vendredi 25 avril 2014

Indifférence

Bonjour :)

J'ai appris (et j'aurai préféré, soyons honnêtes, ne rien savoir) qu'une jeune madame a été agressée sexuellement dans le métro. Pendant trente minutes dans l'indifférence d'un métro bondé. Et apparemment, sur les vidéos des caméras de surveillance (pas de chance, les gars) on voit clairement les gens se détourner, éviter la scène alors que la jeune madame se fait toucher les seins, les fesses, se fait agresser verbalement et physiquement, menacer...

Moi je veux bien qu'on me rétorque que je suis trop pessimiste quand je dis, en gros, que je ne crois pas vraiment dans le genre humain. Comme quand j'ai appris qu'on avait trouvé une planète semblable à la Terre et que j'ai dis qu'avant d'aller polluer un autre caillou on ferait mieux de sauver le nôtre d'abord, que oui, on pourrait toujours créer des règles, faire venir peu de gens, mais que pour foutre le feu à une forêt il suffit d'un seul mégot. Bref. Mais quand j'entends qu'une madame s'est faite agresser et que personne n'a rien fait je me dis que je n'ai pas encore franchi la limite entre réalisme et pessimisme.

Il va falloir qu'on m'explique comment est-ce qu'on peut laisser une personne se faire attaquer, menacer, sans rien faire. Par peur de se prendre un coup ? A ce moment-là, si t'as peur de te prendre un coup, tu ne traverse plus la rue, puis même avant ça tu ne descends pas les escaliers de chez toi parce que tu peux tomber et te faire mal, t'ouvrir le crâne ou même mourir. Et puis tu ne prends pas l'avion, tu pourrais avoir un accident. De toute façon pour aller à l'aéroport à pied je te souhaite bon courage ; la voiture aussi c'est dangereux, tu peux en mourir ou en tout cas te faire très mal. Et qu'on ne me dise pas que ce n'est pas du tout pareil. Bien sûr que si c'est pareil ; tu vas en avant du danger. Sauver une personne qui se fait agresser c'est aller en avant du danger et prendre sa voiture c'est aller en avant du danger parce que, si, une voiture, c'est dangereux. Mais un couteau aussi c'est dangereux, alors ne cuisine pas, et puis n'utilise pas non plus ton four pour décongeler des choses : tu pourrais te brûler. Je vais volontairement dans l'extrême parce que tout est dangereux si on y réfléchit.

Alors pourquoi ? Par timidité ? Par absence de réel courage ? Mais le sens moral dans tout ça ? (ça y est, je fais de la philo, sauvez-moi). On vit en communauté, dans une communauté on se soutient. Comme les éléphants. Y'a quelques années j'avais vu un documentaire où tous les éléphants d'un groupe aidaient un bébé à sortir de la boue. Je n'ai pas retrouvé cette vidéo qui doit être un peu vieille mais j'en ai une autre. La mère sort seule son éléphanteau, mais les autres éléphants sont autour et au début ils tendent la trompe pour aider la mère. Et en cherchant j'ai trouvé une autre vidéo où le petit est sauvé de la noyade par plusieurs adultes de sa famille. Est-ce que c'est moral, éthique, de rester indifférent face à une personne en danger ? Je ne pense pas...



Je ne comprends pas comment on peut voir une personne se faire agresser, ne pas parvenir à se débarrasser seule du gars, et ne rien faire, continuer ses petites affaires, et rester indifférent, comme si c'était normal. A ce moment-là fallait le dire plus tôt, ça aurait épargné du stress à pas mal de gens qui essayent de trouver un scénario crédible pour maquiller un meurtre en suicide ou en accident. S'ils pouvaient tuer ou violer en pleine rue c'était bien la peine d'aller dans un coin paumé au fin fond d'une forêt boueuse en plein mois de Novembre. Le pire c'est que j'exagère à peine, je pense. Parce que si des gens sont capables de ne rien faire quand quelqu'un se fait agresser ils ne vont rien faire non plus quand une autre aura un couteau sur la gorge. On peut toujours dire que ce n'est pas pareil, que là il y a danger de mort... mais la fille de Lille aussi elle pouvait mourir. Perdre son sang froid, avoir un accès de rage inconsidéré c'est possible. Le mec il aurait pût la battre à mort ou au moins l'envoyer à l'hôpital.

