lundi 17 mars 2014

Réussir.

Bonjour ! :)

Je suis effarée.
Tout est parti d'un reportage sur les enfants surdoués. Ma mère étant institutrice je lui ai demandé si part hasard on ne pouvait pas les former pour limiter les dégâts (étant donné que tous les parents ne peuvent pas payer des écoles spécialisées à leur enfant surdouée), ou faire intervenir des professionnels en soutien à la fin de la journée (valable aussi pour les enfants dyslexiques et dyscaculiques, entre autre). Elle m'a expliqué qu'à un moment ils avaient une institutrice qui n'avait pas de classe mais intervenait dans les autres pour permettre, par exemple, un travail de groupe encadré. Apparemment ça fonctionnait bien, les élèves de l'école (en ZEP) avaient de très très bons résultats. Sauf qu'on a retiré cette personne. Parce que figurez-vous qu'il y a un sigle qui veut dire à peu près "on veut réussir" et qui rapporte de l'argent à la mairie. Mais quand les enfants réussissent trop l'école n'est plus en "on veut réussir", du coup la mairie n'a plus de pièce dans sa tirelire et comme tu sais maintenant comment réussir on t'enlève l'aide qui t'a permis de réussir (paye ta logique).

Et apparemment si tu gardes cette aide tu n'es plus en ZEP et les profs ne sont pas spécialement contents parce que quand tu es en ZEP tu as une prime. Donc ils risquent de faire grève (c'est moche la démocratie ; faire passer une prime par-dessus le bien c'est enfants c'est mal). Moi je me dis un truc. Ils font grève ? Très bien, alors faisons venir des profs remplaçants de Belgique (j'imagine qu'ils en ont) et qui n'ont pas de classe et faisons travailler les étudiants de dernière année qui n'ont pas encore tout à fait leur diplôme, payons-les avec le salaire des grévistes, et quand ils en auront marre de voir leur argent partir à des étrangers (c'est moche de jouer sur la xénophobie) et à des jeunes même pas sortis de l'école ils reprendront leur classe (et accessoirement le ministre de l'éducation se sera mis tous les profs à dos).

Je ne comprends pas qu'on mette une histoire d'argent au-dessus du bien des enfants ! Surtout que ces enfants vont grandir, avec de bonnes bases, réussir, avoir un métier donc un salaire et payer des impôts donc l'Etat va gagner de l'argent, au final. S'ils gagnent bien leur vie ils vont beaucoup consommer. Peut-être avoir des enfants. Et les enfants c'est l'avenir d'un pays. Donc au lieu de s'occuper de nous, de nos petits sous-sous, est-ce qu'on ne ferait pas mieux de miser sur l'avenir, sur les enfants, sur les jeunes et les jeunes adultes ? De les aider à réussir ? L'argent c'est bien, ça aide à plein de choses, mais à un moment il faut choisir les priorités. L'éducation est une priorité, pour certains grands penseurs (dont Victor Hugo il me semble), être éduqué c'est être plus libre. Dans la devise de la France n'y a-t-il pas le mot "Liberté" ? (Je joue sur la xénophobie, je critique le droit de grève, et en plus j'utilise ouvertement la devise de la France pour mon argumentaire, je suis horrible comme fille ! xD).

Voilà. Je ne comprends pas. On se sert de l'échec scolaire pour gagner de l'argent, on refuse que les enfants réussissent pour gagner de l'argent, on n'aime pas la réussite, et après on se plaint qu'il y ait la fuite des cerveaux. C'est sérieux là ou pas ? Je ne comprends pas... je suis peut-être un peu bête, je sais pas, mais je ne comprends pas l'intérêt de gagner de l'argent sur le dos d'enfants qui ont du mal à réussir en classe et de ne même pas utiliser cet argent pour les aider vraiment (puisqu'on sait comment les aider mais qu'on ne veut pas le faire). Je suis déjà pessimiste de nature mais là je crois que j'ai atteint le point de non retour sur l'échelle du "j'y crois plus". Ça me donnerait presque envie de corrompre le Président pour qu'il me nomme au ministère de l'éducation nationale.


Rendez-vous sur Hellocoton !

