samedi 21 septembre 2013

"L'inspiration n'est pas interdite"

Bonjour !

Comme tous les jours ces derniers temps, vers seize heure je n'avais toujours pas d'article et je désespérai plus ou moins. Quand, tout à coup, je lis sur un blog, en gros "plagiat interdit, mais pas l'inspiration". Ça m'a rappelé mes années Skyrock quand je lisais sur des blogs fictions "Interdit à l'inspiration". J'ai envie de dire... encore heureux que l'inspiration soit permise. Pour mes propres textes je m'inspire de ce que je lis, vois, entends, j'ai des idées qui viennent des mangas, des livres que j'ai lu, des films... l'inspiration c'est pas juste voir un albatros voler et écrire sur lui, on est aussi influencer par tout ce qu'on a lu, par les mythes, les légendes, qu'elles soient françaises, suédoises, ou congolaises. Les vampires, par exemple, à la base, ce sont des légendes, les loups-garous aussi, et les fantômes se sont des gens qui ont cru voir des trucs bizarre alors qu'il ne s'agissait peut-être que de reflet sur une vitre et pas de personnes derrière la vitre. Encore heureux que l'inspiration soit permise ! Elle est inconsciente le plus souvent. Je dis le plus souvent parce que Jun Mochizuki qui a écrit le manga Pandora Hearts a dit qu'elle avait voulu réer une histoire sur la base d'Alice au Pays des Merveilles. Les chanteurs parlent d’influence, citent des noms, et à eux on leur dit rien... un chanteur n'a jamais mis en sous-titre de son album "inspiration interdite". Mais dès qu'on publie une histoire sur internet c'est direct "inspiration interdite". On croit rêver.

Par contre je suis d'accord pour dire que parfois la limite entre inspiration et plagiat est floue. Je suis aussi d'accord pour dire que le plagiat c'est nul, ça se fait pas, tout ça tout ça, mais redescendons sur Terre deux minutes : là t'es entrain de lire sur un ordinateur (au pire en smartphone), peut-être que c'est un Mac, mais peut-être pas, parce que les Mac sont très cher et qu'on peut pas tous se le permettre (moi j'ai un Acer (voilà, comme ça vous savez tout de ma vie xD)), ben à ton avis c'est qui qu'a inventé le premier ordi ? Apple. Et c'est qui qui s'en est inspiré ? Tous les autres. Et pourtant personne a vraiment gueuler. Tu gueules ontre le plagiat mais est-ce que tu suis avec assiduité l'affaire Apple/Samsung ? Comment-ça "c'est pas pareil" ? Mais bien sûr que si ! C'est une affaire de plagiat, tu devrais gueuler contre Samsung (ou contre Apple, mais choisis ton camp ! :P). Ce que je voulais dire c'était qu'il faut un peu relativiser. J'ai déjà vu une fille qui avait copié le nom et le design d'un autre blog, même la photo d'un de ses articles. Je me suis dis "c'est dommage de faire ça, ça n'a aucun intérêt, pas très maligne la minette". Mais c'est tout. Et quand je vois un lien "elle m'a plagié" (bon, j'avoue, plus courant sur Skyrock que dans le monde des adultes), que je clique, et que je vois que, ouais, effectivement, elle lui à pris deux phrases et cinq idées mais c'est tout, ça me fait un peu rigoler quand même.

Là on va me jeter des pierres et dire que je prône le plagiat, que je le défens, qu'on aimerait bien m'y voir... J'admets, si on plagie l'une de mes nouvelles je vais l'avoir mauvaise. J'admets aussi que c'est pour ça que j'aime pas trop envoyer mon roman (bon, euh, roman, même pas encore le septième chapitre de terminé ! ^^'). Oui, j'admets, si ça m'arrive, enfin quand ça m'arrivera et que je le découvrirai le l'aurai mauvaise. Mais qui serait content de se faire plagier ? Cela dit, comme dit plus haut, je pense qu'il faut relativiser. Tous les plagiats ne sont pas des vols d'habillage et de noms de blog, tous les plagiats ne vont pas aussi loin et je crois que, enfin, en me basant sur mon vécu de blogueuse, la plupart du temps c'est les idées des articles et des reprises d'arguments. Mais, on va pas se mentir, les sujets sont un peu toujours les mêmes et les arguments aussi. Les journalistes par exemple tournent toujours tous plus ou moins sur les mêmes sujets et quand ils organisent des débats les deux parties ont toujours plus ou moins les mêmes arguments. Est-ce que les journalistes se tapent dessus à coup de plagiat ? Non. Là tout de suite je viens de lire un article d'une blogueuse qui parlait de son couple mixte, est-ce que si demain je décide de reprendre le sujet elle va hurler au plagiat ? Non, je ne pense pas. Plein de youtubeuses ont fait des vidéos sur "les erreurs à ne pas faire en maquillage", est-ce que si une énième blogueuse s'y met on va lui dire qu'elle plagie ? Non, on va lui dire que ce n'est pas original et que plein l'ont déjà fait, mais pas qu'elle plagie. Je crois qu'il y a vraiment un moment où faut respirer et se demander si, objectivement, on s'est fait plagier ou pas. Ou si c'est juste un peu d'inspiration, un "tiens je vais faire ça aussi".

