lundi 7 octobre 2013

La tolérance ce n'est pas juste ne pas être raciste

Bonjour :)

Un jour j'ai gueulé (c'est étonnant une phrase qui commence comme ça, hein ? :P) contre un article moralisateur sur la tolérance. J'ai gueulé dans un article. J'ai supprimé l'article. Mais je n'aime quand même pas les articles moralisateurs sur la tolérance. Déjà la tolérance à deux sens : le sens des associations = aimons tout le monde, et le vrai sens étymologique : tolérer, ex : tu es raciste, un Noir entre dans le même ascenseur que toi mais tu ne sort pas de l'ascenseur pour autant : tu tolères. Bref. Aujourd'hui c'est mon tour de faire un article moralisateur sur la tolérance (enfin, moralisateur faut le dire vite, juste une petite remarque ^^').

En fait il se trouve que j'ai une amie (oui, j'ai des amis xD) qui, un jour, dans le métro, grognait (on aurait dit moi !), grommelait, contre deux SDF qui "tapaient la discut'" à des gens et qu'elle trouvait chiant (genre ils respectent rien, ils pourraient se taire, etc). Et à moi de lui dire : "ouais, mais peut-être qu'ils ont pas trop de gens à qui parler, alors quand ils peuvent ils le font. Puis qu'est-ce t'en sais qu'avant de se faire virer ils avaient pas un bon métier". Ben ouais. Je me souviens d'une histoire que j'avais lu en CM2 je crois qui racontait qu'un gamin au collège, un jour, s'assoit sur un banc pour terminer ses devoirs de math. A côté de lui une SDF, Nadine il me semble, se propose de l'aider. Lui se moque : elle est SDF donc elle sait rien. Haha ! Sauf qu'en vrai la fille, avant de se faire virer, elle était genre comptable ou je-sais-pas-quoi, en tout cas forte en math, et donc elle peut l'aider. Elle l'aide. Il remonte sa moyenne, devient fort en math (bon, à la fin de l'histoire la dame se suicide en retournant dans les anciens locaux de son ancienne entreprise que les démolisseurs vont faire sauter). Cette histoire je l'ai sorti à mon amie. Elle a dit : "ah... ouais." Ouais. Si ça se trouve ceux deux personnes elles te sortent leur CV et là t’hallucine.

Et, l'impression que j'ai eu pendant que mon amie grommelait, c'est l'impression d'une fille pas très très tolérante. Un peu genre : c'est quoi ces ordures qui osent prendre le métro. C'est pas très agréable comme impression, en fait. Surtout que je suis sûre que mon amie n'est pas raciste. Seulement voilà, la tolérance ce n'est pas que ça. Et ça rejoint ce que disait je sais plus qui (je sais plus si je l'ai entendu de mon prof de philo ou à la radio) : c'est rare que quelqu'un soit tolérant avec tout le monde. Je crois que mon article est moins un article moralisateur qu'un article qui raconte une "leçon de vie" enfin... "leçon" avec au moins deux paires de guillemets. Je crois que le fameux "les apparences sont parfois trompeuses" est vrai : qu'est-ce qu'on en sait que ce monsieur et cette madame n'ont pas la tête pleine de mathématiques ou d'années d'études dans un truc un peu pointu ?

Voilà, c'est tout ^^'

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires:

  1. Je vois où tu veux en venir dans ton article, je me considère comme étant tolérante car je ne vais pas poser un jugement sur les étrangers (cela dit mon copain est très bronzé, un peu logique :D), ni contre ceux qui se droguent car je sais que derrière tout ça il y a forcément un passif douloureux. Je ne vais pas non plus juger les chômeurs ou ceux qui n'ont pas de boulot et n'en veulent pas (cf. documentaires de Pierre Carles, je te les recommande, ça t'intéresserait) ; bref je pourrais continuer longtemps comme ça. Sauf que, oui je suis également intolérante, envers ceux qui n'auront pas les mêmes convictions que moi, je ne parle pas de petites convictions dont je me fous mais de grosses convictions politiques par exemple. Aujourd'hui via Hellocoton, j'ai lu un article qui m'a hérissé, j'ai même commenté et la réponse de l'auteur m'a donné envie de la tuer sur place ; en fait j'ai eu envie de lui re-répondre pour lui expliquer pourquoi elle était vraiment immonde et à quel point son article était nauséabond. Tout ça parce que je ne partage pas du tout ses idées concernant la société (cela dit l'article est vraiment puant, bon je me calme :D). Bref, tu as raison, on peut être très tolérant d'un côté et totalement intolérant de l'autre. Ce n'est pas manichéen comme système.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les idées politiques moi ça va (tant que c'est pas du FN bien raciste jusqu'au bout des ongles _ en opposition aux gens qui veulent voter FN "juste parce qu'ils n'ont jamais été au pouvoir") mais c'est vrai où y'a des sujets qui me tiennent vraiment à coeur et où j'aime pas qu'on pense pas comme moi parce que je suis sûre que j'ai raison et que là les autres sont des idiots (pas très reluisant comme aveu xDD).

      Supprimer
  2. Tu as tout a fait raison. On ne sait jamais qui l'on a en face de soi et il faut arriver a depasser le premier sentiment, souvent negatif, pour voir au dela. Je suis consciente que ce n'est pas toujours facile a faire.
    La tolerance, c'est accepte que l'autre ai des idees differentes des notres. Par contre je pense qu'il y a des limites a la tolerance. Tout tolerer, c'est laisser la porte ouverte a toutes les exactions possibles.
    De plus en plus, quand j'entends des choses avec lesquelles je n'adhere pas, je laisse les gens parler, je n'interviens pas. Je tolere leurs propos mais je ne les laisse pas influencer ni ma voe, ni mes choix, ni mes pensees.

    RépondreSupprimer
  3. Il faut être honnête être tolérent, c'est être patient, et perso, il y a des jours, je ne suis pas patiente, donc j'ai beaucoup de mal à tolérer des situations, (qui pourrait aussi bien m'arriver: donc ne pas tolérer, ce n'est pas forcément juger!) Et on peut ne pas tolérer une chose une journée, et le lendemain ne pas la remarquer! Tu vois ce que je veux dire ;)!

    RépondreSupprimer
  4. J'AI LU LE MÊME BOUQUIN ! (Bon on s'en fiche un peu, j'avoue)
    Bon après il y a ce qu'on dit et la façon dont on le dit, alors c'est vrai que parfois je peux comprendre que des gens soient dérangés par des SDF un peu 'lourds' comme on peut l'être par des gens lourds qui ne sont pas forcément des SDF. Genre si quelqu'un se met à me parler dans la rue, qu'il soit SDF ou pas, je trouve ça dérangeant si je ne le connais pas et qu'il insiste... comme dit plus haut, je trouve que ça ne dépend pas de qui on est, mais de ce qu'on dit et de la façon dont on le dit ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois ce que tu veux dire, et en même temps à ce moment-là j'ai vraiment eu l'impression que c'était parce qu'ils étaient SDF et qu'elle aurait moins réagi avec des personnes juste lourdes.

      Supprimer

Un petit mot ? :)