10 commentaires:

  1. Ma mère est institutrice spécialisée (elle travaille en CLIS, Classe d'Intégration Scolaire), elle est censée s'occuper "seulement" des enfants qui ont un léger retard, et elle se tape carrément des handicapés qui devraient être en institution ou des enfants très perturbés psychologiquement, avec des parents qui, soit n'en ont rien à faire, soit eux-même légèrement handicapés mentaux... Depuis des années, elle raconte comment l'EN fait absolument n'importe quoi et est totalement en décalage avec la réalité. Honnêtement, c'est un peu désespéré, entre l'EN à côté de la plaque et beaucoup d'instits/profs qui font grèves dès qu'on change un truc, sans parler des parents qui croient tout savoir mieux que tout le monde. Enfin, on le sait, moins les enfants sont instruits, plus ils seront des adultes malléables. Je crois que le mieux à faire pour les jeunes, c'est de se barrer le plus vite possible d'un pays où on ne veut pas qu'ils réussissent.

    RépondreSupprimer
  2. Je pense que les profs belges ont suffisamment à faire que pour venir remplacer vos profs. (Et accessoirement, on en a ptèt pas envie non plus, mais bref.)

    C'est facile de dire "les profs, ces gros veaux, ils voudraient faire le moins possible et gagner plus d'argent sur le dos des pauvres enfants" (tu ne l'as pas dit comme ça mais c'est ce que j'ai compris de ton article). Penses-tu qu'en ZEP, ils ont les moyens de mettre en place des choses pour aider les enfants ? Penses-tu qu'en ZEP, les gamins ont envie de réussir et de s'en sortir ? Je bosse pour le moment dans une école (belge) qu'on pourrait qualifier de ZEP. 90% de mes élèves sont là "en attendant d'avoir 16 ans (âge auquel ils pourront aller en CEFA) et la moitié provoque les profs à longueur de journée pour décrocher un renvoi pour glander chez eux. Alors oui, peut-être que les professeurs (certains) descendent dans les rues, font grève, râlent parce qu'ils sont payés en retard (WTF ? dans quel monde les gens acceptent de bosser sans être payés pendant plusieurs mois ?), en ont ras le bol d'être la cible des clichés incessants ("arrête de te plaindre, tu passes la moitié de l'année en vacances"), mais en attendant, ils ne sont pas les seuls responsables de la situation. Et chaque école a des cas différents qu'il est presque impossible de régulariser. Les enfants qui devraient être dans le spécialisé et qui ne le sont pas pour X raisons. Les enfants qui ETAIENT dans le spécialisé mais qui réintègrent l'enseignement traditionnel parce qu'ils bossaient bien. Les enfants qui sont là uniquement pour faire acte de présence parce que sinon, papa et maman ne touchent plus les allocs. Et j'en passe !

    Bref, je déteste quand on déblatère sur les profs, surtout en zones difficiles. Surtout quand on n'a pas vécu la réalité du terrain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je me doute que les profs Belges ont autre chose à faire, et je me doute bien que ce n'est pas une solution possible, j'avoue je me suis un peu laissée emporter xD

      "les profs, ces gros veaux, ils voudraient faire le moins possible et gagner plus d'argent sur le dos des pauvres enfants" ce n'est pas ce que j'ai dis et ce n'est pas ce que je voulais dire. Je voulais parler de l'Etat (enfin des maires, puisque c'est elles qui gagnent de l'argent).

      Je ne déblatère pas sur les profs, pas du tout ! Bien sûr qu'il y a des profs incompétents en primaire, en collège, et en lycée, (j'en ai eu un au début de l'année, les cours faisaient deux lignes par sous-partie, on recopiait le livre, et un jour une fille a demandé quels avantages sociaux avaient eu les Allemands telle année et il a répondu "je suis pas spécialiste de l'Allemagne", enfin bref), mais ce n'est bien heureusement pas la grande majorité ! Je n'en veux pas aux profs, pas du tout ! J'en "veux" aux gens qui décident des sigles et qui décident de retirer les aides aux écoles pour les laisser en "on veut réussir" et gagner de l'argent. Parce qu'en toute logique cette prof en plus dans l'école de ma mère n'aurait pas dû être retirée puisque ça marchait !

      Supprimer
  3. PS : Je tiens à signaler aussi qu'en Belgique, les stagiaires ne touchent pas un balle. Je suis en stage pour un mois, avec un horaire complet (qui oscille entre 21 et 22 heures prestées, devant les gosses, par semaine) et que je suis payée en épanouissements de l'enfant. Quel bonheur, quel plaisir. Mais ça me paiera pas mon prochain plein de carburant.