Qu'en pensez-vous ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 17 septembre 2013

Parait que c'est la mode du thigh gap

Bonjour ! :)

La première fois que j'ai entendu parler de thigh gap c'était sur Europe1 (cliquez sur le lien, je vous ai trouvé le podcast si ça vous intéresse) pendant une émission et la seconde y'a... deux jours à peu près sur un blog (pardon j'avais pas mis l'article en favori, j'ai essayé de le retrouver sur Google mais je n'ai pas réussi et étant donné que je suis en navigation privée je n'ai pas d'historique donc si la blogueuse se reconnaît ou que vous la connaissez n'hésitez pas à m'envoyer le lien de l'article, c'est toujours mieux de citer ses sources). Et hier midi j'y ai repensé et je me suis demandé pourquoi moi j'avais pas fait d'article était donné que je suis pile dans la "cible", en fait. Donc voilà, je fais un article.

En fait, moi, mes cuisses se touchent et ce n'est pas ma morphologie, ma morphologie c'est d'être fine (pas toute fine toute fine comme une amie mais fine quand même, assez fine pour porter un slim et que, proportionnellement, ça soit joli) sauf que le problème c'est que mes cuisses se touchent. En fait j'ai 17 ans, donc y'a eu tout un problème d'hormones de puberté et tout ça, je vous la fait courte, on a tous assisté à des cours de SVT au collège, et donc c'était un gros n'importe quoi dans mon corps, j'ai pas modifié mon alimentation en fonction, et j'ai pris de la graisse (et en plus je fais pas de sport). Et en plus de ça j'ai développé des compulsions alimentaires (même si en ce moment j'ai l'impression que ça se calme un peu, comme quoi en parler déjà ça aide). Donc j'ai pris du poids, de la culotte de cheval, et paf ! sans prévenir mes cuisses se touchent. Et c'est pas joli. Et l'été quand je marche ça colle, c'est pas agréable. Mais surtout c'est moche. En plus j'ai pas mal (pour ne pas dire beaucoup et rester le plus positive possible xD) de cellulite, donc c'est doublement plus moche. Donc j'aime pas. Donc je veux que mes cuisses arrêtent de se toucher, parce que ça serait mieux. Mais je ne vais pas non plus devenir anorexique juste pour que mes cuisses arrêtent de se toucher puis façon ça commence comme ça et après tu peux pas t'arrêter.

Et j'étais entrain de me demander ce que j'allais dire quand je tombe sur une pub sur un blog, une pub d'un site de vêtement où ils montraient un pantalon. Les jambes du pantalon étaient écartées un peu moins qu'une largeur d'épaules et il y avait un thigh gap relativement important quoi que ça restait plus ou moins correct quand on regardait avec attention. Mais forcément, c'était un slim, pour que ça soit joli quand on porte un slim faut avoir une jambe fine. Enfin bref. Je vais pas vous dire que c'est la faute des magasins si les filles veulent maigrir à ce point là parce que je ne le pense pas. En fait je pense plutôt que c'est dans le sens inverse : les filles maigrissent alors les magasins vendent de petits vêtements (mais du coup, aussi, les filles qui ne maigrissent pas se sentent grosses et veulent maigrir, donc en fait c'est un peu des deux). 

Pendant que j'écrivais l'article, je me suis mise à réfléchir et je me suis demandée si vraiment c'était une mode. Parce que dans mon lycée j'ai vu qu'une ou deux filles avec des jambes vraiment très très fines qui flottaient dans un taille 36 ou dans leur legging. Donc est-ce que c'est vraiment une mode ? Ou est-ce que la mode ça ne serait pas plutôt les filles qui, comme moi, voudraient que leurs cuisses ne se touchent plus ? Parce que je veux bien admettre que je n'ai pas regardé les jambes de toutes les filles de mon lycée mais bon, quand même... Je pense pas que ça soit une mode, par contre je pense que les médias et internet en particulier, s'ils continuent d'en parler, peuvent, dans une certaine mesure, "donner envie" à des filles un peu mal dans leur peau comme moi d'agrandir l'écart entre leurs cuisses et qu'au lieu de prévenir contre ce danger ils vont en partie le créer. En plus la date de la plupart des articles que j'ai vu (en tout cas ceux où j'ai pensé à la regarder) dataient de cet été, ça veut dire que cette mode n'existe pas encore réellement sinon on en parlerait depuis longtemps... alors oui, je sais, ces articles titrent "nouvelle mode", nouvelle... mais bien plus que nouvelle je pense : quasiment inexistante. Je ne nie pas que certaines filles cherchent et réussissent à maigrir, mais je ne pense pas qu'on puisse appeler ça une mode.

