samedi 17 janvier 2015

Raisonner en Français

National Geographic pour la liberté de la presse
Bonjour ! :)

Dans les Carnets du Monde d'Europe1 (si vous n'êtes pas encore convertis à cette émission vous ne savez pas ce que vous perdez ! :P) ils parlaient de la liberté d'expression dans les autres pays et du fait que, au Japon, ils n'avaient pas le même humour que nous, pas de journaux satiriques, et que le mot "pardonné" de la nouvelle Une de Charlie Hebdo était le même que "permis", un problème de traduction qui fait naître une incompréhension. Le journaliste parlait aussi de la Corée du Sud et a pris l'exemple d'une blogueuse qui vantait la beauté de la Corée du Nord et a été censurée. Ma mère a dit "de quel droit ?". Que la liberté d'expression devrait être la même que nous dans les autres pays.

Je trouve que c'est raisonner en Français et c'est "dangereux" dans le sens où ça empêche de comprendre l'Autre. Mais cette notion d'universalité est très française en fait. En 1789 la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen avait une portée universelle, et cette idée de "nous sommes le modèle" ne nous a jamais vraiment quitté. Du coup je crois que ça nous empêche de comprendre l'Autre. L'Autre qui n'a pas la même Histoire, la même culture, les mêmes traditions. La question qu'il faut se poser c'est de savoir pourquoi cette blogueuse coréenne a été censuré. Le journaliste expliquait que c'était depuis la guerre de Corée, que tout ce qui ressemblait à du communisme ou a de l'accord avec la Corée du Nord était interdit. Parce qu'ils ont été traumatisé, un peu comme nous avec Hitler. D'ailleurs, notre liberté d'expression est bornée à partir d'un certain niveau, et si j'avais envie de dire que je suis d'accord avec les attentats de Charlie Hebdo, qu'ils ont eu raison, que Hitler avait raison de tuer tous ces juifs, je ne le pourrais pas (je vous rassure, ce n'est pas ce que je pense). Alors le communisme, en Corée du Sud, je crois que c'est un peu notre Hitler a nous, dans une certaine mesure.

Au Japon non plus ils ne comprennent pas. Parce qu'ils n'ont pas le même humour que nous, le journaliste (le même, qui vit là-bas si je ne me trompe pas) disait qu'il n'y a pas de journal satirique, que le second degrés n'est pas leur humour, que le leur c'est plutôt les farces, le burlesque aussi. Mais que, par exemple, quand il y a eu Fukushima, et qu'en France un dessinateur avait fait un gardien de but à huit bras, ça les avait vexé, pas fait rire. Et ça parce que nous n'avons pas la même culture, le même passé, et les mêmes traditions.

Ça me fait penser qu'une fille m'a dit un jour que dans son entourage une fille avait dit que la constitution allemande était nulle (alors qu'apparemment elle ne la comprenait même pas vraiment) et que celle de la France était mieux. On revient à cette universalité bien française. Mais c'est assez dangereux, et surtout dommage, parce que, encore une fois, ça ne nous permet pas de comprendre l'Autre. Alors déjà qu'entre personnes d'un même peuple on ne s'écoute pas, si en plus on essaye même pas de comprendre les personnes d'autres cultures on n'est vraiment pas rendus !

Je crois qu'il faut essayer de ne pas raisonner en Français mais plutôt de se mettre à la place de l'Autre pour le comprendre. Disons que... des fois je me dis que Louis XIV était le seul a pouvoir tenir la noblesse parce qu'il a fait un régime à sa mesure, qui lui convenait à lui, pas à ses descendants. Comme De Gaulle, qui voulait un exécutif fort, qu'il pouvait tenir. Là où je veux en venir c'est que, nous, nous avons fait une démocratie et des lois qui conviennent à nos traumatismes, à nos façons de penser et de raisonner, d'interagir, mais que les autres peuples ont fait des régimes (hors, encore, les grandes dictatures comme celles auxquelles le Printemps Arabe à mis fin) qui leur conviennent, conviennent à leurs expériences, leurs traumatismes... Je suis sûre que si on regarde la nouvelle constitution de la Tunisie on verra qu'ils ont pris des mesures pour éviter un nouveau dictateur.

Forcément, pour un Français, ne pas raisonner en Français c'est un peu dur, comme pour un Sénégalais de ne pas raisonner en Sénégalais et un Coréen de ne pas raisonner en Coréen, mais je crois sincèrement qu'il faut essayer.

Qu'en pensez-vous ?

