mercredi 6 novembre 2013

Le regard des autres

Bonjour :)

Hier je suis tombée sur cet article des Blabla de Lili qui parle de la nouvelle campagne de la fondation Abbé Pierre pour changer le regard des gens sur les personnes qui sont dans la rue. Et ça m'a fait penser à quelque chose qui s'est passée dans le métro avec une amie et qu'il me semble que j'avais déjà raconté en message sur Hellocoton et peut-être même que je l'avais mentionné sur le blog mais comme je ne sais plus, que je n'ai pas envie de chercher, dans le doute, j'en reparle ^^'

En fait mon amie et moi nous étions à l'arrêt de métro, il y avait deux SDF, ils sont montés avec nous. Mon amie n'a pas arrêté, pendant tout ce temps (soit moins d'une dizaine de minutes en tout puisqu'ils sont descendus au premier arrêt), de critiquer, de soupirer, à coup de "roh elle lui tape la discut' ! La pauvre dame, obligée de l'écouter". Et moi ça ne m'a pas plu. Je ne vais pas faire la moralisatrice parce que j'avoue que quand je passe devant un mendiant je suis gênée (parce qu'en plus j'ai pas toujours de l'argent dans mes poches) et je ne donne pas. Mais entre ne pas donner et critiquer pendant dix minutes, s'exclamer qu'ils font chier tout le monde et tout ça, y'a quand même un monde. Enfin je crois.

Alors à cette amie je lui ai sortit une histoire que j'avais lu entre classe entre la fin de la primaire et le début du collège et qui m'a marqué. C'est l'histoire d'un collégien qui est nul en math (je compati tellement :P). Tout les matins il va à l'école et passe devant un banc. Sur ce banc il y a une dame, une SDF. Un jour, alors qu'il n'a pas fini ses devoirs, il s'assoit sur le banc. La dame lui propose de l'aider. Il l'envoie un peu bouler parce que bon, si elle est dehors c'est qu'elle est con et n'a pas de travail vous voyez. Sauf que la dame en question elle avait justement fait des études de maths, elle s'était faite virée quelques mois ou années avant, mais elle était méga intelligente. Elle l'aide à faire ses devoirs, il devient un bête en math (bon, à la fin elle se suicide mais ce n'est pas le sujet), ses parents et son profs sont sur le cul. J'ai raconté ça à mon amie en ajoutant "qu'est-ce que t'en sais qu'ils sont pas ingénieurs ? (enfin peut-être pas ingénieur puisqu'ils sont beaucoup recherchés en ce moment normalement, mais quand même !)". Elle n'a rien à trouvé à dire et je dois avouer, si je veux être tout-à-fait sincère avec vous (oui, je le veux :P), que j'étais plutôt fière de moi, ou en tout cas assez contente d'avoir fait en sorte qu'elle arrête de critiquer.

Je ne sortirai pas le message de paix et de tolérance (déjà ce mot a deux sens, le "vrai" et celui qu'utilisent les associations donc bon... bref) que tout le monde sort et qui est : "arrêtons de juger" parce que finalement, quelque part, on passe notre temps à juger. Dans le métro, quand je sors le numéro mensuel de National Geographic, les gens pensent quelque chose de moi : ils me jugent que ce soit en positif ou en négatif ; quand un gars a son casque autour du cou et qu'on entend sa musique, que j'ai profondément envie de lui dire "débranche ton casque de ton téléphone, ça sera pareil" avec toute l'exaspération dont je peux faire preuve le matin à même pas 8h (et pendant toute la journée ^^'), il m'envoie une certaine image de lui et cette image je la juge, je le juge lui ; quand mes amies me charrie avec cet arrière-fond d'incompréhension en me disant que je fais vieille a écouter Europe 1 elles me jugent et moi je les juge en retour pour ce jugement. On passe notre vie à juger les autres et même les choses qui nous entoure. Quand on donne notre avis sur un livre, ou un film, on juge ce livre, ou ce film. On ne peut pas demander aux gens de "ne pas juger" parce que ce n'est pas possible de "ne pas juger" et c'est surtout profondément hypocrite de demander ça alors qu'on sait pertinemment que nous-même passons notre temps à juger, en mal ou en bien. 