Source photo

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 12 septembre 2013

Pourquoi je ne m'inscrirai pas aux Golden Blog Award

Bonjour ! :)

J'ose ! Voyez comme j'ose des choses ! xD Une opportunité comme ça ! C'est con quand même !
Mais la réalité c'est que ben... je comprends pas. Ils disent qu'il y a un jury mais d'un autre côté on doit demander aux gens de voter pour nous (logique inside) (puis le jury... 'fin la qualité d'un blog c'est subjectif, selon les goûts de chacun... après ils ont peut-être fait des critères et tout... enfin bref) donc je me dis que quelque part, forcément, c'est les gens qui ont beaucoup de visites (minimum 200 par jour) qui ont une chance de gagner, et moi, avec ma moyenne de 30, eh bien je ne fais pas le poids. Là on va me dire que j'aurai qu'à demander à mes amis FB de voter pour moi, j'aurai qu'à spamer des blogueuses que je ne connais pas, demander à des célèbres qui ne participent pas de m'aider à gagner des votes et qu'au final j'arriverai à avoir des votes. Mais déjà je n'ai pas envie que mes amis FB connaissent mon blog et ensuite faire chier les gens pour qu'ils votent ça ne m'intéresse pas... voilà.

Et puis aussi, quelque part, je me dis que mon blog n'entre pas dans les catégories (même dans lifestyle) donc que je ne peux pas gagner pour cette raison-là également. Je me demande aussi dans quelle mesure c'est intéressant de gagner ce truc ? Est-ce que j'aurai vraiment plus de visites ? Est-ce que c'est un vrai titre honorifique ou juste un truc, comme ça, qui prend un peu d'ampleur mais qu'au final on s'en souvient pas ? Et puis surtout je ne suis pas majeure, je ne peux pas aller à Paris toute seule si jamais je gagne (ce qui est hautement improbable), donc mes parents sauront forcément que j'ai un blog, et là ça serait le drame...

Je dois avouer que, il y a une semaine, quand j'ai appris que les inscriptions allaient bientôt s'ouvrir j'étais toute pressée toute contente. Et puis hier je loupe la date de début mais aujourd'hui je vois un lien sur un blog "votez pour moi" donc je cherche sur Google le site et je clique sur inscription et je rentre ma catégorie et... c'est le vide. Le temps s'arrête. Est-ce que je veux vraiment participer ? Non. Est-ce que c'est important pour moi ? Non. Est-ce que ça m'intéresse ? Non. Est-ce que j'ai des chances de gagner ? Non. Parce qu'au final, comme toujours, à l'image des blogs dont on parle dans les magazines ou vers lesquels on met des liens quand on dit "les articles que j'ai aimé dans la semaine", ce sont les blogs déjà connus et beaucoup visités qui, d'après moi, à vu de nez, vont rafler la mise. C'est moche l'injustice xD. Alors oui, y'a une semaine j'étais pressée, je me disais qu'enfin je serai célèbre, aimée, visitée, commentée, que je deviendrais célèbre, que j'avais une chance d'y parvenir... Mais au fond tout ça c'est du pipo je crois. Une espèce de bouillie qu'on veut nous servir. Une immense course que gagneront celles qui ont déjà trois kilomètres d'avance sur le troupeau. Et moi je ne veux pas être dans ce troupeau.

Alors après... j'y ai jamais participé, je suis pas allée lire les règles exactes pour comprendre pourquoi y'avait des votes et un jury, parce que je m'en fiche. Mais pour moi le calcul est simple (parce que je suis nulle en math donc je cherche pas compliqué xD) : besoin de votes = des blogueuses qui vont demander à leurs lecteurs = nombre de votes proportionnel au nombre de lecteurs = les petits blogueurs vont être écrasés, mâchées, digérées, et recrachées. Et puis au fond, au fond du fond, je crois que je m'en fiche. Mais genre vraiment. Le vainqueur on en entendra pas parler, ça passera certainement pas aux infos, son nom ne sera pas cité dans les radios... alors qu'est-ce qu'on s'en fiche ? A la limite vaut mieux passer comme auditeur à la radio, dire "j'ai un blog", attendre qu'on te demande l'adresse et la citer à des milliers d'auditeurs ; y'en aura bien la moitié qui viendra voir et le quart de cette moitié qui aimera. Mais ça sera déjà ça, je pense... parce qu'on parle en milliers... et aussi parce que le monde des blogueuses, même s'il est grand, tourne un peu en rond, "tout le monde" se connait... alors je me demande si au final l'opération est vraiment si bien que ça ? Est-ce que les blogueuses très connues trouvent ça assez important pour y participer ? Ou est-ce que d'une manière générale seules les rêveuses pleines d'espoir s'inscrivent ?

