jeudi 24 juillet 2014

Une question de compréhension

Bonjour ! :)

Il y a peu de temps il y a eu une polémique sur la BD d'un illustrateur à propos du harcèlement de rue et Rhapsody in Beauty a publié un article sur les polémiques entre blogueuses en général où elle dit entre autre qu'à partir du moment où les blogueuses commencent à s'insulter, la notion de partage perd toute crédibilité puisqu'on ne s'écoute pas et ne prend pas en compte l'avis de l'autre, puisqu'on devient blessant voire insultant. Et en fait je trouve que c'est assez représentatif de ce qu'il se passe dans la "vraie vie". On ne s'écoute pas, si on ne s'écoute pas on ne peut pas se comprendre, d'ailleurs on ne veut même pas comprendre les gens : on veut les convertir à notre avis. Sauf que si on ne les comprend pas on ne peut pas savoir comment ils raisonnent et, donc, quelles manettes actionner pour essayer de les faire changer d'avis.

L'illustrateur dont je parle en début d'article j'ai lu sa BD. Son article est mauvais, c'est un fait. Il mélange tout. Pour justifier le fait que ce n'est pas grave que des femmes se fassent harceler dans la rue il veut montrer que les inégalités hommes/femmes ne sont pas que d'un seul côté et que, par exemple, il y a plus d'hommes SDF. Sauf que ça n'a rien à voir et que son argumentaire, en plus de ne pas servir le fond de ce qu'il dit, le détruit. Pareil quand il critique le fait que, dans le "projet crocodile" tous les hommes et pas seulement les agresseurs sont représentés en crocodiles. Il s'y prend mal et, pourtant, il y a du fond et des remarques plutôt pertinentes dans son article. Seulement, au lieu d'essayer de comprendre, en se laissant emporter par la colère et l'indignation, les lecteurs n'ont pas vu le fond et lui sont tombés dessus en l'insultant au lieu d'essayer de lui faire comprendre ses erreurs.

L'autre jour JeuneAnecdotique a publié un article dans lequel elle disait qu'elle ne comprenait pas la hiérarchisation des sortes de racismes, que toutes les victimes de racismes devraient être au même niveau. Dans les commentaires une personne avait compris qu'elle minimisait le racisme anti-noir au profit du racisme anti-blanc. Mais c'était un contre sens. Je lui ai répondu calmement, sans agresser, sans insulter, sans dénigrer ce qu'elle disait ; simplement en faisant valoir mes arguments et en lui disant que peut-être elle s'était laissé emporter parce que le sujet était pour elle sensible. Elle m'a dit qu'elle avait aimé la façon dont j'ai répondu. Est-ce que j'aurai eu le même résultat en insultant et disant méchamment qu'elle n'avait pas compris, en mettant des points d'exclamations partout ? Je ne pense pas. Parce que l'on a beau dire que le ton ne passe pas au travers des mots il y a un moment où ça se sent et où l'on n'a pas envie de lire et d'entendre quelqu'un qui nous agresse comme l'on a pas envie d'écouter quelqu'un qui nous cri dessus.

Je crois que tout ça, finalement, c'est une question de respect de l'autre, de sa personne, de son avis, et aussi de compréhension. L'auteur d'un article peut être maladroit (je l'ai été pour l'un des miens il y a deux ans, est-ce que je méritais pour autant que l'on me lapide ?), mal choisir ses mots et son ton. Mais le lecteur peut mal comprendre, se laisser emporter par la colère et donc ne pas lire l'article pour ce qu'il est, lire ce qu'il veut lire pour avoir une raison valable de s'indigner, et donc faire des contre-sens terribles ou privilégier la forme au fond. Je pense que l'auteur doit faire des efforts pour se faire comprendre au mieux, mais le lecteur aussi, pour ne pas se laisser emporter et s'énerver, prendre l'article pour ce qu'il est et chercher le fond quand la forme est maladroite ou laisse à désirer. D'autant plus quand le sujet est un sujet sensible.

