vendredi 12 décembre 2014

De la laïcité #2

Bonjour !

Hier dans l’émission de Jean-Marc Morandini ils parlaient de la proposition d’un monsieur de mettre deux plats dans les cantines quand il y a du porc, et ça m’a fait penser aux deux autres débats qui ont déjà eu lieu : faut-il interdire les signes religieux au travail ? et le tribunal a-t-il eu raison de faire retirer une crèche en Vendée au nom de la laïcité ? Et je dois avouer que la contradiction qui ressort de ces choses me laisse assez perplexe.

D’un côté on fait retirer une crèche sous prétexte que ce n’est pas laïc, mais de l’autre on veut s’adapter à une religion en proposant deux plats à la cantine au nom de laïcité. D’un côté on verse dans la laïcité extrémiste que j’avais déjà un peu caricaturé en disant qu’il faudrait peut-être raser les lieux de cultes, tant qu’on y est, et de l’autre on est davantage dans le vivre ensemble. Je crois qu’un jour il va falloir qu’on se décide. Soit on accepte que la laïcité ne soit pas contre la religion mais permette à n’importe qui de croire en ce qu’il veut sans être hors la loi ou défavorisé, soit on impose une société areligieuse. Mais on ne peut pas faire les deux à la fois ; interdire la manifestation d’une religion, et s’adapter à une autre

J’ai l’impression que si on a fait retirer cette crèche c’était par peur que tout à coup l’Etat manifeste son soutien à une religion et oublie la laïcité. Un peu comme si en mettant une crèche on voulait tout à coup imposer de nouveau le catholicisme. Alors qu’il n’est pas question de ça. Pour moi ce qui est plutôt contre laïc c’est justement de la faire retirer, puisque la laïcité ce n’est pas gommer tous les signes religieux dans la société mais que l’Etat n’en soutienne aucune. Ce n’est pas soutenir le catholicisme que de mettre une crèche. Comme ce n’est pas soutenir l’islam que de permettre à des enfants de ne pas manger de porc à la cantine (bon, cela dit les mêmes enfants vont manger des bonbons avec de la gelée de porc dedans mais c’est un autre débat). En plus, si on leur sert du porc et qu’ils ne le mangent pas ça fait du gaspillage, ce qui est quand même idiot, parce qu'ils n'auront pas forcément le réflexe de demander seulement l'accompagnement.

L’intervenant chez Jean-Marc Morandini disait que mettre une crèche c’était comme mettre un stand du catholicisme. Mais ce n’est pas ça. A ce que j’en sais il n’y avait pas d’évêque à côté de la crèche pour alpaguer les gens et leur parler du petit Jésus. D’ailleurs une auditrice qui a appelé disait que son mari voyageait beaucoup pour son travail et qu’une crèche à Dubaï ne dérangeait personne. Mettre une crèche ce n’est pas soutenir une religion et dire que l’on veut que tout le monde la suive. Comme porter une étoile de David autour du cou à son travail n’est pas dire aux autres qu’ils doivent devenir juifs. Ou à ce moment-là il faut raser les lieux de cultes parce qu’ils affichent ostensiblement une religion et que l’on peut vous voir entrer dedans.

Qu'en pensez-vous ?

mardi 9 décembre 2014

Rétablir la morale à l'école

Bonjour !

Ce matin j'ai entendu à la radio que l'éducation nationale voulait remettre la morale laïque à l'école et je dois avouer que je ne suis pas pour. Je pense que les enfants ne vont pas être attentif parce qu'ils n'aiment pas qu'on leur fasse, justement, des leçons de morale, mais surtout je pense qu'on peut leur laisser apprendre par eux-mêmes.

Je crois que quelque part tout ce qu'ils ont besoin de savoir est dans les dessins animés, les contes, et les livres pour enfants. Et que, en s'amusant, les enfants apprendront mieux que si on leur dit en classe "il ne faut pas voler" ou "l'habit ne fait pas le moine". Quand je dis dessins animées je pense à Tortues Ninja TMNT (je sais, ça date d'il y a dix ans, ça y est, je suis vieille xD) où il est pas mal question d'honneur, de rester soudés. Dans le même genre il y a Shaman King. Pour le côté "esprit d'équipe" tous les dessins animés qui tournent autour du foot feront l'affaire. Je pense aussi à Wakfu qui est vraiment bien ! Mais également aux nouveaux dessins animés adaptés des Marvel. Shaolin Wuzang aussi, d'autant plus que, comme Tortue Ninja, il y a un maître qui dispense ses leçons, j'avais déjà cité un exemple dans un autre article il me semble, l'histoire de Tang qui, trop orgueilleux, parie avec un vieux pauvre et au final c'est lui qui devient pauvre et vieux. Je pense aussi à un dessin animé duquel j'ai oublié le nom mais qui tourne autour de la tolérance. Du genre un personnage a de grandes oreilles, on se moque de lui, il est triste, il gagne des super pouvoirs, sauve tout le monde, montre qu'il est chouette, et a des amis.