Je ne dis pas ça par mauvaise fois parce que je n'ai pas de chance de gagner, je ne dis pas que je m'en fiche pour cracher dans la soupe ou pour perdre la tête haute mais simplement parce que je m'en fiche réellement (et c'est parce que je m'en fiche que j'en parle xD).


Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 11 septembre 2013

Je voulais devenir chanteuse

Bonjour ! :)

Ce matin j'ai pensé à une amie très introvertie qui souhaite faire des comédies musicales et j'ai fini par me demander si finalement ce n'était pas un peu "bizarre" sachant que, comme je l'ai dit, elle est très introvertie, ne parle pas beaucoup, quand on lui pose une question elle répond et puis c'est tout, elle ne relance pas, elle dit juste "oui" et pas "oui, parce que..." ou "oui, et puis..." et tout ça... et avec des amies on se disait que, généralement, les comédiens/chanteurs étaient plutôt des personnes extraverties donc que c'était "bizarre"... Après je me suis demandée si ce n'était pas un rêve d'enfant qu'elle n'avait pas fait évoluer, parce que généralement ce genre de chose on en a envie quand on est enfant. Cela dit tout les rêves d'enfants n'évoluent pas, je crois qu'un jour dans une interview Jérémy Ferrari a dit qu'il avait voulu faire humoriste quand il avait genre 9 ans et qu'il avait vu un sketch de Palmade (non, je ne pouvais pas ne pas parler de lui xD), du coup je me suis un peu contredite moi-même...

Et là on en arrive au titre de l'article... je me suis dis que, même si parfois l'idée du métier que l'on veut faire ne change pas, parfois elle change (et que peut-être que l'envie de mon amie relève plus du rêve ou du fantasme que de la réalité et qu'elle devrait faire évoluer cette envie étant donné qu'on ne l'imagine pas vraiment être sur scène timide et tout comme elle _ d'un autre côté je ne l'ai jamais vu sur scène donc je ne sais pas comment elle est mais j'ai une autre amie qui elle aussi fait du théâtre et est plus extravertie, on l'imagine plus dans ce métier, je trouve). Moi quand j'étais enfant je voulais devenir chanteuse. Avec le recul je me dis que ce n'était pas vraiment chanteuse que je voulais faire mais artiste. Mais comme j'étais enfant "artiste" je ne connaissais pas et puis je savais pas que l'on pouvait faire son métier en dessinant, écrivant, etc, même si j'avais des livres... oui, un enfant c'est con et ça réfléchit pas plus que ça malgré ce qu'on veut nous faire croire (xD). Parce qu'en fait quand j'ai découvert qu'on pouvait aussi s'exprimer en dessinant et en écrivant et tout ça j'ai laissé tomber l'idée de devenir chanteuse (même si j'aime toujours bien chanter).

Du coup je pense que les enfants, quand ils disent "je veux faire telle chose" ce n'est pas forcément qu'ils veulent réellement faire cette chose mais plus qu'ils veulent être dans ce domaine. Par exemple beaucoup d'enfants disent "je serais vétérinaire" parce qu'ils aiment bien les animaux et veulent travailler avec eux et qu'ils savent pas forcément qu'on peut être soigneur dans un zoo ou dans une réserve naturelle, dresseur, éleveur, etc... Et puis après, de toute façon, ils vont grandir, évoluer, et découvrir d'autres métier qui leur correspond plus (enfin sauf si le métier qu'ils veulent faire leur correspond vraiment). Et en fait je crois que... l'amie dont je parle dans le tout début de l'article veut faire des comédies musicales parce que ce domaine, peut-être, incarne ce qu'elle aimerait bien devenir ; avoir le contact facile avec les gens, etc... après, encore une fois, je ne l'ai jamais vu sur scène, mais si ça se trouve elle est absolument fantastique et comédienne ça lui correspond tout à fait... Mais elle a déjà du mal à s'exprimer devant les gens de la classe en exposé (en tout cas l'année dernière) alors qu'on est qu'une vingtaine alors je la vois mal devant une grande salle de 2500 personnes... D'un autre côté elle écrit, aussi, et je crois que quand on écrit c'est qu'on a quelque chose à dire, à exprimer, même si c'est des fan-fic (et le "même" est lourds de sens xD), du coup de ce point de vue là ça m'étonne pas trop qu'elle veuille faire comédienne parce que finalement tous les artistes sont un peu pareil ; ils ont des choses à dire. Du coup je me demande encore plus pourquoi elle parle pas, même quand on l'incite...