Qu'en pensez-vous ?

dimanche 13 juillet 2014

Le blog, cette entreprise

Bonjour ! :)

La blogosphère est un sujet relativement assez traité par les blogueurs et blogueuses (en même temps on parle tous de ce qu'on connait ^^') et il y a quelque chose qui me frappe à chaque article et à chaque reportage télévisé : les blogs (d'autant plus les très connus) me donnent l'impression d'être gérés comme des entreprises par leur propriétaires. Il faut faire de la com', j'ai entendu dire que certaines filles embauchaient des personnes pour écrire à leur place, une personne par catégorie, les blogueurs peuvent avoir un agent, et se faire de l'argent en mettant de la pub sur le blog comme M6 gagne de l'argent en mettant une page pub en plein milieu d'un épisode d'une série. Dans un reportage la gérante d'une jeune entreprise qui avait démarché des blogueuses disait qu'elle avait plusieurs fois reçu comme réponse une grille tarifaire avec combien ça lui coûterait si la blogueuse en parlait sur son blog, sur Twitter, Facebook, etc. Et, comme certaines entreprises, certaines blogueuses font des cachotteries à leur lectorat en ne disant pas clairement quand un article est sponsorisé et rapporte de l'argent. Certaines blogueuses mode font appel à des photographes et ont tellement de vêtement qu'on ne voit pas deux fois le même sur deux cents articles.

Et plus ça va plus je me demande si l'on ne s'éloigne pas un peu du but même d'un blog. Je veux dire... oui, avoir des photos agréables à regarder c'est important, c'est un critère de qualité d'un blog, seulement la plupart du temps les blogueuses se vendent plus ou moins implicitement comme "la bonne copine", ce qui est un peu mensonger dans le sens où tout le monde ne peut pas faire appel à un photographe, des rédacteurs pour écrire ses articles, ou à un agent pour répondre à notre place sur Twitter, Facebook, et aux demandes de partenariats que l'on reçoit. La plus grosse partie des blogueuses gèrent tout toutes seules. Et l'image de "la bonne copine" ne devient qu'une image pour vendre son blog en ce sens où, et ça a déjà été beaucoup dit, la plupart des lecteurs de blogs cherchent sur lesdits blogs quelque chose de différent des magazines. Mais si la blogueuse a trop de partenariat, pire, les dissimule, son blog ne devient pas plus qualitatif que les magazines qui sont fuis.
Je vais dire un truc que tout le monde répète à longueur de temps mais je vais le dire quand même : un blog à la base c'est le partage. Et moi je me demande si un blog-entreprise est encore dans le partage ou est déjà dans la recherche continuelle de plus de visites, plus d'abonnés, plus de partenariat, vite, vite, plus d'argent. A ce moment-là pourquoi ne pas carrément ouvrir un site à but lucratif, déposer le nom de son blog comme nom de marque, et le dire clairement ? J'ai conscience que mon article diabolise ces blogs qui ont réussi mais je suis toujours étonnée de voir que les blogueuses prennent de plus en plus de place dans nos vies et apparaissent dans de plus en plus de reportages. Je pense notamment à un numéro de 100% mag il y a quelques jours où il y avait un sujet sur la rentrée et où ils ont fait intervenir une blogueuse pour parler d'un cartable super chouette qui se casse pas et d'un jean super résistant.

En fait blogueur est devenu un métier et donc le blog une entreprise et je me demande dans quelle mesure il faut s'en réjouir et dans quelle autre il faut s'en méfier. D'un côté je suis contente pour tous ces gens qui réussissent à vivre de quelque chose qu'ils aiment, pour laquelle ils ont travaillé, et je pense qu'ils auraient tord de refuser d'apparaître dans un reportage ou dans Top Chef pour donner leur avis ou de ne pas profiter d'avoir la possibilité de publier un livre, et aussi que c'est bien qu'ils investissent l'argent qu'ils gagnent pour donner plus de qualité à leur blog, par exemple en embauchant un photographe. Mais, d'un autre côté, je me demande où se trouve la limite entre en profiter, donner plus de qualité à son contenu, et devenir une véritable entreprise, un site de cuisine, mode, beauté, comme un autre. Et je me demande aussi si ce n'est pas un peu inquiétant de savoir que les marques et le business peuvent s'emparer de quelque chose qui est à la base un hobby, un passe-temps, une passion. Moi je trouve que dans une certaine mesure, si, un peu quand même.

