jeudi 15 mai 2014

Les youtubeuses et les blogueuses travaillent

Bonjour ! :)

Hier j'étais devant ma télé à l'heure de 100% Mag sur M6 et à l'heure du reportage sur les youtubeuses beauté. Et vas-y que je t'en montre une qui pose aux gens des questions sur ses vidéos pour leur faire gagner des trucs, et vas-y que je te sors des estimations entre mille cinq cent et deux mille euros par mois sans compter les quelques centaines d'euros mensuels des marques, et vas-y que je t'annonce que la youtubeuse la plus populaire aux Etats-Unis gagne certainement quelques trente mille euros par mois et que je te dise que deux filles de onze ans (sans commentaires) ont presque deux mille abonnés en quatre mois et que je te vante les mérites, que je te sorte les mots "adulée" et "idole" avant "marques", "partenariat", et "argent".

M6 avait déjà diffusé un reportage sur les blogueuses où l'on apprenait que l'une d'elle avait un agent. Et le point commun que j'ai trouvé à ces deux reportages c'est qu'on vante les blogueuses/youtubeuses et qu'on sous-entend presque que ça a été facile. Combien de jeunes filles, après ce reportage, ont ouvert un blog mode ou beauté ? Et combien, à la suite du reportage d'aujourd'hui, ont ouvert une chaîne Youtube ? J'ai parié sur dix mais j'ai été franchement petite joueuse. Je ne blâme pas ces filles, je veux dire... c'est tentant quand même, se dire qu'on peut gagner deux mille euros par mois en ayant presque neuf cent mille abonnés et un nombre de vues par vidéos pointant à un million cinq. Ça marche aussi pour d'autres domaines que la beauté d'ailleurs ; combien de fois je me suis prise à imaginer avoir dix mille vues par mois ? Mais il faut redescendre sur Terre deux minutes.

Ce qu'on oublie c'est que la jeune youtubeuse du reportage (que je ne suis pas parce que je trouve qu'elle se la pète un peu) a commencé en Seconde et qu'elle est maintenant, d'après ma soeur, en première année de fac. Je suis allée regarder et elle a presque neuf cent mille abonnés. Si elle n'a pas redoublé ça fait quatre ans. Alors oui, neuf cent mille abonnés en quatre ans ça fait du deux cent vingt-cinq mille par an. C'est beaucoup. Mais plus on en a, plus on a de visibilité et plus on en gagne rapidement. Forcément. Bref. Il y a une autre youtubeuse que je suis et qui a presque quatre-vingt-dix mille abonnés et qui blogue depuis sept ans. Une autre qui est là depuis deux ans il me semble et qui vient de passer la barre des trois cent mille. Et il n'y a pas que les youtubeuses, ça marche aussi pour les blogueuses. Quand on va dans l'annuaire d'Hellocoton et que l'on voit que les "stars" ont cinq mille abonnés on se dit qu'on va ouvrir un blog et qu'il va nous arriver la même chose. Parce que ça à l'air facile. Mais depuis combien d'années bloguent-elles ? Dans le succès il y a la chance (chance pure, et puis celle d'être arrivée en premier, comme dans un wagon de métro : c'est devant qu'il y a toujours le plus de monde) et puis certainement un peu de talent et de capital sympathie. Mais aussi du travail.
Certaines en ont fait leur métier. Ça veut dire vingt-quatre heure sur vingt-quatre. Faire des vidéos, entre le moment où elles allument leur appareil et celui où elles postent la vidéo, peut leur prendre jusqu'à huit heures. Une journée de travail. Ça leur demande du temps et de l'énergie, pour faire les choses bien. Alors oui, elles ont du succès, mais combien d'heures ont-elles travaillé pour l'avoir, ce succès ? Ce que je veux dire c'est que ces reportages sur les blogueuses et youtubeuses ne reflètent pas la réalité ; on nous dit qu'il y a des jeunes femmes qui reçoivent des mails avec des propositions de partenariats, des paquets pleins de cadeaux (et ensuite certaines envoient des grilles tarifées détaillées, c'est effrayant), et des sous-sous (dans les librairies on voit même parfois les livres des blogueuses BD). Mais on ne nous dit pas combien de temps elles passent dans leur chambre, leur salon ou leur jardin, a parler à un appareil photo auquel elles montrent des produits.

Du coup, comme les reportages laissent dans l'ombre tout un pan du mur on se retrouve avec des jeunes femmes qui ouvrent leur chaîne tous les jours en décidant de tenter leur chance et puis, en voyant qu'un mois plus tard elles ne reçoivent ni cadeaux ni réponses des marques, sont déçues et s'étonnent. Parce qu'aujourd'hui c'est comme dans la comédie ou la chanson, c'est professionnel ; c'est difficile de percer parce que le public est exigeant, veut des images, un son, et des montages de qualité et que les marques ne s'intéressent qu'aux blogueuses/youtubeuses déjà installées. Elles pensent que c'est facile et sont surprises en découvrant que ce n'est pas le cas. Et c'est pareil avec les blogueuses.

Alala ces journalistes... ! Faut tout leur dire ! xD
(Heureusement que je veux devenir journaliste parce que ça pourrait être mal interprété).
Bref.