J'espère que mon article n'est pas trop brouillon et qu'on voit à peu près ce que je veux dire, c'est vrai que j'ai un peu tout mélangé, pardon xD


Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 8 septembre 2013

Changer de classe

Bonjour ! :)

Une de mes amies qui est dans ma classe m'a dit qu'elle allait demander à changer. Pas "parce qu'elle s'ennuie avec moi" m'a-t-elle assurée, mais simplement parce qu'à la base, à la fin de l'année dernière, elle a choisi l'option arts-plastiques juste pour être avec ses autres amies (ses "vraies" amies avec qui elle rigole bien et tout ça) et comme elle n'est pas dans leur classe cette année elle l'a un peu mauvaise, du coup (et je pense que je l'aurai mauvaise aussi si j'avais fait un plan de ce genre et que ça avait lamentablement foiré au point de se retrouver avec une fille comme moi : un peu renfermée, pas trop déconnante, et de qui on est pas trop proche et à laquelle on ne sait pas quoi dire). Et moi je dois avouer que je ne sais pas trop quoi en penser. Je ne parle pas du "pas parce que je m'ennuie avec toi", ça on y croit ou pas (moi j'ai décidé d'y croire parce que j'ai décidé d'être la plus optimiste possible cette année mais on peut y voir ce qu'on veut), mais plus du fait même de vouloir changer de classe...

C'est pas que je crois au destin et que donc si elle n'a pas été dans la classe avec les autres c'est que ce n'était pas son destin, mais je pense que le hasard a fait qu'elle n'a pas été dans la classe qu'elle voulait (et s'est retrouvée avec moi par la même occasion (bon, moi je vais pas me plaindre, c'est quasi ma seule amie dans la classe)) et que... comment dire... moi aussi je voulais être dans la classe avec les autres mais pendant toutes les vacances je me suis convaincue que ça n'arriverait pas puisque je n'ai pas pris l'option arts-plastique et donc j'accepte de ne pas être tombée dans la bonne classe... Mon amie m'a dit qu'elle "n'accrochait pas" avec cette classe-là (entre nous je la comprends un peu, moi non plus j'accroche pas trop, mais bon, j'accrochais pas non plus l'année dernière au début et à la fin j'ai dû revoir tous mes préjugés et premières réflexions). Je pense qu'elle n'accroche pas pour deux raisons : la première c'est pour la même raison que moi : objectivement cette classe n'est pas parfaite, y'a pas de grand déconneur pour faire péter un peu le truc (pas le Lourds, hein, le Drôle, parce que les Lourds sont chiants, j'en ai eu un en Seconde (bon, y'avait aussi un Drôle, ça rattrapait un peu le truc, quoi)), y'a des groupes bien définis et chacun reste dans son coin (ça c'est la faute de tout le monde) et puis voilà, quoi... et je crois que l'autre raison c'est qu'elle est trop dans le "je ne suis pas dans la classe que je voulais, cette classe est nulle" et comme elle la trouve nulle à la base elle ne peut pas accrocher.

Je sais pas si c'est mon moi fataliste qui parle mais je serai tentée de lui dire de "laisser pisser le mouton" comme dit la mère d'une amie et d'accepter de ne pas être dans la classe où elle voulait être. Mais je vais pas lui dire parce qu'on n'est pas très proches puis qu'elle veut vraiment être dans la classe avec le reste du groupe et que quelque part je comprends un peu qu'elle veuille partir même si moi je ne le ferai pas parce que déjà je n'aime pas le changement et aller dans une autre classe ça va me perturber (petite nature, bonjour !) et puis je pense que... enfin... je veux retenter l'expérience de l'année dernière : autrement dit faire voler les a priori et pouvoir vous dire à la fin de l'année que je m'étais bien foirée en collant l'étiquette "peste" à plusieurs filles (par exemple) (bon par contre y'a un mec que je pourrai jamais blairer, je sais pas, sa tête me revient pas, son sourire, son regard quand il sourit, sa voix, sa façon de se tenir, son humour (et pourtant en humour je suis plutôt bon public), franchement je peux pas, c'est... c'est... je peux pas) (le pire c'est que je l'avais dans ma classe l'année dernière... bref, pardon).

