide collectif ?

Je n'y crois pas. Je crois que quand on veut on peut. Je crois que l'on peut changer notre situation actuelle, je crois que nos choix influencent notre et vie et parfois celles des autres, je crois que c'est nous qui choisissons notre futur si l'on s'en donne les moyens. Et que Dieu et le destin n'ont absolument rien à voir là-dedans. En même temps je comprends que l'on puisse y croire parce qu'un d'un côté c'est assez rassurant de se dire que notre vie est entre les mains de quelqu'un de bienveillant comme tel ou tel dieu. Mais c'est se déresponsabiliser de ce qu'on fait, c'est dire "c'est pas de ma faute, c'est le destin que Dieu a choisi pour moi". Je n'aime pas trop ça. Je crois que l'on est responsables de nos choix, de nos erreurs, et des chemins que l'on prend. Que notre vie nous appartient, que nos choix nous appartiennent, que notre futur nous appartient. Et c'est tout.

C'est quasiment une discussion philosophique et je suis très très très curieuse de savoir comment vous percevez la vie alors aujourd'hui plus que les autres jours je veux vraiment que vous répondiez à ma question habituelle : qu'en pensez-vous ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

5 commentaires:

  1. Comme toi je ne crois pas au destin. Pour ma part, il n'y aucune force divine ou mystique qui se cache derrière la vie de chacun. On est tous acteurs de nos choix, de ce qu'on dit ou fait ! Ce cacher derrière cette "présence", cette "force", comme tu le dit si bien, c'est se déresponsabiliser ... Après, bien sûr, je peux concevoir que ça en rassure plus d'un, mais je trouve ça dommage, d'en quelque sorte, gâcher sa vie en se disant que quoi qu'on puisse faire, cela ne changera rien.

    RépondreSupprimer
  2. Tout pareil que toi en fait, à une exception près. Je ne pense pas que "quand on veut on peut", du moins pas toujours, mais absolument pas en fonction d'un quelconque Dieu, mais à cause de raisons sociétales ou que sais-je encore. Ce que je veux dire c'est que pour moi, il n'y a pas la main de Dieu derrière un échec... ou un succès. Et sinon quelque chose m'a interpellé dans ton article, à un moment tu parles de personnes qui se laissent manipuler ou je ne sais quoi, ça m'a fait penser à un bouquin lu récemment de Marc Boulet "Dans la peau d'un intouchable", il a vécu au milieu d'intouchables en Inde il y a maintenant 20 ans (ça a peut-être légèrement évolué depuis), mais en gros pour justifier les inégalités absolument dégueulasses et sans fondements entre les intouchables et les "notables" (pour caricaturer), ils se reposent entièrement sur l'hindouisme et les castes. Si ça c'est pas de la grosse hypocrisie, qu'est ce donc ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'avouerai que le "quand on veut, on peut" c'est une synthèse mais j'aurais pu développer. En gros vouloir c'est le premier pas vers le pouvoir. Quelqu'un qui ne veut pas arrêter de fumer ne va pas s'en donner les moyens donc ne va pas réussir. Quelqu'un qui suit des études dont il se fout éperdument ne veut pas vraiment y arriver, donc ne vas pas y arriver. Après évidemment il y a des limites et des barrières qui ne sont pas forcément franchissable, mais le vouloir est le premier pas vers le pouvoir.
      Sur l'hindouisme je ne m'y connais pas assez et je n'ai pas lu ce livre (mais il me semble que tu en avais parlé dans un article, non ?). Après, je dirais que c'est un peu comme à chaque fois qu'il y a une omniprésence de la religion dans une société. Sous l'Ancien Régime chacun avait sa place et c'était tout. On ne pouvait pas vraiment passer d'un ordre à un autre (sauf si on devenait prêtre ou que le roi nous faisait noble). Là ça à l'air d'être un principe assez similaire : on ne change pas de caste et chacun sa place.

      Supprimer
  3. ho la la...les filles...beaucoup à dire et à vous apprendre...mais là il faut que je relise tout comme il faut et je reviens plus tard...mais ça risque d'être assez long...

    RépondreSupprimer
  4. me revoici.
    finalement je t'ai fait un mail, le com ne passait pas, trop long...

    RépondreSupprimer

Un petit mot ? :)