vendredi 1 août 2014

Apprendre à rester calme

Bonjour ! :)

Vous l'avez peut-être remarqué mais je suis quelqu'un qui s'emporte assez rapidement et facilement, souvent pour pas grand-chose, souvent alors qu'il serait plus productif de rester calme, pour mieux s'écouter, se comprendre, et réellement dialoguer, échanger, et partager. Il faut dire qu'avec un père impatient, prompt à se scandaliser dans les magasins et restaurants on va dire que le modèle n'était pas forcément le plus adapté pour rester posé et serein. Donc j'ai décidé d'apprendre à rester calme et sereine.

Gandhi disait "colère et intolérance sont les ennemis d'une bonne compréhension" et je crois que c'est un peu vrai parce que quand on s'énerve l'on écoute plus l'autre donc on ne peut forcément pas le comprendre. Et je pense qu'au fond la colère est la preuve que la personne qui s'énerve n'a pas vraiment en confiance en elle ou en son argumentaire parce que si tu crois en ce que tu dis tu n'as pas besoin de crier pour l'imposer dans les oreilles de ton interlocuteur puisque tu sais que tes arguments sont bons, que tu en as même peut-être d'autres en réserve si on t'oppose quelque chose, et que donc tu n'as "rien à craindre" des autres puisque tu détiens une vérité plausible et qui se tient. Je crois aussi que la colère rend aveugle dans le sens où elle peut t'empêcher de réfléchir correctement, un peu comme n'importe quel sentiment en trop grande dose en fait. Et puis rester calme c'est aussi se battre contre soi-même parce que l'on est notre plus grand ennemi et que si l'on parvient à rester calme l'on combat l'une de nos faiblesses et donc on gagne du terrain sur notre pire ennemi. Finalement il y a plein de bonnes raison pour apprendre à rester calme ! :)

Moi je voudrais savoir rester calme parce que m'emporter est l'un de mes grands défauts (non, sans blague ? xD) et que ça me ferait plaisir d'avoir réussi à voir l'un de mes défauts, à comprendre ce défaut, et surtout à l'effacer. Même si je pense que l'on ne peut pas changer, je crois que l'on peut évoluer, s'améliorer, et ça passe par la remise en question (ça, ça va, je sais faire) et par un réel effort pour que cette remise en question serve à quelque chose (et c'est là que ça se complique). Je voudrais aussi savoir rester calme parce que je n'ai pas vraiment envie de finir comme mon père, à m'énerver et à me braquer à chaque fois que l'on me montre que j'ai tord et à gueuler et beugler pour tenter vainement de prouver que j'ai raison parce que de toute façon j'ai toujours raison. Ça ne me tente vraiment pas du tout. Comme de ne pas avoir la patience d'attendre dans un restaurant et de crier au scandale au lieu de sortir un peu discrètement. Non, vraiment pas. Mais si je veux savoir rester calme c'est aussi et surtout pour gagner un combat contre moi-même (rien que ça, et après la fille elle va dire qu'elle entre encore dans ses converses... xD).

Ça fait un mois à peu près que j'essaye de m'améliorer et je pense que je ne me débrouille pas trop mal. J'arrive à ne pas répondre méchamment à ma soeur quand elle me parle mal, ce qui est un petit exploit étant donné qu'en ce moment elle me parle tout le temps mal, et quelques autres petites réussite dont je dois avouer que, vue le point  d'où je pars, je ne suis pas peu fière ! :) Je vais finir par y arriver et à ce moment-là je n'aurai plus qu'à m'attaquer à un autre défaut (un à la fois c'est largement suffisant ^^).

Voilà, voilà !
Et vous est-ce qu'il y a des défauts que vous voulez corriger ou avez déjà réussi à corriger ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires:

  1. Ahah c'est tout le contraire pour moi : ça me stresse car j'ai peur de brûler le repas/de me brûler ;).
    J'ai bien aimé cet article et pour répondre à ta question, je dirais que j'aimerais être plus optimiste !

    Merci d'être passée, à très vite :)

    RépondreSupprimer
  2. Très intéressant ton article ! Comme toi, j'ai été élevée dans un environnement où certaines personnes ne savaient pas "tenir leurs nerfs", et ce pour tout et n'importe quoi (genre la véritable recette de je ne sais plus quoi, tu vois le niveau...) ; quand je vivais encore avec cette personne, j'avais du mal à garder mon calme, comme toi avec ta soeur, puis un jour je crois que j'ai eu une sorte de révélation. Laquelle est : m'emporter fera beaucoup plus de mal que de bien. C'est pourquoi, dès que je sentais que ça se barrait en sucette pour des broutilles ou pour un propos qui était erroné, j'ai décidé de me taire. Tout simplement. Puisque face à certaines personnes, même en expliquant calmement les choses lorsqu'on est réellement certain d'être "dans le vrai", ça ne les atteint pas, ils n'entendent même pas (ou ne veulent pas entendre). Bref, là je parle de choses passées. Désormais, lorsque par exemple je peut être amenée à donner mon avis, je le fais uniquement lorsque je sais que j'ai "raison" (je mets des guillemets parce que ça peut sembler un peu condescendant dit ainsi), la plupart du temps, je parviens à rester calme et courtoise, parfois non et je le regrette profondément parce que je me doute que ça peut blesser d'autres personnes... Disons qu'il faut trouver un équilibre. Le mien est de prendre la parole lorsque j'estime que cela peut être utile et constructif, ceci étant dit jamais (enfin je crois) je ne permets d'affirmer quoique ce soit lorsque je ne suis pas totalement sûre de moi. Dans ce cas, soit je me tais, soit j'émets simplement des hypothèses. Lorsque je sais que j'ai "raison" et que j'entends ou lis des choses totalement absurdes, je tente de prendre du recul et de m'exprimer posément. Parfois ça fonctionne. Parfois non. Pas toujours à cause de moi (même si ça peut m'arriver hein, je ne suis pas une sainte ^^) mais aussi parce que mes interlocuteurs ne veulent parfois pas entendre la "vérité" ou tout simplement qu'ils ne peuvent pas prendre de recul pour X raisons, mais puis-je vraiment leur en vouloir ? On a tous des parcours différents... Le maître mot est le respect je crois. Par contre, contrairement à toi, je crois que parfois on peut quand même légèrement s'énerver tout simplement parce qu'on constate que nos arguments, aussi bons soient-ils, sont mésinterprétés, et même en étant absolument sûr de soi, y a de quoi être irrité... Pour le reste, je ne saurai dire puisque comme je disais plus haut, en général je me tais quand je ne maîtrise pas un sujet. Bref, comme tu le dis si bien, il y a infiniment plus d'avantages à savoir rester calme que le contraire ! Voilà j'espère que j'ai été claire et pas trop à côté de la plaque ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Très bel article. Pour ma part, j'ai quasiment le même défaut (en même temps j'ai comme toi un père très impatient et qui ne mâche pas ses mots, même en public.) J'aimerai savoir garder mon sang-froid, c'est vraiment quelque chose qu'il me faut travailler car au final, s'énerver envenime encore plus certaines situations. J'ai lu quelque chose à ce propos l'autre jour, comme quoi le véritable courage était de garder son calme et non de répondre par la violence (qu'elle soit physique ou verbale) et ça m'a paru assez juste, du coup j'essaie de m'en souvenir même si c'est parfois difficile de se canaliser et de rester calme ;) Bon courage !

    RépondreSupprimer

Un petit mot ? :)