Et puis je ne sais pas si changer de classe c'est la solution. Pour moi parce que déjà l'année dernière je n'étais pas vraiment intégrée dans le groupe, j'étais plutôt un peu à l'écart et un peu dedans, un pied à l'extérieur et un autre à l'intérieur, et je crois que ça sera pareil cette année si je change de classe et donc je ne sais pas si c'est une bonne manœuvre au final. Et pour elle (non, je ne dis pas ça parce que je ne veux pas qu'elle parte pour ne pas avoir à me retrouver toute seule, j'ai passé ce genre de réactions y'a un moment ^^') parce que je pense que... comment dire... qu'elles soient super amies c'est super, c'est génial, c'est chouette, seulement ça peut aussi décevoir (oui, je sais, c'est parce que la peau va vieillir qu'on ne peut pas se tatouer) et euh... comment dire... je crois que plus on grandit plus les grands groupes qu'on a s’écrèment. Il me faut un exemple parlant... bon... v'voyez le Tour de France ? Au début y'a beaucoup de coureurs dans l’échappée, c'est sympa, on prend bien les relais, on est tous amis, c'est chouette, c'est le monde des bisounours. Et puis après ben... tout le monde veut gagner puis les mecs, surtout si y'a du vent, ils commencent à fatiguer un peu, et puis on aide plus trop les autres parce que s'ils sont fatigués c'est bon pour nous. Et là la grosse échappée de quinze coureurs s'écrème : les plus frais et les moins fatigués gardent le rythme, les autres se font engloutir par le peloton et à la fin ils ne sont plus que cinq environ. Je crois qu'en amitié c'est pareil. Tu peux commencer avec un grand groupe (genre t'es ami avec tous les gens de ta classe) et après plus tu grandis plus tes goûts et ta personnalité s'affirment et plus tu te rapproches de certaines personnes et t'éloignes d'autres. Et que donc que peut-être qu'au final si mon amie va dans la classe avec les autres mais qu'un décalage s'est déjà fait ben ça va péter comme une échappée sur le Tour de France... En même temps c'est vrai que si elle change pas de classe elle saura jamais...

Je me dis aussi que, quelque part, si elles sont vraiment amies elles trouveront des moyens de faire des trucs ensemble pour se voir ; les devoirs ensemble, du shopping, un petit ciné par-ci par-là, des sorties photos, sport, vacances, manger ensemble à la cantine, etc... et qu'elles n'ont pas besoin d'être dans la même classe même si c'est vrai que ça aide. Mais elles ont déjà la chance d'être dans le même lycée, moi j'ai deux amies et un ami qui ne sont pas dans les mêmes lycées (et l'une carrément dans une autre ville) alors si au moins on était dans le même lycée je me plaindrais pas, voilà.

Désolée pour ce pavé pas très intéressant, je vais m'arrêter là, j'crois xD

Source photo

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 6 septembre 2013

Conseil d'amie

Bonjour ! :)

Vous le savez peut-être, ou peut-être pas, mais j'aime bien regarder des Youtubeuses présenter leur maquillage et tout ça... et tout à l'heure dans ma liste de vidéos il y avait la vidéo d'une jeune femme qui avait intitulé sa vidéo "entre vous et moi" il me semble et se proposait de donner des conseils aux filles qui lui avait envoyé des mails (alors bon, les mails c'était les typiques : "j'ai 14 ans, j'ai pas le droit de me maquiller" ou "j'ai 22 ans, je sors avec mon copain depuis 5 ans mais on est très différents, et puis on a pas arrêté de se séparer et de se remettre ensemble, j'ai envie de rester avec lui, mais j'ai un ami garçon duquel je commence à tomber amoureuse", enfin voilà, vous voyez le genre ^^'). Honnêtement ce genre de vidéos c'est comme pour les émissions de radios qui se proposent de faire pareil : ça m'intéresse pas tellement. En fait je trouve ça marrant. Pas marrant dans le sens que je m'en moque, rigole, balance des vannes, etc, mais "marrant" dans le sens attendrie, si on veut.

Je vais pas critiquer, parce que je sais qu'on a tous besoin de conseils de ses amies et tout ça et que ces Youtubeuses nous parlent de leur vie, échange avec nous et on leur parle aussi parfois un peu de notre propre vie, etc, donc si on veut on peut se sentir un peu dans une relation d'amitié donc on est ouvert aux conseils _ et puis pour la fille de quatorze ans c'est clair que les conseils "soit pas vulgaire", par exemple, qu'elle va recevoir de sa Youtubeuse préférée, si ça se trouve, c'est les mêmes qu'elle reçoit de ses amies ou ce qu'avance ses parents, mais elle va être plus ouverte si c'est son "idole" qui le lui dit (c'est con et plein de contradictions un ado, mais est-ce vraiment utile de le répéter ? xD). Mais... comment dire ça gentiment sans qu'on me lance des pierres... ça y est... je sens que je vais devoir encore marcher sur des oeufs... euh... disons que moi ça me fait marrer que des Youtubeuses beauté se proposent de faire des rubriques "psycho". Alors attention ! Je ne dis pas que les Youtubeuses/blogueuses beauté sont connes, n'ont rien dans la tête, et tout ça, hein (bon, là les oeufs je crois que je les ai écrasés, qui veut une omelette ? xD). Mais... 'fin... comment dire... conseiller pour du maquillage c'est une chose, conseiller pour les relations d'amitié/amour/famille/travail/etc c'est autre chose... je veux dire... si ça foire la conséquence n'est pas la même. Si la fille elle tente quand même l'eye liner alors qu'elle a les paupières tombantes et que ça fait moche ou qu'elle arrive pas à estomper son fard c'est pas grave, elle se démaquille et pouf ! on n'en parle plus. Mais si elle lâche sa meilleure amie pour une grosse brouille sur la base d'un malentendu/quiproquo juste parce qu'une blogueuse lui a conseillé de le faire parce que, sur la base du mail qu'elle avait reçu, c'était la chose qui lui paraissait la mieux à faire, la conséquence n'est pas la même... (je précise que cet exemple de la meilleure amie n'était pas dans la vidéo que j'ai vu).

