jeudi 28 novembre 2013

Conscience politique

Bonjour ! :)

Je n'y ai repensé qu'aujourd'hui mais ça date d'il y a plusieurs jours voir plusieurs semaines. Sur le coup j'avais levé les yeux au ciel mais je n'avais pas pensé en faire un article et puis, là encore, j'hésite, et puis je me dis que, au pire, si je trouve que ça ne fait pas un bon article, je n'aurai qu'à le supprimer, c'est facile, rapide, et ça coûte rien.

L'autre jour, donc, la fille de la classe la plus communiste qu'on puisse certainement trouver dans le lycée, anti-capitaliste et tout ça, sort : "bah moi oui" quand la prof dit "[...] bon à ce moment-là vous aviez neuf ans, on a peut-être pas de conscience politique à neuf ans".

Ben non. A neuf ans, je pense, qu'on n'a pas de conscience politique. Déjà que si on fait voter les gamins de seize ans ça sera le bout du monde vu la plupart tellement ils parlent pas politique et qu'ils s'en foutent que neuf ans me paraît encore plus jeune mis à côté de ça que le simple "neuf ans". Et si je veux être extrêmement précise dans ma pensée j'ajouterai qu'on n'a pas de conscience politique à neuf ans autre que celle de nos parents. Pour moi ça s'appelle juste du "bourrage de crâne". C'est comme ce qu'on a vu en philosophie, un texte que nous a donné le prof se posait la question de savoir si, pour la croyance religieuse, il n'y avait pas, quelque part, l'influence des parents qui disaient à l'enfant "Dieu existe" ; l'enfant croit ses parents, l'enfant croit sincèrement que Dieu existe, il est religieux, mais il ne croit pas "de lui-même". Au final ça revient un peu à dire que c'est une "croyance artificielle" je crois. Et je serai tenté de dire que c'est un peu pareil avec la conscience politique. L'enfant entend : les méchants patrons etc et l'enfant croit dans les méchants patrons. Parce que l'enfant n'a pas encore développé son propre esprit critique. Même à quatorze-quinze ans l'esprit critique n'est pas tout à fait développé alors à neuf ans...

Après je ne critique pas ses parents, je veux dire... ils n'ont peut-être pas fait exprès. Cette fille est très intelligente, elle a l'air de s'intéresser à beaucoup de choses, elle s'est certainement intéressée à ce que ses parents disaient et au final, comme elle était jeune, elle a assimilé le discours. Je ne compare pas ses parents à Staline et toute la propagande qui va avec, hein ! :P ^^' Mais je pense qu'à neuf ans, aussi sincère qu'on soit quand on dit qu'on pense telle ou telle chose de tel ou tel homme politique, on ne fait que répéter ce que les parents disent. Parce qu'on est jeune et pas parce qu'on est bête. Et quand on grandit, même si notre esprit critique est développé, on a vécu toutes nos années en se battant pour telles causes et on se dirige naturellement vers le même genre de causes.

Je crois qu'il ne faut pas expliquer en long en large et en travers la politique aux enfants. Ils ne faut pas leur donner nos idées, il faut leur expliquer "en gros". Je me rappelle de l'article d'une blogueuse que j'avais lu où la blogueuse disait que sa fille lui avait demandé qui était Nicolas Sarkozy je crois, et elle lui avait répondu que c'était lui qui décidait des choses pour la France (et le soir la gamine a demandé si c'était Nicolas Sarkozy qui avait décidé qu'ils mangeaient des pâtes xD). Et je crois que ce genre de réponses, pas fausses mais pas détaillées, est amplement suffisant pour les enfants. Parce que de toute façon ils vont apprendre que y'a pas qu'un seul bonhomme qui décide, et ils vont aussi apprendre à développer leur esprit critique... J'avais entendu quelque part qu'il fallait toujours répondre à un enfant, même s'il te demande pourquoi la neige est blanche, le ciel bleu, pourquoi les castors ont la queue plate, pourquoi les abeilles butines et pourquoi t'as mis une robe rouge et pas verte, il ne faut jamais leur dire "je ne sais pas". Donc on doit répondre. Mais on peut répondre quelque chose de simple, sans entrer dans ses détails, sans influencer plus l'enfant dans ce qu'il va penser.

