lundi 17 novembre 2014

"C'est bien une réflexion que peut avoir un Noir".

Bonjour !

Ça fait longtemps que je ne vous avez pas rapporté une phrase du genre et aujourd'hui c'était une bonne journée car ce matin j'ai eu droit à "un homosexuel n'est pas égal à un hétérosexuel" de la bouche d'un auditeur d'Europe1 et ce soir à "c'est bien une réflexion que peut avoir un Noir" et ce n'est même pas ma soeur qui l'a dite pour une fois ! (ne niez pas, je sais que vous êtes surpris ! :P)

Aujourd'hui, c'était mon père. On regardait Objectif Top Chef, un candidat est Noir, il soulève le torchon, il y a des huîtres, il dit : "c'est un produit que je travaille beaucoup... sur le moment ça m'inspire parce qu'il faut bien que ça m'inspire" et là on a le droit à la phrase de mon père, à entrer dans les annales du blog à côté du "tu ne fais pas de snowboard quand t'as un problème à la jambe" de ma soeur et du "c'est du gâchis que tu sois gay" d'une amie. Je l'ai regardé et je lui ai demandé pourquoi le plus calmement que j'ai pu. Il m'a répondu : parce que "ça m'inspire parce qu'il faut que ça m'inspire" c'est logique. Genre logique pour eux. Eux les Noirs. Et après, à table, j'ai eu droit de la part de ma mère à : "et puis c'est un Noir alors il travaille lentement" et à mon père de renchérir "c'est pas de leur faute, pauvres gars".

Et c'est le même genre de personne qui va te dire que non, ils ne sont pas racistes, mais que c'est scientifique. D'accord. Alors à ce moment-là on peut aussi dire que : c'est scientifique, les femmes n'ont pas la fibre politique, elles ne devraient pas avoir le droit de vote. Parce que le racisme, finalement, ça commence par-là. Ça commence quand on dit que les Noirs et les Blancs ne sont pas égaux scientifiquement. Peut-être effectivement qu'il y a de petites différences étant donné que nous n'avons pas évolué dans le même environnement et que donc notre adaptation n'a pas été la même. Un éléphant d'Asie est différent d'un éléphant d'Afrique. Mais peut-on dire que le premier est plus bête est moins un éléphant que le second ? Je ne pense pas que l'on puisse aller jusque-là et c'est pareil avec les Hommes. Ça me fait penser à une conversation dans Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu. C'est par-là que commence le racisme, quand on dit que tel groupe d'hommes n'ont pas les mêmes capacités que tel autres, qu'il est en-dessous, qu'il n'a pas la même valeur.

Et ce genre de personnes forment des esprits comme ma soeur, le cul entre deux chaises, qui aime bien les Noirs mais ne pourraient jamais sortir avec (on ne choisi pas de qui on tombe amoureux), qui voudrait bien un ami gay mais qui dit que voir deux personnes de même sexe s'embrasser, et plus les garçons que les filles, ça la gêne, qui a des amis sourds mais qui pense que l'on ne peut pas faire de sport quand on est handicapé (je vous avez déjà cité ces exemples dans un article il me semble mais je n'arrive pas à le retrouver). Tiraillée, je crois, entre ce qu'elle pense, ce qu'elle a constaté par elle-même, notre similitude avec l'autre, et ce qu'elle a appris, ressenti, en grandissant auprès de mes parents. Et je trouve ça grave. Parce que ça donne des enfants, et des adultes, intolérants. Je ne sais pas trop pourquoi j'ai échappé à ça mais ça me ferait presque croire en Dieu dis dont ! (De toute façon il ne pouvait que m'aider ; je suis exceptionnelle et s'il existe il n'a pas pu ne pas le remarquer xD).

Alors non, ce n'est pas "une réflexion que peut avoir un Noir". Le "ça m'inspire parce qu'il faut que ça m'inspire" j'aurais pu le dire aussi, ça ou un truc du genre, parce qu'avec le stress et d'autres facteurs, on ne fait pas trop attention à ce qu'on dit. Ce n'est pas une question de couleur. C'est une question de ressentis. Demandez à un sportif de répondre à une question tout de suite après un effort. Blanc ou Noir il ne répondra pas, parce qu'il a perdu des neurones (en fonction du sport) et que son cerveau, dans l'effort, s'est complètement déconnecté de la réalité. Ce n'est pas une question de couleur et ça ne l'a jamais été.