On va me dire de relativiser (rah lala ! je les connais mes lecteurs, z'avez vu ça ? :P) qu'un conseil de blogueuse oui, ça peu foirer, mais qu'un conseil d'ami aussi ça peu foirer. Oui mais la blogueuse répond sur la base d'un mail subjectif alors qu'une amie peut poser toutes les questions qu'elle veut et mettre la fille face à ses contradictions/paradoxes, si elle en a. Et là on va me dire que moi aussi je donne des conseils parfois quand je laisse un commentaire, je dis "ah tiens tu devrais peut-être faire ça" ou j'en reçois aussi et que je n'ai jamais fait d'article là-dessus donc c'est que ça ne me gêne pas. Oui mais c'est pas pareil (aujourd'hui j'ai décidé d'avoir raison ! xD) parce que si une lectrice n'est pas d'accord avec le conseil/avis que je donne elle peut donner le sien et au final ça équilibre. Oui, je sais, les filles qui ont envoyé des mails ont certainement des avis de leurs amies à écouter aussi mais parfois on écoute plus les avis des gens extérieurs (et puis j'ai décidé que je ferai tout pour avoir raison (ça c'est la parenthèse de la fille qui sent que son argumentation part en cacahuète xD)).

Et puis aussi, au-delà de la "responsabilité" et tout ça, dire "tu devrais quitter ton mec et aller avec l'autre", par exemple, euh... comment dire... ben... je sais pas, 'fin... je trouve que parfois ces Youtubeuses (oui parce que j'ai eu l'idée de cet article sur une vidéo mais j'en avais vu deux-trois autres) parlent un peu sur le ton de "j'ai trop carrément plus l'expérience de la vie, quoi". Donc quand tu t'adresses à une fille de quatorze ans ça fonctionne mais quand tu t'adresses à une adulte ça le fait tout de suite moins. Je dis pas ça sur le ton de la méchanceté, hein, je suis la première à prendre en compte les conseils qu'on me donne et à y réfléchir sérieusement, hein, mais disons que... euh... des fois _ des fois, je précise ! _ j'ai un peu l'impression que les filles qui donnent des conseils se croient dans une série télé ou je sais pas quoi, à sortir des trucs guimauve du genre "acceptez-vous, c'est pas grave, on a tous des complexe, même le mec en face de vous dans le métro" (oui, je suis d'accord, mais ça on nous le répète à longueur d'article donc... bon, voilà quoi) ou euh... enfin... me donne l'impression de se "prendre au sérieux", genre si leurs lectrices sortent de leur merde c'est vraiment grâce à elle. Après c'est une impression qui m'est personnelle (bloguer m'a vraiment appris à marcher sur des oeufs, si ^^').

Voilà, j'ai l'impression que je m'emporte un tout petit peu alors que je suis vraiment pas énervée ni rien, hein, je promets !

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 5 septembre 2013

Et pourquoi pas Français(e) ?

Bonjour !