Parce que non, pour moi on n'a pas naturellement de conscience politique à neuf ans ! A neuf ans on est au CM1, au CM1 on parle pas politique, on dit pas "dans dix ans je voterai ça !", même si on est intelligent. Peut-être que ma camarade de classe, à terme, aurait pensé comme ses parents à l'âge où elle aurait choisi ce qu'elle pensait, mais, pour moi, sa conscience politique, aussi ancrée qu'elle soit, n'est pas entièrement naturelle, est un peu artificielle.

lundi 18 novembre 2013

"Cites-moi des films avec des Noirs"

Bonjour ! :)

J'étais aux toilettes quand j'ai entendu ça. Deux filles et un gars de ma classe discutaient. Le gars, Noir (ne me reprochez pas tout de suite de faire la précision, ça peut être ""important"" pour la suite), soutenait qu'il y avait des tas de films aux Etats-Unis avec plein de Noirs et que ces films-là on ne les voyaient pas en France. Les deux filles n'étaient pas vraiment convaincues, elles ont cité Le Majordome, les films de Will Smith et tout ça. Mais le gars répondait "oui, mais il y a plus de Blancs que de Noirs". Et moi j'entendais tout ça et je me suis dis que les grandes agences de film françaises, celles qui achetaient les droits, ne devaient pas avoir comme critère la ""race"" des acteurs. J'en ai discuté avec l'une des filles qui a ajouté que souvent les Noirs étaient plus pauvres que les Blancs là-bas donc qu'ils avaient moins accès au monde des acteurs, du spectacle, tout ça. Moi je me suis dis que peut-être aussi qu'une partie des films traitaient de l'esclavage du temps de Martin Luther King et tout ça, comme Le Majordome, et comme ce n'est pas tellement ancré dans notre histoire des agences françaises ne veulent pas de ces films si le scénario, l'histoire et tout ça, risquent de ne pas plaire...

"Cites-moi des films avec des Noirs". J'ai cherché moi aussi. Et à part ceux que les filles avaient déjà cité je n'en ai pas trouvé d'autres. Oui, c'est vrai, y'a pas tant de films avec beaucoup de Noirs... On trouve quelques séries télé avec des Noirs dans les personnages principaux mais pas tant que ça non plus... oui, oui c'est vrai... Mais si on parle des films il faut aussi parler de la musique : Rihanna, Beyoncé, Bruno Mars, et deux rappeurs dont j'ignore totalement le nom (je crois que y'en a un qui est le mari de Kim Kardashian), sont noirs et sont très connus/aimés en France (et y'a aussi des artistes Français Noirs qu'on aime donc bon...). Et puis surtout je ne pense pas, encore une fois, que la couleur de peau des acteurs soient un critère. Peut-être juste que, comme le soulignait l'une des filles, les Noirs ont moins accès à ce monde-là donc peut-être qu'il y a pas tant de films que ça avec beaucoup de Noirs ou simplement que les acteurs sont moins bons. Et puis le but des agences françaises, quand elles rachètent les droits des films pour le doublage et tout ça, c'est quand même de gagner de l'argent. Pourquoi ils ont diffusé Le Majordome ? Parce qu'ils étaient sûrs que les médias en parlerait, Franck Ferrand sur Europe1 a même fait une émission entière à partir de cette histoire ! Ils achètent des gros films type Thor, Ironman, Spiderman, Batman, parce que ça marche, ensuite ils achètent les Disneys, et puis aussi les films comme Le Majordome où ils vont avoir une couverture médiatique. S'ils pensent que les gens n'iront pas dans les salles ils ne vont pas acheter le film.

