jeudi 16 avril 2015

Le temps de se tromper

Bonjour !

J'ai une amie qui a un soucis. Elle se met/a une grande pression sociale sur le dos. Elle a fait une première année de prépa parce qu'elle ne savait pas quoi faire, maintenant elle est en première année d'Histoire avec moi et elle a l'impression d'être nulle parce qu'elle n'arrive pas à avoir de très bonnes notes comme ses sœurs avant elle. Elle m'a dit que si elle ratait cette année elle ferait autre chose parce qu'elle a déjà perdu un an avec sa prépa et qu'elle ne veut pas perdre encore du temps. Et en fait je trouve que son cas est assez représentatif, en quelque sorte, d'aujourd'hui.

Tout va trop vite. L'information va vite. Les gens marchent vite dans la rue, ils se regardent à peine. On ne perd pas de temps à se dire bonjour, à laisser les gens descendre du métro avant d'y monter : il faut aller vite, être le premier, pour avoir la meilleure place. Vite, vite, vite. Et on nous demande de faire des choix vite. Notre avenir ? Prévu et bouclé en Troisième, à quatorze ans, quand on nous demande _ que dis-je ?! _ quand on nous somme de choisir une voie. Maintenant. Vite, vite, vite. Et, quand on se trompe, qu'on bifurque, qu'on revient sur nos pas, qu'on retourne au carrefour pour changer de route ou qu'on s'y arrête pour réfléchir on nous regarde parfois d'un mauvais œil. Il y a l’œil inquiet qui se dit "mon dieu, que va-t-elle devenir ?" et l’œil peu bienveillant, qui se dit que c'est quand même fou de se tromper comme ça et de perdre du temps à ce point.

Tout va trop vite. Et si on se laissait le temps ? Le temps d'essayer, le temps de voir, le temps de se tromper. L'autre jour j'ai cherché comment passer ses études en Inde, en Chine, et dans d'autres pays, juste comme ça, pour voir. Dans l'article sur l'un des pays que j'ai cherché ils disaient que là-bas il y avait un petit temps pour choisir tes options, pour les tester, voir ce que tu préfères, et ensuite les choisir définitivement, au lieu de cocher une case sur un papier sans savoir à quoi s'attendre. Et si on se posait ? Si on se laissait le temps de se tromper ? Si un ado veut faire un bac pro et pas un bac général ? Pourquoi ne pas le laisser y aller ? Peut-être que c'est vraiment ce qu'il a envie de faire. Et puis, s'il se rend compte qu'en fait non, il sera toujours le temps de changer de voie, ou d'aller à la fac ensuite. Comment-ça, "c'est plus facile à dire qu'à faire" ? Qui veut faire quelque chose trouve un moyen, qui veut ne rien faire trouve une excuse. Si l'on ne faisait que les choses faciles il n'y aurait personne pour tenter de mettre fin à l'épidémie d'Ebola, il n'y aurait personne pour lutter contre les terroristes, il n'y aurait personne pour gravir l'Evrest, il n'y aurait personne pour trouver les épaves des navires au fin fond de l'océan. Si l'on ne faisait que les choses faciles on ne ferait rien.

On dit l'erreur est humaine, tout le monde peut se tromper, et qu'il y'a que les cons qui ne changent pas d'avis. Mais dans la pratique il faut choisir vite. Maintenant, tout de suite. Il ne faut pas revenir en arrière, il ne faut pas changer d'avis, il ne faut pas perdre son temps. Il faut choisir ses études vite, vite, vite, et ensuite trouver un travail vite, vite, vite. On ne peut pas essayer, se dire "ça m'a permis de savoir que ça je ne peux pas et de ne pas avoir de regret". Il faut aller vite.

Je ne dis pas qu'il faut se la couler douce pendant vingt ans après le bac et seulement commencer à penser à ce que l'on veut faire "plus tard". Oui, si on rentre vite dans la vie active, c'est mieux. Mais je demande un peu d'indulgence, un peu de temps, un peu de lenteur. On ne peut pas faire le choix de toute une vie en deux minutes, en cochant trois case sur une feuille. Il faut essayer, il faut faire des erreurs, il faut réussir et échouer. Il faut avoir le temps. Le temps de se tromper.

Et puis le temps c'est très subjectif. Je veux dire... oui, une seconde, c'est une seconde, une heure, c'est une une heure. Mais une heure peut paraître dix minutes comme elle peut s'éterniser. Et je crois que plus on nous presse plus le temps passe vite, et plus l'on est frustré de se dire que l'on n'en a plus. Alors que si on nous en laisse, on réfléchira mieux, plus vite, plus rationnellement, et on fera de meilleurs choix.

Qu'en pensez-vous ? Avez-vous eu le temps de vous tromper ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. Je suis entièrement d'accord avec ton article. J'ai eu la chance de choisir une licence assez générale pour me laisser justement un peu de temps pour réfléchir mais finalement, je ne suis toujours pas fixée. On ne nous laisse pas assez le temps de découvrir, de chercher. On nous demande de choisir trop vite, comme tu l'as bien dit.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis entièrement d'accord avec ton article !
    Je ne sais pas si c'est un problème typiquement français ou occidental, mais il m'énerve beaucoup !
    On n'a pas le droit de se tromper, de ne pas savoir, d'hésiter, etc...

    Sable

    RépondreSupprimer
  3. Me revoilà !

    J'aime beaucoup ton article, j'aurai tellement de choses à dire à ce sujet ! Je vais essayer de faire court, je te promets haha.
    C'est vrai qu'on nous pousse toujours à être le meilleur, à ne jamais se tromper, à prendre les bonnes décisions... Et dès que tu décides de te poser, pour réfléchir, certaines personnes ont tendance à te regarder de travers. C'est un peu ce qui m'est arrivée.. J'avais en tête de faire un BTS communication parce que je voulais des études courtes, des stages, quelque chose de concret. Et puis, en terminale, les profs n'arrêtaient pas de dire que ceux qui font des BTS sont sans avenir. Sympa.. Alors j'ai écouté ce qu'ils disaient et que je suis allée à la fac pour une licence de communication. Et puis hop. J'ai arrêté aussi rapidement que ça a commencé. C'était pas mon univers, j'accrochais pas à la méthode de travail, trop théorique...

    Comme quoi, il ne faut pas avoir honte d'arrêter et de se dire "bon, qu'est ce que j'ai envie de faire maintenant?" Je regrette absolument pas ma décision ! Maintenant, je sais où je veux me diriger et je me fiche du regard des autres.

    Voilà ! J'arrête mon blablatage haha.
    Bonne journée ! <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que les profs, et les gens en général, ont tendance à penser que le mieux c'est au lycée la filière générale et ensuite la fac. C'est stupide. S'il y a autant de formations différentes et de types d'apprentissage c'est parce qu'il y a des gens à qui ça correspond. Et on a beau dire que boucher et plombier c'est nul et sans avenir mais en attendant les mecs ils se dont 5000€ par mois.

      Supprimer

Un petit mot ? :)