mardi 22 juillet 2014

Faire confiance.

Bonjour ! :)

Hier il y avait un débat autour du Tour de France à la radio, débat qui concernait évidemment le dopage (quoi d'autre ?). Et les auditeurs qui intervenaient pour dire qu'ils soupçonnaient les coureurs de se doper avaient des remarques qui allait de "Nibali a gagné, il était pas essoufflé, il a fait exprès de prendre juste trois seconde, alors que le mec derrière lui il était essoufflé" à "ils sont maigres quand même, et j'ai entendu parler d'une molécule qui fait perdre de la graisse". Je ne sais pas si Nibali n'était pas essoufflé, je n'ai pas vu son interview, en revanche ce que je sais c'est que derrière lui c'était Jean-Christophe Péraud, qui fait un Tour de France un peu en dents de scie, a dit lui-même qu'il avait tout donné, et, surtout est un peu plus vieux que Nibali, et même si on est sportif et entraîné, l'âge ça compte.

Pourquoi ne pas faire confiance à nos coureurs pour une fois ? Peut-être qu'il y a des coureurs qui se dopent, certainement même, mais pas parce qu'on parle de cyclisme : parce qu'on parle d'humains. Les gens n'ont pas attendu le cyclisme pour tricher, il y a de la triche dans tous les domaines. Cette année dans ma classe il y avait une fille qui me demandait parfois les réponses et qui, comme elle avait redoublé, un jour, a apporté en contrôle une copie de l'année dernière et l'a recopié. Il y a des tricheurs partout et le grand gourou de la triche n'a pas convié les cent quatre-vingt-dix-huit meilleurs tricheurs du monde à faire leur pèlerinage annuel sur le Tour de France pour remercier la divinité de la tricherie et du dopage.

Et puis on tape sur le cyclisme mais eux au moins ils ont des contrôles... parce que l'agence anti-dopage ou quelque chose comme ça ne fout jamais les pieds dans les compétitions de tennis, et pourtant, autant tous les ans on nous parle de dopage sur le Tour, autant à Roland Garros on n'ouvre jamais de débat ou en tout cas beaucoup moins. Alors je ne veux pas dire que tous les tennismen sont dopés, hein, parce que même s'il y a des tricheurs partout il y a aussi partout des gens honnêtes, mais ça donne quand même à réfléchir sur ce que l'on voudrait éventuellement nous cacher... Et puis si on fait autant confiance aux tennismen et autres sportifs pourquoi ne pas faire confiance aux cyclistes ?

Peut-être que dans deux, trois, ou cinq ans, on apprendra que cette année l'un des coureurs c'était dopé mais est-ce que jusqu'à avoir une vraie preuve et pas des soupçons qui vont jusqu'à aller mesurer le tour de cuisse des coureurs, on ne pourrait pas leur faire confiance et croire un peu en leur honnêteté ? Est-ce qu'au football on se demande s'il y a eu dopage ? Non. Parce que les types ont fait une performance pour laquelle ils se sont entraînés et s'entraînent encore. Alors pourquoi, alors que les cyclistes s'entraînent toute l'année, on ne pourrait pas leur faire confiance ? Pour une fois.


Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires:

  1. Les gens oublient malheureusement que le dopage est partout et pas uniquement dans le vélo, comme tu l'as si bien souligné. Je crois bien qu'il y a des contrôles dans le tennis/foot/rubgy mais ils sont tellement rares qu'il est donc bien moins facile de soulever un scandale.

    Moi personnellement, je m'en fous. Dopés ou pas, ils offrent du spectacle chaque année sur les routes du Tour (que je ne rate jamais, surtout dans les montagnes). Prenons le cas de Virenque avec l'affaire Festina. Il a morflé (il l'a cherché) mais quelques années plus tard, cela ne l'a pas empêché de remporter le maillot à pois rouges tout en étant clean ! Idem pour Froome qui a dû le prouver l'année dernière avec ses résultats sanguins/urinaires, qui s'avérèrent négatifs.

    Bon, le problème avec Armstrong (je ne l'ai jamais aimé (en fait, c'est le principe que je n'ai jamais accepté : lui accorder le droit de courir avec des médicaments contre son cancer, ces mêmes médicaments qui sont interdits dans le règlement car considérés comme dopants (les autres n'avaient donc aucune chance))), c'est qu'on savait qu'il gagnerait le tour sans même l'avoir commencé (sauf imprévus, bien entendu (l'année-ci, je visais Contador, pas d'bol)). Donc ça devenait chiant, plus aucun suspense (un peu comme Schumacher en F1).

    Armstrong a foutu le merde. Il en a rajouté une sacrée couche. L'image des coureurs étaient déjà moche mais là... Du coup, aussitôt que quelqu'un gagne une étape ou remporte le maillot jaune, il est forcément dopé... Moi, j'ai envie de croire que ceux-là (je ne parle pas des inconnus ou en bas de classement) montrent qu'on peut être propres dans ce sport.

    PS : On en a toujours après le maillot jaune mais personne de parle des sprinteurs (genre Sagan) pourtant eux aussi font des exploits assez physiques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais même les inconnus en bas de classement ! Je veux dire... Cheng Ji est la lanterne rouge, mais c'est parce qu'il ne se préoccupe pas du général, son rôle était de rouler pour contrôler les échappés. Maintenant qu'on attaque la montagne il est complètement crevé et il termine le Tour comme il peut, souvent décroché. Mais il a quand même fourni un travail et on pourrait très bien soupçonner que, pour fournir ce travail, il était dopé.

      Supprimer
    2. Ah mais je dis pas qu'on ne doit pas soupçonner les derniers mais ceux-là, on s'en fout. Il est plus juste et facile de soupçonner ceux qui gagnent ou qui s'approchent de la victoire. A croire que pour être tranquille avec les contrôles, il faut en faire le moins possible. Après, lanterne rouge ou Nibali, y a pas photo, on va plus se focaliser sur l'état physique du second (ça fera plus de bordel médiatique et plus d'argent en jeu ^^)

      Supprimer
  2. Dans ma jeunesse (!) j'ai pu faire de la compétition (pas à haut niveau hein, c'était modeste), et j'ai pu voir des contrôles anti-dopages aléatoires... à un si bas niveau de compétition ça existe...! donc si on ne parle pas de dopage dans les autres sports, ça ne signifie pas qu'il n'y a pas de contrôle, c'est juste qu'il n'y a pas de contrôles positifs! Le problème du cyclisme, et si tout le monde est à cran avec ça, c'est qu'il y a eu beaucoup de scandales à base de dopage et que ce sport en a perdu sa beauté... des tricheurs il y en a partout mais quand il y en a trop, ça gâche le plaisir et l'appréciation des performances... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait à ce que j'ai compris avec le tennis c'est que l'agence anti-dopage ne fout pas les pieds dans les compétitions parce que c'est la fédération de tennis qui fait les contrôles et contrôle les résultats, du coup effectivement qu'il n'y a peut-être pas de dopage, mais c'est quand même le grand flou, et, comme ça reste interne à la fédération, on ne sait pas ce qu'il se passe et, si ça se trouve, ils nous cachent que tous les gars se dopent.

      Supprimer
    2. En effet, c'est louche : pourquoi autorise-t-on la FFT à s'occuper des contrôles en interne ?!

      Supprimer

Un petit mot ? :)