Je crois vraiment que le fait que la majorité des acteurs soit Noire ne détermine pas si les Français vont l'acheter ou pas. Je crois que dans le climat ambiant, le retour des débats sur "la France est-elle raciste ?" et tout ça, on peut être tenter de chercher des exemples là où il n'y en a pas forcément. Je ne pense pas que "l'opinion publique" soit raciste et que les gens n'iraient pas voir un film avec "plein de Noirs" et je ne pense pas que ça prouve que la France soit raciste. Au fond je crois que, quelque part _ et là on en arrive au besoin de la précision du fait que le gars soit Noir _, s'il pense ça c'est peut-être parce qu'il se sent simplement différent, qu'il est influencé parce qu'on entend dans les médias (genre comme Boniface dans Le crime au père Boniface de Maupassant (on la prise en exemple en philosophie alors j'en profite ^^')), qu'il surprend des regards mauvais quand il marche dans la rue et subit tout le petit racisme de tous les jours auxquelles beaucoup de "minorité" si je puis dire sont sujettes. Mais honnêtement je ne pense pas que la majorité de la France soit raciste et je pense qu'il ne devrait pas penser ça. Finalement c'est assez révélateur du climat je trouve...

jeudi 14 novembre 2013

Encore un suicide.

Bonjour :)

A la base je ne voulais pas faire ça comme article, je voulais partir sur cette histoire de sites de rencontre pour ados et puis j'ai allumé ma radio et ma vie a changé mon idée d'article a changé. Dès la première seconde d'allumage j'ai entendu qu'une gamine s'était suicidée à cause du harcèlement. Encore. Et, étant ado, je me sens investie d'une mission sacrée je suis touchée par les trucs qui concernent les ados, et faut pas me titiller là-dessus, c'est le genre de trucs où je pars au quart de tour. Vraiment. Du coup j'ai voulu faire mon article du jour dessus.

L'année dernière il y avait aussi eu un collégien en France qui s'était suicidé, et une Canadienne, et une autre fille encore qui avait fait une vidéo où elle parlait de son problème avec des feuilles qu'elles montraient les unes après les autres. Et elle s'est donnée la mort. Il y a peu un jeune homme de dix-huit ans a sorti un livre qui raconte pourquoi et comment il a voulu s'immoler, sa convalescence... et puis dans 66 minutes sur M6 il y a eu un reportage sur le harcèlement sur Ask. On en parle partout. Tous les ans. Et pourtant il y a toujours de nouveaux suicides. Je me souviens d'un reportage sur une gamine qui, un jour, avait été suivie jusqu'à chez elle part ses harceleurs. Elle en a eu tellement marre que, quand sa mère lui a dit qu'elle allait chercher le pain, la fille a attendu qu'elle soit sortit et elle s'est défenestrée. On imagine le choc de la mère quand elle l'a retrouvé en bas.

Cette fille-là, apparemment, elle a laissé une lettre avec ses explications, ses adieux, et aussi les noms de ses harceleurs. C'est bien. J'ose espérer que les parents vont porter plainte pour meurtre. Ou au moins homicide involontaire. Oui, je sais, c'est dur, les pauvres gosses, ils vont se retrouver en centre de redressement (apparemment sont collégiens), c'est con pour eux. Mais vous savez quoi ? C'est dur de dire ça, je sais, c'est pas sympa mais : j'en ai rien à foutre (je suis pas sympa et en plus je suis vulgaire). Mais genre vraiment. Ces espèces d'énergumènes ont poussé au suicide une gamine apparemment adorable (qui a même était douce dans sa lettre d'adieux, faut le faire quand même). Je ne vais pas les plaindre.

Ce qui m'agace le plus c'est que... on entend parler tous les ans d'un nouveau suicide et à chaque fois je me dis que peut-être les autres ailleurs en France et ailleurs vont se reconnaître un peu là-dedans et arrêter leurs conneries. Et tous les ans je me rend compte avec désillusion que j'avais tord. Je ne devrais jamais tenter d'avoir les pics d'optimisme, c'est pas bon pour le moral. Franchement je déteste entendre ce genre de nouvelle comme quoi un ado s'est suicidé parce que les autres ados de son entourage sont des cons (oui, je suis vraiment vulgaire, même dans la vie en vrai, je sais, c'est triste et c'est pas bien et je devrais faire attention).