Cette affaire j'en ai entendu parler à la radio, sur RTL (oui, j'ai trahi Europe1 :P), et Marc-Olivier Fogiel qui présentait a dit "voici donc une histoire qui illustre bien l'individualisme de nos sociétés modernes". Et finalement c'est vrai, on est dans le chacun pour soi poussé à l'extrême. C'est peut-être le moment de se remettre en questions ; de remettre en question notre empressement à aller d'un point A à un point B dans l'indifférence la plus totale de ce qui se passe autour de nous, le moment de remettre en question notre acceptation à sacrifier une personne en danger, à ne pas l'aider, pour préserver notre intégrité physique, le moment de remettre en question la petite voix qui nous souffle que si on ignore une chose elle n'existe pas. C'est peut-être le moment de se poser des questions. Comme qu'est-ce qui nous pousse à agir comme ça ? 


Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires:

  1. Ça me dégoûte aussi, par principe je ne comprends pas vraiment qu'on puisse laisser faire ça. Ceci dit j'ai déjà lu des témoignages où les gens dans le bus mettaient dehors le gars qui touchait une femme, et tant mieux. Après je pense que c'est plus une histoire de peur qu'autre chose, on ne sait jamais sur qui on tombe dans le métro... (ok tout est dangereux, mais on ne s'en rend pas forcément compte alors que c'est clair que ça peut un peu filer les jetons d'aller au devant d'un inconnu apparemment un peu dérangé pour lui intimer d'arrêter ce qu'il est en train de faire). Mais je suis d'accord avec toi, c'est dégueulasse de lâcheté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que voir un mec bourré qui agresse une femme ça fait plus peur que de prendre sa voiture tous les jours et qu'on risque peut-être de s'en prendre une... mais si une personne agit peut-être que ça suffirait pour qu'une deuxième se lance, et à deux contre un c'est déjà un peu moins intimidant. Et puis cette jeune femme elle a demandé de l'aide, normalement quand quelqu'un cri au secours tu y vas...

      Supprimer
  2. Je suis déjà choquée par le nombre d'agressions sexuelles dans le métro, mais encore plus par le fait que les gens se comportent comme si c'était quelque chose de quotidien, d'habituel. Peut-être que ça arrive souvent, mais je suis complètement en accord avec ton avis. Encore une excellent article pour un sujet qui tient à coeur à beaucoup de femmes.

    RépondreSupprimer
  3. Je me souviens d'une seule chose apprise en psycho. Si on se fait agresser, vaut mieux qu'il y ait un public restreint parce que, naturellement, l'homme, va se dédouaner. Il va penser que quelqu'un d'autre va secourir la personne en danger et ainsi de suite. Ce n'est pas vraiment de la lâcheté au sens propre du terme parce que si la jeune femme se fait agresser devant une seule personne. Cette personne se sentira obligé de réagir car c'est la seule à pouvoir le faire. Or, là, ils étaient nombreux autour d'elles, donc ils se dit que quelqu'un d'autre réagirait à leur place. Problème : quand tout le monde fait ça, parfois finalement personne n'aide, comme dans l'histoire que tu racontes. Mais je ne crois qu'il faut être pessimiste, des personnes qui ont le coeur sur la main, qui se jetteraient dans le feu pour en secourir d'autres, ça existe encore. Il ne faut pas l'oublier et peut-être valoriser ces héros du quotidien :-)

    RépondreSupprimer
  4. Incroyable mais malheureusement pas étonnant... En tout cas merci d'en parler ! :)

    RépondreSupprimer
  5. la grande majorité des gens sont lâches. Ne dit on pas par exemple que si on est agressé chez soi, il faut crier, non pas au voleur ! mais au feu ! car alors, les gens craindront que celui-ci n'arrive jusqu'à eux. Mais il y a aussi un autre facteur qui entre en jeu et qui est : "l'effet de surprise" certains se figent sur place, incapables de réagir et d'autres agissent sans réfléchir et dans ces deux derniers cas, il ne s'agit ni de lâcheté, ni de courage.

    RépondreSupprimer

Un petit mot ? :)