samedi 1 mars 2014

Ou comment tu fais Inde-Amérique en 1h de train

Bonjour ! :)

Je viens d'apprendre que Sur le chemin de l'école a eu le César du meilleur documentaire (je sais, je débarque) et je suis vraiment trop trop contente. Parce que ce film est génial. J'en avais entendu parler sur Europe1, dans les Carnets du Monde où le réalisateur était invité. Pour ceux qui ne l'auraient pas vu le film raconte quatre histoires (sur la soixantaine, à ce que j'ai compris, qu'ils avaient reçu), des histoires d'enfants qui vont à l'école, qui mettent entre une et quatre heures, à pied ou a cheval. Et tu suis ses enfants, dans quatre pays différents, qui font la route. Deux poussent leur frère assis sur un fauteuil roulant bricolé, une rejoint ses amies dans les montagnes marocaines, un autre accompagne sa soeur et doit lui montrer comment éviter les éléphants et traverser la savane, et le dernier accompagne sa soeur à cheval (il l'a laissé monter devant mais il ne faut pas le dire à sa mère, alors gardez ça pour vous surtout :P).

Et alors il y a un moment très mignon où l'un des enfants, tout en poussant son frère, lui demande où il veut voyager. Et l'enfant dit qu'il prendra le train pour l'Afrique et y sera en quatre heures, et il ajoute qu'il ira en Amérique dans ce même train et mettra une heure. Il annonce ça avec un enthousiasme naïf tout ce qu'il y a de plus touchant. Mais en même temps ce n'est pas du tout dans le misérabilisme, ce sont juste des histoire, juste des caméras qui suivent des enfants. Et puis comme le réalisateur fait normalement des films animaliers il a l'habitude de cacher les caméras, ce qu'il a fait pour que les enfants les oublient et ne jouent pas. On suit juste des enfants, à aucun moment ils se plaignent, à aucun moment on tombe dans le misérabilisme, c'est juste des histoires d'enfants.


Repenser à ce film m'a fait repenser à ce qu'à dit une des filles de ma classe. Elle se plaint parce qu'elle doit marcher quinze minutes matins et soir. Déjà je trouve que quinze minutes en soi ce n'est pas énorme (moi je mets le double pour rentrer chez moi, dont dix minutes de métro) mais surtout elle n'a pas le droit de se plaindre. Pas quand t'as des enfants qui se lèvent avant l'aube et marchent plus d'une heure et demie pour aller à l'école (et en revenir le soir, forcément). Pas quand toi tu as des trottoirs et pas d'autres dangers que des voitures dont tu peux limiter le risque en empruntant des passages piétons et en te fiant aux feux tricolores (bon, d'accord, y'en a qui fonctionnent pas bien) alors que eux doivent faire un détour en montant sur une colline et chercher les éléphants pour savoir par où passer pour les éviter. En fait je trouve que c'est assez symptomatique de ce qu'il se passe chez nous. L'école c'est une corvée, on s'en fiche d'apprendre, alors qu'à l'autre bout du monde y'en a qui se battent pour ça et qui ne se plaignent même pas, au contraire ils sont contents ! Ils ne demandent que ça ! Ils nous verraient nous ils se diraient que franchement on abuse.

Ce film est très beau et qu'on le veuille ou non il te remet les idées en place bien comme il faut. Je me rappelle que le réalisateur disait qu'ils avaient réussi à trouver des fonds pour payer un nouveau fauteuil au petit handicapé. Eh bien cet enfant il ne l'a pas utilisé tel quel, il l'a tout de suite démonter pour consolider le sien. Et hop, ni vu ni connu ça t'en bouche un coin. Vraiment si vous ne l'avez pas vu, si vos enfants ne l'ont pas vu, si vous êtes profs et que vos élèves (petits ou grands) ne l'ont pas vu, tout ce que je vous conseille c'est d'acheter le DVD quand il sera sortit (parce que j'imagine qu'ils vont en sortir un), parce que ce film c'est quatre belles histoires, touchantes, et c'est aussi une grande claque dans ta gueule.

Source image
Source photo

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 commentaire:

  1. J'avais vu l'extrait ! j'avais adoré ce genre d'histoire, j'ai pas eu l'occasion de le voir mais il ne serait tardé ! ce film m'attire beaucoup !

    RépondreSupprimer

Un petit mot ? :)