Si vous êtes intéressés par les Carnets du Monde c'est tous les samedis de quatorze à seize heure et si vous n'avez pas le temps il y a des podcasts ! ;) (ça c'est pour dire "pas d'excuse" ^^').

mercredi 14 janvier 2015

Les Jolies Plumes #1

Bonjour !

J'ai succombé, comme pas mal de personnes je crois, à la tentation de l'atelier des jolies plumes (si ça vous dit vous pouvez vous inscrire en envoyant un mail à cette adresse : latelierdesjoliesplumes@gmail.com). Je n'ai pas trop l'habitude décrire sur un sujet donné à vrai dire, même si c'est assez large... alors bon, on verra bien ! :)

Le sujet était celui-ci : "Décrivez un moment de la vie de votre personnage que ce soit quelque chose de routinier (à plus ou moins grande échelle - du petit-déjeuner au repas en famille) ou de plus exceptionnel voire même d'unique. Pour vous aider à rendre crédible votre texte faites appel aux cinq sens : décrivez ce que votre personnage voit, respire, touche, entend, ressent, pense, mange..."

_________________________________

Les feuilles craquèrent doucement sous ses bottes malgré son pas léger et elle retint sa respiration, les sens en alerte. Au-dessus d'elle le vent fit longuement frémir les cimes dans un tintement particulier. La jeune femme expira le plus silencieusement possible et inspira tout aussi silencieusement l'odeur de l'humus humide qui émanait du sol. Les branches basses de chênes faméliques lui cachaient à peine la vue qu'elle avait sur le grand cerf blanc en face d'elle. Elle prit un carreau dans le carquois à sa ceinture ; pour chasser elle n'avait pas besoin d'utiliser la magie, et le mit sur son arbalète dont elle connaissait les aspérités du bois chaud par coeur. Elle retint sa respiration pour se stabiliser et tira sur la corde. Un pic-vert se signala à l'ouest et le vent frai lui répondit. Il tranchait avec la chaleur de son arme et elle frissonna.

Le cerf broutait. Elle était si près de lui qu'elle l'entendait arracher l'herbe. Elle visa. Une vague idée se forma soudain dans son esprit. Depuis combien de temps n'avait-elle pas utilisé son arme pour autre chose que la guerre ? Mais elle était trop concentrée pour s'y attarder. Le cerf fit deux pas en avant, la tête toujours baissée. Ses bois frappèrent une branche dans un bruit mat. Elle le suivit du regard et, lorsque ses poumons commencèrent à la faire souffrir elle lâcha la corde en même temps que l'air quittait son corps. Des nuages de vapeur s'élevèrent devant son visage. Le carreau fila à toute allure entre les branches, n'en touchant aucune, et se ficha dans la gorge de l'animal. Un filet de sang coula sur son pelage de neige et il se laissa tomber, faisant voler des feuilles autour de lui, dont la brise apporta l'odeur de terre.

_________________________________

Voilà, voilà... J'ai un peu l'impression de ne pas avoir assez insisté sur les cinq sens, dites-moi si vous trouvez que ça va ou pas ^^'

Source photo

lundi 5 janvier 2015

Sommes-nous devenus narcissiques ?

Bonjour :)

Hier au JT de M6 ils parlaient des musées qui incitaient les gens à prendre en photo les expositions. Et une femme a dit que c'était bien, que ça lui permettait de partager une expo qui lui plaisait, et de montrer ce qu'elle aime. Et ma mère a dit : "on est devenus narcissiques, hein ?". Ça m'a tout de suite fait penser à la blogosphère (déformation professionnelle oblige).

Parce que finalement, les blogs, on a beau dire que c'est du partage, de l'échange, et un exutoire, c'est aussi du narcissisme, quelque part. Regardez ce que j'aime manger, voilà ce que je pense, j'élève mon enfant comme ça, j'aime ça, je n'aime pas ça, je me maquille comme ça, j'ai décoré mon salon comme ça... Ça me fait un peu penser à une phrase d'une "chanson" d'Orelsan : on raconte nos vies à des étrangers pour se sentir exister. Il y a un peu de ça, quand même, je trouve. Et en même temps c'est difficile de condamner toutes ces personnes parce que j'en fais partie il y a une réelle demande.

Si les gens s'en fichaient ils ne liraient pas les blogs, ils ne demanderaient pas aux blogueuses et youtubeuses beauté d'en montrer toujours plus, ils n'iraient pas sur les blogs pour trouver un menu ou avoir un avis sur un film. On se ficherait de la vie d'une telle qui raconte comment elle essaye de s'en sortir, ou d'une telle autre qui raconte parfois ses déboires avec son ex-mari (toute ressemblance avec des blogs existants est évidemment fortuite :P). On est narcissique mais il y a une demande et aussi des échanges, du partage.