Voilà ! :) J'ai l'impression d'avoir un peu dévié de mon sujet de départ mais bon, tant pis :) Que pensez-vous de tout ça ?

Source photo
Source photo

vendredi 4 juillet 2014

Six ans et plus

Bonjour :)

Hier je suis allée voir Dragons 2. Ma soeur a essayé de m'appeler en plein milieu du film, ça m'a énervé, et le soir, en argument, elle a dit "[...] un film pour les six ans et plus", comme si, parce que c'est un film pour les petits, je n'avais pas le droit de le regarder sans être dérangée. Mais je ne crois pas qu'il faille dénigrer les films pour les petits, et les dessins animés en général.

Finalement Dragons 2 c'est quoi ? L'histoire d'un gamin de vingt ans qui va sauver les dragons d'un méchant qui veut en faire une armée, les asservir, sur fond de quête identitaire. Evidemment qu'un enfant ne va pas le définir comme ça, mais le message passe quand même. Et, si on regarde bien, si on prend plus de dix secondes pour observer, on se rend compte que les dessins animés c'est ça. Souvent c'est sauver le monde, préserver la liberté, empêcher le méchant d'avoir tout plein de pouvoir. On trouve ça dans Avatar, Oban Star Racers, Shaolin Wuzang, les dessins animés adaptés de Marvel comme Ultimate Spiderman, mais aussi dans Wakfu, et même dans certain mangas, et là je pense notamment à Shaman King et Inazuma Eleven où ils doivent sauver le football. Alors oui, sauver le football c'est une quête un peu bizarre mais finalement ça permet de parler d'esprit d'équipe par exemple. Mais il faut bien un prétexte qui va plaire aux enfants de six à dix ans. Je pense aussi à Yakari et Marcelino où il y a plus ou moins des espèces de morales dans les épisodes...

Je ne dis pas non plus que tous les dessins animés sont bien. Il y a quelques semaines je suis tombée sur Sanay et Craig où les dessins sont laids mais où, par curiosité, j'ai quand même regardé, ne défronçant pas les sourcils pendant vingt minutes. Cet épisode racontait l'histoire des deux personnages principaux qui apprennent qu'un de leur camarade n'a jamais vomi de sa vie et se lancent donc dans tout plein d'expériences pour le faire vomir. On voit très vite où l'épisode va : il ne va vomir à rien sauf à un truc à la fin. Donc j'ai continué de regarder, me demandant devant quoi il vomirait... et alors là on atteint le summum de la classe : le gamin il avait jamais vu son cul, il se met dos à un miroir, voit ses fesses, et dégueule sur la moquette. J'avoue que là je ne vois pas bien l'intérêt de ce dessin animé...

Mais il y en a quand même des sympas. Shaolin Wuzang : trois jeunes, réincarnation des anciens maîtres shaolin qui ont tué Heihu doivent recommencer. Ils sont indisciplinés et, notamment au début, ils apprennent l'humilité, à ne pas foncer dans le tas sans réfléchir... Wakfu est bourré de références et très bien fait... Bien sûr que tous les dessins animés ne sont pas bien (surtout ceux de ces dernières années, sachant que presque tous ceux que j'ai cité plus haut datent de 2006/2007) mais on peut quand même en trouver un paquet avec de bonnes morales, des dessins très sympas, des personnages un peu déjà vu et en même temps qu'on aime bien... j'ai presque envie de dire que les dessins animés c'est un peu comme pour les films : il y a les trucs super et il y a les navets.