Juste je voudrais dire aux parents qui ont des ados de faire attention à deux choses : la première c'est de savoir si leur enfant est victime, ça évitera peut-être la Une des JT de l'an prochain, et la deuxième c'est de savoir si votre enfant est le bourreau. Parce que non, ça n'arrive pas qu'aux autres, et peut-être que votre gosse si gentil bien qu'un peu turbulent est en vrai un harceleur qui trouve ça marrant de se défouler sur l'un des gens de sa classe. Je me doute bien qu'apprendre que son gosse est un harceleur ça fait peur mais va bien falloir que quelqu'un s'y colle.

Et je voudrais aussi dire aux profs (et aux parents aussi, hein, ça marche quand même) de faire lire, s'ils le peuvent, le livre du jeune homme qui s'est immolé. Peut-être que son témoignage pourrait réveiller quelques harceleurs et leur faire comprendre que ce qu'ils font est grave.

Source photo – cet article raconte ce qu'il s'est passé si ça vous intéresse :) Et miracle on y apprend que les parents portent plainte. C'est pas gentil à dire mais : je suis contente (je suis pas gentille).

mardi 12 novembre 2013

Et si on arrêtait de sous-estimer les animaux ?

Bonjour !

Je sais que mon article va paraître très très superficiel au milieu de toutes les revendications hautement importantes des blogueuses mais j'avais envie de faire cet article que je vais essayer d'écrire en sorte qu'on ne croit pas que je considère les animaux plus importants que les humains (cela dit je fais la distinction mais les humains sont des animaux donc bon) (j'avoue que j'ai failli mettre en titre "les animaux sont des humains comme les autres" mais je me suis dis que c'était peut-être trop ^^').

Ce matin j'étais en philo et on parlait de la conscience. Conscience de la mort... Et voilà qu'on en arrive à dire que nous, nous sommes conscients que l'on va mourir et pas les animaux. Une fille de la classe lève la main et dit : "oui mais s'ils se battent pour leur survie c'est qu'ils savent qu'ils vont mourir" et le prof dit "oui, mais ça peut être par instinct". Je n'ai pas ouvert ma grande gueule mais je n'en pensais pas moins : quand des éléphants trouvent un crâne d'éléphant ils ont ce qu'on pourrait appeler une attitude de recueillement, ils palpent les os avec leur trompe et tout ça... Il me semble aussi qu'un jour j'avais vu un documentaire où dans un zoo une éléphante avait mis bas un éléphanteau mort-né et les autres éléphants étaient restés prêt d'elle pendant la nuit. Alors pas conscience de la mort, on en reparlera, hein.

Ensuite on a parlé de la conscience de ce que dit l'autre (capable de répondre/vrai dialogue/discussion), et tout ça. Cette fois j'ai ouvert ma grande gueule (en fait je n'ai pas vraiment eu le choix, j'expliquai à l'amie qui était à côté de moi, le prof est passé à ce moment-là et il m'a entendu donc m'a demandé de parler _ horreur). Du coup j'ai pris l'exemple des lions. Chez les lions ce sont les lionnes qui chassent mais les lions qui mangent en premier (oui parce qu'ils ont besoin des meilleurs morceaux pour avoir des forces parce que les lionnes ne savent pas se battre, elles, elles font la cuisine :P). Mais les lionnes elles veulent profiter de leur proie. Donc le lion grogne pour dire, en gros : "cassez-vous, c'est moi l'premier". Et le prof m'a dit : "oui mais c'est un grognement, il n'y a pas de dialogue, d'échange d'arguments" (en gros). Là j'ai hoché la tête et j'ai dis "d'accord". Mais. Non pas d'accord. Qu'est-ce qu'on en sait que le grognement de "laisses-moi mon zèbre" c'est le même que "petit lionceau barre-toi tu me fais mal" ou "méchant adversaire, ici, c'est moi qui dirige" ? Il y a certainement différentes modulations dans leurs bruits. Sauf qu'on ne les comprends pas. Et donc j'ai dis (à mon amie, pas au prof _ que voulez vous, je ne suis pas très courageuse ^^') : "on ne peut pas parler avec les perroquets mais on ne peut pas non plus parler avec les Chinois vu qu'on n'a pas la même langue". Oui mais il y a les signes et tout ça. Va faire des signes à un lion, qu'elle m'a dit, la copine de la table de derrière. Oui mais. Pas besoin. Il y a un homme qui est entré dans l'enclos des loups et est devenu le chef, a appris leurs grognements et leurs bruits. Certes, ils n'ont pas de débats politiques, mais le mec, en gros, il parle aussi bien le loup que moi si j'avais un parent Chinois et que j'étais parfaitement bilingue.