Ce matin je m'en voulais un peu de ne pas avoir publié hier, du coup je me suis promis de réfléchir à un sujet pour ce soir et j'ai fini par trouvé. Bon, en réalité j'ai pas eu à beaucoup réfléchir puisque le sujet m'est tombé tout cru dans le bec quand, à plusieurs bancs du mien, plusieurs filles Noires et un garçon d'origine maghrébine (je sais, certaine personnes n'aiment pas quand on précise ce genre de choses, seulement, ici, ce n'est pas un détail sans importance), discutent et quand, l'une d'elle, demande à l'autre "d'où elle vient". Les réponses fusent : "Maroc", "je suis Algérien, et toi ? — Congolaise", "Moi Sénégalaise", etc. Je les écoute encore un peu puis je me tourne vers un ami en lui faisant remarquer qu'aucun de ces Secondes ne répond "j'suis français(e) mais mes parents/grands-parents sont Congolais" (par exemple) et que je trouve ça bizarre parce que je suis sûre que dans le groupe il n'y en a pas beaucoup qui sont effectivement né dans leur pays d'origine et que sur les cartes d'identité de la majorité d'entre eux il y a écrit "français". Je ne comprends pas. Leurs parents ou grands-parents ont certes immigrés mais eux ils sont né en France, pourquoi ils ne se considèrent pas Français ? Quand ma mère me disait que dans sa classe (ses élèves ont 7-8 ans) les gamins disaient "je vais aux pays pendant les vacances" alors qu'ils étaient Français je me disais qu'ils étaient jeunes et que leurs parents les avaient élevé dans une certaine euh... "condition", enfin vous voyez, quoi (j'espère que vous voyez parce que le premier mot auquel j'ai pensé, et le bon, j'arrive pas à remettre la langue dessus !). Mais que des ados ne se considèrent pas Français ça me ""choque"", disons... surprend plus. D'autant plus que beaucoup d'adultes passent dans les médias (ou écrivent des articles) pour dire que non, ce n'est pas parce qu'ils sont Noirs qu'ils ne sont pas Français, que leurs famille n'est pas Française depuis longtemps, etc...

J'ai écouté encore un peu leur conversation après que mon ami m'est demandé si j'avais des origines (je n'en ai pas) et que je relance par un "et toi". L'une des filles dit que l'année dernière (ou celle d'avant encore, je ne sais plus) elle était la seule Noire de sa classe et que quand on parlait de racisme tout le monde se tournait vers elle. Elle dit aussi qu'elle a du mal à s'intégrer dans sa classe parce qu'elle a l'impression que les autres la regardent bizarrement "comme si elle avait volé quelque chose" d'après ses propres mots. Et là déjà je comprends mieux... si elle ne se sent pas intégrée elle ne peut pas se sentir Française, forcément... Du coup je me demande si la faute n'est pas un peu à la tout le monde ? Aux médias d'une part (parce qu'ils sont un peu fautif dans tous les sujets de société puisqu'ils sont partout autour de nous), des Blancs d'autre part, qui peuvent avoir des pensées-réflexe raciste (ça m'arrive assez souvent, de ressortir des clichés, et après je me dis "roooooh Melgane t'abuses !", et d'une dernière part aux "étrangers" qui, j'ai remarqué, se mettent souvent ensemble... enfin c'est-à-dire que, au collège déjà, j'avais remarqué que souvent les groupes d'amis étaient assez... homogènes : des groupes de Blancs et des groupes de Noirs-Maghrébins, qu'ils n'étaient pas vraiment "intégrés"/mélangés, comme si en se mettant ensemble ils se protégeaient les uns les autres des attaques des Blancs... Du coup on entre un peu dans un cercle vicieux. Les Blancs continuent de penser à leurs clichés stupides, de faire parfois des réflexions pas très malignes, et les Noirs continuent de se mettre ensemble pour se protéger... Alors bien sûr il y a des exceptions ! Au collège parmi mes amies il y avait deux Noires, hein, mais je parle d'une manière générale (je déteste ce genre de sujets où faut marcher sur des oeufs, j'ai sans cesse peur qu'on prenne mal mes propos je trouve ça horrible, ça me stresse xD). Ce que je veux dire aussi, en parlant de cercle vicieux, c'est que si les Noirs ne se sentent pas intégrés ils vont continuer de ne pas se sentir Français et de dire "je suis Congolais/Sénégalais/Camerounais/etc" et les Blancs vont continuer de penser qu'un Noir est forcément un étranger (je parle toujours d'une manière générale ^^).

Je trouve ça dommage qu'ils ne se sentent pas Français... que pour eux un Français se soit un Blanc, que si t'es Blanc tu es Français et que tu ne peux pas venir d'Afrique du Sud... c'est bien beau de vouloir intégrer tout le monde etc, de clamer haut et fort qu'on n'est pas un pays raciste, mais si ces "étrangers" ne se sentent pas Français c'est bien qu'il y a une raison. La fille dans la cours elle n'a pas dit "j'arrive pas à un me faire des amis, ils se connaissent tous déjà, ça me fait chier", elle a dit : "j'arrive pas à m'intégrer". C'est pas anodin, ça, comme mot, "intégrer". Y'a bien quelque chose derrière (oui, là on entre dans la partie psychologie de comptoir xD), quand même, je trouve... Alors voilà, Algérien, Tunisien, Marocain, Sénégalais, Congolais, et pourquoi pas Français ?

Source photo

Oui, des joueurs de foot, parce que je trouve que c'est une bonne image. Dans l'équipe de France y'a pas que des Blancs...

Rendez-vous sur Hellocoton !