Et quand je parle de contes je pense notamment à "La brave Marinette et la méchante Catinou" où, pour faire court, Marinette aide un chien, un poirier, une rivière, un four, et fini chez une sorcière qui l'autorise à prendre un coffre. Marinette choisi le plus petit et le plus abîmé. Sur le chemin du retour les choses qu'elle a aidé lui donnent des fruits, de l'eau, des pains, etc, elle rentre chez elle et dans le coffre il y a de l'argent et des animaux. Catinou fait pareil mais elle n'aide pas les choses, sert mal la sorcière, et prend le plus grand des coffres qu'elle peut porter. Elle va l'ouvrir derrière la maison avec sa mère et elles se font toutes les deux manger par des serpents et des bestioles en tout genre. Je trouve que c'est très adapté aux enfants. Et ça leur fait apprendre par eux-mêmes ; même s'ils ne sont pas en âge de lire tout seul l'histoire ils vont en tirer leurs propres conclusions.

Je crois aussi qu'on peut les laisser apprendre par eux-mêmes davantage "à la dure". Un jour ils vont faire quelque chose qui n'est pas moral ou pas honnête, ça va leur retomber dessus et leur apprendra au choix à ne plus voler, ne pas se fier aux apparences, etc. Peut-être qu'ils seront déjà adultes à ce moment-là, mais c'est une histoire qu'ils n'oublieront jamais et une erreur qu'ils ne feront pas deux fois. Parce que je ne pense sincèrement pas que les enfants vont écouter leur instituteur avec attention le matin quand il va écrire au tableau "pourquoi ne faut-il pas voler ?". Et que, justement, il y aura la tentation du vol. Comme dans Barbe Bleue quand il part en disant à sa nouvelle épouse qu'elle peut aller partout sauf dans une certaine pièce mais en en lui laissant la clé. Elle y va et elle meurt (bon, un psychiatre avait expliqué qu'avec le sang sur la clé l'enfant y voyait une dimension sexuelle mais ça c'est une autre question).

Qu'en pensez-vous ?

mercredi 3 décembre 2014

Parler pour se décharger

Bonjour ! :)

Aujourd'hui j'ai lu un article sur un site people (oui, je suis faible, haha). Il concernait Nathalie Péchalat qui disait qu'elle était choquée que Tonya Kinzinger ait parlé de sa fausse couche dans Danse avec les Stars. Et ça m'a fait pensé à cette fille que j'ai entendu devant l'amphi il y a quelques semaines et qui critiquait avec une certaine méchanceté une fille qui, au code de la route il me semble, avait parlé de son avortement, indignée que l'on puisse parler de ça avec des inconnus. Moi, ce qui me gêne, ce sont ces critiques.

Je comprends tout-à-fait que l'on ait tous des sensibilités différentes et pas vraiment la même conception de la pudeur, mais je comprends aussi qu'on ait besoin de parler. Dans l'interview Nathalie Péchalat sous-entend que Tonya Kinzinger a vendu son information et que ce n'était pas son choix. Mais je crois qu'elle se trompe et que la production ne l'a pas acheté... On sous-estime les mots mais on voit bien que le harcèlement moral fait des ravages, depuis que j'ai mis un mot sur mes compulsions alimentaires j'en ai fait beaucoup (beaucoup) moins, il y a sur la blogosphère des tas de personnes qui racontent leur histoire pour se décharger... Et je crois que la démarche est la même.

Finalement qu'à fait Tonya Kinzinger ? Elle s'est adressée à son danseur, c'est vrai, mais aussi à des millions de téléspectateurs ; à tout le monde et personne à la fois. Comme sur un blog. Qu'a fait cette fille au code de la route ? Elle a parlé à des gens qu'elle ne reverra certainement jamais, à des inconnus, à tout le monde et personne à la fois, elle s'est déchargée... Comme je disais à une amie, peut-être que cette personne n'a pas d'oreille attentive dans son entourage, et peut-être même des personnes contre l'avortement parce que, vous comprenez, c'est un meurtre, voire un assassinat si on pousse un peu. Et peut-être que cette femme avait besoin d'en parler, parce qu'elle ne pouvait pas le garder pour elle, comme des dizaines de personnes racontent des choses sur la blogosphère, des choses de leur vie, plus ou moins explicitement.

On sous-estime les mots mais en réalité ils sont très importants. Alors peut-être que Nathalie Péchalat et ma camarade de classe (à chaque fois que je l'entends parler elle critique, tout y passe, c'est effarant !) sont choquées que l'on puisse trouver une oreille attentive en la présence d'inconnus, mais aller jusqu'à dire que l'information a été vendue ou que ça relève de la pudeur... Dire "je vais me couler un bronze" en plein milieu d'une salle de classe, ça, ça relève de la pudeur, mais parler d'un avortement ou d'une fausse-couche je crois que quelque part, en plus de se décharger, c'est aussi briser un tabou. Un peu comme l'a fait Angelina Joli quand elle a dit qu'elle s'était fait retirer les deux seins pour ne pas risquer d'avoir un cancer.

Je peux comprendre que ce sont des sujets personnels et que certaines personnes pensent que l'on doit les taire tout au fond de nous parce que ça ne se dit pas. Mais moi je crois que tout se dit (jusqu'à une certaine limite parce que le coup du "bronze" _ et on en a eu le droit à d'autre et des biens pires ! xD _ c'est un peu exagéré quand même, pour le coup).

Qu'en pensez-vous ?