En fait je crois que la vraie question n'est pas de savoir si l'on est devenu narcissiques (devenus par rapport à quand, d'abord ?) mais si les blogs et les réseaux sociaux en général ne sont pas les moyens que l'on a trouvé pour exprimer ce narcissisme. Avec Instagram on poste ce que l'on mange, où l'on va, partout. Comme avec Twitter, qui permet aussi de livetweeter des émissions, comme si notre avis sur la nouvelle saison de The Voice allait intéresser quelqu'un d'autre que notre cercle familial et amical. Avec Pinterest on poste des images de ce que l'on aime, avec Facebook on raconte sa vie, on fait la course aux "amis", parfois, aussi.

Une autre question ça serait... les réseaux sociaux nous permettent-ils d'exprimer un niveau de narcissisme que nous avons toujours eu, ou nous ont-ils poussés à l'être encore plus ? Les youtubeuses beauté nous emmènent dans leur chambre, pendant leurs vacances, à leur mariage, à leurs séances de sport... et les spectateurs en demandent toujours plus, veulent voir toute la maison ou tout l'appartement, y compris la salle de bain. C'est tout juste s'ils ne demandent pas à voir les sous-vêtements de celle qui est parfois leur "idole".

Et puis est-ce qu'on est vraiment conscient qu'on est narcissique ? Je veux dire... parfois on partage un restaurant, ou une photo qui nous a fait sourire, un article qui nous a plu, pas pour montrer qu'on a de meilleurs goûts que les autres, mais pour partager ce qui pourrait faire plaisir aux autres. Donc est-ce que l'on est encore dans le narcissisme ? Parce que dans ce cas-là, quand on dit à une amie autour d'un café qu'on est allé à tel endroit, que c'était chouette, et qu'elle devrait y aller aussi, on est dans le narcissisme.

Qu'en pensez-vous ?

dimanche 4 janvier 2015

"La plus grosse filière jihadiste, c'est François Hollande"

Bonjour !

J'ai entendu cette phrase hier, un journaliste qui faisait son flash info et citait le responsable de la mosquée de Lunel. J'avoue que ça me laisse un peu perplexe. Déjà parce que François Hollande n'encourage pas les jeunes à partir (et encore heureux d'ailleurs) et parce que si les gens partaient en réaction à leur mécontentement il ne resterait plus beaucoup de gens en France et puis je vois mal les gars de l'EI demander la démission de notre président dans une de leurs vidéos xD.

Ce monsieur dit aussi que "[Il] ne condamne pas du tout ces départs. Les gens sont libres de partir ou de rester [...]. La mosquée n'a pas à condamner ou ne pas condamner ces départs-là". Non, ces jeunes ne sont pas libres, ils ont été embrigadés, endoctrinés... je n'appelle pas vraiment ça la liberté, moi. En revanche je trouve qu'il a raison quand il dit que la mosquée n'a pas à condamner ces départs dans le sens où la plupart des jeunes qui partent ne sont pas musulmans, donc ne relèvent pas de l'autorité musulmane. D'ailleurs les recruteurs ne mettent pas en avant la religion mais le fait qu'ils vont aider des gens, participer à une aide humanitaire.

Dans le flash info d'hier un habitant de Lunel demandait "pourquoi Lunel ?", parce qu'apparemment il y a pas mal de jeunes de là-bas qu'ils sont partis. Mais il suffit qu'il y ait un recruteur, que les jeunes s'autoradicalisent entre eux en passant d'un groupe d'amis à un autre. Et le recruteur n'est même pas forcé d'aller à la mosquée ; il n'est peut-être pas musulman, comme beaucoup de gens qui se font recruter et partent. En tout cas, je ne pense pas que ça ait un quelconque rapport avec François Hollande.

Les réseaux jihadistes sont très bien organisés, ils ont tout compris aux réseaux sociaux et s'en servent. Dans La Nouvelle Edition de Canal+ vendredi ils montraient des pages de recrutement et expliquait à quel point il était facile d'en trouver (bon, j'ai essayé, c'est pas si facile que ça, ou alors c'est que je suis vraiment une grosse godiche xD). Et puis il ne faut pas oublier que des gens partent de beaucoup de pays, et François Hollande n'est pas président de tous ces pays... je crois que ce monsieur a juste profité de l'attention des journalistes pour dire qu'il n'aimait pas notre président xD.

Qu'en pensez-vous ?

Source photo