Et puis je me dis que c'est mieux de regarder les dessins animés quand on est une adolescente comme moi que les émissions de télé-réalité. Parce que, encore une fois, dans les dessins animés, il y a de bonnes valeurs, de bons messages, même si c'est parfois un peu "cul-cul", alors que, dans les télé-réalités, on voit des jeunes qui se prélassent devant une piscine en attendant qu'on leur trouve du taff, payer à se disputer avec leurs petits camarades. Dans les dessins animés ils parlent de liberté, de confiance, d'esprit d'équipe, d'entraide... alors oui, il faut chercher un peu, il faut le vouloir, mais ces valeurs sont quand même là et je pense vraiment que le message passe auprès des enfants et auprès des plus grands.

Alors oui, Dragons 2 c'est pour les six ans et plus, mais c'est un film que j'ai trouvé très sympa. Et puis j'ai plus de six ans, alors j'ai le droit de le regarder d'abord xD

Source image

jeudi 3 juillet 2014

S'écouter

 

Bonjour ! :)

Ce matin j'écoutais un débat à la radio et j'ai été surprise quand une auditrice a refusé de laisser le débatteur qui n'était pas d'accord avec elle lui répondre, et quand un autre a dit, assez énervé, qu'il était désolé mais qu'il ne changerait pas d'avis. Je ne pense pas que le but d'un débat _ et ça peu importe le thème et le sujet _ ce soit de faire en sorte que l'autre change d'avis ; je ne pense pas que ça soit le but premier. Pour moi le but premier d'un débat c'est d'abord de comprendre autrui.

Il y a quelques jours j'ai lu un commentaire laissé sur le blog d'Unicks par Emma June et qui m'a interpellé : "La communication c'est compliqué et je te remets cette explication on ne peut plus vraie que tu connais peut-être : 1 Entre ce que je pense // 2 Ce que je veux dire // 3 Ce que je crois dire // 4 Ce que je dis réellement // 5 Ce que tu veux entendre // 6 Ce que tu entends // 7 Ce que tu crois comprendre // 8 Ce que tu veux comprendre // 9 Et ce que tu comprends réellement // Il y a 9 possibilités de ne pas s’entendre !". Donc même en s'écoutant on peut ne pas se comprendre. A partir de là, si l'on ne s'écoute même pas, comment est-on censé se comprendre ?

Je me suis demandée pourquoi ne pas accepter d'écouter l'autre et je me dis que c'est peut-être parce que ça fait peur de se dire qu'on a peut-être tord, que nos convictions sont fausses, qu'on se trompe depuis de longues semaines, mois ou années. Peut-être qu'on a peur d'être convaincu, alors on se braque. Peut-être aussi qu'on a peur tout court. Par exemple après les élections européennes pas mal de personnes ont écrit des articles pour dire que c'était horrible que le Front National soit passé ; des articles dont les auteurs gardaient plus ou moins leur calme. Moi aussi j'ai fait un article et, hier, j'ai reçu un commentaire sur cet article, de Merle qui me disait que mon article était respectueux, ce qui n'est pas chose aisée puisque l'on peut facilement s'enflammer. J'avoue que ça m'a fait très plaisir parce que c'était mon but : ne pas m'énerver, juste essayer de comprendre pourquoi une camarade de classe est d'accord avec Marine Le Pen.

L'important dans un débat c'est d'échanger avec les autres. Si l'on s'énerve ça ne donne pas envie aux gens qui ne sont pas d'accord avec nous de nous parler et on reste entre personnes qui s'entendent à se dire "mais oui t'as raison" pendant une heure. Je trouve que ce qui est intéressant dans un débat c'est de voir qu'il y a des personnes qui ne pensent pas comme nous, de prendre un problème ou une question sous un autre angle...

Au bac écrit d'anglais il y avait une question qui demandait, en gros, en quoi les différences entre les gens pouvaient enrichir les relations. Je pense que c'est par leur nature en elle-même que les différences enrichissent les relations. Donc si au lieu de se braquer on essayait d'écouter l'autre plutôt que de penser que de toute façon on a raison, si on essayait de prendre le problème sous un autre angle, de le voir avec d'autres yeux, on pourrait comprendre l'autre, et si on comprend l'autre on est un peu plus tolérant (c'était la minute Bisounours). Parce qu'il n'y a pas de relation sans différence ^^'.

Qu'en pensez-vous ?