Honnêtement je pense qu'on devrait arrêter de sous-estimer les animaux. Parce que si ça se trouve ben le langage des lions il est vachement plus développé que le nôtre, voilà. Et les animaux rêvent, les animaux parlent entre eux une langue qu'on ne comprend pas, les animaux ressentent la mort, ils sont très intelligents (en ce moment je regarde Petits Singes Voleurs sur Nat Geo Wild parce que j'ai la chaîne gratuitement et ces macaques sont très surprenants, vraiment !), et je crois qu'il faudrait (éventuellement peut-être entre deux manif' pour Léonarda (sur le cas de laquelle j'ai déjà donné mon avis)) essayer d'accepter que les animaux ne sont pas aussi bêtes qu'on veut bien le croire. Voilà.

mercredi 6 novembre 2013

Le regard des autres

Bonjour :)

Hier je suis tombée sur cet article des Blabla de Lili qui parle de la nouvelle campagne de la fondation Abbé Pierre pour changer le regard des gens sur les personnes qui sont dans la rue. Et ça m'a fait penser à quelque chose qui s'est passée dans le métro avec une amie et qu'il me semble que j'avais déjà raconté en message sur Hellocoton et peut-être même que je l'avais mentionné sur le blog mais comme je ne sais plus, que je n'ai pas envie de chercher, dans le doute, j'en reparle ^^'

En fait mon amie et moi nous étions à l'arrêt de métro, il y avait deux SDF, ils sont montés avec nous. Mon amie n'a pas arrêté, pendant tout ce temps (soit moins d'une dizaine de minutes en tout puisqu'ils sont descendus au premier arrêt), de critiquer, de soupirer, à coup de "roh elle lui tape la discut' ! La pauvre dame, obligée de l'écouter". Et moi ça ne m'a pas plu. Je ne vais pas faire la moralisatrice parce que j'avoue que quand je passe devant un mendiant je suis gênée (parce qu'en plus j'ai pas toujours de l'argent dans mes poches) et je ne donne pas. Mais entre ne pas donner et critiquer pendant dix minutes, s'exclamer qu'ils font chier tout le monde et tout ça, y'a quand même un monde. Enfin je crois.

Alors à cette amie je lui ai sortit une histoire que j'avais lu entre classe entre la fin de la primaire et le début du collège et qui m'a marqué. C'est l'histoire d'un collégien qui est nul en math (je compati tellement :P). Tout les matins il va à l'école et passe devant un banc. Sur ce banc il y a une dame, une SDF. Un jour, alors qu'il n'a pas fini ses devoirs, il s'assoit sur le banc. La dame lui propose de l'aider. Il l'envoie un peu bouler parce que bon, si elle est dehors c'est qu'elle est con et n'a pas de travail vous voyez. Sauf que la dame en question elle avait justement fait des études de maths, elle s'était faite virée quelques mois ou années avant, mais elle était méga intelligente. Elle l'aide à faire ses devoirs, il devient un bête en math (bon, à la fin elle se suicide mais ce n'est pas le sujet), ses parents et son profs sont sur le cul. J'ai raconté ça à mon amie en ajoutant "qu'est-ce que t'en sais qu'ils sont pas ingénieurs ? (enfin peut-être pas ingénieur puisqu'ils sont beaucoup recherchés en ce moment normalement, mais quand même !)". Elle n'a rien à trouvé à dire et je dois avouer, si je veux être tout-à-fait sincère avec vous (oui, je le veux :P), que j'étais plutôt fière de moi, ou en tout cas assez contente d'avoir fait en sorte qu'elle arrête de critiquer.