Voilà, c'est tout :) Qu'en pensez-vous ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

18 commentaires:

  1. Ha je suis totalement d'accord avec ton article ! On croit trop que c'est facile , à la portée de tous, mais ce n'est qu'un miroir aux alouettes... Il faut du travail, et parfois, on omet de le dire, de l'argent, car je pense à certaines blogueuses qui n'ont pas débuté sans rien et qui sont actuellement des blogueuses stars tres pretentieuses ( betty si tu m'entends ).

    Romy
    http://linconstance.blogspot.fr

    RépondreSupprimer
  2. Aaah le journalisme... vaste débat !

    De ce que je me souviens de 100% Mag (même si ça fait très longtemps que j'ai pas regardé), l'émission est plutôt composée de sujets plutôt courts, un peu conso/événements/anecdotes. Ce que je veux dire c'est que les sujets ne sont pas revendiquées comme des reportages ou enquêtes poussées d'une qualité phénoménale. C'est là pour raconter une tendance, si ça peut vendre un peu de rêve à la ménagère (cible privilégiée des annonceurs et donc des TV) en plus c'est mieux, et ça s'arrête là. Et comme c'est super court, l'angle est hyper resserré sur les filles à succès parce que c'est plus 'vendeur' que toutes les autres.

    Après s'il y a des jeunes (ou des moins jeunes) à qui ça donne envie de se lancer en pensant que ça se construit en soufflant dessus, ils vont rapidement apprendre.... ou arrêter.


    Bref tout ça pour dire qu'un sujet dans 100% Mag n'est pas fait pour refléter toute la réalité, mais seulement la partie qui va plaire à l'audimat et lui donner envie de rester. Et si à la rédac', on a mis face à face la youtubeuse qui gagne 30 000 et la fille qui cumulent études, stage, et blogging et galérant 100 ans pour prendre une photo correcte avec son smartphone... Ils ont pas du débattre longtemps.
    Pour plus de précisions, il faudra certainement chercher sur d'autres chaines, ou d'autres supports. A chaque média et titre sa ligne éditorial, heureusement!


    xoxo
    Lily

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais je trouve ça quand même un peu dommage qu'il n'y ait pas eu une seule fois une phrase du genre "elle a mis tris heures à filmer cette vidéo et deux de plus pour le montage", juste comme ça, glissé entre deux phrases positives. Peut-être que c'était pour ne pas effrayer les téléspectatrices type "han ! cinq heures ! mais j'ai pas le temps !" ou "cinq heures ! c'est abusé faut pas déconner", mais je trouve ça quand même dommage.

      Supprimer
    2. Coucou :)

      Peut être que c'est les youtubeuses/blogueuses elles même qui devraient en parler après tout. On est les mieux placés pour parler de ce que nous connaissons.

      Bonne journée ;)

      Supprimer
  3. Bonjour, oui c'est vrai que ce genre de reportage doit tenter beaucoup de nanas ... Mais moi qui suis une blogueuse maman et beauté depuis un an, je suis assez contente de la tournure de mon blog. Du départ, j'ai eut de nombreux partenariats, peut-être que j'ai eût de la chance, en tout cas comme tu dis c'est énormément de travail. J'ai ouvert ce blog pendant ma grossesse alitée, donc moi, je n'avais que ça à faire ... Et cet univers m'a plu et je me suis investie dedans ... J'en suis à 150000 vues en 1 an je suis satisfaite ... De toute façon ce n'est pas les chiffres qui comptent vraiment... Pour moi, le plus important c'est le genre de lectorat. Donc, je pense que pour blogguer, la première chose à avoir en tête c'est écrire pour son propre plaisir, et partager sans attendre rien en retour. En tout cas tu as fait un superbe article, alors révérence Mdame ... Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que le succès est un savant mélange de chance, de travail, et d'une espèce de talent... comme tu dis tu n'avais "que ça à faire" donc tu as pût le faire à fond, alors que d'autres peuvent ouvrir leur blog alors qu'elles sont étudiantes et ont des cours à suivre par exemple, et je crois que ça joue un peu. Et puis tu es en beauté et maman et je crois que ça à plut parce que tu as monté qu'on pouvait prendre soin de soit en étant enceinte et en étant maman. Enfin bref ^^'
      Mais oui, quoi qu'il en soit ce n'est pas vraiment les visites qui comptent enfin... un peu quand même parce qu'un blog est quand même fait pour être lu à la base mais c'est aussi important d'avoir des gens qui lisent vraiment les articles. Et puis je crois que, quand on blogue en attendant des tas de partenariats et tout ça, quand ce n'est pas "vrai", ça se sent.

      Supprimer
    2. Oui, les partenariats arrivent et il faut savoir bien cibler ... On me contacte des fois pour des choses qui n'ont rien à voir avec la beauté ou les enfants et là je refuse ... Enfin, ce qu'il faut retenir c'est que le plus important quand on a un blog, c'est qu'il faut en faire un véritable loisir et s'éclater... Sans passion, rien n'est bon !!!