    RépondreSupprimer
  4. bonjour,
    j'ai découvert ton blog hier sur hellocoton et j'ai passé ma soirée à le lire
    je voulais juste te remercier pour ce moment de fraicheur
    j'aime beaucoup le ton de tes articles (même si parfois on se perd un peu car tes phrases sont longues)
    certains articles m'ont fait sourire, d'autre esquisser un petit rire et d'autres encore m'ont interpellé
    Je suis étonnée que tu ai juste 17 ans de part ton raisonnement et ta façon de voir les choses.
    je voulais juste te souhaiter une bonne continuation et de la réussite dans ce que tu entreprends et te dire de continuer ainsi car ton blog est bien sympa!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Merci, ça me touche beaucoup ! (et je vais faire attention à raccourcir mes phrases ^^').

      Supprimer
  5. Ah ben tiens!!! Je profite de cet article pour balancer un peu je viens d'apprendre que désormais, les instits doivent réaliser un dossier pour faire redoubler un enfant, ce qui est d'ailleurs fortement déconseillé aujourd'hui. Bilan; les enfants ne redoubleront plus, même si c'est nécessaire, ou alors, avec une négociation des parents. La logique??? La logique du fric; ça coûte trop cher de faire redoubler un enfant. C'est vrai qu'il est préférable qu'il foire totalement sa scolarité.

    RépondreSupprimer
  6. Les établissements classés en ZEP ne rapportent pas d'argent à la mairie d'une commune, au contraire : le prix de l'immobilier baisse considérablement à partir du moment où la carte scolaire indique que l'école de rattachement est zep.
    En revanche, les établissements eux-mêmes ont plus de moyens (enfin, ils sont moins à plaindre que les autres plutôt)...

    Pour la grève maintenant. Tu sais que lorsqu'il y a grève, l'enseignant gréviste n'est pas payé n'est-ce pas ? Donc l'état ne "perd" rien fondamentalement ! l'enseignant s'assoit sur environ 114€ en moyenne.
    La prime ZEP quant à elle s'élève à un peu plus de 100€ par mois au prorata des jours travaillés.

    Perso, je ne perds pas 114€ pour en protéger 100€. Je prefere les perdre (et ce autant de fois que nécessaire) pour montrer que je ne suis pas d'accord avec les suppressions des réseaux d'aides (fermeture des RASED, difficultés de se tourner vers les spécialisations clin et clis pour les enseignants volontaires), je ne suis pas d'accord avec la volonté de mettre en place une réforme qu'on croirait écrite sur un sous-verre de bistrot avec 2g dans le sang tant elle est bancale, je ne suis pas d'accord pour entasser 32 élèves dans une seule classe.

    Tu l'auras compris, je suis enseignante en zep, et c'est un choix ! Et pas pour les 100 pauvres euros qui ne me permettront même pas de remplir un caddie (et qui soit dit en passant ne sont absolument pas représentatifs de la quantité de travail que nécessite une classe avec 2, voire 3 niveaux de compétences différents - mais ça peut arriver aussi en classe "ordinaire", je le conçois-)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour la critique de la grève c'était plus du second degré, je sais que parfois ça sert ! :) En fait mon article est moins sur la grève et sur les profs que sur l'éducation nationale qui retire des aides aux écoles alors que ces aides permettent de faire de meilleurs résultats, y compris en ZEP.

      Après, j'avoue que pour faire l'article je ne me suis pas renseignée sur les sommes, et c'est peut-être une erreur d'ailleurs, je me suis juste basée sur la discussion en fait.

      Mais je pense que la prime en ZEP c'est pour la difficulté des relations que du travail des élèves. Parce que souvent on dit qu'en ZEP les élèves sont plus violents (j'ai entendu une prof de collège l'autre jour qui disait qu'elle s'était faite tabassée devant ses élèves par vengeance, mais après j'imagine que des élèves de 8 ans sont moins violents que des plus grands, enfin j'ose l'espérer plutôt !).

      Supprimer
    2. J'ai eu une fracture :) Mais bon.... C'était pas volontaire, j'avais qu'à pas m'interposer dans une bagarre de filles, si mon collègue ne s'était pas pointé je ne suis pas sûre d'avoir pu les séparer !

      Supprimer

Un petit mot ? :)