Je ne sortirai pas le message de paix et de tolérance (déjà ce mot a deux sens, le "vrai" et celui qu'utilisent les associations donc bon... bref) que tout le monde sort et qui est : "arrêtons de juger" parce que finalement, quelque part, on passe notre temps à juger. Dans le métro, quand je sors le numéro mensuel de National Geographic, les gens pensent quelque chose de moi : ils me jugent que ce soit en positif ou en négatif ; quand un gars a son casque autour du cou et qu'on entend sa musique, que j'ai profondément envie de lui dire "débranche ton casque de ton téléphone, ça sera pareil" avec toute l'exaspération dont je peux faire preuve le matin à même pas 8h (et pendant toute la journée ^^'), il m'envoie une certaine image de lui et cette image je la juge, je le juge lui ; quand mes amies me charrie avec cet arrière-fond d'incompréhension en me disant que je fais vieille a écouter Europe 1 elles me jugent et moi je les juge en retour pour ce jugement. On passe notre vie à juger les autres et même les choses qui nous entoure. Quand on donne notre avis sur un livre, ou un film, on juge ce livre, ou ce film. On ne peut pas demander aux gens de "ne pas juger" parce que ce n'est pas possible de "ne pas juger" et c'est surtout profondément hypocrite de demander ça alors qu'on sait pertinemment que nous-même passons notre temps à juger, en mal ou en bien. 

Cependant je crois qu'il faut essayer d'éviter, dans la mesure du possible, d'avoir des avis négatifs (dans le sens de "préjugés" et tout ça) sur les gens qu'on ne connais pas. Quand je pense "d'où qu'il dit que c'est son pays" (ou toute réflexion similaire) sur Lorànt Deutsch, hier, alors qu'il passait dans Touche Pas à Mon Poste sur D8 et qu'il a dit "[...] mon pays" tout ça parce qu'il a des origines Hongroise ce n'est pas bien et c'est immédiatement suivi d'un "putain (oui, je suis vulgaire, c'est moche la vulgarité) Melgane t'abuses !" très très méchant envers moi-même. En fait c'est le genre d'automatisme un peu (beaucoup, oui, je sais) réac' et un peu inquiétant. Un peu comme dire "oh une petite piqûre et puis c'est bon" sur un cycliste qui a dû mal à monter dans le classement pendant le Tour de France (mais pour le coup, quand je le dis, c'est vraiment du second degrés, alors que mon premier exemple c'est malheureusement une espèce "d'automatisme" auquel je ne pense même pas, non je ne crois pas que la France n'est pas le pays de Lorànt Deutsch, bien au contraire et bien heureusement d'ailleurs !) (vous voyez comme je suis sincère avec vous ? j'avoue même avoir des automatismes de ce genre alors que ce n'est pas vraiment reluisant :P). Et oui je m'en veux d'avoir pensé ça, et, pour le deuxième exemple, non je ne pense pas que tous les coureurs cyclistes se dopent ^^. Et je ne pense pas ne pas être tolérante, au collège j'ai eu une amie Noire et musulmane, une amie chrétienne, une amie ronde, je m'entais bien avec les sourds de ma classe (oui, on en est au moment de "j'ai une amie Noire" mais je me dis que si je ne l'avais pas fait j'aurai eu des problèmes), je comprends que l'on puisse penser différemment de moi... j'aime juste pas les racistes (évidemment), et y'a des gens que je ne peux pas voir même en peinture mais indifféremment de leur religion, de leur ""race"" (la double paire de guillemets est faite exprès), de leur ethnie, de leur milieu social, etc.

Bref on est pas là pour parler de ça.
Je voulais juste dire que je trouve que cette fameuse campagne est bien, parce que je crois qu'il faut changer le regard des autres sur les gens, quels qu'ils soient. Et je crois qu'en temps de crise, de montée du FN et tout ça, et "d'automatismes" du genre des miens (dont je ne suis pas fière) (pitié dites-moi que je ne suis pas la seule, de toutes façons sur les milliards de gens sur Terre il doit bien y en avoir un qui fait comme moi), il faut faire des campagnes comme ça. Peut-être que ça ne changera pas le regard des gens, mais je crois que ça aura au moins le mérite de participer à ce qu'il ne devienne pas plus négatif et méchant, comme pour équilibrer la balance si on veut. Et ça, c'est bien.

Voilà. C'est tout.
Z'avez vu comme elle est bien ma conclusion ! :P ;)