Cependant je crois qu'il faut essayer d'éviter, dans la mesure du possible, d'avoir des avis négatifs (dans le sens de "préjugés" et tout ça) sur les gens qu'on ne connais pas. Quand je pense "d'où qu'il dit que c'est son pays" (ou toute réflexion similaire) sur Lorànt Deutsch, hier, alors qu'il passait dans Touche Pas à Mon Poste sur D8 et qu'il a dit "[...] mon pays" tout ça parce qu'il a des origines Hongroise ce n'est pas bien et c'est immédiatement suivi d'un "putain (oui, je suis vulgaire, c'est moche la vulgarité) Melgane t'abuses !" très très méchant envers moi-même. En fait c'est le genre d'automatisme un peu (beaucoup, oui, je sais) réac' et un peu inquiétant. Un peu comme dire "oh une petite piqûre et puis c'est bon" sur un cycliste qui a dû mal à monter dans le classement pendant le Tour de France (mais pour le coup, quand je le dis, c'est vraiment du second degrés, alors que mon premier exemple c'est malheureusement une espèce "d'automatisme" auquel je ne pense même pas, non je ne crois pas que la France n'est pas le pays de Lorànt Deutsch, bien au contraire et bien heureusement d'ailleurs !) (vous voyez comme je suis sincère avec vous ? j'avoue même avoir des automatismes de ce genre alors que ce n'est pas vraiment reluisant :P). Et oui je m'en veux d'avoir pensé ça, et, pour le deuxième exemple, non je ne pense pas que tous les coureurs cyclistes se dopent ^^. Et je ne pense pas ne pas être tolérante, au collège j'ai eu une amie Noire et musulmane, une amie chrétienne, une amie ronde, je m'entais bien avec les sourds de ma classe (oui, on en est au moment de "j'ai une amie Noire" mais je me dis que si je ne l'avais pas fait j'aurai eu des problèmes), je comprends que l'on puisse penser différemment de moi... j'aime juste pas les racistes (évidemment), et y'a des gens que je ne peux pas voir même en peinture mais indifféremment de leur religion, de leur ""race"" (la double paire de guillemets est faite exprès), de leur ethnie, de leur milieu social, etc.

Bref on est pas là pour parler de ça.
Je voulais juste dire que je trouve que cette fameuse campagne est bien, parce que je crois qu'il faut changer le regard des autres sur les gens, quels qu'ils soient. Et je crois qu'en temps de crise, de montée du FN et tout ça, et "d'automatismes" du genre des miens (dont je ne suis pas fière) (pitié dites-moi que je ne suis pas la seule, de toutes façons sur les milliards de gens sur Terre il doit bien y en avoir un qui fait comme moi), il faut faire des campagnes comme ça. Peut-être que ça ne changera pas le regard des gens, mais je crois que ça aura au moins le mérite de participer à ce qu'il ne devienne pas plus négatif et méchant, comme pour équilibrer la balance si on veut. Et ça, c'est bien.

Voilà. C'est tout.
Z'avez vu comme elle est bien ma conclusion ! :P ;)


Rendez-vous sur Hellocoton !

1 commentaire:

  1. Il y a deux types de jugement. Le jugement constructif et le jugement qui affaiblit un peu plus l'autre. Il est certain qu'on se juge mutuellement a longeur de journee. Mais tant qu'on se respecte, je n'y vois pas d'inconvenient.
    Nous ne savons jamais vraiment qui sont les personnes que nous cotoyons, mais qu'elles soient chefs d'entreprise ou SDF, chacune merite d'etre bien traitee. C'est un principe de base. Et puis un bonjour ou un sourire, ca ne coute pas grand chose et ca peut faire de belles etincelles.

    Bonne journee Melgane!

    RépondreSupprimer

Un petit mot ? :)