Ce matin, après avoir entendu la phrase à la radio, qu'un homosexuel n'est soit disant pas égal à un hétérosexuel, qu'une de mes amies ne m'est pas égale, je me suis demandée pourquoi on en venait à penser des choses comme ça. Et je crois que, bien sûr, il y a l'éducation directe, celle des parents, et notre passé et conscience collectifs. Nous sommes enfants d'un pays de tradition et d'histoire catholique, des catholiques qui refusaient l'homosexualité et l'avortement. Et, mine de rien, je crois que ça joue un peu, parce que c'est la racine de notre pays et de notre société. Même s'il y a eu un brassage des populations.

Si vous demandez à mes parents ils vous diront qu'ils ne sont pas racistes, mais que les Noirs ne pensent pas comme nous, que les Arabes sont fourbes et menteurs, mais moins les filles. Ils vous diront qu'ils ne sont pas homophobes, d'ailleurs ils nous répètent à ma soeur et moi depuis qu'on est ados que si on aime une fille ce n'est pas grave, ils nous aimeront, mais ils vous diront aussi que, quand même, voir deux personnes du même sexe s'embrasser c'est "bizarre" et ça "les gêne", surtout si c'est deux hommes. Forcément : l'homme doit être fort et viril, la femme lesbienne, elle, c'est, je crois, l'extrême de la femme indépendante : la femme travaille, vote, dépense son fric comme elle l'entend et, oh !, même dans son intimité elle n'a pas besoin d'un homme. Je crois qu'il y a un peu de ça. En plus d'un certain fantasme qui n'existe pas, ou peu, autour des couples d'hommes. Enfin bref.

Alors je ne sais pas vraiment d'où ça vient, éducation directe ou racine historique, quelle est leur part de responsabilité, à quel moment ils ont décidé de ne pas remettre en question leurs théories, mais je trouve ça grave de dire qu'il y a des "réflexions" que les Noirs sont plus susceptibles de dire que les Blancs. Et je trouve ça grave de transmettre ça à des enfants. Et je trouve ça grave que ces enfants, une fois grands, ne décident pas de se poser les bonnes questions. Et je suis fière (même si je ne suis pas vraiment pour grand-chose à mon avis) de ne pas être comme eux, voilà, c'est dit !

Qu'en pensez-vous ?
Je me disais au passage qu'on pourrait organiser une marche contre le racisme ? Enfin si ça vous dit, je n'ai jamais organisé ni participé à ce genre de choses alors je ne sais même pas comment on fait xD


Rendez-vous sur Hellocoton !

12 commentaires:

  1. ALORS LA. J'approuve totalement cet article. C'est dingue les raccourcis que peuvent faire les gens.
    Ma mère c'est pareil, j'ai un pote gay, des fois je raconte l'aprem que j'ai passé avec lui, et elle va forcément me sortir, oh mais tu sais ces gens là ils sont vraiment gentils et attentionnés. Ils prennent très soin d'eux etc etc etc
    Cliché sur cliché quoi. Ces gens là non mais oh. STOP elle a pas vu les bikers gays alors haha. Faut arrêter les préjugés même si ils sont sous forme de compliments. Ca m'agace.

    Merci pour m'avoir permise de me défouler !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est comme quand on dit "Bidule, je te présente mon amie lesbienne Machine, je pense que vous allez bien vous entendre" sous prétexte qu'elles sont toutes les deux lesbiennes... Tu t'entends avec tous les hétéros, toi ? Si c'était le cas il n'y aurait plus de guerres dans le monde, haha ! :P

      Supprimer
  2. Je suis d'accord.
    Mon père est également comme le tien et je vais te faire un aveu, j'aurai pu devenir comme eux mais se sont les rencontres que j'ai faîtes et l'école qui m'ont "ouvert l'esprit" et éduquée. Ca dépend de chaque personne, certaines seront penser par elles-mêmes et d'autres auront les "principes" de papa/maman ancrés dans leur esprit et je trouve ça dommage. Et c'est quand même décevant de penser de la sorte en 2014.
    Comme dit plus haut, je pense que tout un tas de facteurs peut nous faire voir les choses autrement.
    Et pour finir, effectivement tu peux être fière de ce que tu es ! Quand j'entends ma mère répété bêtement ce que mon père pense, je trouve ça tellement dommage et tellement stupide...

