samedi 8 mars 2014

Women Wishes

Bonjour :)

L'autre jour quand j'ai lu que pour aujourd'hui il y avait l'opération Women Wishes, un tweet un vœu pour les femmes, et que j'ai lu quelques exemples de vœux (genre être payées aussi bien que les hommes, et tout ça), j'ai trouvé ça un peu niais (c'est mon côté caractère de cochon ^^'). Et puis faire un truc pour la journée de la femme... bof. Même la blague entendue dans un sketch de Jérémy Ferrari que j'ai sorti en retard l'année dernière je ne voulais pas la mettre. Mais quelques heures plus tard j'ai reçu la newletter de Time To Sign Off que je reçois tous les soirs et j'y ai lu ça : "Agence européenne des droits fondamentaux : une femme sur 3 dans l'UE a subi des violences physiques ou sexuelles au moins une fois dans sa vie depuis l'âge de 15 ans. STOP." et je me demande jusqu'à quel point ce chiffre pourrait monter si toutes les victimes parlaient (parce que j'imagine qu'ils se sont basés sur les plaintes). Et dans le même genre d'infos j'ai aussi celle-là : "Selon la Banque mondiale, les femmes âgées de 15 à 44 ans sont statistiquement plus menacées par le viol et la violence domestique que par le cancer, les accidents de voiture, la guerre et la malaria."

Du coup, moi, pour Women Wishes, je vais quand même faire un vœu. Mon vœu c'est que toutes les femmes victimes trouvent la force d'entrer dans un commissariat et de porter plainte et, avant ça même, si elles sont battues par leur compagnon, trouvent la force de partir. Loin. Vite. Sans trouver d'excuse. Mon vœu c'est que ces femmes soient fortes. Mon voeu c'est qu'on aide ces femmes, qu'on parle de ces femmes, parce qu'elles sont plus importantes que les petites réflexions de Candeloro pendant les JO. Au lieu de parler de lui n'auraient-on pas mieux fait de faire du tapage médiatiques pour toutes ces femmes ? Parce quand elles parlent, quand elles demandent de l'aide aux associations, on ne peut pas toujours leur donner des chambres parce que parfois les enfants ne sont pas acceptés, ou alors plus à partir d'un certain âge, parce que le standard du centre est fermé, ou simplement qu'il n'y a plus de chambres libres. J'ai d'ailleurs demandé à Elodie du Blog du Dimanche de m'envoyer le lien de la vidéo qu'elle avait faite à propos de ça et que je ne retrouvais pas :


Et moi c'est de ça que j'aimerai qu'on parle. Pas des Femens qui vont aller dans une énième église (je précise que je suis athée), pas de Candeloro, pas de telle ou telle pub, pas de tel ou tel propos, passez-moi l'expression mais : à la limite j'en ai rien à foutre. Vraiment. Mon vœu à moi pour Women Wishes c'est qu'on fasse tout pour que ces femmes, violentées, violées, puissent trouver refuge quelque part et ça simplement ! Sans se prendre la tête, limite elles sortent de chez elle et au coin de la rue il y a un centre. Parlons des choses importantes au lieu de s'arrêter sur des petites choses insignifiantes. Je m'en fiche moi si, demain, dans la rue, on me fait une réflexion sexiste parce que j'aurai mis une jupe. Oui, je vais m'énerver mais au final ce ne serait pas grand chose. Par contre si demain une amie se fait frapper par son copain (moi j'en ai pas de copain donc ça va être plus compliqué ^^'), ou que je me fait violer, je m'en foutrais beaucoup moins.

Et la métaphore du petit cailloux dans la chaussure qui fait mal et empêche de marcher et qu'il faut donc enlever, je ne veux pas en entendre parler. Pour moi c'est une excuse, et mauvaise en plus de ça. Parce qu'on peut très bien décider de l'ignorer, de tortiller son pied dans sa chaussure pour qu'il se déplace et fasse moins mal et en tout cas ne pas perdre du temps à enlever sa chaussure, comme ça on arrive plus vite à destination. Le cailloux dans la chaussure on s'en fiche (presque), l'important c'est la montagne au pied de laquelle on est et qu'il faut faire sauter à la dynamite.

