mercredi 3 décembre 2014

Parler pour se décharger

Bonjour ! :)

Aujourd'hui j'ai lu un article sur un site people (oui, je suis faible, haha). Il concernait Nathalie Péchalat qui disait qu'elle était choquée que Tonya Kinzinger ait parlé de sa fausse couche dans Danse avec les Stars. Et ça m'a fait pensé à cette fille que j'ai entendu devant l'amphi il y a quelques semaines et qui critiquait avec une certaine méchanceté une fille qui, au code de la route il me semble, avait parlé de son avortement, indignée que l'on puisse parler de ça avec des inconnus. Moi, ce qui me gêne, ce sont ces critiques.

Je comprends tout-à-fait que l'on ait tous des sensibilités différentes et pas vraiment la même conception de la pudeur, mais je comprends aussi qu'on ait besoin de parler. Dans l'interview Nathalie Péchalat sous-entend que Tonya Kinzinger a vendu son information et que ce n'était pas son choix. Mais je crois qu'elle se trompe et que la production ne l'a pas acheté... On sous-estime les mots mais on voit bien que le harcèlement moral fait des ravages, depuis que j'ai mis un mot sur mes compulsions alimentaires j'en ai fait beaucoup (beaucoup) moins, il y a sur la blogosphère des tas de personnes qui racontent leur histoire pour se décharger... Et je crois que la démarche est la même.

Finalement qu'à fait Tonya Kinzinger ? Elle s'est adressée à son danseur, c'est vrai, mais aussi à des millions de téléspectateurs ; à tout le monde et personne à la fois. Comme sur un blog. Qu'a fait cette fille au code de la route ? Elle a parlé à des gens qu'elle ne reverra certainement jamais, à des inconnus, à tout le monde et personne à la fois, elle s'est déchargée... Comme je disais à une amie, peut-être que cette personne n'a pas d'oreille attentive dans son entourage, et peut-être même des personnes contre l'avortement parce que, vous comprenez, c'est un meurtre, voire un assassinat si on pousse un peu. Et peut-être que cette femme avait besoin d'en parler, parce qu'elle ne pouvait pas le garder pour elle, comme des dizaines de personnes racontent des choses sur la blogosphère, des choses de leur vie, plus ou moins explicitement.

On sous-estime les mots mais en réalité ils sont très importants. Alors peut-être que Nathalie Péchalat et ma camarade de classe (à chaque fois que je l'entends parler elle critique, tout y passe, c'est effarant !) sont choquées que l'on puisse trouver une oreille attentive en la présence d'inconnus, mais aller jusqu'à dire que l'information a été vendue ou que ça relève de la pudeur... Dire "je vais me couler un bronze" en plein milieu d'une salle de classe, ça, ça relève de la pudeur, mais parler d'un avortement ou d'une fausse-couche je crois que quelque part, en plus de se décharger, c'est aussi briser un tabou. Un peu comme l'a fait Angelina Joli quand elle a dit qu'elle s'était fait retirer les deux seins pour ne pas risquer d'avoir un cancer.

Je peux comprendre que ce sont des sujets personnels et que certaines personnes pensent que l'on doit les taire tout au fond de nous parce que ça ne se dit pas. Mais moi je crois que tout se dit (jusqu'à une certaine limite parce que le coup du "bronze" _ et on en a eu le droit à d'autre et des biens pires ! xD _ c'est un peu exagéré quand même, pour le coup).

Qu'en pensez-vous ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. Je comprends que l'on puisse avoir envie de "poser un bagage trop lourd", mais à la télévision, dans un programme familial grand public, ça me dérange. Mais drapée de ma mauvaise foi, je n'oublie pas que la confidence d'Emmanuel Moire m'avait offert un magnifique moment de danse...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour Emmanuel Moire je ne sais, cette année c'est la première fois que je regarde. Mais je trouve que Tonya Kinzinger n'a pas vraiment plombé le programme, et puis si des enfants regardent les parents peuvent leur expliquer que ben, oui, des fois, tout ne fonctionne pas comme prévu.

      Supprimer
  2. Il me semble que les propos de Nathalie Péchalat ont été déformés, non ? Je crois qu'elle a fait une sorte de démenti sur Facebook...
    Je suis quand même assez mitigée... Autant je pense que Tonya Kinzinger a pu parler de sa fausse-couche pour se décharger, briser un tabou, etc. (je suis donc complètement d'accord avec toi sur ce point), autant je ne suis pas certaine que la fille de ton auto-école a parlé de son avortement dans le même but. Ce sont deux situations complètement différentes pour moi, mais je ne saurais pas vraiment expliquer pourquoi. Peut-être parce que Kinzinger est une personne publique, qui a plus ou moins l'habitude de se confier en public, et que la fille ne l'est pas. Je ne la connais pas, je ne peux donc pas la juger, mais j'ai l'impression qu'elle a fait cela afin d'attirer l'attention et de susciter de la compassion... J'ai tellement l'habitude de rencontrer ce genre de personnes dans la vie de tous les jours...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas allée voir sur Facebook, mais ça ne m'étonnerait pas qu'ils aient été déformés ou recoupé, les mecs des journaux people exagèrent souvent pour attirer le public.
      Après pour la fille de l'auto-école je ne sais pas quel était le contexte, si elle a jeté ça comme un cheveu sur la soupe ou si ça faisait partie d'une conversation.

      Supprimer

Un petit mot ? :)