    RépondreSupprimer
  3. Je pense que le racisme, c'est un mélange de racine historique et d'éducation directe.
    Je rebondis sur ton dernier paragraphe, tu connais la marche pour l'égalité et contre le racisme de 1983 ? Il y a un film qui est sorti il n'y a pas longtemps avec Jamel Debbouze.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai entendu parler de ce film mais je ne suis pas allée le voir, je pense que je regarderai quand il passera à la télé.

      Supprimer
  4. Savoir qu'il y a des enfants éduqués avec ces idées, des jeunes adultes qui y croient dur comme fer et des parents qui transmettent ces horreurs c'est pour moi incompréhensible.

    Il y a quelques temps j'ai été particulièrement touchée par le racisme. Un ami depuis 1 an, d'origine portugaise, me demande d'où je viens. Il sait que je suis française mais n'arrive pas à mettre une origine particulière sur mon visage. Je lui répond "belge, russe, polonaise". Il me coupe en me disant "ahhh c'est bien !!" et je termine avec "martiniquaise et algérienne". Et là, il me regarde avec des yeux ronds et me sort "OUAAA on dirait pas !!". Je lui demande pourquoi, et j'ai droit à un magnifique "Ben tu as fait des études, tu as un bon boulot et tu es responsable et super sympa!". Je savais qu'il était raciste, mais au point de sortir ça à une "amie" ça m'a laissé sans voix. Il n'a pas changé de comportement avec moi ensuite mais reste sur ses positions. Je dois être l'exception qui confirme la règle à ses yeux... Ce gars a 31 ans, ça fait flipper pour le futur .....

    Mais quand je vois que certaines personnes arrivent à ce sortir de cet endoctrinement comme tu l'as fait, je reprend espoir !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quand même incroyable d'entendre des choses comme ça ! On est au niveau numéro 1 du cliché stupide... Puis dire ça à un/e ami/e sans complexes c'est quand même culotté !

      Supprimer
    2. Je suis bien d'accord avec toi ... Ce qui me fait peur dans tout ça c'est effectivement qu'il me l'ai dit ouvertement. Ça veut dire que la parole s'est décomplexée et libérée sur le racisme (qu'il soit ethnique ou religieux) ou l'homophobie, que quelque part on peut le dire parce que les gens sont plus à même de l'entendre. Je trouve ça très inquiétant ...

      Supprimer
  5. J'en sais quelque chose, mes parents sortent parfois des phrases dans le genre et quand je les reprends, c'est limite moi qui passe pour la fille complètement à côté de la plaque.
    Je crois qu'il va encore falloir lutter pour stopper les discriminations en tous genres et les idées reçues ou clichés. Le pire c'est que parfois les gens disent des choses dures, qui ne sont pas acceptables, mais ne comprennent pas que ce qu'elles ont dit n'est pas acceptable. Le vrai danger est là, je pense.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je ne reprends même plus. Je me contente d'un "pourquoi ?" ou d'un rien du tout. Les fois où j'ai repris j'ai eu droit à : "ben oui, Melgane !" presque indigné que je ne comprenne pas que c'est "scientifique".

      Supprimer
  6. Je ne reprends pas ma mère quand elle tient des propos racistes. Elle ne se rend même pas compte de ce qu'elle dit... (et je le vois quand elle ne comprend pas ce qui me choque). Mais elle a 72 ans et petite fille, n'a jamais été confrontée à d'autres ethnies. En vieillissant, elle n'a fait que répéter ce qu'elle a entendu...

    RépondreSupprimer
  7. J'ai entendu le même genre de choses pendant trèèèès longtemps, ça m'attriste aussi... Surtout le fait que l'on s'obstine à vouloir tout catégoriser de nos jours, y compris les personnes. Les stéréotypes ont la vie dure... Après, c'est à nous (les enfants) de réussir à se détacher de ce que l'on a toujours entendu pour se forger notre propre opinion !

    RépondreSupprimer

Un petit mot ? :)