mardi 2 septembre 2014

Ma soeur a choisi l'hypocrisie

Bonjour :)

Ma soeur m'a dit qu'elle préférait traîner avec une fille qu'elle n'aime pas plutôt que d'être seule. Je comprends un peu, parce que la solitude c'est difficile, et en même temps je n'approuve pas parce que j'ai dans l'idée qu'il vaut mieux être seul que mal accompagné, rester soi-même au lieu de chercher absolument à appartenir à un groupe dont les membres, à l'évidence, n'ont pas les mêmes centres d'intérêts que nous, le même humour, et toutes ces petites choses qui font que finalement même s'ils sont sympa on ne deviendra jamais amis.

Mais d'un autre côté je crois qu'on nous "survend" ce "il vaut mieux être seul", comme si le fait qu'on ne soit pas avec des gens qu'on n'aime pas allait nous rendre tout de suite heureux. Et surtout comme si la solitude c'était facile. Mais ça ne l'est pas ! On se dit que personne ne veut de nous et autres choses ultra positives ! Et puis, je vais peut-être dire une ânerie, hein (ce serait pas la première), mais j'ai dans l'idée qu'être seul ne correspond pas au modèle social. Nombre de séries télé sont basées sur des groupes d'amis soudés, sur Facebook nos amis nous bombardent de photos de vacances en groupe et de sorties... En gros être en groupe signifie être heureux, bien dans sa peau, soutenu, etc. Il faut être sociable. Aimer tout le monde.

Ça me rappelle un peu un article d'Ann Soo qui expliquait qu'elle n'était pas tactile pour justifier le fait d'avoir refusé un câlin à l'un de ses collègues, et un autre d'Illyria qui décrivait ce qu'elle pouvait ressentir face à l'étalage des gens sociables. Il faut être sociable, tactile. L'autre jour mon père a dit en parlant de ma soeur et moi que l'on avait un problème avec le contact humain. Pourquoi ? Parce que je ne suis pas tactile ? Que je n'aime pas qu'on me prenne dans les bras, qu'on me tapote l'épaule pour attirer mon attention ? C'est ça avoir un problème avec le contact humain ?

En fait j'ai envie de dire que tout comme il y a un impératif d'apparence physique (qui cause des dérives notamment avec le thigh-gap) il y a un impératif d'apparence "morale". Il faut être sociable, il faut avoir un groupe d'amis avec beaucoup de membres... C'est ce que ma soeur a choisi : faire semblant. Faire comme si elle avait vraiment trouvé quelqu'un avec qui s'entendre dans sa classe alors que ce n'est pas vrai, faire comme si elle aimait bien cette personne alors que c'est faux. Etre hypocrite. Je comprends un peu et en même temps ça me dépite totalement. Parce que chacun à son caractère, certains sont timides, d'autres moins, introvertis et d'autres moins... personne ne devrait avoir à se forcer à être quelqu'un d'autre.

Qu'en pensez-vous ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires:

  1. Malheureusement c'est le cas de beaucoup de personnes, et surtout dans les générations plus jeunes (d'après mon propre constat hein). Je suis également comme toi, je n'aime pas être avec des gens que je n'apprécie pas et ne suis pas tactile. Je suis donc qu'avec de vrais amis, ce qui veut dire, plutôt seule xD. Cependant j'ai pu apprendre que "de faire semblant" pouvait se révéler être très utile. Dans le sens du pratique et de l'aide, c'est toujours mieux de connaitre pleins de monde et d'entretenir de "bonnes" relations. Je l'ai malheureusement appris trop tard et ai galéré toute seule pendant 2 ans ! Alors comme tu dis, tout est nuancé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après on n'est pas obligé d'être amis avec tout le monde, juste des camarades qui échangent cordialement et s'entre-aide quand ils faut travailler en groupe et tout ça, ou discuter à un arrêt de bus, comme ça, de temps en temps, mais entre ça et faire comme si on était ami avec la personne il y a quand même un gouffre.

      Supprimer
  2. Il faut avoir une sacré force de caractère et un âge beaucoup plus avancé que celui de ta petite sœur pour supporter la pression sociale et le regard que porte l'entourage sur l'absence (avérée ou non) de vie sociale !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que c'est plus une force de caractère qu'une question d'âge parce que l'année où j'ai été seule j'avais le même âge qu'elle. Mais c'est clair qu'il faut soit avoir assez confiance en soit pour s'en foutre, soit être trop dépité pour réagir.

      Supprimer
  3. J'ai toujours été dans cette situation de solitude depuis la maternelle, ma mère disait que je jouais toujours seule que je n'allais jamais vers les autres, a maintenant 20 ans c'est toujours pareil. Mes années primaires, collèges et lycée on été assez horrible surtout mes années de lycée à vrai dire. Solitude 90% du temps. C'est très dur. D'autant plus que je vivais plus chez mes parents du coup seule la journée, seule le soir ça vous fait péter les plombs. Par contre je n'ai jamais choisis l'hypocrisie, si il y a bien une chose que j'ai du mal dans ma vie c'est de faire semblant, d'une parce que je sais pas mentir du coup on y voit direct et de deux parce que c'est au dessus de mes forces, quand je n'aime pas quelqu'un jai toujours envie de lui faire ravalé ces bêtises et m'en aller être le plus loin possible de celle-ci.

    RépondreSupprimer
  4. Ca va clasher un jour ou l'autre. Il ne faut pas se mentir, se voiler la face ;)

    RépondreSupprimer
  5. J'ai eu une amie aussi qui préférait faire semblant avec tout le monde pour pouvoir être entourée. Mais les gens n'étaient pas là pour elle. Personnellement, je préfère rester seule que d'être "focu". Je n'ai que peu d'amis mais je peu compter sur eux si j'ai besoin. Et oui, les gens me prennent pour une sauvage et je fais souvent mauvaise impression (je suis aussi trop franche), mais c'est ma personnalité donc il faut qu'on m'accepte comme ça.

    RépondreSupprimer
  6. Lorsque j'ai rencontré Monsieur, il m'a présenté son groupe de potes (tous célibataires endurcis). J'ai été acceptée de suite (bah tiens). Et ce fut génial. Barbecues, soirées, rigolades, etc... Et puis, je me suis rendue compte qu'ils étaient faux. Quand l'un d'eux n'était pas là, il s'en prenait plein la figure etc... Demain, il pouvait arriver quelque chose à Fred comme à moi (rien qu'une panne d'essence), personne ne se déplacerait (quand on voit que ces potes-là ne sont pas venus une seule fois au chevet de Fred lorsque sa vie a failli bousculé...). Ses potes nous côtoyaient car ils n'avaient rien à faire d'autres. Nous étions utilisés. Des bouche-trou. Etant entière, j'ai mis un halte là. Bientôt deux ans que je ne côtoie absolument plus personnes (ma Best étant à 400km de moi). Oui, la solitude me pèse beaucoup mais copiner pour m'entourer, ce n'est pas dans ma personnalité. Quant à Fred, il continue à voir ses potes tout en prenant conscience qu'il ne peut compter sur aucun d'eux. Mais il a toujours été entouré et il ne se voit pas se retrouver seul. Il les voit tout en étant vu comme rien...

    RépondreSupprimer

Un petit mot ? :)