Donc voilà mon vœu à moi ce n'est pas de gagner plus d'argent, ce n'est pas de gagner juste assez de respect pour qu'on garde pour soit les répliques sexiste, c'est d'en gagner suffisamment pour que les femmes violées et battues n'existent plus ! Ca me parait plus important que quelques chiffres de plus sur une fiche de paie ou la question de la parité (qui dé-sert les femmes je trouve, d'ailleurs). Et mon vœu c'est que ce respect soit gagné dans le monde entier, parce qu'un article de Marie a bien montré que c'était la merde ailleurs. Et à côté de ça, l'autre jour, dans l'Emission Pour Tous de Ruquier, on invitait Candeloro et lui parlait encore de ses réflexions. Alors, je sais, je me répète, mais mon vœu c'est qu'on prenne à bras le corps la difficulté pour les femmes battues et/ou violées d'être prises en charges. Et mon vœu pour Women Wishes c'est que toutes ces femmes trouvent de la force, qu'elles se battent comme des guerrières !


Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires:

  1. TRES BIEN DIT. On nous rabâche les oreilles avec des niaiseries, on nous parle d'égalité de salaire. Alors que le vrai problème est ailleurs. Le vrai problème c'est les femmes, ici et ailleurs, des femmes qui sont nos voisines, nos soeurs, nos amies. Ce sont les femmes qui souffrent et qui culpabilisent alors que leurs agresseurs restent libres. Le problème des autres est NOTRE problème. Nous devons agir main dans la main pour créer un monde juste basé sur une valeur phare le respect. Une femme ne devrait plus avoir peur de quitter un compagnon qui la maltraite, elle ne devrait plus avoir peur d'aller déposé plainte dans un commissariat, un agent de police ne devrait plus lui rire au nez (parce que la violence est devenue trop banale) et elle devrait aussi avoir un soutien inébranlable autour d'elle pour s'en sortir.
    Mon voeu rejoint le tien Melgane. Et si nous sommes plusieurs à le faire, il a une chance peut-être un jour de se réaliser. Je crois que l'urgence est là.
    MERCI

    RépondreSupprimer
  2. J'ai commenté sur ton profil Hellocoton avant de voir cet article, zut...

    Bon, je comprends totalement ton indignation sur les violences faites aux femmes, je la partage (chaque fois que je lis un témoignage ou un article à ce sujet, je rendre dans une rage noire), mais je crois que tu fais erreur en hierarchisant les luttes;
    Déjà parce qu'elles peuvent toutes se mener en même temps. Ensuite, parce que tout ça fait partie d'un "tout", le patriarcat, contre lequel on ne peut lutter qu'en analysant, disséquant et exposant tout ce qu'il comporte.
    Dites-vous bien une chose: le mec qui va vous traiter de pute dans la rue parce que vous portez une jupe, c'est probablement celui qui va, ou a, violé, et/ou frapper une femme. C'est surtout un homme qui vous fait clairement comprendre qu'en tant que femme, votre place n'est pas dans la rue, et que si vous y êtes, alors vous devez vous soumettre à son jugement de "mâle".

    Je suis désolée pour le pavé, et je ne suis pas douée pour ce genre de choses, surtout qu'au final, je suis aussi révoltée que vous à ce sujet, mais ce que je voulais mettre en évidence, c'est que tout ça est bien plus complexe et profond qu'il n'y paraît, et si on laisse passer le moindre truc "insignifiant", on laisse la porte ouverte au reste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois ce que tu veux dire :)

      T'inquiètes pas pour la longueur du commentaire, il n'est pas si long que ça :)

      Supprimer

Un petit mot ? :)