      Supprimer
  4. Une chose à dire? AMEN.
    Même si je figure dans les stars Hellocoton. Et que je suis journaliste :D
    Je partage ton article ;)

    Des bisous

    RépondreSupprimer
  5. Et que deviendrait 100% sans les blogueuses et youtubeuses qui leur fournissent de la matière
    gratos ?!
    Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu écris là !
    Djahann

    RépondreSupprimer
  6. Je fais mon blog pour le plaisir et je me demande si j'en était tributaire d'un salaire est ce que je serais toujours honnête toujours aussi dans le plaisir ..je me pose la question??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être que tu serais toujours dans le plaisir mais que parfois tu te mettrais la pression pour publier un nouvel article parce que ça fait longtemps et que tu perds de l'argent ? Du coup certains articles seront peut-être moins spontanés... c'est vrai que je ne me suis jamais posé la question.

      Supprimer
  7. Voilà un article qui montre à quel point la télévision nous manipule ....

    Estelle

    lamodeestunjeu.fr

    RépondreSupprimer
  8. vu que la belle strange red haired a partagé ton article tu vas recevoir dix mille messages (au moins) du coup je te la fait courte : putain oui c'est du taf !!!
    bisous

    RépondreSupprimer
  9. Tu as totalement raison. Je suis dans la blogosphère depuis bien 3 ans et dans l'univers de Youtube depuis environ 4 ans et je dois avouer que c'est un travail de plein temps si tu veux rester dans la course. Ca a beau être ma passion, j'en prends du plaisir à lire les articles, écrire, faire des photos, etc... Mais il suffit d'une période creuse, une période où, par exemple, tu retrouves du travail et que tu ne peux plus te consacrer uniquement à ta passion pour que l'ébullition descende comme un soufflé et que tu ne sois plus rien. Je réalise que mon blog et ma chaîne Youtube n'ont plus le même succès qu'auparavant, mais qu'importe, j'apprécie ce que je fais, ce que j'écris et si ça peut aider, c'est plutôt cool non ?

    RépondreSupprimer
  10. C'est fou comme ce genre de reportages lancent de la poudre aux yeux..
    Je n'ose même pas imaginer la vie des ces youtubeuses aux plus de 100 000 abonnées ni même celle des bloggeuses "star".. Le partage doit être tellement relatif.. Elles ne peuvent sûrement pas lire tous les petits messages qu'elles reçoivent.. Et puis je pense que leurs avis sont surement achetés par les marques malheureusement.. Je ne suis plus tellement ces têtes d'affiches, je préfère m’intéresser aux "petites" bloggeuses et youtubeuses, celles qui sont accessibles et avec qui on peut avoir des rapports à taille humaine !

    RépondreSupprimer
  11. Travaillant avec des youtubeuses beauté ton article m'interpelle beaucoup. On critique beaucoup les marques qui contactent les blogueurs/youtubeurs mais rarement l'inverse. Combien de fois je reçois des mails de blogueurs qui veulent un partenariat (les 3/4 du temps rémunérés bien sûr) alors que ça fait seulement un mois que le blog existe. Et bien désolé ce n'est pas comme ça que ça marche, un partenariat c'est un échange entre la blogueur/youtubeur ET la marque où les deux doivent trouver leur intérêt. Alors oui les marques vont vers les blogs où il y a le plus de lecteurs il faut bien que leur "publicité" soit efficicace. Bref je m'arrête là si ça continue je vais écrire un article ;) En tout cas tu as bien fait de mettre en surface cette situation.

    RépondreSupprimer
  12. hello je viens de lire ton article, après avoir lu ton commentaire sur mon blog (je sais pas si c'est celui que tu m'as évoqué mais enfin je suis tombée sur celui-ci). Et je suis bien d'accord avec toi, et je vois que tu te rends tout à fait compte toi aussi de la charge de travail que ces filles ont et que non, ce n'est pas facile, c'est vrai que ça peut en frustrer beaucoup tout ces sous qu'elles gagnent (mais ces salaires là ne concernent qu'une minorité car comme tu dis c'est pas facile d'arriver à cette notoriété là...), parce que ça peut paraître disproportionné, mais en revanche moi ça ne me choque pas du tout que des blogueuses ou des youtubeuses en ont fait leur métier et qu'elles vivent de cette passion là!! c'est vrai que tout ça a beaucoup évolué et qu'on est loin de ces filles qui prenaient des vidéos dans leur chambre d'ados, cette évolution a des bons et des mauvais côtés, et puis ça dépend de chacune j'imagine ;) bref je m'égare beaucoup aha bonne soirée à toi!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ce n'est pas lui, ça s'appelait "le cercle vicieux de la youtubeuse" mais en tout cas c'est gentil d'avoir cherché ^^'
      Ça ne me choque pas qu'elles en aient fait leur métier, ce qui me choque davantage, comme la plupart des personnes, c'est le salaire qu'elles peuvent se faire. Et, si je voulais vraiment faire ma mauvaise langue, je dirais : celles qui sortent un livre le font-elles pour partager leur expérience au plus grand nombre ou parce qu'avec 10% de droits d'auteur elles touchent le jackpot ?

      Supprimer

Un petit mot ? :)